La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Une journée à l'Opéra de Nice avec Richard Rittelmann

À lire et à écouter

Une journée particulière à l'Opéra de Nice. Le baryton Richard Rittelmann donne un récital au Foyer Montserrat Caballé dans le cadre des "Midis musicaux" avant de rejoindre les répétitions d'une nouvelle production du "Barbier de Séville" du jeune metteur en scène Federico Grazzini. Compte-rendu et interviews avant la première du 24 février 2016.



La naissance d'un nouvel opéra… © Natalie Elodie Agomeri.
La naissance d'un nouvel opéra… © Natalie Elodie Agomeri.
Notre voyage lyrique nous emmène d'abord au Foyer Montserrat Caballé où le baryton suisse Richard Rittelmann donne un récital consacré aux "Prologues et Épilogues dans l'Opéra" (1). Accompagné par le talentueux pianiste Sébastien Driant, le chanteur nous propose d'entrer dans la psyché (entre comédie et drame) de personnages issus d'univers très variés, de Poulenc à Massenet en passant par ceux de Donizetti et Leoncavallo - entre autres.

Le tempérament singulièrement expressif du baryton peut donner toute sa mesure dans l'air du Directeur de troupe des "Mamelles de Tirésias" (Poulenc) comme dans celui du mystérieux Narrateur de "The Turn of Screw" (Britten). Timbre solaire et souplesse de son instrument lui permettent de remporter un beau succès tant dans l'air du brigadier Morales au début de "Carmen" ("Attention, chut, taisons-nous, voici venir le vieil époux", hélas la plupart du temps coupé à la scène) que dans le "Bella siccome un angelo" (de "Don Pasquale") en campant un Malatesta matois à l'abattage réjouissant.

Inquiétant et retors Conseiller Lindorf dans l'acte un des "Contes d'Hoffmann" (Offenbach), Richard Rittelmann donne au Tonio du prologue de "I Pagliacci" (Leoncavallo) toute la profondeur torturée du bouffon "Si puo, Signore, Signori". Sensible et rêveur Quichotte (dans M. de Falla), le baryton excelle aussi à camper un Sancho Pança émouvant prompt à défendre avec noblesse et héroïsme son maître outragé ("Don Quichotte" de Massenet).

Sébastien Driant et Richard Rittelmann © Natalie Elodie Agomeri.
Sébastien Driant et Richard Rittelmann © Natalie Elodie Agomeri.
Impossible de ne pas être touché par son air "Vous commettez tous un acte épouvantable", servi par un engagement et une ligne vocale sans faille. Le sourire revient avec le célébrissime air de Figaro du "Barbier de Séville" vraiment "di qualità" et un "Granada" - extrait de l'opérette "La Caravelle d'Or" - aux couleurs lumineuses.

Après le concert, le baryton se fait cicerone et nous emmène à l'Espace Diakosmie (l'annexe de l'opéra) où se font les premières répétitions du "Barbier de Séville" - que dirigera finalement Guillermo Garcia Calvo en remplacement du chef Giampaolo Bisanti. Il s'agit de répéter ce jour-là le début de l'opéra qui voit Fiorello (incarné par Richard Rittelmann ; écoutez ci-dessous ses impressions) organiser, avec moult difficultés, la sérénade du Comte Almaviva (Daniele Zanfardino) avec ses mercenaires. C'est l'occasion d'interroger le metteur en scène Federico Grazzini sur sa lecture de l'opéra.

Christine Ducq - Quelle est votre vision de l'opéra ?

Federico Grazzini - Le "Barbier de Séville" est pour moi un chef-d'œuvre parce que Rossini a réussi à intégrer l'élément comique non seulement dans l'action mais aussi dans la musique. C'est aussi un défi puisqu'il requiert de très bons chanteurs au réel talent d'acteur. Musique et action sont en constant dialogue et demandent beaucoup de précision y compris pour la mise en scène - puisque de nombreuses péripéties s'enchaînent à un rythme effréné.

Federico Grazzini © DR.
Federico Grazzini © DR.
Je trouve en outre intéressant l'élément irrationnel qui bouleverse la vie rangée et bourgeoise de Bartolo. Il est des forces au monde plus puissantes que l'avidité de Bartolo (qui désire uniquement la dot de Rosine en la soustrayant au monde). Fantaisie intense, coups de théâtre et absurde gouvernent cette histoire d'amour (entre le Comte et Rosine, NDLR).

