La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Une journée à l'Opéra de Nice avec Richard Rittelmann

À lire et à écouter

Une journée particulière à l'Opéra de Nice. Le baryton Richard Rittelmann donne un récital au Foyer Montserrat Caballé dans le cadre des "Midis musicaux" avant de rejoindre les répétitions d'une nouvelle production du "Barbier de Séville" du jeune metteur en scène Federico Grazzini. Compte-rendu et interviews avant la première du 24 février 2016.



La naissance d'un nouvel opéra… © Natalie Elodie Agomeri.
La naissance d'un nouvel opéra… © Natalie Elodie Agomeri.
Notre voyage lyrique nous emmène d'abord au Foyer Montserrat Caballé où le baryton suisse Richard Rittelmann donne un récital consacré aux "Prologues et Épilogues dans l'Opéra" (1). Accompagné par le talentueux pianiste Sébastien Driant, le chanteur nous propose d'entrer dans la psyché (entre comédie et drame) de personnages issus d'univers très variés, de Poulenc à Massenet en passant par ceux de Donizetti et Leoncavallo - entre autres.

Le tempérament singulièrement expressif du baryton peut donner toute sa mesure dans l'air du Directeur de troupe des "Mamelles de Tirésias" (Poulenc) comme dans celui du mystérieux Narrateur de "The Turn of Screw" (Britten). Timbre solaire et souplesse de son instrument lui permettent de remporter un beau succès tant dans l'air du brigadier Morales au début de "Carmen" ("Attention, chut, taisons-nous, voici venir le vieil époux", hélas la plupart du temps coupé à la scène) que dans le "Bella siccome un angelo" (de "Don Pasquale") en campant un Malatesta matois à l'abattage réjouissant.

Inquiétant et retors Conseiller Lindorf dans l'acte un des "Contes d'Hoffmann" (Offenbach), Richard Rittelmann donne au Tonio du prologue de "I Pagliacci" (Leoncavallo) toute la profondeur torturée du bouffon "Si puo, Signore, Signori". Sensible et rêveur Quichotte (dans M. de Falla), le baryton excelle aussi à camper un Sancho Pança émouvant prompt à défendre avec noblesse et héroïsme son maître outragé ("Don Quichotte" de Massenet).

Sébastien Driant et Richard Rittelmann © Natalie Elodie Agomeri.
Sébastien Driant et Richard Rittelmann © Natalie Elodie Agomeri.
Impossible de ne pas être touché par son air "Vous commettez tous un acte épouvantable", servi par un engagement et une ligne vocale sans faille. Le sourire revient avec le célébrissime air de Figaro du "Barbier de Séville" vraiment "di qualità" et un "Granada" - extrait de l'opérette "La Caravelle d'Or" - aux couleurs lumineuses.

Après le concert, le baryton se fait cicerone et nous emmène à l'Espace Diakosmie (l'annexe de l'opéra) où se font les premières répétitions du "Barbier de Séville" - que dirigera finalement Guillermo Garcia Calvo en remplacement du chef Giampaolo Bisanti. Il s'agit de répéter ce jour-là le début de l'opéra qui voit Fiorello (incarné par Richard Rittelmann ; écoutez ci-dessous ses impressions) organiser, avec moult difficultés, la sérénade du Comte Almaviva (Daniele Zanfardino) avec ses mercenaires. C'est l'occasion d'interroger le metteur en scène Federico Grazzini sur sa lecture de l'opéra.

Christine Ducq - Quelle est votre vision de l'opéra ?

Federico Grazzini - Le "Barbier de Séville" est pour moi un chef-d'œuvre parce que Rossini a réussi à intégrer l'élément comique non seulement dans l'action mais aussi dans la musique. C'est aussi un défi puisqu'il requiert de très bons chanteurs au réel talent d'acteur. Musique et action sont en constant dialogue et demandent beaucoup de précision y compris pour la mise en scène - puisque de nombreuses péripéties s'enchaînent à un rythme effréné.

Federico Grazzini © DR.
Federico Grazzini © DR.
Je trouve en outre intéressant l'élément irrationnel qui bouleverse la vie rangée et bourgeoise de Bartolo. Il est des forces au monde plus puissantes que l'avidité de Bartolo (qui désire uniquement la dot de Rosine en la soustrayant au monde). Fantaisie intense, coups de théâtre et absurde gouvernent cette histoire d'amour (entre le Comte et Rosine, NDLR).

