La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Nomination de Gérard Fasoli, directeur général du Centre National des Arts du Cirque  31/10/2012

Le directoire du Centre National des Arts du Cirque (CNAC), réuni le 26 octobre 2012 sous la présidence de Bernard Latarjet, a nommé, avec l'accord d'Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, Gérard Fasoli au poste de directeur général, sur proposition du jury qui s’est réuni le 22 octobre 2012.

Artiste et pédagogue, Gérard Fasoli a accompagné l'évolution du cirque contemporain de ces dernières vingt années. Apprécié pour son engagement aux côtés des artistes de différentes générations, il a collaboré avec de nombreuses compagnies et partagé leurs aventures artistiques : d'Archaos à Christophe Huysman, du Collectif AOC à François Cervantes, en passant par la musique avec notamment l'Atelier lyrique de Tourcoing et la danse avec Carlotta Ikeda. En tant que pédagogue de cirque, il a participé au développement de l'École de Cirque de Rosny-sous-Bois et enseigné au Centre National des Arts du Cirque (CNAC), à l'École Nationale des Arts du Cirque de Rosny-sous-Bois (ENACR) et à l'Académie Fratellini. Depuis quatre ans il dirige l'École Supérieure des Arts du Cirque de Bruxelles.

À un moment où le CNAC, 25 ans après sa fondation, entame une nouvelle phase de sa trajectoire, le projet de Gérard Fasoli veut insuffler une dynamique d'ouverture et repositionner l'engagement artistique et pédagogique de la première école de cirque en France sur la scène internationale. En prenant appui sur les valeurs fondamentales de la mutualisation, de l'échange et du partage, son projet met en exergue les notions de transmission, de répertoire, de recherche et d'innovation, dans un dialogue nourri avec les autres écoles d'art, le monde universitaire et le centre de ressources Hors Les Murs.

La mise en place de la filière d'enseignement supérieur avec l'École Nationale des Arts du Cirque de Rosny-sous-Bois sera finalisée dans le but de délivrer le premier diplôme national supérieur professionnel (DNSP) artiste de cirque.

>> cnac.fr

Photo : "This is the end", spectacle de fin d'études de la 23e promotion. Mise en scène David Bobee - Rictus. Création au Cnac - Décembre 2011 © CNAC.

Communiqué du Ministère de la Culture et de la Communication du 30 octobre 2012.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Nomination de Richard Mitou à la direction de l'école nationale supérieure d'art dramatique de Montpellier  23/10/2012

Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, et Jean-Pierre Mourre, président de la communauté d'agglomération de Montpellier, ont décidé d'un commun accord de nommer Richard Mitou à la direction de l'école nationale supérieure d'art dramatique de Montpellier (ENSAD).

Il succédera à Ariel Garcia Valdès au 1er janvier 2013. Ce dernier a fait valoir ses droits à la retraite après avoir développé un projet exceptionnel et singulier d'école de l'acteur.

Ancien élève de l'école de Montpellier, Richard Mitou est comédien et metteur en scène. Depuis 2003, il anime régulièrement des ateliers à l'ENSAD et siège à son conseil pédagogique. Son projet s'inscrit dans la poursuite de la philosophie actuelle de l'école : une école ouverte sur sa ville, où les différentes générations d'artistes se croisent, un lieu de vie et d'effervescence au cœur de la cité.

Richard Mitou entend également ouvrir l'école à toutes les esthétiques qui font le théâtre aujourd'hui et affirmer sa spécificité par la relation forte qu'elle établit entre pédagogie, recherche et création théâtrale.

Photo : École nationale supérieure d'art dramatique de Montpellier © DR.

Communiqué du Ministère de la Culture et de la Communication du 22 octobre 2012.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Grands Prix Sacem 2012 : les lauréats sont...  17/10/2012

Grands Prix Sacem 2012 : les lauréats sont...
Décernés chaque année, les Grands Prix Sacem récompensent des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique, membres de la Sacem.

Ces prix illustrent la proximité qu'entretient la Sacem avec ses sociétaires, incarnant son engagement aux côtés de la création. Ils contribuent à la valorisation des différents répertoires et portent une dimension fédératrice au cœur de la filière.

Le palmarès de cette édition 2012 est :
Prix Spécial de la Sacem et Distinction numérique INA : Catherine Ringer.

Grand Prix de la chanson française : Camille.

Grand Prix du jazz : Richard Bona.

Grand Prix de l'auteur-réalisateur de l'audiovisuel : Gilles Amado.

Grand Prix des musiques du monde : Tiken Jah Fakoly.

Grand Prix du répertoire Sacem à l'export : Gipsy Kings.

Grand Prix de l'humour : Roland Magdane.

Prix Francis Lemarque : Anaïs.

Grand Prix de la musique pour l'image : Éric Demarsan.

Grand Prix de l'édition musicale : Universal Music Publising Group - Jean-Philippe Allard.

Grand Prix de la musique symphonique (carrière) : Éric Tanguy.

Grand Prix de la musique symphonique (jeune compositeur) : Fabien Waksman.

Grand prix des musiques électroniques : Justice.

Prix Rolf Marbot de la chanson de l'année : "Avant qu'elle parte" - Sexion d'assaut.

>> sacem.fr

Communiqué de presse Sacem du mercredi 17 octobre 2012.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

L'Adami inquiète du sort du Théâtre à Paris  15/10/2012

L'Adami inquiète du sort du Théâtre à Paris
L'Adami s'associe pleinement au SYNDEAC et aux syndicats SFA-CGT, SYNPTAC-CGT, SNLA-FO et FASAP-FO pour la défense du Théâtre Paris-Villette et s’inquiète de la situation de certains théâtres d’arrondissements subventionnés par la Mairie de Paris.

Après la fermeture du TEP et du Théâtre du Lierre, la mise en liquidation du Lavoir Moderne Parisien, la menace de fermeture du Théâtre Paris-Villette, l’Adami s’émeut de la disparition de telles scènes dans une capitale culturelle comme Paris. Cela prive le public et les artistes de lieux de création, de recherche et d’expérimentation, viviers indispensables au théâtre de demain.

Communiqué commun du Syndeac, SFA-CGT, SYNPTAC-CGT, SNLA-FO et FASAP-FO du 6 octobre 2012 sur le site du théâtre Paris-Villette >> theatre-paris-villette.com

Retrouvez toute l’actualité des artistes-interprètes sur >>adami.fr

Communiqué de l'Adami du 15 octobre 2012.
Pour info : L'Adami gère les droits des comédiens, des danseurs solistes et, pour le secteur musical, ceux des artistes-interprètes principaux : chanteurs, musiciens solistes et chefs d'orchestre pour la diffusion de leur travail enregistré. En 2011, elle a réparti 33 millions d'euros à 45 552 artistes.

Elle favorise le renouvellement des talents et consolide l'emploi artistique au moyen de ses aides à la création. En 2011, elle a soutenu 915 projets pour un budget total de 11,7 millions d'euros.

L’Adami compte 25 978 artistes associés au 31 décembre 2011.


Lire les autres brèves.
La Rédaction

Théâtre Paris-Villette en danger : Manifestation de soutien le 16 octobre 2012  13/10/2012

Une manifestation de soutien au Théâtre Paris-Villette aura lieu mardi 16 octobre à 11 h devant l'entrée principale du parvis de l'Hôtel de Ville.

