La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Une journée à l'Opéra de Nice avec Richard Rittelmann

À lire et à écouter

Une journée particulière à l'Opéra de Nice. Le baryton Richard Rittelmann donne un récital au Foyer Montserrat Caballé dans le cadre des "Midis musicaux" avant de rejoindre les répétitions d'une nouvelle production du "Barbier de Séville" du jeune metteur en scène Federico Grazzini. Compte-rendu et interviews avant la première du 24 février 2016.



La naissance d'un nouvel opéra… © Natalie Elodie Agomeri.
La naissance d'un nouvel opéra… © Natalie Elodie Agomeri.
Notre voyage lyrique nous emmène d'abord au Foyer Montserrat Caballé où le baryton suisse Richard Rittelmann donne un récital consacré aux "Prologues et Épilogues dans l'Opéra" (1). Accompagné par le talentueux pianiste Sébastien Driant, le chanteur nous propose d'entrer dans la psyché (entre comédie et drame) de personnages issus d'univers très variés, de Poulenc à Massenet en passant par ceux de Donizetti et Leoncavallo - entre autres.

Le tempérament singulièrement expressif du baryton peut donner toute sa mesure dans l'air du Directeur de troupe des "Mamelles de Tirésias" (Poulenc) comme dans celui du mystérieux Narrateur de "The Turn of Screw" (Britten). Timbre solaire et souplesse de son instrument lui permettent de remporter un beau succès tant dans l'air du brigadier Morales au début de "Carmen" ("Attention, chut, taisons-nous, voici venir le vieil époux", hélas la plupart du temps coupé à la scène) que dans le "Bella siccome un angelo" (de "Don Pasquale") en campant un Malatesta matois à l'abattage réjouissant.

Inquiétant et retors Conseiller Lindorf dans l'acte un des "Contes d'Hoffmann" (Offenbach), Richard Rittelmann donne au Tonio du prologue de "I Pagliacci" (Leoncavallo) toute la profondeur torturée du bouffon "Si puo, Signore, Signori". Sensible et rêveur Quichotte (dans M. de Falla), le baryton excelle aussi à camper un Sancho Pança émouvant prompt à défendre avec noblesse et héroïsme son maître outragé ("Don Quichotte" de Massenet).

Sébastien Driant et Richard Rittelmann © Natalie Elodie Agomeri.
Sébastien Driant et Richard Rittelmann © Natalie Elodie Agomeri.
Impossible de ne pas être touché par son air "Vous commettez tous un acte épouvantable", servi par un engagement et une ligne vocale sans faille. Le sourire revient avec le célébrissime air de Figaro du "Barbier de Séville" vraiment "di qualità" et un "Granada" - extrait de l'opérette "La Caravelle d'Or" - aux couleurs lumineuses.

Après le concert, le baryton se fait cicerone et nous emmène à l'Espace Diakosmie (l'annexe de l'opéra) où se font les premières répétitions du "Barbier de Séville" - que dirigera finalement Guillermo Garcia Calvo en remplacement du chef Giampaolo Bisanti. Il s'agit de répéter ce jour-là le début de l'opéra qui voit Fiorello (incarné par Richard Rittelmann ; écoutez ci-dessous ses impressions) organiser, avec moult difficultés, la sérénade du Comte Almaviva (Daniele Zanfardino) avec ses mercenaires. C'est l'occasion d'interroger le metteur en scène Federico Grazzini sur sa lecture de l'opéra.

Christine Ducq - Quelle est votre vision de l'opéra ?

Federico Grazzini - Le "Barbier de Séville" est pour moi un chef-d'œuvre parce que Rossini a réussi à intégrer l'élément comique non seulement dans l'action mais aussi dans la musique. C'est aussi un défi puisqu'il requiert de très bons chanteurs au réel talent d'acteur. Musique et action sont en constant dialogue et demandent beaucoup de précision y compris pour la mise en scène - puisque de nombreuses péripéties s'enchaînent à un rythme effréné.

Federico Grazzini © DR.
Federico Grazzini © DR.
Je trouve en outre intéressant l'élément irrationnel qui bouleverse la vie rangée et bourgeoise de Bartolo. Il est des forces au monde plus puissantes que l'avidité de Bartolo (qui désire uniquement la dot de Rosine en la soustrayant au monde). Fantaisie intense, coups de théâtre et absurde gouvernent cette histoire d'amour (entre le Comte et Rosine, NDLR).