Vous avez fait le choix de la transposition de l'intrigue dans l'Amérique des années cinquante. Pourquoi ?

Federico Grazzini - Nous avons situé l'intrigue dans une Séville de l'Ohio de l'après-guerre afin que cette histoire puisse parler au public d'aujourd'hui. Notre lecture du "Barbier" se développe sur deux niveaux, social et méta-théâtral. L'ancrage dans les années cinquante fournit une juste distance (géographique et historique) pour le spectateur qui pourra y reconnaître des types sociaux et en rire. Dans le monde égoïste et despotique de Bartolo, il est possible de trouver des similitudes avec les valeurs authentiquement bourgeoises du rêve américain : individualisme, matérialisme, cultes de l'argent et de l'apparence. J'utilise cependant ce contexte très librement en m'inspirant du patrimoine iconographique de cette période. Et ce, afin de rendre plus lisibles les dynamiques de l'œuvre - qui sinon pourrait apparaître vieillotte et vide de sens aujourd'hui.

Comment voyez-vous les personnages ?

Federico Grazzini - Nous avons fait de Figaro un barbier mais aussi un jardinier, un plombier, un mécanicien, un pharmacien… Bref, un véritable homme du peuple. Il fait tous les métiers - même s'il n'est pas toujours compétent. Cela participe de sa dimension comique. Pour moi il n'est pas un simple "factotum" mais un super factotum ! Un personnage qui doit tellement mettre la main à la pâte en tous lieux qu'il sort de la convention narrative. Il fait partie de la narration et joue avec elle.

Almaviva est le vrai protagoniste de l'opéra - et non Figaro. Nous lui avons restitué sa première place. Dans ma version, il devient le fils d'un puissant homme politique. Ce qui permet de justifier, dans cette relecture moderne, non seulement sa richesse et son arrogance mais aussi son influence sur les forces de l'ordre. Fiorello est un serviteur sournois, motivé comme tant d'autres dans l'opéra par l'amour du "metallo portentoso" - l'argent. Son aspect comique réside dans le fait qu'il s'acharne en vrai perfectionniste à organiser la sérénade. Le public s‘amuse évidemment de le voir rater son coup.

Rosine quant à elle est une jeune fille pleine d'astuces, prête à tout pour se libérer de l'emprise de Bartolo. C'est une adolescente rebelle dotée d'un vrai sens critique et capable de proposer des solutions à Almaviva et Figaro pour dénouer les problèmes. L'intelligence des femmes l'emporte sur celle des hommes dans ce récit.
Propos aimablement traduits de l'italien par Richard Rittelmann. Avec nos remerciements

(1) Reportage audio : Une journée à l'Opéra de Nice avec Richard Rittelmann (8 minutes) environ).
>> À écouter ci-dessous
une_jounee_avec_richard_rittelmannv2.mp3 Une jounée avec Richard RittelmannV2.mp3  (9.08 Mo)


Répétition à l'Opéra de Nice © Christine Ducq.
Répétition à l'Opéra de Nice © Christine Ducq.
Mercredi 24, vendredi 26 février 2016 à 20 h, dimanche 28 février 2016 à 15 h et mardi 1er mars 2016 à 20 h.

Opéra de Nice, 4-6 rue Saint-François de Paule, Nice (06).
Tél. : 04 92 17 40 00.
>> opera-nice.org

"Il Barbiere di Siviglia" (1816).
Opera buffa en deux actes.
Musique de Gioachino Rossini.
Livret de Cesare Sterbini.
En langue italienne surtitrée en français.
Durée : 3 heures avec entracte.

Guillermo Garcia Calvo, direction musicale.
Federico Grazzini, mise en scène.
Andrea Belli, décors.
Valeria Donata Bettella, costumes.
Bernard Barbero, lumières.

Daniele Zanfardino, Le Comte Almaviva.
Alfonso Antoniozzi, Bartolo.
Ketevan Kemoklidze, Rosine.
Mattia Olivieri, Figaro.
Marco Vinco, Basilio.
Sophie Fournier, Berta.
Richard Rittelmann, Fiorello.

Orchestre Philharmonique de Nice.
Chœur de l'Opéra de Nice.

Christine Ducq
Mardi 16 Février 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022