Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Une "Penthesilea" plus Grâce que Furie

L'Opéra national du Rhin programme le septième opéra de Pascal Dusapin "Penthesilea", quelques mois après sa création à La Monnaie de Bruxelles. Avec une belle mise en scène de Pierre Audi et la direction d'orchestre millimétrée de Franck Ollu, la production ne tient pourtant pas tout à fait ses promesses de ténèbres.



© Forster.
© Forster.
Le sujet du dernier opéra du compositeur Pascal Dusapin est tiré d'un des mythes les plus énigmatiques de la mythologie grecque, celui des amours contrariées et monstrueuses d'Achille et Penthésilée, reine des Amazones, pendant la guerre de Troie. Le livret en allemand, démarqué de la pièce éponyme de Heinrich von Kleist, un drame romantique à la prose de bruit et de fureur de 1808, est co-écrit par le compositeur français avec la dramaturge Beate Haeckl. Action concentrée sur cinq personnages, modernisation de la langue, resserrement du drame des vingt-cinq scènes initiales à treize (dont un prologue et un épilogue), l'opéra se veut une œuvre d'aujourd'hui. Sur la partition en exergue figure d'ailleurs cette citation de la romancière Christa Wolf : "Ce n'est pas un beau spectacle, l'ère moderne commence."

Quand le rideau se lève sur la scène plongée dans des ténèbres évoquant un no man's land apocalyptique, champ de bataille désolé où une meute d'amazones rampent et s'effondrent après un énième combat contre les Grecs, Prothoe la confidente de Penthésilée l'avertit du destin qui la menace sur une mélodie filée à la harpe. Vrai prélude et rare calme avant la catastrophe qu'Ulysse tente aussi en vain de détourner du héros Achille. C'est que les deux ennemis jurés s'aiment et sont prêts à transgresser les lois de la guerre et de leurs ancêtres en se laissant vaincre en combat singulier. Penthésilée finira par dévorer le héros qu'elle désire sauvagement après que tous deux ont trahi les leurs - une fin différente de celle du mythe et de la pièce choisie par le compositeur.

© Forster.
© Forster.
Tragédie de la Themis grecque (ou transgression de la loi divine) et des pulsions destructrices mêlant étroitement Eros et Thanatos, forces de désir et de mort, l'opéra de Pascal Dusapin entend aussi nous parler de nous, de notre monde bestial, de la réalité effroyable et éternelle de la guerre de tous contre tous - témoignant ainsi de ce qu'il appelle "son inquiétude au monde". Avec l'usage des lumières sublimes de Jean Kalman, de la vidéo de Mirjam Devriendt (détaillant le dépeçage et séchage de peaux de chevaux fraîchement écorchés) et des décors superbes de la plasticienne Berlinde De Bruyckere, le metteur en scène Pierre Audi parvient à faire exister le cauchemar monstrueux de "Penthesilea", à faire vivre ses personnages inexplicables et obscurs et leur inconscient ravageur.

Pourtant manquent la grandeur mythique, la folie et la terreur, à cette production belle mais qui n'assène pas le choc espéré. Si la grandeur n'est sans doute plus une catégorie moderne, on attendait à bon droit la commotion que cette histoire de chiennes de l'enfer frottées à des guerriers non moins inhumains promettait. Malgré les étreintes explicites, les cris, le chant, la déclamation hystérique ou chuchotée et les exaspérations d'une partition traversée de paroxysmes et de dissonances jouant sur un continuum en perpétuelle déformation, le spectateur reste étrangement extérieur à ce "rêve sinistre" (Ulysse) et à la folie de cette Penthésilée "mi Grâce mi Furie" (selon Achille).

