La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Une journée particulière avec "Don Giovanni" ? Prenez la direction Dijon !

À l’Opéra de Dijon, la création se porte très bien ! Dans le beau vaisseau amiral de l’Auditorium aux lignes futuristes, Laurent Joyeux nous propose en mars une nouvelle production du dramma giocoso le plus fascinant de Wolfgang Amadeus Mozart : un "Don Giovanni" à l’affiche des plus excitantes.



Maquette du décor de "Don Giovanni" © DR.
Maquette du décor de "Don Giovanni" © DR.
Depuis quelques années, à l’Opéra de Dijon, les choix opérés comme les coopérations artistiques nouées s’attachent à redonner à la capitale de la Bourgogne sa place de carrefour culturel européen d’antan. Après une programmation autour de Vienne et un hommage à Debussy - entre autres nombreux événements - et avant un Ring wagnérien prévu en octobre, l’Opéra crée encore l’événement en proposant une nouvelle production de "Don Giovanni" en mars 2013.

Comment nous mettre l’eau à la bouche, à nous qui avons encore en mémoire la production de Michael Haneke à Bastille ? C’est en innovant avec une recette à base de jeunes talents, de choix pointus et d’une bonne dose de passion ! Jean-Yves Ruf, jeune metteur en scène déjà remarqué pour son travail sur les scènes les plus "hypes" de notre belle nation, pose ses valises à Dijon avant de livrer sa vision de "l'Elena" de Cavalli au Festival d’Aix cet été. Il a choisi une version peu connue de l’opéra de Mozart : en l’occurrence la première, celle de la création en octobre 1787 au Théâtre des États de Prague. Eh oui, cher Lecteur, la version que tu connais est un mix de deux partitions, celle de 87 et celle de la version viennoise de 1788.

Jean-Yves Ruf © DR.
Jean-Yves Ruf © DR.
Qu’est ce que cela change ? Presque tout pour un chef-d'œuvre qui a toujours hésité entre tragédie et farce, une œuvre ambiguë, géniale pour cette raison même. Pour Jean-Yves Ruf, il s’agit "d'une version plus tendue, où la narration avance et où Don Giovanni accélère le mouvement". "Une journée particulière", selon lui, pour le séducteur impénitent qui, de chasseur toujours aux aguets sans toit ni loi, va se retrouver en position d’être pourchassé à son tour par ses victimes, et par une société qui ne veut pas renoncer à ses garde-fou moraux. Plus d’aria solo, plus de fête paysanne au deuxième acte, mais une fuite en avant impitoyable : l’opéra de Mozart vu comme une chasse à courre ironique et grandiose !

Deux autres raisons de se féliciter de cette nouvelle production : d’abord le retour en France du "meilleur orchestre de chambre du monde" (selon BBC Two Television), le Chamber Orchestra of Europe, dont les enregistrements avec Claudio Abbado et Nikolaus Harnoncourt ont fait date. Sous la direction de son chef musical Gérard Korsten, il devrait donner le meilleur de lui-même et on ne devrait pas s‘ennuyer - notons que le COE est un orchestre désormais associé à l’Opéra de Dijon. Et puis, dans le rôle-titre, la crème de la jeune génération des chanteurs français (comme son nom ne l’indique pas) : le baryton clermontois Edwin Crossley-Mercer ! Il est jeune, il est beau, il chante comme un dieu, lui qui a été à bonne école - dont celle du grand Dietrich Fischer Dieskau. Nous sommes tous pressé(e)s de l’entendre (et de le voir !) après qu’il a interprété un si beau Gugliemo dans le "Cosi fan Tutte" d’Aix en 2009 et avant son Figaro de nouvelles "Noces" à Los Angeles, avec Gustavo Dudamel.

Une journée particulière avec "Don Giovanni" ? Prenez la direction Dijon !
Première le vendredi 22 mars 2013 à 20 h.
Dimanche 24 mars à 15 h, mardi 26 mars à 20 h, jeudi 28 mars à 20 h (avec audiodescription) et samedi 30 mars à 20 h.


"Don Giovanni", "Il dissoluto punito ossia il Don Giovanni" (1787).
Dramma giocoso en deux actes.
Livret : Lorenzo da Ponte.
Musique : W. A. Mozart.
En italien surtitré.
Durée : 3 h avec entracte.

Chamber Orchestra of Europe.
Chœur de l’Opéra de Paris.
Direction musicale : Gérard Korsten.
Chef de chœur : Mihàly Zeke.

Mise en scène : Jean-Yves Ruf.
Assistante à la mise en scène : Anaïs de Courson.
Scénographie : Laure Pichat.
Chorégraphie : Caroline Marcadé.
Costumes : Claudia Jenatsch.
Lumières : Christian Dubet.

Edwin Crossley-Mercer, Don Giovanni.
Josef Wagner, Leporello.
Diana Higbee, Donna Anna.
Michael Smallwood, Don Ottavio.
Timo Riihonen, Le Commandeur.
Ruxandra Donose, Donna Elvira.
Camille Poul, Zerlina.
Damien Pass, Masetto.

Auditorium de l’Opéra de Dijon, 03 80 48 82 82.
Place Jean Bouhey, 21000 Dijon.
>> opera-dijon.fr

Christine Ducq
Jeudi 14 Mars 2013

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




Partenariat



À découvrir

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Je vous écris dans le noir" Tragédie d'une femme libre, moderne… en quête de l'impossible amour

Même quand elle est emportée dans les vents de l'amour, Pauline Dubuisson n'échappe pas à son destin… Un destin aux accents de tragédie grecque, comme une filiation à la malédiction des Atrides… Adolescente charnelle et donc collabo "involontaire" durant l'occupation, tondue et violée à 15 ans, meurtrière passionnelle à 24 ans, son passé finira toujours par la rattraper. Entre souhaits d'indépendance, de liberté et désirs de sincérité, de volonté d'aveux voués à l'amour… elle perdra tout espoir de vivre une passion amoureuse "normale" et se suicidera à 36 ans.

© Roland Baduel.
Sensuelle et solaire Essaouira (appelée alors Mogador)… en fond sonore, une entêtante mélopée. En second plan, des voix de femmes parlant en arabe. Pauline est devenue Andrée (son deuxième prénom). Elle est interne dans cet hôpital marocain où elle est arrivée en 1962. Elle rencontre Jean Lafourcade, un ingénieur pétrolier de six ans plus jeune qui souhaite l'épouser. À nouveau l'amour. Mais le souvenir de Félix, qu'elle a tué, est toujours là. Flash-back : Dunkerque, Seconde Guerre mondiale. Apprentissage des plaisirs de la vie et du sexe avec un médecin-chef allemand.

Elle dira la vérité à Félix sur son passé : son statut de femme "tondue" à la libération et violée. Rupture suivie ensuite de fausses retrouvailles… Ils couchent ensemble, font l'amour mais, le lendemain matin, celui-ci la traite comme une prostituée. Elle le tue en tirant au hasard… ou pas. En prison, elle s'évadera par la lecture. Libérée au bout de six ans pour bonne conduite. C'est après la sortie du film d'Henri-Georges Clouzot, "La Vérité" avec Brigitte Bardot (1960), qu'elle fuira en 1962 à Essaouira. Séquence finale, le destin tragique déroule son dénouement… elle donne à Jean ses cahiers où sont contenus les drames de sa vie… Rupture, nouvel abandon… elle se suicide le 22 septembre 1963 à 36 ans.

Gil Chauveau
25/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022