La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Une "Lady Macbeth de Mzensk" furieusement clinique à Bastille

Une nouvelle production du second opéra de Dmitri Chostakovitch confié au perspicace Krysztof Warlikowski par l'Opéra national de Paris impose son éclatante réussite. Sous la direction magistrale d'Ingo Metzmacher, ce passionnant spectacle est défendu par de remarquables chanteurs.



© Bernd Uhlig/Opéra national de Paris.
© Bernd Uhlig/Opéra national de Paris.
C'est la troisième production à l'Opéra de Paris du chef-d'œuvre grinçant et sulfureux du grand musicien soviétique ; une œuvre que son compositeur a voulu satirico-tragique par son sujet, son genre et dont la destinée contrariée (désormais légendaire) ne l'est pas moins.

Résumons : un compositeur de vingt-huit ans fêté chez lui et à l'étranger met au point une deuxième petite bombe lyrique, après "Le Nez" (d'après Gogol). Chostakovitch, jeune homme forcément en colère, poursuit sa collaboration avec le jeune dramaturge Alexandre Preis en adaptant une nouvelle de Nikolaï Leskov, "Lady Macbeth de Mzensk" parue en 1865. Cette nouvelle incarnation du Mal (en fait une héroïne de fait-divers sordide, auteure de trois meurtres dans une région reculée de l'empire tsariste) c'est Katerina Ismaïlova. Une femme que Chostakovitch va hisser à la dimension d'une victime sublime et scandaleuse aux prises avec la mesquinerie et la violence d'une société patriarcale.

Avec la radicalité des premières fois, le compositeur né à Leningrad met en musique l'ennui, la frustration sexuelle et la révolte d'une jeune femme devenue criminelle qui sera acculée au suicide par la trahison de son amant. Avec cette "Lady Macbeth de Mzensk", nous voilà alors plongés dans une tragédie (celle de son héroïne éponyme) et les spectateurs rieurs d'une satire grinçante de son entourage masculin - celui des marchands et de leurs ouvriers présentés comme des ratés ou des prédateurs, les meurtres du beau-père et du mari devenant des actes de légitime défense.

© Bernd Uhlig/Opéra national de Paris.
© Bernd Uhlig/Opéra national de Paris.
Auréolé de son succès public dès sa création en 1934, l'opéra d'une noirceur inquiétante disparaît brutalement de la scène en mars 1936 (mettant un terme à la carrière lyrique de Chostakovitch) quand Staline le met au ban par le biais d'un article d'une grande violence dans la Pravda. L'intrigue, mettant en scène une jeune femme frustrée trouvant le plaisir dans les bras d'un employé sans scrupules (Sergueï) en se débarrassant de sa famille tyrannique, porte évidemment une charge explosive peu conforme au réalisme soviétique prônant la famille du kolkhoze et les lendemains qui chantent. D'autant plus que la partition explicite souvent abruptement les cris, râles, halètements et autres soupirs indécents concrétisant les scènes de sexe ou de meurtre irreprésentables à l'époque.

La grande force de la proposition riche de sens de K. Warlikowski est de relire l'œuvre pour notre temps en lui redonnant toute sa charge sulfureuse et grinçante ici et maintenant. Il s'empare donc de problématiques toujours contemporaines (cruauté barbare des hommes, enfermement dans les pulsions incontrôlables et les structures sociales) sans trahir l'œuvre et la dénaturer - apanage des grands metteurs en scène. Dans sa vision cependant, Katerina Ismaïlova (magnifique et inquiétante Ausriné Stundyté pour ses débuts à l'ONP) n'est plus cette victime univoque de la méchanceté et de la concupiscence des hommes, de même que son amant Sergueï (Pavel Cernoch au magnétisme sauvage) n'est plus tout à fait ce monstre d'égoïsme qui l'exploite. Seules les figures autoritaires (le beau-père salace, le mari impuissant, le sergent corrompu, le pope ivrogne) conservent leur charge férocement caricaturale.

© Bernd Uhlig/Opéra national de Paris.
© Bernd Uhlig/Opéra national de Paris.
Ainsi, dans cette production, la violence des pulsions d'asservissement et de mort est en chacun, y compris en Katerina Ismaïlova. Son désir vorace enferme tout autant son amant que ce dernier ne profite d'elle (l'ombre du grillage sur les peaux faisant office de plafond à la cage-chambre de Katerina en témoigne). Dans l'abattoir industriel de porcs de Boris Ismaïlov, aux carreaux muraux rutilants (une rime dans l'œuvre du metteur en scène polonais), l'épouse insatisfaite de Zinovy, fils de Boris, prend un plaisir coupable en assistant au viol collectif de la servante Aksinia commis par Sergueï et les ouvriers de l'abattoir. Les porcs qu'ils tuent (jusqu'à ce que Katerina se fasse aussi meurtrière), ce sont aussi eux-mêmes. Tous et toutes se montrant, à un moment ou un autre, sadiques.

D'une sidérante crudité, ce viol puis la scène effrénée de sexe entre les amants criminels sont exposés jusqu'au malaise - qu'attestent quelques rires dans la salle. C'est dans la dépense sexuelle et criminelle que la métamorphose de l'héroïne dans toute sa féminité ogresse peut se réaliser, malgré sa peur des fantômes. Elle exhibe alors à l'acte III lors de son mariage avec Sergueï une robe rouge de sang (c'est Shakespeare) et une perruque blonde (c'est un fantasme cinématographique).

