Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Une fougueuse "Bohème" à l’Opéra de Bordeaux

Pour sa première retransmise au cinéma dans toute la France, "La Bohème" de Giacomo Puccini à l’Opéra de Bordeaux a transporté le public. Un succès mérité grâce à une jeune génération de chanteurs tous enthousiasmants et au Maestro Paul Daniel.



© Guillaume Bonnaud.
© Guillaume Bonnaud.
Double première si je puis dire en cette soirée du 26 septembre. D’abord celle de la reprise d’une excellente production de "La Bohème" de Laurent Laffargue avec une distribution en majeure partie renouvelée. Et celle d’une retransmission en direct dans plus de soixante cinémas en France opérée depuis un opéra national en province. Un double événement qui n’a pas déçu puisque le succès a été au rendez-vous pour une belle opération de démocratisation de l’opéra.

Le public chavire et pas seulement dans la jolie salle italienne XVIIIe de l’Opéra de Bordeaux. Pourquoi ? Le miracle de cette "Bohème" est le fruit d’une alchimie incroyable : prenez ce qu’on peut trouver de plus talentueux, de plus gracieux et de plus généreux dans la jeune génération de chanteurs lyriques français (ou d’ailleurs)*. Ajoutez à une distribution d’une grande cohérence un directeur musical inspiré à la tête d’un orchestre et d’un chœur ardents comme la braise. N’oubliez pas de proposer une mise en scène colorée, drôle et sensible revitalisant un mélodrame un peu daté. Et vous obtenez un plateau exceptionnel pour une soirée inoubliable.

Nous avons ri aux facéties des bohémiens, nous avons tremblé aux périls traversés par les amants condamnés par la misère. Et le désespoir de Rodolfo, l’agonie puis la mort de Mimi nous ont arraché des larmes. Bref, nous avons marché à deux cents pour cent ! Dès les premières scènes cette bohème-là transposée à une époque moderne (les quelques mois précédant mai 68) a pour elle la fougue, l’insolente jeunesse des premières fois. Celles de ses interprètes.

© Guillaume Bonnaud.
© Guillaume Bonnaud.
D’abord le quatuor d’amis artistes au premier acte dont le plaisir de chanter et de jouer ensemble passe allégrement la rampe. Le timbre rayonnant du délicieux Sébastien Guèze (Rodolfo) offre un parfait contrepoint aux très bons Schaunard de Riccardo Novaro (baryton) et Colline de Nahuel Di Pierro (basse). Et aussi à la rondeur du timbre d’un Marcello bien campé : une prise de rôle très réussie pour le jeune baryton serbe qui monte, David Bizic.

Et puis la radieuse Nathalie Manfrino (Mimi) forme avec Sébastien Guèze un couple idéal, le plus renversant qu’on ait vu depuis longtemps. Ils se connaissent bien, ils ont chanté souvent cette partition ensemble. Ce n’est plus de la complicité, c’est du grand art. Ils explorent les vastes territoires d’une incomparable émotion. Lui vif, vibrant, avec son éclatante voix d’or aux facilités indéniables, elle dont la vocalité sensuelle au parfait legato n’exclut pas la force. Et quels acteurs ! Mentionnons encore la découverte d’une tornade promise à un bel avenir, la jeune soprano américaine Giorgia Jarman, irrésistible Musetta.

Nous saluerons enfin la première direction d’un opéra à Bordeaux pour Paul Daniel, nommé il y a quelques mois chef de l’Orchestre national de Bordeaux-Aquitaine. Il rend justice à une partition sur le fil, entre pathétique et burlesque avec sa maîtrise du tempo, ses attaques, les coulées élégiaques et les embardées calculées obtenues comme naturellement de l’orchestre. Quelle divine soirée !

Note :
*Deux distributions chantent en alternance les rôles mentionnés. Un deuxième cast de grande qualité semble-t-il.

© Guillaume Bonnaud.
© Guillaume Bonnaud.
Prochaines représentations :
Les 29, 30 septembre, 1er, 2, 3, 6, 7 octobre à 20 h. Le 5 octobre 2014 à 15 h.
À revoir également bientôt au cinéma.

Opéra national de Bordeaux, 05 56 00 85 95.
Place de la Comédie, Bordeaux (33).
>> opera-bordeaux.com

"La Bohème" (1896).
Musique de Giacomo Puccini (1858-1924).
Livret de Giuseppe Giacosa et Luigi Illica.
En langue italienne surtitrée en français.
Durée : 2 h avec entracte.