À ce jour, la Mairie de Paris n'a pas répondu à la demande de rendez-vous du 6 octobre souhaité par l'Association de soutien pour le Théâtre Paris-Villette.
En conséquence, celle-ci demande instamment à la Ville de Paris de recevoir le 16 octobre une délégation composée de représentants du personnel du Théâtre, des organisations socio-professionnelles, des artistes programmés et des spectateurs.

Pour soutenir cette délégation, rejoignez la manifestation. La bataille se gagnera si la mobilisation est forte.

Rappel du communiqué du 6 octobre 2012

Les personnes - personnel permanent, spectateurs, artistes, organisations professionnelles* -, rassemblées ce 6 octobre veulent défendre le Théâtre Paris-Villette et exigent de la Ville de Paris :

1 - Qu'elle garantisse le maintien du personnel du Paris-Villette par des décisions concrètes et publiques avant le 15 octobre 2012 ;

2 - Qu'elle garantisse le maintien de la programmation 2012-2013 dans ce lieu par des décisions concrètes et publiques avant le 15 octobre 2012 ;

3 - Qu'elle s'engage pour garantir la présence pérenne de ce théâtre de création :

a) - à signer avant le 1er novembre 2012 une nouvelle convention avec l'Établissement Public du Parc et de la Grande Halle de la Villette ( EPPGHV ) puisque la convention actuelle échoit au 31 décembre 2012,

b) - à mettre en place un groupe de travail réunissant autour des représentants de la Ville de Paris, ceux de la région Île-de-France, ceux de l'État ainsi que des artistes, techniciens et personnel administratif du Théâtre Paris-Villette pour la définition du projet,

c) - à formuler les grandes lignes de ce projet avant le 31 mars 2013,

4 - Dans cette perspective, les personnes rassemblées et organisations présentes ce 6 octobre 2012 demandent au Maire de Paris de recevoir d'urgence une délégation des personnels du théâtre accompagnée des organisations professionnelles.

Nous accuserons réception des réponses de la Mairie de Paris lors d'un nouveau rassemblement :
RDV au Paris-Villette mardi 16 octobre à 20 h.

* SYNDEAC, SFA-CGT, SYNPTAC-CGT, SNLA-FO, FASAP-FO

>> theatre-paris-villette.com

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Olivier Chaudenson, nouveau directeur de la Maison de la Poésie à Paris  11/10/2012

Depuis 2006, la Maison de la Poésie - établissement municipal sous la direction de Claude Guerre et la présidence d’Emmanuel Hoog - a connu une véritable renaissance. Elle a permis d’ancrer la place du patrimoine poétique et des écritures contemporaines dans le paysage culturel parisien, avec le soutien constant de la Ville de Paris à hauteur de 900 000 euros par an.

Au terme de deux mandats de Claude Guerre, le Conseil d’administration de l’association - sur proposition de son nouveau président, Bernard Comment - vient de décider la nomination d’Olivier Chaudenson à la direction de la Maison de la Poésie.

Olivier Chaudenson dirige "Les Correspondances de Manosque", festival littéraire créé en 1999 avec l'écrivain Olivier Adam. Il a fondé en 2005 le premier réseau des événements littéraires (RELIEF) dont il est aujourd'hui le vice-président. Il a été le directeur artistique des trois éditions du festival "Paris en toutes lettres" de 2009 à 2011. Il est également conseiller littéraire pour "Marseille Provence 2013 Capitale européenne de la culture" et vient de créer la première édition des "Correspondances de Tanger".

Bernard Comment est, quant à lui, auteur d’une quinzaine de livres, éditeur et traducteur d’Antonio Tabucchi. Il a été directeur de la fiction à France Culture de 1999 à 2004. Il dirige la collection "Fiction & Cie" aux éditions du Seuil depuis 2004 et est conseiller de programmes à Arte depuis octobre 2011.

Le projet présenté par Olivier Chaudenson, après avoir conduit à la demande du maire de Paris une mission de réflexion et de concertation sur l’avenir de la Maison de la Poésie, est résolument ouvert et innovant. Il propose une scène de poésie vivante, une programmation rythmée et foisonnante, autour de nouvelles formes (lectures musicales, "siestes poétiques", "balades littéraires", cycles de poésie étrangère, etc.), où les poètes dialogueront avec d’autres artistes, comédiens et musiciens. Il donnera la priorité à la transmission, avec des actions pédagogiques en lien avec les écoles, les associations et les bibliothèques. Tout en renforçant la place de la poésie, il engagera une ouverture à l’ensemble de la création littéraire, pour offrir aux écrivains un lieu permanent à Paris, dédié à la littérature en scène, point de ralliement des nouveaux modes de rencontres entre les auteurs, les textes et le public. Un lieu où la voix des poètes et des écrivains, d’autant plus éclairante en temps de crise, trouvera son port d’attache.

Bertrand Delanoë, maire de Paris et Bruno Julliard, adjoint à la culture, se réjouissent de cette nouvelle page qui s’ouvre pour la Maison de la Poésie.

Photo : © Maison de la Poésie.

Communiqué de la Mairie de Paris du 11 octobre 2012.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Nomination de Benoît Lambert à la direction du Théâtre Dijon Bourgogne, centre dramatique national  02/10/2012

Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, en accord avec François Rebsamen, maire de Dijon, et François Patriat, président du conseil régional de Bourgogne, a nommé Benoît Lambert à la direction du Théâtre Dijon Bourgogne - Centre dramatique national (CDN).

Benoît Lambert, metteur en scène, a fondé en 1993 avec Emmanuel Vérité le Théâtre de la Tentative. Impliqué également dans la transmission de son art, il intervient auprès de plusieurs écoles supérieures d’art dramatique et anime de nombreux stages dans les centres dramatiques. Son projet envisage le CDN de Dijon comme une maison des artistes, avec la présence de comédiens, d’un metteur en scène et d’un écrivain associés ainsi que l’accueil d’une compagnie émergente. Le soutien aux compagnies indépendantes, la volonté d’une programmation forte et diversifiée ainsi que la place occupée par le Festival "Théâtre en mai" sont des points saillants de son projet. Il veut également mieux irriguer le territoire et favoriser l’insertion professionnelle.

Benoît Lambert succédera le 1er janvier 2013 à François Chattot qui poursuivra à compter de cette date son activité de création dans d’autres lieux.

Photo : "Que faire ? (le retour)", conception et mise en scène de Benoît Lambert. Avec Martine Schambacher et François Chattot © V. Arbelet.

Communiqué du Ministère de la Culture et de la Communication du 1er octobre 2012.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Présentation de la mission culture-acte 2  26/09/2012

Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, et Pierre Lescure ont présenté la mission culture-acte 2, lors d'une conférence de presse, mardi 25 septembre 2012, dans les locaux de l'Institut national d'histoire de l'art (INHA).

Durant cette conférence de presse, la Ministre a rappelé les objectifs de la mission de concertation sur les contenus numériques et la politique culturelle à l'ère du numérique confiée à Pierre Lescure.

La mission culture-acte 2 devra formuler des propositions de dispositifs d'action publique permettant de favoriser le développement des œuvres et des pratiques culturelles numérique, d'assurer l'accès de tous à celles-ci, de soutenir la création et la diversité, de valoriser leurs retombées économiques pour le territoire national, et de lutter contre la contrefaçon.

Pierre Lescure a ensuite présenté les membres de la mission et le calendrier des premières auditions, expliqué la méthode de travail et le premier diagnostic réalisé par ses équipes pour permettre à la France d'entrer dans "l'Acte II de l'exception culturelle".

