La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Valer Sabadus, l'ange consolateur au festival Terpsichore

Depuis le 5 et jusqu'au 30 novembre, le Festival Terpsichore programme douze concerts, pour sa deuxième édition, avec un choix d'œuvres du répertoire baroque autour de Bach et de ses prédécesseurs. Entendu le 17, en l'Église Saint-Louis-en-l'Île, le contre-ténor Valer Sabadus nous a singulièrement permis d'échapper un moment à l'horreur du monde. Son deuxième CD consacré à Antonio Caldara vient de sortir chez Sony Classical.



© Jean-Baptiste Millot.
© Jean-Baptiste Millot.
Le claveciniste et chef d'orchestre américain Skip Sempé, directeur artistique du festival Terpsichore depuis sa création l'an dernier, a invité pour cette édition 2015 des ensembles européens et américains, et quelques artistes d'envergure tels Pierre Hantaï, Jean Rondeau ou encore Olivier Fortin et son Ensemble Masques (entre autres) dans trois des plus jolis lieux de la capitale : la Salle Erard, le Temple de Templemont et cette Église Saint-Louis-en-l'Île - seule église parisienne possédant un orgue baroque allemand - sise dans un antique quartier préservé du vacarme du monde.

En cette soirée du 17 novembre, le chef américain dirigeait le Helsinki Baroque Orchestra - qui faisait ses débuts en France - dans un programme Purcell, Haendel, Bach et avec le tout jeune contre-ténor d'origine roumaine Valer Sabadus. La prestation de l'ensemble finlandais déçoit quelque peu sous la direction de Skip Sempé dans certains passages instrumentaux (comme ce 9e Concerto Brandebourgeois, une version "reconstruite" par Bruce Haynes à partir de BWV 11/1 et 34/5), manquant dramatiquement d'éclat voire présentant parfois de véritables décrochages de certains solistes (dans le Largo en si bémol de Haendel). La recherche de l'expressivité dans une version qui se veut historiquement informée ne rachète pas toujours un certain brouillage des architectures sonores - pour un jeu vraiment peu incisif. Seuls les cuivres (derrière le public et près de l'orgue) nous sauvent d'une certaine torpeur.

© Jean-Baptiste Millot.
© Jean-Baptiste Millot.
Mais dans des arias extraites d'opéras de Purcell ("The Fairy Queen", "King Arthur"), de Haendel ("Imeneo") et Vivaldi ("Andromeda liberata"), le sopraniste Valer Sabatus, par la grâce aérienne d'une voix au timbre adamantin, nous soustrait à nos soucis et chagrins. L'engagement de l'artiste, qui accompagne son chant de gestes dansants, n'a d'égal que l'envoûtante émotion produite par une voix flexible, sensuelle, aisée dans les aigus et un phrasé varié et élégant. Sa virtuosité toujours au service de l'expression fait mouche - malgré quelques limites dans le registre plus grave.

Des qualités précieuses qu'on retrouvera dans son dernier enregistrement de "l'Arie concertate" du compositeur vénitien Antonio Caldara sorti très récemment. Le contre-ténor, révélé par l'Académie lyrique du Festival d'Aix-en-Provence en 2013, rend pleine justice à ce musicien célèbre de son vivant et tombé depuis dans l'oubli - éclipsé par ceux-là mêmes que le chanteur a si bien servis en cette soirée du festival Terpsichore. Le CD offre par ailleurs six pièces inédites au disque de ce second maître de chapelle à la cour de Vienne au XVIIIe siècle. Une redécouverte à ne pas manquer.

Prochain concert Festival Terpsichore :
30 novembre 2015 à 20 h 30.
Église Saint-Louis-en-l'Île.
Rue Saint-Louis-en-l'Île, Paris 4e.
>> terpsichore-festival.com

Prochain concert de Valer Sabadus,
"Duetti d'amore" avec Emöke Barath et Il Pomo d'Oro :

13 février 2016 à 20 h.
Salle Gaveau, 45-47 rue La Boétie, Paris 8e.
Tél. : 01 49 53 05 07.

● "Caldara (1670-1736)".
Valer Sabadus, contre-ténor.
Ensemble Nuovo Aspetto.
Michael Dücker, direction.
Label : Sony Classical.
Sortie : 13 novembre 2015.

Christine Ducq
Mardi 24 Novembre 2015

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020