La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Une journée particulière avec "Don Giovanni" ? Prenez la direction Dijon !

À l’Opéra de Dijon, la création se porte très bien ! Dans le beau vaisseau amiral de l’Auditorium aux lignes futuristes, Laurent Joyeux nous propose en mars une nouvelle production du dramma giocoso le plus fascinant de Wolfgang Amadeus Mozart : un "Don Giovanni" à l’affiche des plus excitantes.



Maquette du décor de "Don Giovanni" © DR.
Maquette du décor de "Don Giovanni" © DR.
Depuis quelques années, à l’Opéra de Dijon, les choix opérés comme les coopérations artistiques nouées s’attachent à redonner à la capitale de la Bourgogne sa place de carrefour culturel européen d’antan. Après une programmation autour de Vienne et un hommage à Debussy - entre autres nombreux événements - et avant un Ring wagnérien prévu en octobre, l’Opéra crée encore l’événement en proposant une nouvelle production de "Don Giovanni" en mars 2013.

Comment nous mettre l’eau à la bouche, à nous qui avons encore en mémoire la production de Michael Haneke à Bastille ? C’est en innovant avec une recette à base de jeunes talents, de choix pointus et d’une bonne dose de passion ! Jean-Yves Ruf, jeune metteur en scène déjà remarqué pour son travail sur les scènes les plus "hypes" de notre belle nation, pose ses valises à Dijon avant de livrer sa vision de "l'Elena" de Cavalli au Festival d’Aix cet été. Il a choisi une version peu connue de l’opéra de Mozart : en l’occurrence la première, celle de la création en octobre 1787 au Théâtre des États de Prague. Eh oui, cher Lecteur, la version que tu connais est un mix de deux partitions, celle de 87 et celle de la version viennoise de 1788.

Jean-Yves Ruf © DR.
Jean-Yves Ruf © DR.
Qu’est ce que cela change ? Presque tout pour un chef-d'œuvre qui a toujours hésité entre tragédie et farce, une œuvre ambiguë, géniale pour cette raison même. Pour Jean-Yves Ruf, il s’agit "d'une version plus tendue, où la narration avance et où Don Giovanni accélère le mouvement". "Une journée particulière", selon lui, pour le séducteur impénitent qui, de chasseur toujours aux aguets sans toit ni loi, va se retrouver en position d’être pourchassé à son tour par ses victimes, et par une société qui ne veut pas renoncer à ses garde-fou moraux. Plus d’aria solo, plus de fête paysanne au deuxième acte, mais une fuite en avant impitoyable : l’opéra de Mozart vu comme une chasse à courre ironique et grandiose !

Deux autres raisons de se féliciter de cette nouvelle production : d’abord le retour en France du "meilleur orchestre de chambre du monde" (selon BBC Two Television), le Chamber Orchestra of Europe, dont les enregistrements avec Claudio Abbado et Nikolaus Harnoncourt ont fait date. Sous la direction de son chef musical Gérard Korsten, il devrait donner le meilleur de lui-même et on ne devrait pas s‘ennuyer - notons que le COE est un orchestre désormais associé à l’Opéra de Dijon. Et puis, dans le rôle-titre, la crème de la jeune génération des chanteurs français (comme son nom ne l’indique pas) : le baryton clermontois Edwin Crossley-Mercer ! Il est jeune, il est beau, il chante comme un dieu, lui qui a été à bonne école - dont celle du grand Dietrich Fischer Dieskau. Nous sommes tous pressé(e)s de l’entendre (et de le voir !) après qu’il a interprété un si beau Gugliemo dans le "Cosi fan Tutte" d’Aix en 2009 et avant son Figaro de nouvelles "Noces" à Los Angeles, avec Gustavo Dudamel.

Une journée particulière avec "Don Giovanni" ? Prenez la direction Dijon !
Première le vendredi 22 mars 2013 à 20 h.
Dimanche 24 mars à 15 h, mardi 26 mars à 20 h, jeudi 28 mars à 20 h (avec audiodescription) et samedi 30 mars à 20 h.


"Don Giovanni", "Il dissoluto punito ossia il Don Giovanni" (1787).
Dramma giocoso en deux actes.
Livret : Lorenzo da Ponte.
Musique : W. A. Mozart.
En italien surtitré.
Durée : 3 h avec entracte.

Chamber Orchestra of Europe.
Chœur de l’Opéra de Paris.
Direction musicale : Gérard Korsten.
Chef de chœur : Mihàly Zeke.

Mise en scène : Jean-Yves Ruf.
Assistante à la mise en scène : Anaïs de Courson.
Scénographie : Laure Pichat.
Chorégraphie : Caroline Marcadé.
Costumes : Claudia Jenatsch.
Lumières : Christian Dubet.

Edwin Crossley-Mercer, Don Giovanni.
Josef Wagner, Leporello.
Diana Higbee, Donna Anna.
Michael Smallwood, Don Ottavio.
Timo Riihonen, Le Commandeur.
Ruxandra Donose, Donna Elvira.
Camille Poul, Zerlina.
Damien Pass, Masetto.

Auditorium de l’Opéra de Dijon, 03 80 48 82 82.
Place Jean Bouhey, 21000 Dijon.
>> opera-dijon.fr

Christine Ducq
Jeudi 14 Mars 2013

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020