Un site Internet est en ligne pour permettre d'accéder aux travaux de la mission, à la présentation des modalités de fonctionnement et des membres la composant :
>> culture-acte2.fr

Pour recueillir les commentaires, les avis et les idées de chacun, un blog a été créé. Le public pourra ainsi réagir, faire des suggestions, échanger et partager ses analyses et points de vue autour des sujets abordés par la mission pour alimenter ses réflexions :
>> culture-acte2-participer.fr

Photo : Aurélie Filippetti © David Millier/MCC.

Communiqué du Ministère de la Culture et de la Communication du 25 septembre 2012.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

3e édition de la Tournée Sacem/Chantier des Francos  21/09/2012

Cette année encore 12 talents du Chantier des Francos taillent la route… avec la Sacem et 6 salles de musiques actuelles du 4 octobre au 15 décembre 2012.

Quand on est artiste, et surtout jeune artiste, rien de tel que de jouer sur scène pour progresser. Pourtant, pas toujours facile de trouver des dates quand on débute… Et si le Chantier est un laboratoire, la scène reste le meilleur endroit pour mettre en pratique les expériences qu’on y a partagées.

C’est ce constat qui engendrera la création en 2010 de la Tournée Sacem/Chantier des Francos. Née d’une volonté commune entre la Sacem, les Francofolies et les salles de Musiques Actuelles, cette tournée a pour objectif la mise en avant de la création de jeunes artistes, constituant un véritable maillage inédit et original entre formation et diffusion et une nécessité absolue pour réussir une réelle insertion professionnelle. D’un accompagnement à l’autre, la Sacem crée ainsi le lien avec le Chantier des Francos, qu’elle soutient depuis de nombreuses années, ainsi que les lieux de diffusion, le tout s’inscrivant dans le temps.

La Tournée 2012 :
12 artistes Chantier des Francos : Nevchehirlian, Claire Denamur, Mustang, Rover, We wre Evergreen, Christine and the Queens, Théodore, Paul & Gabriel, Buridane, Maia Vidal, Cabadzi, Ben Mazué, François and the Atlas Mountains.

18 talents d’ici à découvrir : La Demoiselle Inconnue, Sir Alice, Fauve, Altam, Lee Harvey Asphalte, Mac Abbé et Le Zombie Orchestra, My Lady's House, Maggy Bolle, Go Butterfly, Gren Semé, Jim Fortuné, Maya Kamaty, Perrine Fifadji, Fabienne Bœuf, Calame, Moogaï, Elodie Rama, Manon.

6 salles de Musiques Actuelles : La Maroquinerie, Le Fil, La Poudrière, Le Karbardock, Le Rocher de Palmer, le Vip... Pour 6 villes : Paris, St Etienne, Belfort, l’Ile de La Réunion, Cenon, St Nazaire.
12 dates au total du 4 octobre et jusqu’au 15 décembre 2012.

Au programme :
Le concert public avec les trois artistes du Chantier.
Des showcases des artistes régionaux "Talents d’Ici" et un coaching artistique personnalisé par l’équipe pédagogique du Chantier des Francos.
Une grande réunion d’information sur les dispositifs d’accompagnement régionaux et nationaux pour tous les artistes et professionnels de la région.

>> sacem.fr
>> francofolies.fr

Photo : Christine and The Queens © DR.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

La SACD fête son patrimoine en musique  14/09/2012

Pour les journées européennes du patrimoine, la SACD accueille le public le samedi 15 septembre de 12 h à 18 h et le dimanche 16 septembre de 10 h à 18 h. Depuis six ans, la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques ouvre grand ses portes pour les journées européennes du patrimoine. En plein cœur du 9e arrondissement de Paris, elle vous fait découvrir les richesses de son patrimoine culturel et historique. Une occasion unique de venir visiter l’hôtel Blémont édifié en 1858 abritant la SACD depuis 1932.

De 14 h 30 à 18 h, la visite se fera en musique. Le compositeur Marc Deschamps accompagné au chant par Pedro Camarasa le samedi 16 septembre, puis par Antoine Tatich le dimanche 17, interprétera au piano des airs d’opérettes issus du répertoire musical de la SACD. Pas sur n’importe quel piano, sur celui du compositeur Maurice Yvain (1891-1965) installé dans le salon vert de la SACD.

La SACD, c'est deux cents ans d’histoire. L’hôtel particulier abritant la SACD depuis 1932 fut construit sous le Second Empire, puis acheté par le poète Émile Blémont (1839-1927), dont il porte désormais le nom. Il incarne, avec d’autres bâtiments du quartier tels que le musée Renan Schaeffer ou le Musée Gustave Moreau, l’esprit de ce que l’on appela la "Nouvelle Athènes". En effet, au milieu du XIXe siècle, l’espace compris entre la Chaussée d’Antin, Notre-Dame de Lorette et la barrière de Clichy, se transforma progressivement en un quartier en pleine effervescence intellectuelle où se côtoyaient un grand nombre d’écrivains, d’acteurs, de musiciens, de peintres et de grands bourgeois.

Lors de ces journées, ce sera l'occasion de découvrir les salons du rez-de-chaussée, la serre et le jardin dans leur ordonnance d’origine.

Journées européennes du patrimoine à la SACD.
Samedi 15 et dimanche 16 septembre 2012.
11, bis rue Ballu – PARIS 9e.
>> sacd.fr

Communiqué de la SACD du 13 septembre 2012

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Aurélie Filippetti se réjouit de la vitalité des Festivals d'été français et de leur impact économique sur les territoires  30/08/2012

La saison des festivals s’achève et le bilan positif est une preuve que la culture est un atout économique essentiel pour notre pays.

Ces nombreux festivals ont, cette année encore, rencontré un important succès auprès du public. Au festival d’Avignon, 125 000 entrées. Le festival d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence a accueilli près de 85 000 spectateurs, une fréquentation en hausse de 15 %. Les Eurockéennes de Belfort ont dépassé les 100 000 spectateurs et les Vieilles Charrues 188 000 spectateurs ; les Nuits de Fourvières sont passées de 133 000 à 166 000 spectateurs ; pour ses 10 ans, Rock en Seine a battu son record de fréquentation avec plus de 110 000 spectateurs.

A cela s’ajoutent de nouvelles opérations exemplaires comme le Voyage à Nantes qui fait redécouvrir une ville et son patrimoine à ses habitants et transforme Nantes en une nouvelle destination d’été pour les touristes grâce à la présence de l’art contemporain dans la ville.

La Culture est un enjeu économique pour tous les territoires car un festival offre aussi l’occasion de redécouvrir une ville, une région, de visiter une exposition ou un patrimoine remarquable, de profiter des capacités hôtelières et de restauration d’un terroir.

Les retombées économiques sont réelles : création d’emplois, consommation induite dans l’hôtellerie et sa restauration, rentabilité des infrastructures locales, retombées publicitaires. Les régions et les organisateurs l’ont bien perçu. Les études économiques démontrent que cet impact a un fort effet de levier, évalué entre 4 à 8 pour 1 € investi par la collectivité. L’Observatoire des politiques culturelles de Lorraine calcule par exemple que 1 € de subvention au théâtre du peuple de Bussang pour son festival d’été génère plus de 4 € de retombées économiques pour la Région. La Chambre de commerce et d’industrie estime pour sa part les retombées économiques de Jazz in Marciac à 7 millions d’euros.

