La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

VOCES8, la musique au chœur !

Le chœur VOCES8, ambassadeur de l'excellence du chant britannique, est à nouveau invité à participer à divers festivals et événements en France. En préambule au Festival de la Vézère, on pourra vérifier cette semaine son engagement pour l'éducation du jeune public puisqu'il accueillera sur scène pour deux concerts trois cents enfants qu'il a formés tout au long de l'année.



© DR.
© DR.
Qu'est-ce qu'une passion si elle est de moins en moins partagée par le public ? À cette question récurrente du monde musical "classique", le chœur a cappella anglais VOCES8 a répondu depuis longtemps : le public de demain doit être appelé dès aujourd'hui à partager la joie du chant pratiqué collectivement. Un engagement fort qui est au cœur de son identité dès sa professionnalisation en 2007. Créé par des choristes issus du vénérable Westminster Abbey Choir, VOCES8 (avec ses huit solistes) n'a cessé de travailler avec des établissements scolaires au Royaume-Uni et ce, dès ses débuts, essaimant vite ses ateliers et ses master-classes en Europe (dont l'Allemagne et la France) - entre deux tournées internationales.

Cette ouverture se signale dès l'abord dans le choix de leur répertoire : des polyphonies de la Renaissance aux créations contemporaines, sans oublier des arrangements populaires et des incursions dans la pop et le jazz. Le chœur a par ailleurs noué une relation spéciale avec le compositeur Jonathan Dove, dont il chante une pièce à chacun de ses concerts (jusqu'en 2019). Paul Smith, un des fondateurs, a également publié une "Méthode VOCES8" pour accompagner la formation musicale touchant des dizaines de milliers d'enfants - un chiffre considérable.

Aujourd'hui VOCES8 est composé d'une nouvelle génération de chanteurs* qui joue un rôle central dans l'action éducative du Festival de la Vézère, sis en Corrèze. Depuis trois ans, cinq cents enfants issus d'écoles primaires et de collèges d'Uzerche, d'Objat et de Brive (des établissements relevant de l'éducation prioritaire) ont bénéficié de cette aventure humaniste et musicale. Une vraie bonne nouvelle quand on sait que la France manque encore d'une réelle culture du chant implantée dans toute la société.

© DR.
© DR.
Cette semaine la restitution des ateliers menés avec les élèves va donner lieu à deux concerts originaux.VOCES8 montera donc sur scène avec trois cents enfants - une action en pleine expansion année après année puisque le chant se fait, dans ce public, accélérateur d'intégration et de riches apprentissages divers.

Des musiques de films revisitées et arrangées pour le chant a cappella sont au programme de ces deux concerts qui devraient attirer un vaste public (dont les familles) souvent éloignées de ce type de répertoire. Une bien jolie façon de préparer le festival corrézien qui ouvrira ses portes le 5 juillet 2018. Pour les amateurs du reste de la France, de nombreuses dates leur permettront de retrouver (ou découvrir) ce généreux et talentueux ensemble - que certains ont eu la chance d'écouter à La Folle Journée de Nantes. Leur dernier CD "Equinox" est sorti en janvier 2018.

* VOCES8 est composé de huit chanteurs : les sopranos Eleonore Cockerham, Andrea Halsey, les contre-ténors Barnaby Smith, Chris Wardle, les ténors Sam Dressel, Blake Morgan, le baryton Rob Clark et la basse Jonathan Pacey.

© DR.
© DR.
VOCES8 et Chœur d'enfants, "A Night at the movies", Festival de la Vézère.

Jeudi 31 mai 2018 à 20 h 30.
Halle Huguenot à Uzerche.
Vendredi 1er juin 2018 à 19 h.
Salle des Congrès d'Objat.
>> festival-vezere.com

Tournée VOCES8

Samedi 2 juin 2018 : Parlement Européen de Strasbourg (67).
Jeudi 14 et vendredi 15 juin 2018 à 20h : Opéra-Théâtre de Clermont-Ferrand (63), avec les collégiens et l'Orchestre d'Auvergne.
Samedi 7 juillet 2018 : "A Night at the movies", Abbatiale Saint-Sauveur de Redon (35).
Mercredi 18 juillet 2018 à 19 h 30 : Festival de Saintes (17).
Mardi 7 août 2018 : Festival de Lessay (50).

