La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Une "Lady Macbeth de Mzensk" furieusement clinique à Bastille

Une nouvelle production du second opéra de Dmitri Chostakovitch confié au perspicace Krysztof Warlikowski par l'Opéra national de Paris impose son éclatante réussite. Sous la direction magistrale d'Ingo Metzmacher, ce passionnant spectacle est défendu par de remarquables chanteurs.



© Bernd Uhlig/Opéra national de Paris.
© Bernd Uhlig/Opéra national de Paris.
C'est la troisième production à l'Opéra de Paris du chef-d'œuvre grinçant et sulfureux du grand musicien soviétique ; une œuvre que son compositeur a voulu satirico-tragique par son sujet, son genre et dont la destinée contrariée (désormais légendaire) ne l'est pas moins.

Résumons : un compositeur de vingt-huit ans fêté chez lui et à l'étranger met au point une deuxième petite bombe lyrique, après "Le Nez" (d'après Gogol). Chostakovitch, jeune homme forcément en colère, poursuit sa collaboration avec le jeune dramaturge Alexandre Preis en adaptant une nouvelle de Nikolaï Leskov, "Lady Macbeth de Mzensk" parue en 1865. Cette nouvelle incarnation du Mal (en fait une héroïne de fait-divers sordide, auteure de trois meurtres dans une région reculée de l'empire tsariste) c'est Katerina Ismaïlova. Une femme que Chostakovitch va hisser à la dimension d'une victime sublime et scandaleuse aux prises avec la mesquinerie et la violence d'une société patriarcale.

Avec la radicalité des premières fois, le compositeur né à Leningrad met en musique l'ennui, la frustration sexuelle et la révolte d'une jeune femme devenue criminelle qui sera acculée au suicide par la trahison de son amant. Avec cette "Lady Macbeth de Mzensk", nous voilà alors plongés dans une tragédie (celle de son héroïne éponyme) et les spectateurs rieurs d'une satire grinçante de son entourage masculin - celui des marchands et de leurs ouvriers présentés comme des ratés ou des prédateurs, les meurtres du beau-père et du mari devenant des actes de légitime défense.

© Bernd Uhlig/Opéra national de Paris.
© Bernd Uhlig/Opéra national de Paris.
Auréolé de son succès public dès sa création en 1934, l'opéra d'une noirceur inquiétante disparaît brutalement de la scène en mars 1936 (mettant un terme à la carrière lyrique de Chostakovitch) quand Staline le met au ban par le biais d'un article d'une grande violence dans la Pravda. L'intrigue, mettant en scène une jeune femme frustrée trouvant le plaisir dans les bras d'un employé sans scrupules (Sergueï) en se débarrassant de sa famille tyrannique, porte évidemment une charge explosive peu conforme au réalisme soviétique prônant la famille du kolkhoze et les lendemains qui chantent. D'autant plus que la partition explicite souvent abruptement les cris, râles, halètements et autres soupirs indécents concrétisant les scènes de sexe ou de meurtre irreprésentables à l'époque.

La grande force de la proposition riche de sens de K. Warlikowski est de relire l'œuvre pour notre temps en lui redonnant toute sa charge sulfureuse et grinçante ici et maintenant. Il s'empare donc de problématiques toujours contemporaines (cruauté barbare des hommes, enfermement dans les pulsions incontrôlables et les structures sociales) sans trahir l'œuvre et la dénaturer - apanage des grands metteurs en scène. Dans sa vision cependant, Katerina Ismaïlova (magnifique et inquiétante Ausriné Stundyté pour ses débuts à l'ONP) n'est plus cette victime univoque de la méchanceté et de la concupiscence des hommes, de même que son amant Sergueï (Pavel Cernoch au magnétisme sauvage) n'est plus tout à fait ce monstre d'égoïsme qui l'exploite. Seules les figures autoritaires (le beau-père salace, le mari impuissant, le sergent corrompu, le pope ivrogne) conservent leur charge férocement caricaturale.

© Bernd Uhlig/Opéra national de Paris.
© Bernd Uhlig/Opéra national de Paris.
Ainsi, dans cette production, la violence des pulsions d'asservissement et de mort est en chacun, y compris en Katerina Ismaïlova. Son désir vorace enferme tout autant son amant que ce dernier ne profite d'elle (l'ombre du grillage sur les peaux faisant office de plafond à la cage-chambre de Katerina en témoigne). Dans l'abattoir industriel de porcs de Boris Ismaïlov, aux carreaux muraux rutilants (une rime dans l'œuvre du metteur en scène polonais), l'épouse insatisfaite de Zinovy, fils de Boris, prend un plaisir coupable en assistant au viol collectif de la servante Aksinia commis par Sergueï et les ouvriers de l'abattoir. Les porcs qu'ils tuent (jusqu'à ce que Katerina se fasse aussi meurtrière), ce sont aussi eux-mêmes. Tous et toutes se montrant, à un moment ou un autre, sadiques.

