Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Un vent de liberté souffle sur le Théâtre de la Ville

Dans le cadre de "Chantiers Europe 2011", Patrice Chéreau a investi le Théâtre de la Ville d’un fantasme… celui de Jon Fosse, ou le sien peut-être ? Il avait commencé cette saison dans un musée imaginaire avec "Rêve d’automne"… Il se prolonge ici sur une mer morte avec "I am the wind"… Mais jusqu’où iront donc ces corps à la dérive ?



I am the wind © Simon Annand.
I am the wind © Simon Annand.
En entrant, le spectateur voit se déployer devant lui un immense plateau sur lequel stagne un énorme bassin d’eau grisâtre et boueuse. Du public, avant même que la scène prenne vie, des murmures se font déjà entendre. Chéreau a vu grand, comme d’habitude. Si on avait été en 1972, à l’époque de Massacre à Paris, Bertrand Poirot-Delpech (le grand critique du Monde, aujourd’hui disparu) ou Jean-Pierre Léonardini (L’Humanité) auraient dit qu’avec une équipe aussi nombreuse et un décor si onéreux, Chéreau a encore attrapé la folie des grandeurs… Continuerait-il à puiser dans les caisses de l’État bourgeois et à se repaître dans l’ostentatoire ? Mais bien entendu, nous ne sommes plus dans les années 1970. Et cette question est-elle encore d’actualité à l’ère où le spectacle vivant crève de faim ? Peu importe, puisque le Théâtre de la Ville est devenu depuis longtemps un long défilé de "bobos" avertis. Alors pourquoi dire si tout le monde acquiesce ?

Passons.

I am the wind © Simon Annand.
I am the wind © Simon Annand.
L’eau a toujours été un élément très présent dans les mises en scène de Chéreau. Le scénographe Richard Peduzzi en sait quelque chose puisque c’est lui qui participait déjà aux centaines de mètres cubes d’eau déversés sur la scène de Villeurbanne (TNP) pour l’impressionnant Massacre à Paris. A priori, l’une et l’autre pièce n’ont rien à voir, ni dans leur thématique ni dans leur style, si ce n’est la présence de l’eau. Bourbier flottant, cloaque hideux, cette eau attire et effraie tout à la fois, elle est un cadre symbolique et réaliste. Comme dans un rêve.

Reconnaissons au moins cette qualité évidente que Chéreau ne peut laisser indifférent. Ses décors attaquent les sens (ici peut-être "l’essence" ?) et donne à voir une surprise étourdissante de beauté. Maintes fois, il l’a prouvé. Incontestablement, il est encore ici un grand peintre du théâtre, mais un peintre qui passe, au fil de ses mises en scène, du figuratif à l’abstrait, des grandes figures de l’Histoire à l’intensité violente et ténébreuse de l’homme moderne et de son vide sidéral.

Tableau d’eau, donc, d’une beauté fascinante, nous l’avons dit. Mais est-on bien capable d’expliquer tout à fait pourquoi ? Peut-être parce que Chéreau et Fosse, ensemble, arrivent à "ex-primer" le sentiment ahurissant de la vacuité, du manque et de l’immensité. En fait, dans cette histoire de "l’un" qui s’en va "avec le vent", de "l’autre" qui s’accroche et repousse tout à la fois ce vent de liberté, l’on voit se dresser l’homme moderne, condamné à errer dans ce vide sans fond. Et ce rêve, dérisoire et effrayant, procède de cette eau croupie, sorte d’élément témoin et réceptacle d’un suicide annoncé.

I am the wind © Simon Annand.
I am the wind © Simon Annand.
Fascination aussi qui tient à l’étrangeté des mots et des dialogues, et aux mouvements qui s’y déploient de deux superbes comédiens : Tom Brooke et Jack Laskey. Oui, comme dit Cherreau, "ils sont rares", car ils arrivent à insuffler un rythme, une scansion à cette parole qui se répète sans cesse et qui flotte sur du rien pour atteindre l’absolu. Ils sont "l’un" et "l’autre", sans identité possible, parce qu’ils incarnent… ils sont la vêture de ceux qui surgissent du rien.

