La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2017

•Avignon Off 2017• Troisième partie de la Trilogie d'Alexandre : Une plongée au cœur du fanatisme

"Vivre", Espace Pasteur, Avignon

Après "Les Culs de plomb" et "La Mante", le personnage récurrent de la Trilogie, Alexandre, revient, toujours magnifié par l'immense talent de David Arribe. Ce dernier opus nous entraîne dans notre actualité, monde fissuré par les attentats-suicides, quelque part au Moyen-Orient, et questionne les causes anciennes d'un tel déferlement de violence.



© Xavier Cantat.
© Xavier Cantat.
Les trois pièces d'Hugo Paviot s'articulent sur les mêmes enchaînements, les mêmes quêtes : la recherche de la violence passée, parfois oblitérée par la mémoire, sources du mal-être ou des réactions du présent. Une sorte de questionnement causal, largement imprégnée de psychologie, mais qui a la vertu de ne pas se contenter du discours mais de mettre en acte, et donc de porter au plateau en action, ces questionnements.

"Vivre" nous projette à l'ambassade de France d'un pays du Moyen-Orient lors d'une réception honorifique pour Alexandre, peintre reconnu, riche, venu dans ce pays en état de guerre pour s'occuper de la fondation qu'il a créée, une fondation destinée à secourir les enfants victimes de maltraitance.

Mais la réception, pourtant sous haute surveillance, tourne à la catastrophe lorsqu'un enfant fait exploser le bâtiment et lui avec. Un autre enfant, une petite fille, elle aussi porteuse de mort, ne parvient pas à faire exploser sa ceinture. Alexandre a le temps de croiser son regard avant qu'elle ne disparaisse. Il n'aura alors de cesse de retrouver cette petite fille, quitte à son tour à risquer sa vie pour comprendre pourquoi et comment est-ce possible qu'une enfant choisisse la mort, quelles raisons, quelles causes la poussent à un acte d'une telle désespérance ?

© Xavier Cantat.
© Xavier Cantat.
Suit alors une course épique qui pourrait s'apparenter à un film d'action dont il ne faut pas raconter les épisodes car l'enjeu est ailleurs. Un film d'action où le héros évite d'avoir des certitudes pour jeter un regard incrédule et halluciné sur un monde dont les arcanes et la violence sont hors de son champ de compréhension.

Les seuls moyens scéniques pour cette course folle sont quelques éléments de décor déplacés à vue, des lumières très fines, belles, dynamiques de Caroline Nguyen, des volutes de fumées fascinantes et un comédien.

C'est la vertu impressionnante sur laquelle repose les mises en scène d'Hugo Paviot et ses textes. Sans artifices extraordinaires, hormis une rigueur de plateau qui rend les espaces, les lieux et les paysages lisibles, il parvient à créer l'illusion, fait voyager, stimule l'imaginaire pour combler le vide apparent, la boîte noire devient réceptacle de l'image imaginée.

Il s'appuie pour cela sur des interprètes à la fois extrêmement généreux et prodigieusement maîtres de leurs moindres gestes, mots, émotions.

© Xavier Cantat.
© Xavier Cantat.
Il y a dans ce spectacle quelque chose qui tend au sacré, celui, profane, que le théâtre a inventé depuis sa création.

Un texte prophétique puisqu'il a été écrit quelques années avant les premiers attentats en France. Il exprime la consternation ressentie devant le sacrifice volontaire d'enfants innocents pour des causes dont ils ne sont pas responsables. Dans sa volonté de comprendre, l'auteur tente de faire le catalogue des culpabilités de l'Occident de manière parfois naïve et un peu énumérative mais ce n'est pas dans les réponses proposées que réside la force de son propos. L'incompréhension assumée, posée, exposée, nous frappe bien mieux que toute explication rationnelle.

Reste cet échange vif de regards entre une petite fille affolée de n'avoir pas pu se faire exploser et un artiste "arrivé" dont la vie est irrémédiablement bouleversée par cet instant : reste donc l'espoir d'un dialogue possible.

"Vivre"

© Xavier Cantat.
© Xavier Cantat.
Texte : Hugo Paviot.
Mise en scène : Hugo Paviot.
Avec : David Arribe.
Création lumière : Caroline Nguyen.
Création et régie son : Christine "Zef" Moreau.
Régie lumière : Benoît André.
Par la Cie Les Piqueurs de glingues.
Durée : 1 h 15.

•Avignon Off 2017•
Du 7 au 30 juillet 2017.
Tous les jours à 12 h 30 (relâches les 13, 20 et 27).
Présence Pasteur, 13, Rue Pont Trouca, Avignon.
Réservations : 04 32 74 18 54.

Bruno Fougniès
Samedi 20 Mai 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020