Cette économie est essentielle aux régions. Elle participe à l’attractivité touristique des villes et à la visibilité internationale de notre pays. Nous entendons donc poursuivre les partenariats avec les collectivités territoriales qui soutiennent les efforts des nombreuses associations et des bénévoles qui participent à ces événements. Il ne faut pas oublier non plus que les festivals sont aussi des temps de démocratisation, d’apprentissage, d’émancipation individuelle et d’engagement collectif, quelque soit l’âge des participants.

Photo : Aurélie Filippetti lors de sa visite dans le festival Off d'Avignon 2012 © AF & C/Œil du Sabre.

Communiqué du Ministère de la Culture et de la Communication du 30 août 2012.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Michel Orier nommé Directeur général de la Création artistique  23/08/2012

Sur proposition d’Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, le Président de la République a nommé Michel Orier Directeur général de la Création artistique lors du Conseil des ministres du 22 août 2012. Il prendra ses fonctions à compter du 1er septembre 2012.

Michel Orier fut précédemment membre du cabinet de Catherine Tasca au ministère de la Culture et de la Communication puis directeur de MC2, la maison de la culture de Grenoble. Aurélie Filippetti a fait ainsi le choix d’un professionnel de la culture pour la mise en œuvre de la politique du ministère de la Culture et de la Communication pour le théâtre, la musique, la danse et l’ensemble des disciplines du spectacle vivant et pour les arts plastiques.

Michel Orier succède à Georges-François Hirsch.

Aurélie Filippetti tient à saluer l’action de Georges-François Hirsch, grand serviteur de l’État et de la culture, à la tête de la direction de la musique, de la danse, du théâtre et des spectacles, où il fut appelé en 2008, puis de la direction générale de la Création artistique, dont il fut chargé de la mise en place en 2010.

Georges-François Hirsch continuera à servir le monde de la culture dans le cadre de nouvelles missions.

Photo : Michel Orier © DR.

Communiqué du Ministère de la Culture et de la Communication du 23 août 2012.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Nomination de Sylvain Maurice à la direction du Théâtre de Sartrouville et des Yvelines, Centre dramatique national  08/08/2012

Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, en accord avec Pierre Fond, maire de Sartrouville, et Alain Schmitz, président du Conseil général des Yvelines, a nommé Sylvain Maurice à la direction du Théâtre de Sartrouville et des Yvelines – Centre dramatique national (CDN).

Ancien élève de l’École de Chaillot, Sylvain Maurice a été l'assistant d'Agathe Alexis, Philippe Adrien et Jean-Pierre Vincent. En 1992, il fonde sa compagnie, L'Ultime & Co, et s’implante dans les Yvelines. En janvier 2003, il est nommé directeur du Nouveau Théâtre de Besançon, Centre dramatique national de Besançon et de Franche-Comté. Il a quitté ses fonctions le 31 décembre 2011 après trois mandats de trois ans.

Son projet pour le Centre dramatique national de Sartrouville repose sur la constitution d’un ensemble artistique composé de sept artistes qui participeront à l’ensemble des missions du CDN afin d’impulser une nouvelle dynamique et de poursuivre le dialogue entre le théâtre, qui restera prépondérant, et d’autres disciplines artistiques. Sylvain Maurice affirme également sa volonté que le Centre dramatique national soit à la fois un espace de proximité et le point de départ de différentes actions "hors les murs" sur l’ensemble du territoire, tout en développant les échanges au niveau international. Il envisage par ailleurs de refonder le festival Odyssées, biennale de création dédiée à l’enfance et à la jeunesse.

Monsieur Sylvain Maurice succédera le 1er janvier 2013 à Laurent Fréchuret qui poursuivra à compter de cette date son activité de création au sein d'une compagnie indépendante.

Photo : Sylvain Maurice © DR.

Communiqué du Ministère de la Culture et de la Communication du 7 août 2012.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Rétablissement du taux réduit de TVA à 5,5 % sur les Livres et le Spectacle Vivant  20/07/2012

Vendredi 20 juillet à 5 h 40 du matin, l'Assemblée a adopté, dans le cadre du vote du projet de loi de finances rectificative adopté par la commission des finances, l'amendement n° 216 incorporé à l'article 24 de la Loi de finances rectificatives 2012 rétablissant le taux réduit de TVA à 5,5 % dans le secteur des livres et du spectacle vivant.

Extrait de l'Amendement n° 216 (présenté par M. Muet, M. Eckert, M. Bloche, M. Durand, M. Rogemont et M. Féron et les membres du groupe socialiste, républicain et citoyen) :
Article 24 :
I. – Substituer aux alinéas 1 à 5 les treize alinéas suivants :

« I. – Le code général des impôts est ainsi modifié :

« A. L’article 278‑0 bis est ainsi modifié :

« 1° Le A est complété par un 3° ainsi rédigé :

« 3° Les livres, y compris leur location. Le présent 3° s’applique aux livres sur tout type de support physique, y compris ceux fournis par téléchargement » ;

« 2° Il est complété par un F ainsi rédigé :

« F. 1° Les spectacles suivants : théâtres, théâtres de chansonniers, cirques, concerts, spectacles de variétés, à l’exception de ceux qui sont donnés dans les établissements où il est d’usage de consommer pendant les séances ;

« 2° Le prix du billet d'entrée donnant exclusivement accès à des concerts donnés dans des établissements où il est servi facultativement des consommations pendant le spectacle et dont l'exploitant est titulaire de la licence de la catégorie mentionnée au 1° de l'article D. 7122‑1 du code du travail. » ;

« B. Le 6° de l’article 278 bis est abrogé ;

« C. Les deuxième à sixième alinéas du b bis) et le b bis a de l’article 279 sont supprimés » ;

« D. Après le mot : « réduit », la fin du c de l’article 281 quater est ainsi rédigée : « de 5,5 % dans les conditions prévues au 2° du F de l’article 278‑0 bis » ;

« E. Le 2° du 1 du I de l’article 297 est ainsi modifié :

« 1° Au deuxième alinéa, la référence : « au 1° » est remplacée par la référence : « aux 1° et 3° » ;

« 2° Au dernier alinéa, la référence : « et E » est remplacée par la référence : « E et F ». »

II. – Compléter cet article par l’alinéa suivant :

« III. – La perte de recettes pour l’État est compensée à due concurrence par la création d’une taxe additionnelle aux droits visés aux articles 575 et 575 A du code général des impôts. »

Exposé sommaire
Cet amendement vise à rétablir le taux réduit de 5,5 % de la TVA applicable sur la billetterie des spectacles vivants. Cette mesure conforme à l'engagement pris par le Président de la République répond aux objectifs de préservation et de développement du secteur culturel tant au niveau de la création que de la diffusion de la culture.


Photo : © Assemblée nationale.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Lancement de la Moisson des Traductions le 13 juillet 2012  13/07/2012

Lancement de la Moisson des Traductions le 13 juillet 2012
À l’occasion de la rencontre "Présentation du théâtre français aux festivals d’Édimbourg" qui se tiendra le vendredi 13 juillet à 13 h au Conservatoire du Grand Avignon, la SACD présentera la première base de données bilingue répertoriant le plus grand nombre de traductions en toutes langues de pièces de théâtre d’auteurs contemporains francophones.