Vous avez fait le choix de la transposition de l'intrigue dans l'Amérique des années cinquante. Pourquoi ?

Federico Grazzini - Nous avons situé l'intrigue dans une Séville de l'Ohio de l'après-guerre afin que cette histoire puisse parler au public d'aujourd'hui. Notre lecture du "Barbier" se développe sur deux niveaux, social et méta-théâtral. L'ancrage dans les années cinquante fournit une juste distance (géographique et historique) pour le spectateur qui pourra y reconnaître des types sociaux et en rire. Dans le monde égoïste et despotique de Bartolo, il est possible de trouver des similitudes avec les valeurs authentiquement bourgeoises du rêve américain : individualisme, matérialisme, cultes de l'argent et de l'apparence. J'utilise cependant ce contexte très librement en m'inspirant du patrimoine iconographique de cette période. Et ce, afin de rendre plus lisibles les dynamiques de l'œuvre - qui sinon pourrait apparaître vieillotte et vide de sens aujourd'hui.

Comment voyez-vous les personnages ?

Federico Grazzini - Nous avons fait de Figaro un barbier mais aussi un jardinier, un plombier, un mécanicien, un pharmacien… Bref, un véritable homme du peuple. Il fait tous les métiers - même s'il n'est pas toujours compétent. Cela participe de sa dimension comique. Pour moi il n'est pas un simple "factotum" mais un super factotum ! Un personnage qui doit tellement mettre la main à la pâte en tous lieux qu'il sort de la convention narrative. Il fait partie de la narration et joue avec elle.

Almaviva est le vrai protagoniste de l'opéra - et non Figaro. Nous lui avons restitué sa première place. Dans ma version, il devient le fils d'un puissant homme politique. Ce qui permet de justifier, dans cette relecture moderne, non seulement sa richesse et son arrogance mais aussi son influence sur les forces de l'ordre. Fiorello est un serviteur sournois, motivé comme tant d'autres dans l'opéra par l'amour du "metallo portentoso" - l'argent. Son aspect comique réside dans le fait qu'il s'acharne en vrai perfectionniste à organiser la sérénade. Le public s‘amuse évidemment de le voir rater son coup.

Rosine quant à elle est une jeune fille pleine d'astuces, prête à tout pour se libérer de l'emprise de Bartolo. C'est une adolescente rebelle dotée d'un vrai sens critique et capable de proposer des solutions à Almaviva et Figaro pour dénouer les problèmes. L'intelligence des femmes l'emporte sur celle des hommes dans ce récit.
Propos aimablement traduits de l'italien par Richard Rittelmann. Avec nos remerciements

(1) Reportage audio : Une journée à l'Opéra de Nice avec Richard Rittelmann (8 minutes) environ).
>> À écouter ci-dessous
une_jounee_avec_richard_rittelmannv2.mp3 Une jounée avec Richard RittelmannV2.mp3  (9.08 Mo)


Répétition à l'Opéra de Nice © Christine Ducq.
Répétition à l'Opéra de Nice © Christine Ducq.
Mercredi 24, vendredi 26 février 2016 à 20 h, dimanche 28 février 2016 à 15 h et mardi 1er mars 2016 à 20 h.

Opéra de Nice, 4-6 rue Saint-François de Paule, Nice (06).
Tél. : 04 92 17 40 00.
>> opera-nice.org

"Il Barbiere di Siviglia" (1816).
Opera buffa en deux actes.
Musique de Gioachino Rossini.
Livret de Cesare Sterbini.
En langue italienne surtitrée en français.
Durée : 3 heures avec entracte.

Guillermo Garcia Calvo, direction musicale.
Federico Grazzini, mise en scène.
Andrea Belli, décors.
Valeria Donata Bettella, costumes.
Bernard Barbero, lumières.

Daniele Zanfardino, Le Comte Almaviva.
Alfonso Antoniozzi, Bartolo.
Ketevan Kemoklidze, Rosine.
Mattia Olivieri, Figaro.
Marco Vinco, Basilio.
Sophie Fournier, Berta.
Richard Rittelmann, Fiorello.

Orchestre Philharmonique de Nice.
Chœur de l'Opéra de Nice.

Christine Ducq
Mardi 16 Février 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022