Vous avez fait le choix de la transposition de l'intrigue dans l'Amérique des années cinquante. Pourquoi ?

Federico Grazzini - Nous avons situé l'intrigue dans une Séville de l'Ohio de l'après-guerre afin que cette histoire puisse parler au public d'aujourd'hui. Notre lecture du "Barbier" se développe sur deux niveaux, social et méta-théâtral. L'ancrage dans les années cinquante fournit une juste distance (géographique et historique) pour le spectateur qui pourra y reconnaître des types sociaux et en rire. Dans le monde égoïste et despotique de Bartolo, il est possible de trouver des similitudes avec les valeurs authentiquement bourgeoises du rêve américain : individualisme, matérialisme, cultes de l'argent et de l'apparence. J'utilise cependant ce contexte très librement en m'inspirant du patrimoine iconographique de cette période. Et ce, afin de rendre plus lisibles les dynamiques de l'œuvre - qui sinon pourrait apparaître vieillotte et vide de sens aujourd'hui.

Comment voyez-vous les personnages ?

Federico Grazzini - Nous avons fait de Figaro un barbier mais aussi un jardinier, un plombier, un mécanicien, un pharmacien… Bref, un véritable homme du peuple. Il fait tous les métiers - même s'il n'est pas toujours compétent. Cela participe de sa dimension comique. Pour moi il n'est pas un simple "factotum" mais un super factotum ! Un personnage qui doit tellement mettre la main à la pâte en tous lieux qu'il sort de la convention narrative. Il fait partie de la narration et joue avec elle.

Almaviva est le vrai protagoniste de l'opéra - et non Figaro. Nous lui avons restitué sa première place. Dans ma version, il devient le fils d'un puissant homme politique. Ce qui permet de justifier, dans cette relecture moderne, non seulement sa richesse et son arrogance mais aussi son influence sur les forces de l'ordre. Fiorello est un serviteur sournois, motivé comme tant d'autres dans l'opéra par l'amour du "metallo portentoso" - l'argent. Son aspect comique réside dans le fait qu'il s'acharne en vrai perfectionniste à organiser la sérénade. Le public s‘amuse évidemment de le voir rater son coup.

Rosine quant à elle est une jeune fille pleine d'astuces, prête à tout pour se libérer de l'emprise de Bartolo. C'est une adolescente rebelle dotée d'un vrai sens critique et capable de proposer des solutions à Almaviva et Figaro pour dénouer les problèmes. L'intelligence des femmes l'emporte sur celle des hommes dans ce récit.
Propos aimablement traduits de l'italien par Richard Rittelmann. Avec nos remerciements

(1) Reportage audio : Une journée à l'Opéra de Nice avec Richard Rittelmann (8 minutes) environ).
>> À écouter ci-dessous
une_jounee_avec_richard_rittelmannv2.mp3 Une jounée avec Richard RittelmannV2.mp3  (9.08 Mo)


Répétition à l'Opéra de Nice © Christine Ducq.
Répétition à l'Opéra de Nice © Christine Ducq.
Mercredi 24, vendredi 26 février 2016 à 20 h, dimanche 28 février 2016 à 15 h et mardi 1er mars 2016 à 20 h.

Opéra de Nice, 4-6 rue Saint-François de Paule, Nice (06).
Tél. : 04 92 17 40 00.
>> opera-nice.org

"Il Barbiere di Siviglia" (1816).
Opera buffa en deux actes.
Musique de Gioachino Rossini.
Livret de Cesare Sterbini.
En langue italienne surtitrée en français.
Durée : 3 heures avec entracte.

Guillermo Garcia Calvo, direction musicale.
Federico Grazzini, mise en scène.
Andrea Belli, décors.
Valeria Donata Bettella, costumes.
Bernard Barbero, lumières.

Daniele Zanfardino, Le Comte Almaviva.
Alfonso Antoniozzi, Bartolo.
Ketevan Kemoklidze, Rosine.
Mattia Olivieri, Figaro.
Marco Vinco, Basilio.
Sophie Fournier, Berta.
Richard Rittelmann, Fiorello.

Orchestre Philharmonique de Nice.
Chœur de l'Opéra de Nice.

Christine Ducq
Mardi 16 Février 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.