La Moisson des Traductions est une base de données bilingue - français/anglais - créée et hébergée par le site Entr’Actes. La création de cet outil est le résultat d’un constat fait par la SACD. Dans les années quatre-vingt-dix, il n’existait pas de base de données regroupant les traductions existantes des pièces francophones. Des auteurs, des traducteurs, des maisons d’édition théâtrale ont été contactés avec le souhait que ces traductions puissent circuler et favoriser les représentations des pièces, surtout dans les pays où il y avait peu d’aides à la traduction.

Mise à la disposition des professionnels du monde entier, la Moisson des Traductions est le fruit d’un travail de défrichage et de recensement. Elle s’enrichit des nouvelles données liées à l’actualité de la promotion, des contrats et des représentations à l’étranger. Elle favorise ainsi une meilleure circulation des œuvres et constitue un soutien à la mise en place de manifestations à l’étranger.

Avec le Fonds SACD de Traduction créé en 2011 et la Moisson des Traductions, la SACD affirme son soutien en faveur de la traduction des textes contemporains et de la diffusion des traductions.

Comment fonctionne la Moisson des Traductions ?
En 2012, elle recense plus de 6 000 traductions en 46 langues différentes de plus de 1 100 auteurs. Ces données peuvent faire l’objet d’une recherche par auteur, par traducteur, par langue et par pays. Si l’auteur est présent dans La Moisson des Auteurs, un lien permet d’avoir accès à sa biographie et à ses œuvres référencées (court résumé, nombre de personnages, extrait du texte, informations relatives à la création, etc.).

Découvrir le site français et anglais de la Moisson des Traductions.

>> Découvrez le programme détaillé de la SACD au Festival d’Avignon.

Communiqué de la SACD du 12 juillet 2012.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Avignon 2012 : l'égalité "homme femme" dans l'art et la culture... On peut en débattre !  12/07/2012

Avignon 2012 : l'égalité "homme femme" dans l'art et la culture... On peut en débattre !
Si la parité homme femme est revenue sur le devant de la scène dans notre pays à l'occasion des dernières élections présidentielle et législative, elle doit encore, malheureusement, connaître de grandes améliorations dans de nombreux domaines dont, aussi surprenant que cela puisse paraître, celui de l'art et de la culture.

En mai 2006, un premier rapport commandé par le Ministère de la Culture et de la Communication à Reine Prat - "Pour l'égal accès des hommes et des femmes aux postes de responsabilités, aux lieux de décision, à la maîtrise de la représentation dans le secteur du spectacle vivant" -, suivi d’un second en mai 2009 - "De l’interdit à l’empêchement" - mettent en évidence des discriminations dont on ne soupçonnait pas l’ampleur. Suite à cette première prise de conscience, des acteurs et actrices de la société civile décident d’agir, ce qui entraînera la naissance du mouvement H/F et la création d'une première association en Rhône-Alpes en 2008. Des collectifs et des associations H/F se forment ensuite dans plusieurs régions (Ile-de-France, Poitou-Charentes, Languedoc-Roussillon, Nord-Pas-de-Calais, Normandie, Picardie, Aquitaine, etc). Celles-ci se constituent en une Fédération inter-régionale lors du Festival d’Avignon 2011.

Les 8 collectifs H/F se retrouvent cette année (pour la quatrième année consécutive) au festival d'Avignon pour débattre et rencontrer le public et les professionnels.

● Mercredi 18 juillet : Journée Mouvement H/F : "Du constat des inégalités au passage à l'acte !"
Journée "coup de projecteurs" sur le Mouvement H/F et la diffusion de son Manifeste.
Sous le chapiteau du Village du Off :
> 14 h 30 - Conférence de Presse : lancement du Manifeste du mouvement H/F.
> 15 h - Débat "H/F impulse les Saisons Égalité hommes/femmes partout en France : réalisations et perspectives".
Ce débat sera consacré à la mise en place des Saisons Égalité partout en France, soulevant le problème de la gouvernance des lieux, des choix de production et de programmation des théâtres...
Invités : Christine Milleron (Le Lucernaire), François Rancillac (Théâtre de lʼAquarium), Romaric Daurier (Le Phénix, scène nationale de Valenciennes), des théâtres partenaires et des représentants du mouvement H/F.
> 17 h - Chronique critique des spectacles vus dans le Off à l'invitation de H/F.
En partenariat avec Avignon Festival & Compagnies.
Village du Off, 1 rue des Écoles, Avignon.

Sur la Péniche Rhône-Alpes :
> 15 h - Présentation et signature du Manifeste du mouvement H/F en présence de Jean-Jack Queyranne (Président du Conseil régional Rhône-Alpes) et Farida Boudaoud (Vice-présidente du Conseil régional Rhône-Alpes déléguée à la Culture et à la lutte contre les discriminations).
> 17 h : Bilan de la saison 1 Égalité homme-femme dans les arts et la culture en Rhône-Alpes et perspectives pour la saison 2 en présence des partenaires de la saison 1 et 2, et d'intervenants de différents secteurs artistiques.
En partenariat avec la Région Rhône-Alpes.
Péniche Rhône-Alpes, Quai de la Ligne, Avignon.

● Vendredi 20 juillet. Débat Festival d'Avignon - H/F : "Art et parité, mauvais genre ou genre nouveau ?"
De 15 h à 17 h dans la cour du Cloître Saint-Louis.

L'art et la culture, dans leurs spécificités, peuvent-ils intégrer l'idée de parité ?
Quels problèmes cela soulève-t-il ? Comment y remédier ?
Invités : Anne Bisang (metteuse en scène), Éric Fassin (sociologue), Geneviève Fraisse (philosophe), Jean-François Perrier (comédien), Nicole Pot (Inspectrice Générale des Affaires Culturelles, en charge de l'égalité homme-femme au Ministère de la Culture et de la Communication). Et d'autres invités et personnalités à confirmer.
Modération : Joëlle Gayot (journaliste et productrice à France Culture).
En partenariat avec le Festival d'Avignon.
Cour du Cloître Saint Louis, 20 rue du Portail Boquier, Avignon.

>> Signer le Manifeste du Mouvement H/F.

Photo : Affiche de l'un des spectacles des 3 Jeanne © DR. Martine Boéri créa, en compagnie de sa sœur Éliane et Chantal Pelletier (rejoint par Eva Darlan), les 3 Jeanne en 1976 (4 actrices pour cause d'alternance). Leur premier spectacle, "Je te le dis Jeanne c’est pas une vie la vie qu’on vit", démarre dans la petite salle de la Pizza du Marais et connaît immédiatement un énorme succès. La recette ? Épingler avec humour les rapports hommes-femmes...

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Les évènements Sacem aux Francofolies de La Rochelle  11/07/2012

Comme chaque année, la Sacem et les Francofolies (28e édition) s'associent pour mener différentes actions, avec pour principal objectif la mise en avant, notamment, de jeunes talents, de la création musicale pour le jeune public et de découvertes de musiques et de paroles actuelles d'ailleurs.

● Le "GRIN" d'ailleurs et d'Outre-Mer... Les 13 et 14 juillet, les Francofolies et la Sacem donneront un coup de projecteur sur un répertoire artistique singulier : la chanson et les musiques actuelles d’ailleurs et de l’Outre-Mer... une invitation au voyage à travers les continents et les cultures musicales qui permettra de découvrir deux artistes de la Réunion, Toguna et Christine Salem, et deux artistes des Antilles, Fred Deshayes et E.Sy Kennenga (Salle bleue de la Coursive à 17 h).

