La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2017

•Avignon Off 2017• La Cie le Vélo Volé fait sonner une critique acerbe de la comédie de Molière… mais en respecte l'esprit et l'humour

"Tartuffe", Théâtre des Lucioles, Avignon Off

En habits contemporains, certes, mais dans un code de jeu à l'opposé du réalisme que ce choix entraîne habituellement, "Tartuffe", la pièce corrosive de Molière, nous parvient dans une virginité nouvelle.



© Nathalie Jeannet.
© Nathalie Jeannet.
Le texte, les personnages et les idées qui s'y développent atterrissent sans filtre dans nos esprits : soyons clair, le Tartuffe, tel qu'il est montré dans cette mise en scène, est un être d'aujourd'hui, dans un monde d'aujourd'hui.

On dirait que c'est avec douceur et tendresse que la compagnie le vélo Volé s'est emparée de cette pièce. Tant d'autres en ont fait des montages contemporains qui, à force de vouloir mettre en valeur un message, en ont fait une pièce didactique et vaguement ennuyeuse : un monolithique réquisitoire contre les faux dévots et les censeurs hypocrites. Ici, c'est tout le contraire.

Dans le domaine de la boisson, on parlerait d'un cocktail d'un équilibre parfait : le fort atténué par le sucré, l'acide sublimé par le moelleux, le grave transcendé soudain par un éclat de comédie, de rire qui évite à l'œuvre de noircir, de s'oxyder, de sombrer dans un sérieux sans saveur.

© Nathalie Jeannet.
© Nathalie Jeannet.
Le décor - la scénographie - est important quoique simple. Elle donne dès l'ouverture les éléments nécessaires à l'histoire, et elle est explicite. Ce sont de longs pans de tissus beiges qui recouvrent tout le plateau, ainsi qu'une longue table. Des pans. Des draps. Des voiles. Qui évoquent des lits, des rideaux occultants. Et puis, dans le même fil de pensée, qui suggèrent des corps sous ces draps, des désirs d'alcôve et des secrets derrière ces rideaux, des hypocrisies. Voici l'allusion à la concupiscence établie. Reste la partie politique, sociale et vivifiante de la pièce.

Sur ce plateau transformé en surface mouvante, un peu comme l'eau stagnante d'un marais où il est dangereux de s'aventurer, se jettent alors les personnages : la comédie file vite, scintillante, pleine de fantaisies. Les comédiens rythment la pièce comme une course rapide qui fonce vers un fatidique annoncé, une issue qui s'annonce de pire en pire à chaque scène.

Et plus l'univers se resserre et noircit, plus les efforts désespérés des protagonistes, pour éviter la catastrophe et les ressources de ruses et d'intelligence qu'ils déploient dans ce but, grandissent et deviennent étonnants. Inventions de l'esprit, déconfitures, folies passagères sont les péripéties semées sur toute l'histoire.

Mais c'est le souffle comique, né sans aucun doute de l'esprit de troupe, cet amusement particulier et sous-jacent dans chacun des échanges entre les partenaires, qui donne au texte de Molière la verve et l'insolence des premiers jours.

"Tartuffe"

© Nathalie Jeannet.
© Nathalie Jeannet.
Texte : Molière.
Mise en scène, scénographie et lumières : François Ha Van.
Avec : France Ducateau, Nathalie Jeannet, Hoël Le Corre, François Macherey, Matthieu Madelaine, Achille Sauloup, Laurent Suire et Maria Zachenska.
Création musicale et guitare live : Guillaume Aufaure.
Compagnie le Vélo Volé.
Durée : 1 h 30.

•Avignon Off 2017•
Du 7 au 30 juillet 2017.
Tous les jours à 13 h 30 (relâche le mardi).
Théâtre des Lucioles,
10, rempart Saint-Lazare, Avignon.
Réservations : 04 90 14 05 51.
>> velo-vole.fr

Bruno Fougniès
Mardi 18 Juillet 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020