D'une sidérante crudité, ce viol puis la scène effrénée de sexe entre les amants criminels sont exposés jusqu'au malaise - qu'attestent quelques rires dans la salle. C'est dans la dépense sexuelle et criminelle que la métamorphose de l'héroïne dans toute sa féminité ogresse peut se réaliser, malgré sa peur des fantômes. Elle exhibe alors à l'acte III lors de son mariage avec Sergueï une robe rouge de sang (c'est Shakespeare) et une perruque blonde (c'est un fantasme cinématographique).

© Bernd Uhlig/Opéra national de Paris.
© Bernd Uhlig/Opéra national de Paris.
Comme toujours, K. Warlikowski sonde les cœurs et les reins, les fantasmes (le double numérique du personnage dans les vidéos) et la libido aliénante des personnages - nudité et frénésie imitée de la pornographie ne sont jamais gratuites. Il rejoint au plus près Chostakovitch dans sa volonté de révélation*. La soprano lituanienne, remarquée dans "L'Ange de Feu" au Festival d'Aix l'été dernier, incarne jusqu'à la folie (et avec les moyens vocaux idoines) cette Katarina ambiguë, acide, moins pathétique que ses devancières. Elle est remarquable de justesse et de complexité dans ce rôle d'une difficulté notoire.

Pavel Cernoch se joue sans peine de son rôle de brute beau gosse qui attire toutes les filles. Le ténor tchèque parvient à allier dans son chant et son jeu toute la séduction et la vilénie de Sergueï - un parvenu qui n'a que son corps à vendre. La basse russe Dmitry Ulyanov est un Boris idéal (entre lubricité et cruauté) de la grande tradition. John Daszak est ici un Zinovy tant pitoyable qu'il en devient touchant.

Ce pouvoir de subversion et de fascination, le spectacle le doit aussi à des chœurs superbes et à un orchestre qui sait être tour à tour analytique et puissant pour une œuvre mi-parade circassienne, mi-drame intense.

© Bernd Uhlig/Opéra national de Paris.
© Bernd Uhlig/Opéra national de Paris.
Ingo Metzmacher l'explore en choisissant de mettre en exergue ses accidents expressionnistes et ses éruptions volcaniques, sculptant souvent une matière sombre et minérale. Il place à deux reprises les cuivres dans les loges latérales hautes de la salle, obtenant une sonorité d'un brillant jouissif. Comme il sait ralentir le rythme dans la fosse pour ménager les climats d'attente due à l'exaspération sexuelle des personnages - jusqu'à la tornade des pulsions qui agitent les protagonistes comme les pupitres ; réussissant ainsi à la perfection le fameux "interlude pornographique" entre les scènes 4 et 5. En définitive, voilà la production espérée qui ne manquera pas de devenir une référence.

* "(dans "Lady Macbeth") j'ai cherché à créer une satire qui dévoile, qui démasque et fait haïr l'épouvantable arbitraire, l'oppression de ce mode de vie des marchands" (D. Chostakovitch, "L'Art soviétique" 16/10/1932).
On notera la prudence du compositeur qui n'omet pas de se mettre en conformité politique en 1932. K. Warlikowski met comme lui (sous une lumière crue avec les moyens du XXIe siècle) les ressorts libidinaux des personnages, non séparables des rapports sociaux entre dominants et dominés.

© Bernd Uhlig/Opéra national de Paris.
© Bernd Uhlig/Opéra national de Paris.
Du 6 au 25 avril 2019.
Sept représentations.
À 19 h 30, lundi 22 avril à 14 h 30.
Retransmission en direct le 16 avril 2019 avec le concours de Fra Cinéma dans les salles UGC, CGR et certains cinémas indépendants.
Diffusion le 12 mai 2019 à 20 h sur France Musique et ultérieurement sur la chaîne Mezzo.

Opéra national de Paris.
Place de la Bastille 75012.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

© Bernd Uhlig/Opéra national de Paris.
© Bernd Uhlig/Opéra national de Paris.
"Lady Macbeth de Mzensk" (1934).
Opéra en quatre actes et neuf tableaux.
Musique de Dmitri Chostakovitch (1906-1975).
Livret d'Alexandre Preis et du compositeur.
En langue russe surtitrée en français et en anglais.
Durée : 3 h 25 avec un entracte.

Christine Ducq
Lundi 8 Avril 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019