En complément, pour tous les professionnels de la filière musicale et curieux, le concert du 14 juillet sera suivi d’un temps de rencontres, le "Grin - Rencontre professionnelle autour de la chanson d’Outre-mer" (19 h, à la Coursive, Galerie d’exposition). Moment d’échanges privilégiés, il offrira une vitrine exceptionnelle pour ces artistes et à la filière musicale présente.

> Vendredi 13 juillet à 17 h – Salle Bleue de La Coursive : Toguna - Christine Salem (La Réunion).
> Samedi 14 juillet à 17 h –Salle Bleue de La Coursive : Fred Deshayes - E.Sy Kennenga (Les Antilles).

● Autre moments forts, les Francos Juniors fêtent leur âge de raison - 7e année - et poursuivent leur programmation en faveur de la création musicale pour le jeune public. Cette année, cinq spectacles de chanson seront présentés à 11 h à la salle Bleue de La Coursive : Michèle Bernard, Merlot, Compagnie Nid de Coucou, Tony Truant et Dorothée De Monfreid, François Hadji-Lazaro et Pigalle. Un CD de ces spectacles est édité par la Sacem et sera offert aux enfants. Une rencontre Grin des Francos Juniors aura également lieu le 12 juillet à 18 h 30, Stand Sacem (Patio).

● Les Jeunes Talents taillent la route... Le samedi 14 juillet à 12 h à l'Espace professionnel (Salle de presse Chantier) sera présenté la "Scène Sacem - Tournée Chantier des Francos 3e édition". Ce sera l'occasion de découvrir les artistes du Chantier des Francos qui seront en tournée à l'automne dans six salles de musiques actuelles soutenues par l'action culturelle de la Sacem à travers l'Hexagone.

● Les "Merenda Sacem", avec le Chantier des Francos... Ce sont trois rendez vous durant lesquels producteurs de spectacles, programmateurs, éditeurs, producteurs phonographiques, artistes du Chantier des Francos, journalistes, etc., peuvent se rencontrer et échanger de manière conviviale. Cette année les "Merenda Sacem" accueillent le Grin des Francos Juniors (rencontres professionnelles autour de la chanson jeune public) et une soirée spéciale French VIP.

> Jeudi 12 Juillet : Grin des Francos Juniors.
> Samedi 14 juillet : French VIP (avec Simon Kessler - Greenpiste Records).
> Dimanche 15 juillet : Clôture Francos à 18 h 30 - Stand Sacem au Patio.

Photo : Toguna © DR.

>> Les rendez-vous Sacem aux Francofolies.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Le centenaire de Jean Vilar sur France Culture  09/07/2012

France Culture célèbre Jean Vilar, fondateur du Festival d’Avignon né il y a cent ans, et lui rend hommage à travers des créations, des lectures et des rencontres, en direct, en public du Festival d’Avignon, mais aussi à l’antenne. Cet hommage se déroulera en deux temps :
● en juillet, en public durant le Festival d’Avignon, depuis le Musée Calvet et la Maison Jean Vilar ;
● en octobre sur l’antenne de la radio, en écho aux manifestations proposées par le Théâtre de Chaillot, la BNF et la Comédie-Française à Paris, le TNP à Villeurbanne et la Maison Jean Vilar en Avignon.
Toutes les productions réalisées, dont certaines enregistrées en public au festival d’Avignon, seront diffusées sur l'antenne de France Culture en juillet et en octobre, et disponible en podcast sur franceculture.fr.

● En public au Musée Calvet :
Lundi 16 juillet à 20 h : Concert-lecture de Miossec et Denis Lavant, "Perros, Vilar, voisins d’éternité". Textes de Georges Perros, mis en musique par Miossec et lus par Denis Lavant. Réalisation : Cédric Aussir.
Georges Perros, poète, fit partie de la troupe de Jean Vilar avec Gérard Philipe et Jeanne Moreau. Il fut lecteur pour le TNP pendant de longues années.
Diffusion le dimanche 4 novembre à 21 h dans Fiction/Théâtre et Cie dans le Cycle "Mémoire de Jean Vilar" en Octobre.

Jeudi 19 juillet 2012, 11 h : Émission spéciale Fiction/Changement de décor, "Vilar, le théâtre grand ouvert". Par Judith Sibony et Alexandre Plank.
Un portrait de Jean Vilar à partir de ses écrits, de ses entretiens radiophoniques.
Lecture par Arthur Nauzyciel et Dominique Valadié. Suivie d’une table ronde animée par Joëlle Gayot.
Diffusion à l’antenne le dimanche 22 juillet à 21 h dans Théâtre et Cie.

Vendredi 20 juillet à 20 h : "Juillet" de Denis Guénoun. Enregistrement en avant-première.
Dernière partie de la trilogie de Denis Guénoun, "Mai juin Juillet". Direction : Christian Schiaretti
Avec Robin Renucci et les comédiens de la troupe du TNP. Réalisation Blandine Masson.
Le projet de cette pièce (commande d’écriture de France Culture et du TNP) est de relater les événements qui ont secoué le théâtre en France durant l’année 68. À travers eux, c’est un regard sur l’évolution de la société française qui est proposé, ainsi que sur les mutations de l’idée de Révolution. "Juillet", dernière partie, met en scène Jean Vilar pendant les événements de 1968 au festival d’Avignon.
"Mai et Juin", les deux premières parties de cette pièce ont été enregistrées au festival d’Avignon en juillet 2011, avec la troupe du TNP, dirigée par Christian Schiaretti (réalisation de Jacques Taroni) et diffusées sur France Culture en novembre 2011 à l’occasion de l’ouverture du TNP.
Diffusion de "Juillet" à l’antenne le dimanche 28 octobre à 21 h dans Théâtre et Cie.
"Mai et Juin" seront mis à disposition pour écoute sur franceculture.fr

● En public à La Maison Jean Vilar :
Mercredi 11 et jeudi 12 juillet : "Dans le plus beau pays du monde" de Jean Vilar.
En public à la Maison Jean Vilar, dans le cadre de la convention avec la Comédie-Française - production Maison Jean Vilar.
Pièce de Jean Vilar, publiée à l’Avant-Scène Théâtre, lue pour la première fois par les Comédiens du Français, dans le jardin de la Maison Jean Vilar en juillet 2012. Direction : Jacques Lassalle.
Diffusion le samedi 27 octobre à 21 h dans Fiction/Drôles de drames, dans le Cycle "Mémoire de Jean Vilar" en Octobre.

● Également à l’antenne :
Du 2 au 7 juillet et du 16 au 20 juillet, 20 h 30 : "Le feuilleton d’Avignon", par Bruno Tackels.
Les dix premiers épisodes d’une série consacrée à l’histoire du festival d’Avignon - Les années Vilar.

Samedi 14 juillet, 16 h : "Une vie, une œuvre", coordonné par Matthieu Garrigou-Lagrange.
"Jean Vilar" par Laetitia Le Guay. Réalisation : Marie-Laure Ciboulet.

À partir du 22 octobre 19 h 55 : Fiction/le feuilleton "Vilar ou la ligne droite".
Denis Podalydès lit chaque soir la correspondance de Jean Vilar à sa femme Andrée, 1941- 1971.

Du lundi 29 octobre au vendredi 2 novembre 2012 à 11 h 50 :
"Théâtre populaire, une histoire d’avant garde" par Judith Sibony. Micro Fictions.
Réalisation Michel Sidoroff. Dans le Cycle "Mémoire de Jean Vilar" en Octobre.