Cette eau si difficile à franchir, ce liquide verdâtre a été magnifiquement éventré par un radeau qui surgit des eaux. Le rêve n’a point de limite, il s’affranchit des frontières terrestres pour rejoindre l’irréalité permanente d’un cloaque flottant.

Chéreau pourra encore une fois être accusé d’esthétisme. Tout son spectacle se mue en une image superbe, un langage théâtral qui mêle le sublime au dérisoire. À sa façon, il essaie de nous montrer le monde tel qu’il le voit en portant au plus haut le verbe de Jon Fosse.

"I am the wind"

I am the wind © Simon Annand.
I am the wind © Simon Annand.
(Vu le 3 juin 2011)

Texte : Jon Fosse.
Texte anglais : Simon Stephens.
Texte publié à l’Arche Éditeur.
Anglais surtitré français.
Création du Théâtre de la Ville – Paris et du Young Vic – Londres.

Mise en scène : Patrice Chéreau.
Avec : Tom Brooke et Jack Laskey.
Collaboration artistique : Thierry Thieû Niang.
Décor : Richard Peduzzi.
Costumes : Caroline de Vivaise.
Lumières : Dominique Bruguière.
Conception sonore : Éric Neveux.
Durée : 1 h 10.

Du 15 au 18 juin :
Les Nuits de Fourvière, Lyon.
Du 30 juin au 3 juillet :
Festival grec, Barcelone.
Du 8 au 12 juillet :
Festival d’Avignon.


Mercredi 15 Juin 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Fred Pallem et Le Sacre du Tympan racontent les Fables de La Fontaine

Excellente idée que celle de Fred Pallem, musicien compositeur aux multiples talents et goûts musicaux, de revisiter avec quelques belles notes revigorantes "Les Fables de La Fontaine", quatorze plus précisément, qui sont racontées par une belle "brochette" d'artistes, des fidèles parmi les fidèles ou des - nouvellement ! - copains et copines.

Concert
En ces temps si particuliers, où nous sommes coincés - petits et grands - dans nos lieux de vie, notre disponibilité pour lire, écouter, songer, affabuler, s'évader sur des histoires anciennes ou nouvelles, est grande. C'est l'occasion aussi de redécouvrir nos classiques, mais en mode inédit, portés par des phrasés mélodiques et des conteurs aux personnalités affirmées et talentueuses.

S'il y a bien un compositeur à qui l'on ne peut pas reprocher de raconter des fables, c'est bien Fred Pallem. En plus de vingt ans de compositions et de concerts, jamais il ne se répète. Depuis son premier album avec sa formation "Le Sacre du Tympan" (en 2002) jusqu'à sa dernière "Odyssée" en 2018, en passant par ses passions cinématographiques - "Soundtrax" (2010), "Soul Cinéma" (2017) -, voire celles aux dessins animés de son enfance - Cartoons (2017) - et à des compositeurs comme François de Roubaix, jamais il n'a cessé d'innover, de créer.

Mais ce que l'on sait moins, c'est que Fred Pallem est également un amoureux des mots. On peut le constater avec les multiples collaborations qu'il a eues avec des chanteurs et chanteuses comme Lavilliers, Barbara Carlotti, MC Solaar, Clarika, etc. Mais aujourd'hui, avec ce nouvel album, les mots prennent le devant. "Tout d'abord, j'avais envie de composer de la musique autour d'une voix parlée ; m'imprégner du rythme des mots et de leurs sons, ressentir le tempo de la diction, puis écrire de la musique à partir de cela. Nous avons donc enregistré les voix en premier et les musiques ensuite."