© Guillaume Bonnaud.
© Guillaume Bonnaud.
Laurent Laffargue, mise en scène - reprise par Clovis Bonnaud et Sophie Petit.
Philippe Casaban et Eric Charbeau, décors.
Hervé Poeydomenge, costumes.
Patrice Trottier, lumières.

Nathalie Manfrino, Elaine Alvarez, Mimi.
Sébastien Guèze, Dimitri Pittas, Rodolfo.
David Bizic, Thomas Dolié, Marcello.
Georgia Jarman, Melody Louledjian, Musetta.
Nahuel di Pierro, Vincent Pavesi, Colline.
Riccardo Novaro, Schaunard.
Jean-Philippe Marlière, Alcindoro.
David Ortega, Benoît.
Alexis Defranchi, Bruno Moga, Parpignol.

Paul Daniel, direction.
Orchestre national Bordeaux-Aquitaine.
Chœur de l’Opéra national de Bordeaux.
Jeune Académie Vocale d’Aquitaine.

"La Bohème" à l'Opéra de Bordeaux © Guillaume Bonnaud.

Christine Ducq
Lundi 29 Septembre 2014

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Huit pièces de théâtre d'Agatha Christie éditées chez L'Œil du Prince

L'œuvre théâtrale d'Agatha Christie est très peu connue en France, ses pièces n'ayant quasiment jamais été publiées en français. C'est chose partiellement réparée avec la publication de huit textes - constituant une partie de son œuvre dramatique -, entre 2018 et 2020, aux Éditions L'Œil du Prince* dont deux, "Reconstitution" et "Le Point de rupture", le 12 novembre dernier.

En adaptant elle-même ses romans, Agatha Christie se révèle en dramaturge précise, maîtrisant parfaitement la tension dramatique du huis clos. Sa plume de romancière perce à travers des didascalies fournies, qui permettent de traverser les pièces comme des récits. On a pu le voir l'année dernière à La Pépinière Théâtre avec "La Souricière" mise en scène par Ladislas Chollat.

Ici, pour ces huit parutions, la traduction a été assurée par Gérald Sibleyras, auteur de quelques beaux succès dont "Un Petit Jeu sans conséquence" (co-écrit avec Jean Dell) et Sylvie Perez, journaliste et essayiste.

Gérald Sibleyras est l'auteur de nombreuses pièces : "Le Vent des peupliers", "La Danse de l'albatros", etc. Nommé quatre fois aux Molières comme meilleur auteur, il a gagné le Laurence Olivier Award de la meilleure comédie à Londres en 2006 pour l'adaptation du "Vent des peupliers". Il a reçu en 2010 le Molière de l'adaptateur pour "Les 39 marches". Gérald Sibleyras est également l'adaptateur de la pièce à succès "Des fleurs pour Algernon".

Gil Chauveau
27/11/2020
Spectacle à la Une

Lou Casa CD "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Alicia Gardes.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
03/12/2020
Sortie à la Une

Vingt-huit personnalités du monde culturel et intellectuel déposent une demande au Conseil d'État : leur droit fondamental à la culture

© DR.
L'ensemble des acteurs du théâtre, cinéma, cirque, privés, publics, compagnies, organismes publics, syndicats, associations… seront présents ou représentés lundi matin devant le Conseil d'État pour demander au gouvernement la réouverture des lieux de Culture.

À l'occasion de cette audience, 28 personnalités du monde culturel et intellectuel se sont jointes hier à la procédure en déposant une demande pour invoquer, en tant que citoyen, leur droit fondamental d'accès à la culture.

Ils souhaitent que le Conseil d'État se saisisse de ce moment historique et consacre le droit à la Culture comme une liberté fondamentale en France.

Mireille Delmas Marty, Edgar Morin, Isabelle Adjani, Karin Viard, Juliette Binoche, Jean Nouvel, David Dufresne, Jean-Michel Ribes, Virigine Efira, Rokhaya Diallo, Charles Berling, Pauline Bureau, Philippe Torreton, Julie Gayet, Rebecca Zlotowski, François Morel, Nadège Beausson-Diagne, Nancy Huston, Bulle Ogier, Bernard Latarjet, Laurence Lascary, Patrick Aeberhard, Marcial Di Fonzo Bo, Anna Mouglalis, José-Manuel Gonçalves, Zahia Ziouani, Anny Duperey, Paul B. Preciado.

Cabinet en charge du dossier :
Cabinet Bourdon & Associés – Avocats, 01 42 60 32 60.
contact@bourdon-associes.com

Communiqué de presse du 20 décembre 2020.

La Rédaction
20/12/2020