La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Un splendide "Boris Godounov" retrouvé

Jusqu'au 12 juillet 2018, l'Opéra de Paris met à l'affiche la très rare première version de l'opéra de Modeste P. Moussorgski sur la figure du tsar de la fin du seizième siècle. Dans la vision intimiste et stylisée de Ivo van Hove, le drame s'affirme dans sa densité shakespearienne ; celle d'une méditation sur le pouvoir que transcendent une superbe distribution vocale et un orchestre à l'âpreté saisissante.



© Agathe Poupeney/Opéra national de Paris.
© Agathe Poupeney/Opéra national de Paris.
Pas moins de cinq versions existent du "Boris Godounov", ces versions A à D dont les deux premières (1869 et 1872) sont dues exclusivement au compositeur. Il est même une version E instrumentée par Dimitri Chostakovitch et créée en 1966 à Augsbourg. La plus donnée sur les scènes est celle créée en 1874 révisée en 1896 par Rimski-Korsakov. C'est l'opéra en quatre actes et un prologue (avec une dizaine de tableaux) communément désigné comme la version D.

Ivo van Hove, pour ses débuts à l'Opéra de Paris, et le chef Vladimir Jurowski ont préféré la première version comprenant trois actes et sept tableaux, composée et orchestrée entre 1868 et 1869 par le compositeur russe. Établie grâce à un travail musicologique puisant à huit sources différentes et présentée sur la scène parisienne en deux heures sans entracte, l'œuvre y acquiert une force et une efficacité démoniaques.

Sans l'acte dit "polonais" (avec son intrigue amoureuse) de la version D, celle de 1869 présente une remarquable (et quasi) unité de temps et de lieu : Moscou principalement (la cour du Monastère de Novodiévitchi, la Cathédrale Sainte-Basile, la cellule de Pimène, les appartements du Kremlin) - nonobstant le tableau situé dans l'auberge à la frontière lithuanienne. L'intrigue, inspirée de Pouchkine, se concentre sur un nombre réduit de personnages.

© Agathe Poupeney/Opéra national de Paris.
© Agathe Poupeney/Opéra national de Paris.
Alors que Boris Godounov se fait couronner tsar de toutes les Russies, le fantôme du petit Prince héritier légitime qu'il a fait assassiner (comme en témoignera Pimène) le hante obsessionnellement. Parallèlement, un usurpateur soutenu par la Pologne, le moine Otrepiev, se fait passer pour le Prince défunt (Dimitri) et s'assiéra à son tour sur le trône à nouveau ensanglanté par le meurtre de Boris.

Sur fond des souffrances du Peuple russe (incarné par les chœurs superlatifs de l'Opéra de Paris), cette éternelle histoire d'un pouvoir acquis par la violence, effrayé par sa propre puissance finalement dérisoire car taraudée par le remords, est le chef-d'œuvre du compositeur, membre fondateur du Groupe des Cinq, avec ses tableaux historiques ou intimistes fortement individualisés, sa confondante faculté de caractérisation des climats et des sentiments.

Vladimir Jurowski a choisi - pour notre plus grand intérêt - de lui rendre son âpreté, sa rugosité première dues à une instrumentation originale et une harmonie osée pour l'époque (non encore adoucie par Rimski-Korsakov dans sa réécriture) ; un son inouï alors, pensé par un autodidacte torturé, épris d'un art pensé au service de la justice sociale et de la vérité.

© Agathe Poupeney/Opéra national de Paris.
© Agathe Poupeney/Opéra national de Paris.
L'efficacité du dispositif installé par Ivo van Hove s'avère hallucinatoire. Avec la précision et le soin apportés aux relations entre les personnages, à leur jeu sur un escalier noir puis rouge symbolisant le pouvoir, et l'usage de la vidéo illustrant (sur les deux tiers de la scène) la masse formée par le peuple (filmé en plongée ou de face) ou les souvenirs traumatiques de Boris (avec ses stupéfiants gros plans cinématographiques), tels deux niveaux de réalité - ou plutôt d'irréalité sauvage -, le spectacle saisit le spectateur pour ne plus le lâcher jusqu'à sa conclusion amère et ironique. Cette production très réussie s'impose donc avec l'intelligence et la finesse idoines au service d'une version de l'opéra qu'on s'empresse d'adopter, et même de préférer.

La distribution ne contribue pas peu à l'enthousiasme du spectateur. Russophone, elle fait honneur à l'écriture prosodique de Moussorgski, cette fameuse récitation musicale d'une écriture syllabique novatrice se voulant proche de la parole. Se détachent nettement l'ambigu Prince Chtchelkalov du baryton Boris Pinkhasovich, le subtil (puis effrayant) Dimitri/Grigori du ténor Dmitry Golovnin et le Pimène habité de la basse Ain Anger.

© Agathe Poupeney/Opéra national de Paris.
© Agathe Poupeney/Opéra national de Paris.
Mais dans le rôle d'un Boris Godounov, ici jeune et charismatique (un des sommets du répertoire des basses), Alexander Tsymbalyuk (remplaçant Ildar Abdrazakov en ce 13 juin) est formidable. Doté de moyens illimités avec une voix aux couleurs impériales, le chanteur ukrainien se révèle toujours fascinant dans les monologues qui ponctuent sa lente déchéance ; du premier acte ("Mon âme souffre") au fabuleux "J'ai atteint le pouvoir suprême" du deuxième acte, il porte finalement l'estocade dans son ultime scène, rendu fou par les visions de son crime. Du très grand art.

Du 4 juin au 12 juillet 2018.
Retransmission le 1er juillet 2018 sur France Musique.
Diffusion sur Culturebox et France Télévisions ultérieurement.

Opéra national de Paris.
Place de la Bastille 75012.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

"Boris Godounov" (Version de 1869).
Opéra en trois actes et sept tableaux.
Livret et musique de Modeste Petrovitch Moussorgski (1839-1881).
En russe surtitré en français et en anglais.
Durée : 2 h sans entracte.

© Agathe Poupeney/Opéra national de Paris.
© Agathe Poupeney/Opéra national de Paris.

Christine Ducq
Mardi 26 Juin 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020