À découvrir

"La petite fille de monsieur Linh" Tenter de donner une raison à la vie… à l'exil

Après déjà plusieurs années d'exploitation et de succès, Sylvie Dorliat reprend le très touchant conte de Philippe Claudel, "La petite fille de monsieur Linh", qu'elle a adapté pour la scène et qu'elle interprète. Une bonne occasion de découvrir ou de revoir ce spectacle lumineux et délicat parlant avec humanité tant de l'exil, de la mort, de la folie que de l'amitié et de l'espoir d'une nouvelle vie.

De la guerre, de la fuite, de l'exil peut naître la folie. Lorsque l'on a vu sa famille, tous ceux que l'on aime se faire tuer, quand on a tout perdu, perdre la raison peut devenir un refuge, un acte de survie, une tentative désespérée de renaissance en s'inventant une nouvelle histoire…

Guerre, mort, fuite inéluctable pour un espoir de survie, triviale association caractérisant chaque jour toujours plus notre monde… Bateau, exil, nouvelle contrée inconnue, centre d'hébergement, accueil pour vieil homme et petite fille. Pays nouveau, pays sans odeur, sans les odeurs colorées et épicées de son Asie natale, peut-être le Vietnam ou le Cambodge.

Tout commença un matin où son fils, sa belle-fille et sa petite fille s'étaient rendus dans les rizières. Cette année-là, la guerre faisait rage. Ils sont tués durant leur travail. Tao Linh récupère sa petite fille, Sang diû (Matin doux) 10 mois - elle a les yeux de son père (son fils), dit-il - et entreprend une épuisante traversée, à l'horizon une terre occidentale. Apprivoiser ce nouveau pays, ces gens inconnus, cette promiscuité dans ce centre d'accueil pour émigrés. Puis, au bout d'un moment, se résoudre, se décider à sortir pour découvrir cette ville qui l'accueille.

Dans un parc, assis sur un banc, et l'arrivée de monsieur Bark. Premier contact, et les prémices d'une nouvelle amitié. Ils parlent de leur femme (mortes). Parle de la guerre, celle à laquelle a participé Bark dans le pays de Linh. Bark l'invite au restaurant, lui offre un cadeau, une robe pour la petite. Tao Linh va être déplacé mais dans la même ville. Se retrouve dans une chambre… Enfermement…

Gil Chauveau
09/09/2020
Spectacle à la Une

"Les Dodos" Virtuoses aux agrès comme aux guitares… pour des envolées poétiques et musicales, sensibles et rebelles !

Quel point commun peut-il y avoir entre un dodo, gros oiseau incapable de voler - et plutôt maladroit - et un acrobate ? L'inconscience naïve pour le premier, qui le conduisit à sa disparition, l'inconscience maîtrisée - avec une peur raisonnée pour la sécurité - qui le mène vers le spectaculaire et la performance virtuose pour le second... C'est en résumé l'étonnante création de la compagnie Le P'tit Cirk qui s'articule autour de la musique et de l'envol avec la guitare comme partenaire privilégié, instrument musical ou agrès des plus surprenants !

Fondé en mars 2004 sur les projets de Danielle Le Pierrès (Archaos, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, Cirque Plume, etc.) et de Christophe Lelarge (Cirque du Soleil, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, etc.)*, le P'tit Cirk est basé dès sa création à Lannion en Bretagne. Cette implantation correspond à une démarche artistique volontaire de long terme afin d'être acteur de la vie culturelle du Trégor, de partager et de transmettre leur passion, et d'aller à la rencontre d'un public qui n'a pas forcément l'occasion ou la demande de découvrir cette forme d'approche de travail envers le cirque. Le spectacle "Les Dodos" est la sixième proposition de la compagnie.

Cette dernière création (en tournée depuis trois ans) confirme, si besoin était, leur statut de compagnie majeure dans le paysage du cirque de création à l'échelle européenne… et leur ouverture permanente à différentes pistes… de cirque. Chez les membres du P'tit Cirk, le sens du collectif, le côté pur, brut et extra-ordinaire de l'exploit sont aussi importants et incontournables que le jeu d'acteur, la mise en piste, la lumière et la scénographie. La performance est là mais n'occulte en rien la trame poétique présente à chaque instant.

Gil Chauveau
17/09/2020
Sortie à la Une

"Cabaret Louise" Cabaret foutraque et jouissif pour s'indigner encore et toujours !

Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et l'une de ses figures majeures, Louise Michel, sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur des fondations soixante-huitardes bienfaisantes, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
31/08/2020