La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2017

•Avignon Off 2017• "Revue rouge", si actuel, si nécessaire…

"Revue rouge", 11 Gilgamesh Belleville, Avignon

Une Norah Krief dynamitée. Un David Lescot protéiforme et politique, celui-là même qui joue autant avec l’instrument, le théâtre et la chanson.
Le tout mis en scène par Éric Lascarade…
C’est "Revue rouge" dans le Off d’Avignon, actuel, nécessaire et si ardent !



© Bertrand Sinapi.
© Bertrand Sinapi.
Norah Krief est connue pour sa voix chaude et profonde. Ceux qui l'ont entendue aux côtés d'Isabelle Huppert dans "Phèdre(s)" ont pu largement s'en rendre compte. Cette fois, rien à voir. Elle met son talent au service de chants révolutionnaires. En démarrant par un des plus connus, "El pueblo unido jamás será vencido", écrit (paroles de Quilapayún et musique de Sergio Ortega) au moment du coup d'État de Pinochet (1973) - qui entraînera le suicide de Salvador Allende lors du siège du palais de la Moneda -, elle rappelle qu'on doit rester vigilant, qu'il ne faut jamais baisser les bras.

L'intensité de cette voix est volcanique. Elle monte d'abord progressivement, nous enserre, puis jaillit comme un geyser. Un frisson traverse alors la salle. Difficile de rester indifférent. L'écoute y est ardente, même en plein festival ! On voudrait se lever et chanter avec eux. Ce n'est pas l'envie qui manque. Le tour est parfois plus personnel, surtout quand Fred Fresson (au piano) interprète avec autant d'émotion et de fragilité dans la voix les chansons de David Lescot.

Le projet est pourtant parti au départ de quelques souvenirs de chants entonnés lors de colonies de vacances, des brûlots de Bertolt Brecht, Hans Eisler ou quelques oubliés. Sur scène, cette bande d'apaches déménage. Sur un rythme endiablé, ils peinturlurent Poutine en rouge et suggèrent de le foutre dehors. De manière évidente, loin d'appartenir à un temps lointain, les paroles se font (malheureusement) aussi l'écho de notre actualité. Les arrangements très contemporains du groupe et la batterie de Philippe Floris y sont pour quelque chose. Évoquons "Grève des mères" (de Montéhus, le même qui a lancé Maurice Chevalier) interdite et condamnée par le tribunal, parce qu'elle prend la défense du droit à l'avortement. On est alors en 1905. Nous sommes au lendemain de la disparition de Simone Veil. Le débat a-t-il tellement vieilli ?

Ce spectacle rappelle terriblement où sont nos priorités. Il est surtout à montrer aux jeunes. De toute urgence !

"Revue rouge"

© Brigitte Enguérand.
© Brigitte Enguérand.
Paroles des chansons : Bertolt Brecht, Hans Eisler, Montéhus, Paul Vaillant-Couturier, Arthur Honnegger, Darius Milhaud, David Lescot… et beaucoup d'anonymes.
Mise en scène : Éric Lacascade.
Conception et direction musicale : David Lescot, en collaboration avec Frédéric Fresson.
Avec : Norah Krief, Frédéric Fresson (piano), Antonin Fresson (guitare et trompette), Philippe Floris (batterie), Adrian Adeline (basse), David Lescot.
Vidéo : Stéphane Pougnand.
Costumes : Augustin Rolland.
Coaching vocal : Myriam Djemour.
Durée : 1 h 10.

•Avignon Off 2017•
Du 6 au 27 juillet 2017.
Tous les jours à 19 h 40 (relâches les 11 et 18 juillet).
Théâtre 11. Guilgamesh Belleville,
11, bd Raspail, Avignon.
Réservations : 04 90 89 82 63.
>> 11avignon.com

Sheila Louinet
Vendredi 14 Juillet 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020