© Bernd Uhlig/Opéra national de Paris.
© Bernd Uhlig/Opéra national de Paris.
Comme toujours, K. Warlikowski sonde les cœurs et les reins, les fantasmes (le double numérique du personnage dans les vidéos) et la libido aliénante des personnages - nudité et frénésie imitée de la pornographie ne sont jamais gratuites. Il rejoint au plus près Chostakovitch dans sa volonté de révélation*. La soprano lituanienne, remarquée dans "L'Ange de Feu" au Festival d'Aix l'été dernier, incarne jusqu'à la folie (et avec les moyens vocaux idoines) cette Katarina ambiguë, acide, moins pathétique que ses devancières. Elle est remarquable de justesse et de complexité dans ce rôle d'une difficulté notoire.

Pavel Cernoch se joue sans peine de son rôle de brute beau gosse qui attire toutes les filles. Le ténor tchèque parvient à allier dans son chant et son jeu toute la séduction et la vilénie de Sergueï - un parvenu qui n'a que son corps à vendre. La basse russe Dmitry Ulyanov est un Boris idéal (entre lubricité et cruauté) de la grande tradition. John Daszak est ici un Zinovy tant pitoyable qu'il en devient touchant.

Ce pouvoir de subversion et de fascination, le spectacle le doit aussi à des chœurs superbes et à un orchestre qui sait être tour à tour analytique et puissant pour une œuvre mi-parade circassienne, mi-drame intense.

© Bernd Uhlig/Opéra national de Paris.
© Bernd Uhlig/Opéra national de Paris.
Ingo Metzmacher l'explore en choisissant de mettre en exergue ses accidents expressionnistes et ses éruptions volcaniques, sculptant souvent une matière sombre et minérale. Il place à deux reprises les cuivres dans les loges latérales hautes de la salle, obtenant une sonorité d'un brillant jouissif. Comme il sait ralentir le rythme dans la fosse pour ménager les climats d'attente due à l'exaspération sexuelle des personnages - jusqu'à la tornade des pulsions qui agitent les protagonistes comme les pupitres ; réussissant ainsi à la perfection le fameux "interlude pornographique" entre les scènes 4 et 5. En définitive, voilà la production espérée qui ne manquera pas de devenir une référence.

* "(dans "Lady Macbeth") j'ai cherché à créer une satire qui dévoile, qui démasque et fait haïr l'épouvantable arbitraire, l'oppression de ce mode de vie des marchands" (D. Chostakovitch, "L'Art soviétique" 16/10/1932).
On notera la prudence du compositeur qui n'omet pas de se mettre en conformité politique en 1932. K. Warlikowski met comme lui (sous une lumière crue avec les moyens du XXIe siècle) les ressorts libidinaux des personnages, non séparables des rapports sociaux entre dominants et dominés.

© Bernd Uhlig/Opéra national de Paris.
© Bernd Uhlig/Opéra national de Paris.
Du 6 au 25 avril 2019.
Sept représentations.
À 19 h 30, lundi 22 avril à 14 h 30.
Retransmission en direct le 16 avril 2019 avec le concours de Fra Cinéma dans les salles UGC, CGR et certains cinémas indépendants.
Diffusion le 12 mai 2019 à 20 h sur France Musique et ultérieurement sur la chaîne Mezzo.

Opéra national de Paris.
Place de la Bastille 75012.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

© Bernd Uhlig/Opéra national de Paris.
© Bernd Uhlig/Opéra national de Paris.
"Lady Macbeth de Mzensk" (1934).
Opéra en quatre actes et neuf tableaux.
Musique de Dmitri Chostakovitch (1906-1975).
Livret d'Alexandre Preis et du compositeur.
En langue russe surtitrée en français et en anglais.
Durée : 3 h 25 avec un entracte.

Christine Ducq
Lundi 8 Avril 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique








À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

"An Irish Story" Une histoire des Irlandais, ces derniers bardes

"An Irish Story", Théâtre de Belleville, Paris

Son grand-père Peter 0'Farrel a disparu sans laisser d'adresse. Dans "An irish story", Kelly Rivière, la petite fille, est partie en quête puisque sa mère Margaret n'a pas voulu révéler le secret de la famille. Volubile, Kelly raconte sur scène ce qui devient vite, par elle et pour elle, une épopée. Don ou atavisme familial ? Au spectateur de décider mais il est comblé devant le collier de perles théâtrales qui lui est présenté.

Trimballé de Lyon à Dublin via Londres. Au départ, Kelly s'y prend un peu, faussement, gauchement, par un timide stand up mais l'histoire accroche. Il y a la personnalité de cet aïeul "so Irish" rejoignant étonnamment Londres pour reconstruire la ville dévastée par la guerre, qui a eu une fille, et a disparu comme bien d'autres… Disparus dans une mer d'alcool ? Peut-être… Que peut-on attendre de ces diables d'hommes, seuls garçons de fratries de filles (nombreuses) et eux–mêmes géniteurs de légendes…

À mesure que l'histoire avance, le récit devient dialogue. Le personnage est de plus en plus échauffé, de plus en plus passionné. Comme ébrié. Des paroles prises sur le vif, des personnages incarnés. Les accents à couper au couteau, ces îles de par delà la Manche ou le channel, de la mer d'Irlande Muir Éireann ou Irish sea, les rituels de la "cup of Tea", de la Guinness, la mère, les cousines, les voisins, le pub, tout y passe.

Jean Grapin
14/05/2019