© Forster.
© Forster.
La Penthésilée de la mezzo Natascha Petrinsky n'a pas tout à fait le charisme vocal de l'héroïne - même si son jeu d'actrice est sans défaut. Si la voix est belle (quoique un peu monotone), la chanteuse semble surtout occupée à déjouer les dangers réels de son rôle - exigeant une large tessiture et des aigus redoutables. Le baryton Georg Nigl est un Achille assez sauvage et le baryton-basse Werner Van Mechelen un émouvant Ulysse. À tout le moins, c'est l'alto Éve-Maud Hubeaux qui retient l'attention en incarnant une magnifique Grande Prêtresse. Sa voix de ténèbres a la profondeur, le moiré et la classe d'une reine. C'est elle qui nous bouleverse.

Du 26 septembre au 1er octobre 2015.

Opéra national du Rhin,
19, Place Broglie, Strasbourg (67).
Tél. : 03 68 98 51 80.
>> operanationaldurhin.eu

"Penthesilea" (2015).
Opéra en un prologue, 11 scènes et un épilogue.
Musique : Pascal Dusapin.
Livret : P. Dusapin et Beate Haeckl.
En allemand surtitré en français.
Durée : 1 h 40 sans entracte.

ranck Ollu, direction musicale.
Pierre Audi, mise en scène.
Berlinde De Bruyckere, décors.
Wojcieh Dziedzic, costumes.
Mirjam Devriendt, vidéo.
Marie Martinez, mouvements.
Thierry Coduys, dispositif électro-acoustique.
Krystian Lada, dramaturgie.

© Forster.
© Forster.
Natascha Petrinsky, Penthesilea.
Marisol Montalvo, Prothoe.
Georg Nigl, Achilles.
Werner Van Mechelen, Odysseus.
Eve-Maud Hubeaux, Oberpriesterin.
Jaesun Ko, Bote.
Patricia Kaehny, Botin, Amazone.
Oguljan Karryeva, Amazone.

Chœurs de l'Opéra national du Rhin.
Orchestre philharmonique de Strasbourg.

© Forster.
© Forster.

Christine Ducq
Jeudi 1 Octobre 2015

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




Vidéos les plus récentes



À découvrir

Oui, nous pouvons permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public !

L'Institut Technologique Européen des Métiers de la Musique, le syndicat CSFI (Chambre Syndicale de la Facture Instrumentale), le syndicat Les Forces Musicales, c'est-à-dire les professionnels des instruments de musique, des orchestres et opéras français sont parvenus à établir un socle de connaissances solides scientifiquement prouvées sur les enjeux et les risques sanitaires liées à la pratique musicale et vocale. Il sont désormais en état de délivrer des préconisations et de nouveaux protocoles pour permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public. Fanny Reyre Ménard, à la tête du pilotage du Projet PIC VIC (Protocole pour les instruments de musique face au coronavirus, Pratique instrumentale et vocale) nous en a dit plus.

Bois & cuivres © Buffet Crampon.
Fanny Reyre Ménard est Maître Artisan luthière à Nantes depuis 1988 et vice-présidente du CSFI. Elle peut, au nom de ses collègues et camarades engagés dans ce groupe interdisciplinaire de travail (depuis avril 2020), affirmer aujourd'hui qu'une pratique musicale en ces temps de coronavirus n'est pas plus dangereuse que les principaux gestes et actes de notre vie quotidienne.

Un enjeu important puisqu'on parle ni plus ni moins que de rouvrir les salles de concert et les Opéras. Il s'agit également d'encourager la reprise normale d'une pratique musicale, instrumentale et vocale grâce aux outils et connaissances obtenus après quasiment une année de recherches.

Une recherche menée et des résultats obtenus grâce à une synergie de forces tout à fait exceptionnelle ; outre les professionnels des instruments de musique, des orchestres et autres opéras, les ingénieurs Recherche et Développement de structures importantes en facture instrumentale telles que Buffet Crampon, associés à des laboratoires de recherches en biologie, des spécialistes en aérosols ou en dynamique des fluides ont rejoint dans ce but commun (en savoir plus et agir en conséquence) l'Unité des Virus Émergents de l'Institut universitaire hospitalier de Marseille. Le milieu musical à l'arrêt en mars 2020 souhaitait reprendre l'avantage, la crise sanitaire ayant laissé tout le monde provisoirement sans réponse. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Christine Ducq
31/03/2021
Spectacle à la Une