Christine Ducq
Jeudi 31 Mai 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB

PUB

PUB

PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

Festival au village : "Des coulisses à la scène"

C'est un village sur la route entre Niort et la Rochelle. Objet d'une halte pour le délassement des jambes, le temps d'un égaiement des enfants, d'une course à la supérette. Brioux est un village ordinaire de ceux que l'on traverse sous le soleil sur la route des vacances. Que l'on mésestime…

Festival au village :
Et c'est bien dommage car les habitants qui savent qu'il n'est de richesses que d'hommes,(comme disait Jean Bodin à la Renaissance) vivent comme un Bonheur à préparer, à organiser d'une année sur l'autre un festival bref mais constant dans la durée. Derrière les murs, sous les toits. Sous un chapiteau, sur la place, dans les granges. C'est la 30e édition du festival au village et Jean Pierre Bodin (autre Bodin), de la Compagnie La Mouline en est le directeur artistique.

Né en 1988... tout , tout petit avec sa poignée de bénévoles, le festival a fêté ses 10 ans au son des violons de Bratsch. ses 20 ans avec un livre témoin, ses 25 ans avec 25 artistes et 150 bénévoles qui se sont applaudis mutuellement.

Pour ses 30 ans il sera précédé d'un prologue démesuré. Trente artistes et les bénévoles passeront 30 heures ensemble du samedi 7 juillet à 17 h au dimanche 8 juillet 23 h avec, en vrac, spectacle de cirque, théâtre, chanson, apéro-concert, illuminations de Carabosse, grand bal... Pour l'amateur de marathon est prévu un dortoir à la belle étoile, avec lits et couvertures.

Jean Grapin
28/06/2018
Spectacle à la Une

•Avignon Off 2018• "Barbara amoureuse"… Ah qu'il est doux le temps des amours

Caroline Montier chante "Barbara amoureuse", L'Atypik Théâtre, Avignon

Chanter l'amour comme une femme, chanter l'amour de toutes les femmes, et interpréter celle qui sut tant aimer les hommes ainsi que son public. Dans une belle et élégante simplicité, Caroline Montier nous offre quelques joyaux mélodiques et poétiques de la grande Barbara, éternelle amoureuse.

•Avignon Off 2018•
Parti-pris judicieux, Caroline Montier a puisé dans le répertoire de jeunesse de la dame en noir, époque L’Écluse, Bobino (en première partie de Félix Marten en 61 et de Brassens en 64, puis en vedette en 65), et des premiers Olympia… Période Barbara jeune, tendre, passionnée ou orageuse amante. Une femme qui, à ses débuts, fut tout aussi timide et réservée que mutine et fougueuse, aimant tant l'amour que les hommes qui souvent l'ont comblée.

De titres connus ("Dis, quand reviendras-tu", 1ère version 1962 ou "La Solitude", 1965) à ceux qui le sont moins ("Pierre", 1964 ou "Gare de Lyon", 1964), Caroline Montier a construit un récital sur ces aventures qui ont jalonné sa vie, mais ici avec un choix de chansons enregistrées par Barbara entre 1962 et 1968, avec une prédilection pour des compositions de 64 ("Toi l'homme", "Je ne sais pas dire", "Septembre"…) ou de 68 ("Du bout des lèvres", "Amoureuse", "Le Testament", "Tu sais"…).

Dans cette exploration originale, Caroline Montier fait le choix d'aller croquer un rayon de soleil dans les amours de Barbara, apportant, avec subtilité et talent, une touche de grâce à l'ensemble.

Gil Chauveau
22/06/2018
Sortie à la Une

"Dévaste-moi"… Persuasion et précision artistique… Pour une nouvelle façon de percevoir un spectacle

"Dévaste-moi", International Visual Theatre, Paris

Airs célèbres d'opéra, chansons rock, romances populaires. Dans son dernier spectacle "Dévaste moi"*, Emmanuelle Laborit chante et danse, livre des confidences à son public, elle fait le show. Avec ses musicos, (ses boys), tout le tralala et ses effets, les surtitrages qui ponctuent avec humour le tour de chant.

Elle met en place avec le soutien de Johanny Bert (qui met en scène) une forme éclectique de théâtre-danse et de music-hall mêlés. Le spectacle est à bien des égards vertigineux.

C'est que, au cas présent, l'artiste ne peut parler ni entendre les sons. Les mots et le sens ne peuvent pas sortir de la bouche. Tout le spectacle est en langage des signes. Interprété, pas traduit. En chantsigne.

Ce qui donne quelque chose de déroutant d'étonnamment maîtrisé qui dépasse très largement la notion de mimodrame et oblige le spectateur qui fait parti des "entendants" à reconsidérer sa manière de percevoir un spectacle.

Car à l'inverse des repères traditionnels qui élaborent un espace scénique dans lequel le sens circule entre les deux bornes de l'indicible : celles de l'obscène et du sublime, la prestation d'Emmanuelle Laborit passe par le bout des doigts et se transmet à tout le corps sans tabous avec la seule force de la persuasion et de la précision artistique. C'est toute la personne qui exprime le poids des sensations, la raison des sentiments ainsi que les effets de style.

Jean Grapin
15/11/2017