La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2017

•Avignon Off 2017• Troisième partie de la Trilogie d'Alexandre : Une plongée au cœur du fanatisme

"Vivre", Espace Pasteur, Avignon

Après "Les Culs de plomb" et "La Mante", le personnage récurrent de la Trilogie, Alexandre, revient, toujours magnifié par l'immense talent de David Arribe. Ce dernier opus nous entraîne dans notre actualité, monde fissuré par les attentats-suicides, quelque part au Moyen-Orient, et questionne les causes anciennes d'un tel déferlement de violence.



© Xavier Cantat.
© Xavier Cantat.
Les trois pièces d'Hugo Paviot s'articulent sur les mêmes enchaînements, les mêmes quêtes : la recherche de la violence passée, parfois oblitérée par la mémoire, sources du mal-être ou des réactions du présent. Une sorte de questionnement causal, largement imprégnée de psychologie, mais qui a la vertu de ne pas se contenter du discours mais de mettre en acte, et donc de porter au plateau en action, ces questionnements.

"Vivre" nous projette à l'ambassade de France d'un pays du Moyen-Orient lors d'une réception honorifique pour Alexandre, peintre reconnu, riche, venu dans ce pays en état de guerre pour s'occuper de la fondation qu'il a créée, une fondation destinée à secourir les enfants victimes de maltraitance.

Mais la réception, pourtant sous haute surveillance, tourne à la catastrophe lorsqu'un enfant fait exploser le bâtiment et lui avec. Un autre enfant, une petite fille, elle aussi porteuse de mort, ne parvient pas à faire exploser sa ceinture. Alexandre a le temps de croiser son regard avant qu'elle ne disparaisse. Il n'aura alors de cesse de retrouver cette petite fille, quitte à son tour à risquer sa vie pour comprendre pourquoi et comment est-ce possible qu'une enfant choisisse la mort, quelles raisons, quelles causes la poussent à un acte d'une telle désespérance ?

© Xavier Cantat.
© Xavier Cantat.
Suit alors une course épique qui pourrait s'apparenter à un film d'action dont il ne faut pas raconter les épisodes car l'enjeu est ailleurs. Un film d'action où le héros évite d'avoir des certitudes pour jeter un regard incrédule et halluciné sur un monde dont les arcanes et la violence sont hors de son champ de compréhension.

Les seuls moyens scéniques pour cette course folle sont quelques éléments de décor déplacés à vue, des lumières très fines, belles, dynamiques de Caroline Nguyen, des volutes de fumées fascinantes et un comédien.

C'est la vertu impressionnante sur laquelle repose les mises en scène d'Hugo Paviot et ses textes. Sans artifices extraordinaires, hormis une rigueur de plateau qui rend les espaces, les lieux et les paysages lisibles, il parvient à créer l'illusion, fait voyager, stimule l'imaginaire pour combler le vide apparent, la boîte noire devient réceptacle de l'image imaginée.

Il s'appuie pour cela sur des interprètes à la fois extrêmement généreux et prodigieusement maîtres de leurs moindres gestes, mots, émotions.

© Xavier Cantat.
© Xavier Cantat.
Il y a dans ce spectacle quelque chose qui tend au sacré, celui, profane, que le théâtre a inventé depuis sa création.

Un texte prophétique puisqu'il a été écrit quelques années avant les premiers attentats en France. Il exprime la consternation ressentie devant le sacrifice volontaire d'enfants innocents pour des causes dont ils ne sont pas responsables. Dans sa volonté de comprendre, l'auteur tente de faire le catalogue des culpabilités de l'Occident de manière parfois naïve et un peu énumérative mais ce n'est pas dans les réponses proposées que réside la force de son propos. L'incompréhension assumée, posée, exposée, nous frappe bien mieux que toute explication rationnelle.

Reste cet échange vif de regards entre une petite fille affolée de n'avoir pas pu se faire exploser et un artiste "arrivé" dont la vie est irrémédiablement bouleversée par cet instant : reste donc l'espoir d'un dialogue possible.

"Vivre"

© Xavier Cantat.
© Xavier Cantat.
Texte : Hugo Paviot.
Mise en scène : Hugo Paviot.
Avec : David Arribe.
Création lumière : Caroline Nguyen.
Création et régie son : Christine "Zef" Moreau.
Régie lumière : Benoît André.
Par la Cie Les Piqueurs de glingues.
Durée : 1 h 15.

•Avignon Off 2017•
Du 7 au 30 juillet 2017.
Tous les jours à 12 h 30 (relâches les 13, 20 et 27).
Présence Pasteur, 13, Rue Pont Trouca, Avignon.
Réservations : 04 32 74 18 54.

Bruno Fougniès
Samedi 20 Mai 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

"An Irish Story" Une histoire des Irlandais, ces derniers bardes

"An Irish Story", Théâtre de Belleville, Paris

Son grand-père Peter 0'Farrel a disparu sans laisser d'adresse. Dans "An irish story", Kelly Rivière, la petite fille, est partie en quête puisque sa mère Margaret n'a pas voulu révéler le secret de la famille. Volubile, Kelly raconte sur scène ce qui devient vite, par elle et pour elle, une épopée. Don ou atavisme familial ? Au spectateur de décider mais il est comblé devant le collier de perles théâtrales qui lui est présenté.

Trimballé de Lyon à Dublin via Londres. Au départ, Kelly s'y prend un peu, faussement, gauchement, par un timide stand up mais l'histoire accroche. Il y a la personnalité de cet aïeul "so Irish" rejoignant étonnamment Londres pour reconstruire la ville dévastée par la guerre, qui a eu une fille, et a disparu comme bien d'autres… Disparus dans une mer d'alcool ? Peut-être… Que peut-on attendre de ces diables d'hommes, seuls garçons de fratries de filles (nombreuses) et eux–mêmes géniteurs de légendes…

À mesure que l'histoire avance, le récit devient dialogue. Le personnage est de plus en plus échauffé, de plus en plus passionné. Comme ébrié. Des paroles prises sur le vif, des personnages incarnés. Les accents à couper au couteau, ces îles de par delà la Manche ou le channel, de la mer d'Irlande Muir Éireann ou Irish sea, les rituels de la "cup of Tea", de la Guinness, la mère, les cousines, les voisins, le pub, tout y passe.

Jean Grapin
14/05/2019