"Respire" Un conte moderne qui traverse les airs comme un souffle magique

Johanne Humblet est funambule. Avec la Compagnie Les filles du renard pâle, elle parcourt le monde pour tendre ses câbles entre les immeubles, les monuments, les grues, elle les fait grimper, se courber en spirale, plonger dans des lacs, traverser des places, des rivières. "Le fil est le lien qui relie un point à un autre, au-dessus des frontières, des barrières, il rassemble. Un lien autant symbolique que concret", explique-t-elle. Elle tisse ainsi son parcours d'équilibriste : quelques dizaines ou quelques centaines de mètres de long et seulement 12 millimètres de diamètre.

© Les filles du renard pâle.
Mais la conception que cette funambule pleine de rêve fait de ses spectacles ne s'arrête pas à l'exploit. Et même si elle évolue sans sécurité aucune, elle ne cherche pas à provoquer chez celui qui regarde le nœud qui noue le ventre à l'idée de la chute dans le vide. Cette réaction est là, quoi qu'il en soit, mais Johanne Humblet ne s'en contente pas. Elle raconte des histoires. Et elle ne les raconte pas seule.

Avec elle, mais au sol, un groupe de trois musiciens rocks va l'accompagner tout au long de sa traversée. La partie musicale du spectacle est très importante. Un rock très teinté métal, trois musiciens aux looks punky qui suivent de leurs compositions l'évolution de la funambule là-haut. Ce sont des échanges, rythmes et regards, qui orchestrent l'évolution du chaperon rouge des airs tandis qu'au sol le loup surveille. Une autre partie importante du spectacle, qui a pour objectif de se jouer la nuit, est dirigée par l'équipe lumière, des lumières élaborées qui font le lien en collant à la musique et en découpant la funambule dans le ciel.

Bruno Fougniès
23/03/2021
Spectacle à la Une

"Adeno Nuitome" Une glorification de l'amour

Lola Molina questionne pour la deuxième fois les stigmates de l'amour. Dans sa pièce précédente intitulée "Seasonal Affective Disorder" (déjà dans une mise en scène de Lélio PLotton), elle s'était intéressée à la cavale hors normes, et pas correcte du tout politiquement parlant, d'une ado de 14 ans et d'un chanteur vaguement raté de 50 piges. Dans "Adeno Huitome", le couple est moins romanesque puisqu'ils ont à peu près le même âge. Lui est régisseur lumière, Elle, écrivain. Ils vivent ensemble en joyeux citadins et suivent chacun des carrières vouées à la réussite jusqu'au jour où le cancer s'immisce dans leur histoire. C'est sur Elle que ça tombe.

© Jonathan Michel.
Une nouvelle qui bouleverse leurs projets : ils changent de vie, abandonnent la ville, achètent une maison en pleine nature. C'est là qu'elle vit dorénavant entre la rivière, les arbres en fleurs, les animaux sauvages et l'écriture. Lui revient de ses tournées dès qu'il le peut. La pièce se construit ainsi en courtes interventions de l'une ou de l'autre et de scènes à deux. Mélanges de souvenirs, de narrations et moments de vie qui nous font découvrir peu à peu l'histoire de ces deux personnages et les variations de leur amour l'un pour l'autre.

Le texte autant que la mise en scène évitent avec bonheur tout réalisme. C'est plus vers une poésie de réconciliation avec la nature que vers l'analyse des dommages de la maladie que notre attention est tournée. Lola Molina scrute avec art et tendresse les remous intimes que la présence de cette menace provoque. Elle (le personnage féminin), prise entre la solitude de cette nouvelle maison et la solitude de son travail d'écriture navigue entre nostalgie de l'adolescence et besoin d'une vitalité que l'environnement bourgeonnant de la maison lui apporte. Lui se dévoue pour l'entourer de toute son attention.

Bruno Fougniès
15/04/2021