Musée Calvet, 65, rue Joseph Vernet, Avignon.

La Maison Jean Vilar, 8, rue Mons, Avignon.


Enregistrements en public : entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.
Photo : Jean Vilar © DR.
La Rédaction

Rencontre avec les auteurs... Avec la SACD à Avignon 2012  07/07/2012

La SACD, comme toutes les autres sociétés d’auteurs, perçoit une rémunération pour les auteurs au titre de la copie privée des œuvres de son répertoire. La loi prévoit que 25 % de cette rémunération est dédié aux actions culturelles afin d’aider la création, la diffusion et la formation d’artistes. C'est dans ce cadre que la SACD explore chaque été, en collaboration avec les plus grands festivals, les formes d’écritures du spectacle vivant les plus diverses et les plus inventives, en créant des rencontres étonnantes entre auteurs d’univers et de disciplines différents.

Parmi ces festivals, Avignon est bien évidemment, chaque année, un rendez-vous important et riche en échanges entre tous les professionnels du spectacle vivant. Parmi les rencontres orchestrées par la SACD, en voici quatre pôles essentiels.

● Des SujetS à Vif (en coproduction avec le Festival d’Avignon) : Mitia Fedotenko rencontre François Tanguy ; Michaël Allibert rencontre Aude Lachaise ; Olivia Rosenthal rencontre Chloé Moglia ; Nicolas Truong rencontre Nicolas Bouchaud et Valérie Dréville (9 au 15/07) ; Jonah Bokaer rencontre David Hallberg ; Stanislas Roquette rencontre Valère Novarina ; Laurent Chétouane rencontre Mikael Marklund ; Grégory Maqoma rencontre Dada Masilo (20 au 26/07).

Conférence de presse des Programme A&B : le samedi 7 juillet à partir de 12 h 30.
Conférence de presse des Programmes C&D : le mercredi 18 juillet à partir de 12 h 30.
>> Programme complet des "SujetS à Vif"

● Des Rendez-vous du Conservatoire du Grand Avignon. La SACD s’installe au Conservatoire du Grand Avignon et crée ainsi un lieu unique entièrement destiné aux auteurs. La SACD souhaite faire de ce lieu d’exception riche de savoir et de formation, un espace consacré au partage, à l’échange et à l’information en plein cœur d’Avignon et pour ce faire elle invite de grands noms du spectacle vivant qui iront à la rencontre du public : Didier Lockwood (09/07), Christophe Honoré (10/07), Guy Bedos (18/07), Régine Chopinot (19/07) Dieudonné Niangouna (20/07) et Christian Schiaretti (21/07), Robin Renucci (21/07), Jean-Paul Farré (21/07)…

● Avec France Culture :
Voix d’auteurs le 15/07 : Caroline Lamarche lu par Dominique Blanc et Christian Siméon lu par Alexandra Lamy.
Concert-lecture de Perros par Miossec et Tcheky Karyo le 16/07.
Soirée France Culture, SACD et TNP le 20 /07 : "Juillet", extrait de la pièce de Denis Guénoun "Mai, juin, juillet". Texte lu par la troupe du Théâtre National Populaire et Robin Renucci, dirigée par Christian Schiaretti.

● Avec Arte : À découvrir sur les sites Arte TV et SACD :
La SACD accueille du 7 au 21 juillet au Conservatoire du Grand Avignon les vidéo-matons des compagnies du Off. Comme chaque année, les étudiants du Conservatoire décerneront leurs coups de cœur du Off.

Photo : Robin Renucci sera présent aux Rendez-vous du Conservatoire le 21 juillet © DR.

>> Découvrez le programme détaillé de la SACD au Festival d’Avignon.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

La SACD au Festival d’Avignon... Vendredi 13 à l'heure anglaise !  05/07/2012

Simon McBurney, artiste associé du 66e Festival d'Avignon © Christophe Raynaud de Lage.
Le vendredi 13 juillet, la SACD se met à l’heure anglaise. Installée au Conservatoire du Grand Avignon, la SACD veut faire de ce lieu d’exception un espace dédié aux auteurs et consacré au partage, à l’échange et à l’information en plein cœur d’Avignon. Cette année, les britanniques étant à l’honneur au Festival d’Avignon avec des artistes confirmés comme Simon McBurney artiste associé de l’édition 2012, ou des jeunes artistes talentueux comme Katie Mitchell, la SACD propose une journée consacrée aux liens entre le théâtre britannique et le théâtre français à travers les festivals d’Avignon et d’Édimbourg. Elle propose trois rencontres le vendredi 13 au Conservatoire d’Avignon.

● 13 h - 14 h 30 à l'Auditorium Mozart.
Présence du théâtre français aux Festivals d’Édimbourg 2012 : traverser les frontières.
À partir d’interventions et de témoignages, cette rencontre reviendra sur la présence du théâtre français aux Festivals d’Édimbourg : Festival International d’Édimbourg, Festival Fringe d’Édimbourg et Festivals Edinburgh.
À cette occasion, la SACD présentera son action culturelle à l’international : le Fonds SACD de Traduction, la Moisson des Traductions et le Bal littéraire.
Cette rencontre permettra aux directeurs de Summerhall et de l’Institut français d’Écosse de présenter leur lieu.

En présence de : Vincent Baudriller (sous réserve), directeur du Festival d’Avignon ; Jonathan Mills, directeur du Festival International d’Édimbourg ; Faith Liddell, directrice de Festivals Edinburgh ; Kath Mainland, directrice de l’Edinburgh Festival Fringe Society ; Rupert Thomson, directeur de Summerhall, Édimbourg ; Sandrine Grataloup, responsable de la promotion internationale, SACD ; Vincent Guérin, directeur de l’Institut français d’Écosse ; Achille Grimaud, auteur et conteur ; Lula Béry, auteure et actrice ; Barbara Sylvain, auteure et actrice ; et Laetitia Zaepffel, codirectrice de L’Atelier du Plateau, Paris.
En partenariat avec Festivals Edinburgh et l’Institut français d’Écosse.

● 15 h - 17 h à l'Auditorium Mozart.
Master Class avec Richard Gregory, directeur artistique de la Compagnie Quarantine.
Summerhall propose une Master Class de Richard Gregory sur le rapport de la compagnie Quarantine à la création théâtrale, sur la façon dont sont développés les projets à partir des histoires personnelles des artistes.

La Compagnie Quarantine a été fondée en 1998 à Manchester par les metteurs en scène Richard Gregory et Renny O’Shea, et par le designer Simon Banham. Ils travaillent, avec une constellation mouvante de collaborateurs, professionnels ou non, à explorer les diverses formes de la performance et du changement social. Un travail reconnu internationalement comme étant à l’avant-garde du "reality theatre" (théâtre de la réalité). En partenariat avec Summerhall et le British Council.

● 17 h 30 - 19 h au Bar SACD, cour du Conservatoire.
Édimbourg, une plateforme internationale ouverte à tous les artistes et producteurs.
À l’occasion de cette journée consacrée aux échanges franco-britanniques, la SACD conclut ces différentes rencontres autour d’un verre dans le bar du 5 à 7. Ce moment de convivialité et d’échanges donne l’opportunité d’aller à la rencontre des présidents et directeurs des festivals Avignon OFF, Edinburgh Festival Fringe Society et Festivals Edinburgh (qui représente l’ensemble des 12 Festivals d’Édimbourg).