Gil Chauveau
15/11/2020
Spectacle à la Une

"Rabudôru, poupée d'amour" Une expérience intime de théâtre filmé, diffusée en direct via le web

L'incidence de la mise en sommeil de tous les spectacles, en ce mol novembre 2020, n'est pas la seule raison de cette représentation destinée aux internautes à laquelle nous à conviée la Compagnie La Cité Théâtre. Dès la conception du spectacle, Olivier Lopez, auteur et metteur, envisageait une double vision du spectacle : une en contact direct avec le public de la salle, l'autre en streaming par captation en temps réel.

© Julien Hélie.
"Le "ciné live stream" est un autre regard sur l'histoire de "Rabudôru". Accessible en ligne, cette "dématérialisation" interroge l'expérience théâtrale, la place du(de la) comédien(ne), entre l'image et le plateau. (Olivier Lopez/Dossier de presse).

Le plateau de théâtre devient également plateau de cinéma, avec cadreurs, techniciens et cabine de réalisation intégrée. Le but est de rechercher d'autres rapports à la scène que cet éphémère "ici et maintenant" dont le spectacle vivant a toujours été fier et dépendant. C'est un ici au ailleurs que propose Olivier Lopez mais pas seulement.

Le filmage en direct apporte, dans certaines scènes, une proximité, une intimité avec les personnages sans le filtre de la déclamation théâtrale. Les expressions en plans rapprochés semblent plus fortes. Les cadrages permettent d'oublier un temps le reste du décor plateau et s'immerger plus profondément dans la scène, passer d'un lieu à un autre avec souplesse et précision.

Bruno Fougniès
16/11/2020
Sortie à la Une

"Zaï Zaï Zaï Zaï" Road movie déjanté… Tout ça pour un poireau !

Ne devoir son salut qu'à un légume à bulbe blanc et à longues feuilles vertes, brandi sous le nez d'un vigile expert en roulade arrière dissuasive, marque le point de bascule de ce jeune homme - peu recommandable, il est auteur de BD - venant de commettre l'impensable : ne pas avoir été en mesure de présenter sa carte de fidélité à la caissière ! Telle est l'origine de la folle cavale du "héros" échappé de l'album éponyme de Fabcaro pour être porté sur la scène par Angélique Orvain, réalisant là une prouesse propre à rendre lumineuse toute grisaille.

© Romain Dumazer.
Dans un dispositif immergeant le spectateur au cœur de l'action effrénée - pas moins de quatre podiums disposés en cercle, éclairés tour à tour, incluent le public dans des tableaux vivants -, l'épopée du fuyard décrété ennemi numéro 1 par la vox populi reprenant en chœur les voix des médias et des représentants de l'ordre va être vécue de manière haletante. L'occasion pour l'auteur et la metteure en scène, fins observateurs des travers contemporains, de croquer à pleines dents les errements hilarants des conduites dites "ordinaires".

En effet ces "arrêts sur images", joués superbement par huit acteurs tirant parti avec intelligence des ressorts du théâtre de tréteaux et des ralentis cinématographiques, passent au scanner les dérives de la pensée commune érigée en système de pensée. Aucun milieu n'y échappe. Pas moins les complotistes avachis devant leur téloche, les bobos contents d'eux-mêmes lisant Les Inrocks ou Le Monde Diplomatique, les artistes charitables réalisant un album de soutien à l'auteur de BD à la dérive, les forces de l'ordre au képi bas, et encore moins les journalistes des chaînes d'infos en continu commentant en boucle l'absence d'infos.

Éberlué par tant de perspicacité bienveillante mais non moins mordante, on jubile… Rien ne nous est épargné du grotesque qui sous-tend les comportements de la meute de ces (braves) gens commentant avidement la cavale du dangereux mécréant ayant bravé l'interdit suprême des fidèles du "Temple de la consumation". Et si le trait est grossi à l'envi, il déforme à peine la réalité des travers.

Yves Kafka
29/10/2020