La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2017

•Avignon Off 2017• Voyage sensoriel à travers un siècle d'émigration… à la recherche de racines familiales

"Sicilia", Espace Roseau, Avignon

Les flux migratoires ne datent pas d'aujourd'hui. Que ce soit à cause des guerres, de la pauvreté ou des catastrophes politiques ou climatiques, les siècles sont marqués régulièrement par l'horloge des migrations collectives.



© DR.
© DR.
Pour ne parler que du siècle dernier, la France a su recueillir des Russes, des Polonais, des Italiens, des Portugais et bien d'autres qui apportèrent dans leurs bagages de précieuses pépites culturelles. Les ancêtres de Clyde Chabot firent partie de ces mouvements de populations.

Ils quittèrent la Sicile pour la Tunisie à la fin du XIXe siècle puis traversèrent à nouveau la grande bleue pour s'installer en France dans les années cinquante. En 2010, Clyde Chabot décide de se rendre en Sicile pour tenter de retrouver leur histoire. Une histoire dont, par bribes incertaines, elle a hérité, de génération en génération, de mère en filles, de tantes en nièces, car il semble que ces anecdotes devenues presque des contes se transmettent de femmes à femmes comme si les hommes ne savaient pas, comme si la mémoire de la terre était affaire de femmes.

Une histoire tronquée, déformée par le temps, devenue imaginaire à force de passage de l'une à l'autre. Mais avec le peu qu'il en reste - le nom d'une ville, d'un village, d'une famille - Clyde Chabot se rend dans l’île italienne pour tenter de retrouver quoi ? une maison ? une branche familiale cousine ? un héritage culturel ? une autre histoire capable d'enrichir le conte ? ou plus simplement tenter de trouver en elle-même une résonance aux paysages, aux éclats de lumière, aux odeurs, aux saveurs, aux sons qu'elle va croiser dans son voyage.

© DR.
© DR.
C'est un peu tout cela. Mais de traces véritables, elle ne trouvera pas. Le village même, dont le nom se lègue depuis des décennies, n'existe pas… n'a jamais existé. C'est là une des grandes qualités de ce spectacle qui refuse d'être enquête sur le réel mais quête de cet entre-deux, entre réel et imaginaire, que sont les légendes familiales.

Pour nous faire partager ce texte autobiographique qu'elle écrivit pendant son périple dans l'île, un peu comme un carnet de voyage mêlant découvertes et questionnements, Clyde Chabot accueille les spectateurs autour de l'espace convivial d'une table nappée de blanc, sur laquelle sont épars des clichés de paysages, de maisons, d'instants pris au détour du voyage. Mais afin de nous faire partager encore plus ses émotions, elle distribue aussi le pecorino au poivre, le vin de la côte Est, le Nero d'Avola, du pain…

Sa narration est à la fois simple et musicale. Dans une proximité on ne peut plus intime, sa forme d'expression peut ressembler à du langage parlé mais elle distille en fait avec finesse des sentiments qui vont de l'apparente fébrilité, à l'égarement, au doute, à la joie.

Tout se fait subtilement et on partage, pas à pas, les découvertes de ce voyage, les vestiges parsemés de ce passé, en même temps que tout un pan de l'histoire de la Sicile : terre d'échange depuis des siècles qui connut en son temps toutes les grandes civilisations d'Occident et du Moyen-Orient.

Pourtant tout n'est pas rose. Rien n'est simple dans l'exil, dans le déracinement, on le comprend quand la mère de Clyde Chabot lui demande de ne pas jouer ce spectacle. De peur que ses origines siciliennes, étrangères, reviennent la stigmatiser comme une honte, une tache, et la mettre à l'écart de la communauté française. Une peur qui montre la persistance de l'intolérance dans le pays des droits de l'homme. Alors, pour dissoudre ces mauvaises pensées, soyez les bienvenus dans cette rencontre fragile et généreuse qui fait la richesse de Sicilia.

"Sicilia"

Texte, conception : Clyde Chabot.
"Sicilia" est édité aux éditions Les Cygnes.
Avec : Clyde Chabot.
Regard extérieur et scénographique : Stéphane Olry.
Durée : 45 minutes.
Compagnie La Communauté Inavouable.

•Avignon Off 2017•
Du 7 au 30 juillet 2017.
Tous les jours sauf le mercredi à 11 h.
Espace Roseau, Salle Giono, 8, rue Pétramale, Avignon.
Réservations : 04 90 25 96 05.
>> roseautheatre.org

Bruno Fougniès
Lundi 15 Mai 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019