En présence de : Greg Germain, Président d’Avignon Festival & Compagnies-Le OFF, Kath Mainland, directrice de l’Edinburgh Festival Fringe Society, et Faith Liddell, directrice de Festivals Edinburgh. En partenariat avec Festivals Edinburgh.

Photo : Simon McBurney, artiste associé du 66e Festival d'Avignon - © Christophe Raynaud de Lage.

>> Découvrez le programme détaillé de la SACD au Festival d’Avignon.

Communiqué de la SACD du 4 juillet 2012.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

1 ... « 13 14 15 16 17 18 19 » ... 27







À découvrir

"L'Écume des jours"… Étonnant et détonnant !

C'est une pièce renversante montée par Claudie Russo-Pelosi à partir d'un roman qui l'est tout autant même si, de son vivant, Boris Vian n'a pas connu la popularité et la reconnaissance qu'il obtiendra ensuite. Dans une mise en scène qui s'appuie aussi sur quelques-unes de ses chansons, sur l'un de ses poèmes et sur le jazz de Duke Ellington, bousculé par un rap, l'amour entre Chloé et Colin prend une tonalité presque surréaliste en écho au style de l'artiste.

© Les Joues Rouges.
Boris Vian (1920-1959), l'homme aux mille qualités artistiques et aux mille vies. Scientifique, démarrant sa vie professionnelle à l'AFNOR (Agence Française de NORmalisation), musicien, écrivain, nouvelliste, chroniqueur, chanteur, poète, dramaturge, critique musical, directeur artistique, Satrape du collège de Pataphysique, il a touché, marqué et influencé différents domaines de l'art. Grand animateur de Saint-Germain-des-Prés où il a été l'un des premiers musiciens du célèbre Tabou, il avait pour passion le jazz et a joué un moment en tant que trompettiste dans le groupe de Claude Luter (1923-2006). Il a influencé des artistes comme Gainsbourg (1928-1991) par ses compositions et ses interprétations. Sous le pseudonyme de Vernon Sullivan, il a écrit aussi des romans, de type américain, dont le plus connu, "J'irai cracher sur vos tombes" (1946), lui a valu autant la célébrité que les ennuis fiscaux.

Mettre en scène un roman est toujours un exercice de réécriture et celui que la troupe "Les Joues Rouges" effectue de "L'Écume des jours" (1946) donne à l'œuvre une lecture théâtrale vive, condensée et musicale. Le roman a eu une reconnaissance tardive, bien après la mort de l'écrivain et bien qu'il ait eu l'appui de Raymond Queneau (1903-1976) et de Jean-Paul Sartre (1905-1980) lors de sa parution. Il a été écrit très rapidement, de mars à mai 1946. C'est une histoire d'amitiés, de désirs, d'amours, de maladie, de mort, de solitude et de couples autour, entre autres, de Chloé (Lou Tilly) et Colin (Ethan Oliel), de Chick (Stéphane Piller) et Alise (Aurore Streich).

Safidin Alouache
04/08/2022
Spectacle à la Une

"L'Alchimiste" Un bien joli voyage théâtral !

Dans une création théâtrale du célèbre roman de Paulo Coelho, le metteur en scène comédien Benjamin Bouzy réussit à créer, dans une simple mais belle scénographie, un voyage autant intérieur qu'extérieur de Santiago, en quête de sa vérité, qui découvre le monde avec ses secrets, ses trésors et ses surprises.

© Matthieu Lionnard.
C'est le mariage d'un conte philosophique, celui de "L'Alchimiste" ("O Alquimista", 1988) de Paulo Coelho et du théâtre, mis en scène par Benjamin Bouzy. À la recherche de sa légende personnelle, pour reprendre les termes de l'auteur brésilien, avec son langage du cœur, ses signes et à la découverte de l'âme du monde, le berger andalou Santiago (Benjamin Bouzy) nous mène du Maroc vers les pyramides d'Égypte en passant par le Sahara. C'est un véritable concentré de poésie et d'actions.

La voix claire, sans tension durant toute la représentation, Santiago porte avec lui le "mektoub", à savoir "ce qui est écrit" comme un parfum de fatalité plein d'espoir. Bien avant qu'il réalise ce que c'est réellement, il l'habite avec quiétude et parfois inquiétude dans les multiples événements qu'il vit. Sa voix, durant ceux-ci, fait l'écho d'une certaine fragilité à la fois poétique et naïve.

L'histoire est racontée au fil de l'eau par deux conteurs, Myriam Anbare et Fabien Floris, qui jouent aussi, à eux deux, tous les autres rôles. Seul Benjamin Bouzy reste dans son personnage. Cette découpe entre conte et actions, récit et situations donnent à la pièce une double dimension avec la parole et l'écrit, le théâtre et le roman. Les actions s'enchaînent dans des tableaux avec, pour chacun, leur décor et leur ambiance. Nous sommes ainsi projetés dans un ailleurs situé dans plusieurs lieux avec un récit qui se décline sous différentes conjugaisons.

Safidin Alouache
06/09/2022
Spectacle à la Une

"Le Dépôt Amoureux" Ou l'art de revisiter de façon tout autant scientifique qu'humoristique le mystère de l'amour et du désamour

Associer avec justesse et inventivité une narration légèrement décalée - du fait de la transposition du traumatisme de la rupture amoureuse d'un patient nommé Noé dans le milieu hospitalier puis dans un centre de rééducation du cœur - et la danse, dont les chorégraphies exprimées peuvent nous mener, selon les interprétations de chacun, dans les méandres du cerveau où s'affrontent les sentiments opposés issus du chagrin d'amour, ou plus exactement de la maladie intitulée ici avec humour… le "Separatus Brutus", telle est la folle création théâtrale, ludique, dynamique et cocasse de la Cie Tout le monde n'est pas normal… Et on veut bien le croire !

© Festival Toi, moi and Co & Ema Martin.
Sur scène, un patient accoutré en mode opératoire d'un linge blanc et entouré de blouses tout aussi blanches qu'on imagine être celles d'une chirurgienne et de quelques autres personnels de santé. L'opéré, Noé, naufragé du cœur après avoir navigué sur l'arche du bonheur, a subi une rupture tout aussi cardiaque que mentale, maladie connue sous le nom évocateur - bien qu'à consonance latine - de "Separatus Brutus".

L'opération chirurgicale est représentée de façon abstraite par le retrait de filaments rouges dans le dos de notre dépité amoureux sous anesthésie. Énumération des actes pratiqués et des suites prévues, envisagés en usant de termes scientifiques propres à consolider la véracité de l'acte médical. C'est la première fois que Noé est atteint de ce mal. Dans son cas, l'annonce de la "fracturation" s'est faite sur l'oreiller avec malheureusement pour lui l'option "rester amoureux" ! Noé, rescapé, survivant, d'un naufrage sentimental.

Diagnostiquer, narrer comme s'il s'agissait d'une opération cardiaque, à cœur "en mal d'amour" ouvert. Après l'intervention vient le temps de la convalescence, direction un centre de rééducation du cœur faisant aussi office d'unité expérimentale de recherche sur le "Separatus Brutus". Dans ce lieu, véritable "dépôt amoureux", on imagine aisément un hangar dans lequel on retrouve des personnages errant comme des âmes en peine. Noé va donc y faire des rencontres nocturnes, issus de son imaginaire… ou pas !

Gil Chauveau
21/09/2022