La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Une "Traviata" de rêve à l'Opéra de Bordeaux

L'opéra de Verdi, dans une mise en scène adaptée de Pierre Rambert, brille par sa distribution de haut vol et un orchestre inspiré sous la baguette de l'excellent directeur musical maison, Paul Daniel. Le couple formé par le ténor Benjamin Bernheim et la soprano Rachel Willis-Sørensen fera date.



© Éric Bouloumie/OnB.
© Éric Bouloumie/OnB.
Après six mois de diète lyrique, c'est un vrai bonheur de retrouver la scène, des chanteurs, un orchestre dans une fosse (celle de l'Auditorium, la plus grande d'Europe, idéale pour respecter la distanciation entre musiciens) et les frissons d'émotion qui traversent une salle quand la soirée est réussie. Outre la situation particulière actuelle, cette "Traviata" à Bordeaux constitue, sans aucun doute, un événement à plus d'un titre. C'est la dernière saison de Paul Daniel à Bordeaux (on le regrette déjà) ; c'est l'un des derniers Alfredo de B. Bernheim (a-t-il fait savoir) et c'est une prise de rôle magistrale pour la soprano américaine Rachel Willis-Sørensen. Une Violetta plus qu'impressionnante en toute honnêteté.

Une bonne "Traviata" est de surcroît réussie si le baryton interprétant le père d'Alfredo, Giorgio Germont, est grand, tant la dramaturgie de l'opéra repose sur ce trio "familial" infernal - où la loi patriarcale (agent du destin) s'oppose au désir et à l'amour. Lionel Lhote est ici un très grand Giorgio Germont, à n'en pas douter. Avec son timbre superbement profond, son phrasé artiste, le chanteur belge parvient à doter son personnage d'une complexité rare. Impossible de le détester tout à fait.

© Éric Bouloumie/OnB.
© Éric Bouloumie/OnB.
En Violetta, Rachel Willis-Sørensen est magnifique. Elle est non seulement très belle, mais ses moyens vocaux sont tels (dans tous les registres, possédant à l'envi toutes les techniques nécessitées par ce rôle écrasant) qu'ils semblent outrer les dimensions de l'Auditorium - à l'excellente acoustique comme on le sait. Son incarnation, qui s'affinera avec l'expérience, est souvent bouleversante, toujours délectable. Elle est cette "prima donna de première force" que réclamait Verdi.

On a déjà écrit ailleurs tout le bien que l'on pense de Benjamin Bernheim. Son Alfredo à la vocalité sensuelle, comme déjà entendu à Paris en 2019, est non moins magnifique. Mais son personnage se pare ici d'un raffinement rendu sans doute possible par la proximité de la scène et du public. Les deux chanteurs se complètent idéalement. Comme on dit, le courant passe.

Avec un chœur bien préparé par son chef Salvatore Caputo, on apprécie aussi des seconds rôles qui parviennent aisément à s'individualiser - pour retenir notre attention. Citons, entre autres, Julie Pastouraud en Annina et Ambroisine Bré, mutine Flora. De la fosse, l'orchestre est le personnage à part entière que l'on espère. Raffiné dans l'ouverture jusqu'au déchirement, et à l'exception d'une petite harmonie un peu dépassée dans le premier acte, il se révèle tour à tour imposant (arrivée du Père au II), rayonnant dans le troisième acte, et finalement tragique.

© Éric Bouloumie/OnB.
© Éric Bouloumie/OnB.
À sa tête, Paul Daniel nous offre une ligne souple, une science des dynamiques, des climats bien contrastés. On l'aura compris, c'est un spectacle à ne pas rater. Une deuxième distribution prometteuse est proposée certains soirs (Elbenita Kajtazi, Kévin Amiel, Anthony Clark).

"La Traviata"
Opéra en 3 actes de Verdi créé à La Fenice de Venise le 6 mars 1853.
Musique de Giuseppe Verdi.
Livret de Francesco Maria Piave d'après La Dame aux Camélias d'Alexandre Dumas fils.
Direction musicale : Paul Daniel.
Mise en scène : Pierre Rambert.
Décors : Antoine Fontaine.
Costumes : Franck Sorbier.
Lumières : Christophe Forey.

Jusqu'au 27 septembre 2020.
Opéra national de Bordeaux-Aquitaine.
Auditorium.
8, Cours Georges Clémenceau, Bordeaux.
Tél. : 05 56 00 85 95.
>> opera-bordeaux.com

Concert enregistré par France Musique pour une diffusion prévue le 3 octobre 2020.

Christine Ducq
Mardi 22 Septembre 2020

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Eurydice aux Enfers" Vivre comme mourir engage l'être tant dans son âme que dans son corps

Ayant perdu son épouse Eurydice, Orphée pleure sa mort durant la cérémonie funèbre. Zeus, voyant le chagrin du jeune homme, l'autorise à descendre aux Enfers pour qu'il aille chercher sa bien-aimée. Une seule condition lui est imposée : qu'il ne croise le regard d'Eurydice à aucun moment.

© Julie Mitchell.
Accueilli d'abord avec hostilité par les Esprits infernaux, Orphée est ensuite guidé par les Ombres heureuses dans le paysage des Champs-Élysées et elles lui rendent Eurydice. Tous deux chantent le bonheur retrouvé et Orphée veille à ne pas regarder son épouse. Mais celle-ci commence à douter de l'amour d'Orphée qui lui refuse tout contact. Tenu au silence, Orphée finit pourtant par briser le serment et témoigne son amour à Eurydice : la jeune femme s'effondre aussitôt, laissant à nouveau Orphée seule. Toutefois, grâce à l'intervention de l'Amour, ils seront bientôt unis pour l'éternité.

Tel est le résumé du célèbre mythe d'Orphée et Eurydice. Mais c'est avec une grande modernité et une grande audace que la Compagnie de l'Eau qui Dort, sous la houlette de Gwendoline Destremau, a revisité ce dernier. Ici, c'est Eurydice qui traverse la croûte terrestre pour retrouver son amant Orphée décédé. Elle rencontre de multiples cadavres et créatures qui font de sa route vers l'amour un véritable chemin initiatique. La mise en scène, d'une modernité heureuse et lumineuse, met l'accent sur une incontestable dimension féminine sans toutefois afficher de grandes revendications féministes auxquelles on est souvent confronté ! Car dans cette pièce, tout est soigneusement sobre à ce sujet, juste et subtile.

Brigitte Corrigou
25/06/2022