La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Un splendide "Boris Godounov" retrouvé

Jusqu'au 12 juillet 2018, l'Opéra de Paris met à l'affiche la très rare première version de l'opéra de Modeste P. Moussorgski sur la figure du tsar de la fin du seizième siècle. Dans la vision intimiste et stylisée de Ivo van Hove, le drame s'affirme dans sa densité shakespearienne ; celle d'une méditation sur le pouvoir que transcendent une superbe distribution vocale et un orchestre à l'âpreté saisissante.



© Agathe Poupeney/Opéra national de Paris.
© Agathe Poupeney/Opéra national de Paris.
Pas moins de cinq versions existent du "Boris Godounov", ces versions A à D dont les deux premières (1869 et 1872) sont dues exclusivement au compositeur. Il est même une version E instrumentée par Dimitri Chostakovitch et créée en 1966 à Augsbourg. La plus donnée sur les scènes est celle créée en 1874 révisée en 1896 par Rimski-Korsakov. C'est l'opéra en quatre actes et un prologue (avec une dizaine de tableaux) communément désigné comme la version D.

Ivo van Hove, pour ses débuts à l'Opéra de Paris, et le chef Vladimir Jurowski ont préféré la première version comprenant trois actes et sept tableaux, composée et orchestrée entre 1868 et 1869 par le compositeur russe. Établie grâce à un travail musicologique puisant à huit sources différentes et présentée sur la scène parisienne en deux heures sans entracte, l'œuvre y acquiert une force et une efficacité démoniaques.

Sans l'acte dit "polonais" (avec son intrigue amoureuse) de la version D, celle de 1869 présente une remarquable (et quasi) unité de temps et de lieu : Moscou principalement (la cour du Monastère de Novodiévitchi, la Cathédrale Sainte-Basile, la cellule de Pimène, les appartements du Kremlin) - nonobstant le tableau situé dans l'auberge à la frontière lithuanienne. L'intrigue, inspirée de Pouchkine, se concentre sur un nombre réduit de personnages.

© Agathe Poupeney/Opéra national de Paris.
© Agathe Poupeney/Opéra national de Paris.
Alors que Boris Godounov se fait couronner tsar de toutes les Russies, le fantôme du petit Prince héritier légitime qu'il a fait assassiner (comme en témoignera Pimène) le hante obsessionnellement. Parallèlement, un usurpateur soutenu par la Pologne, le moine Otrepiev, se fait passer pour le Prince défunt (Dimitri) et s'assiéra à son tour sur le trône à nouveau ensanglanté par le meurtre de Boris.

Sur fond des souffrances du Peuple russe (incarné par les chœurs superlatifs de l'Opéra de Paris), cette éternelle histoire d'un pouvoir acquis par la violence, effrayé par sa propre puissance finalement dérisoire car taraudée par le remords, est le chef-d'œuvre du compositeur, membre fondateur du Groupe des Cinq, avec ses tableaux historiques ou intimistes fortement individualisés, sa confondante faculté de caractérisation des climats et des sentiments.

Vladimir Jurowski a choisi - pour notre plus grand intérêt - de lui rendre son âpreté, sa rugosité première dues à une instrumentation originale et une harmonie osée pour l'époque (non encore adoucie par Rimski-Korsakov dans sa réécriture) ; un son inouï alors, pensé par un autodidacte torturé, épris d'un art pensé au service de la justice sociale et de la vérité.

© Agathe Poupeney/Opéra national de Paris.
© Agathe Poupeney/Opéra national de Paris.
L'efficacité du dispositif installé par Ivo van Hove s'avère hallucinatoire. Avec la précision et le soin apportés aux relations entre les personnages, à leur jeu sur un escalier noir puis rouge symbolisant le pouvoir, et l'usage de la vidéo illustrant (sur les deux tiers de la scène) la masse formée par le peuple (filmé en plongée ou de face) ou les souvenirs traumatiques de Boris (avec ses stupéfiants gros plans cinématographiques), tels deux niveaux de réalité - ou plutôt d'irréalité sauvage -, le spectacle saisit le spectateur pour ne plus le lâcher jusqu'à sa conclusion amère et ironique. Cette production très réussie s'impose donc avec l'intelligence et la finesse idoines au service d'une version de l'opéra qu'on s'empresse d'adopter, et même de préférer.

La distribution ne contribue pas peu à l'enthousiasme du spectateur. Russophone, elle fait honneur à l'écriture prosodique de Moussorgski, cette fameuse récitation musicale d'une écriture syllabique novatrice se voulant proche de la parole. Se détachent nettement l'ambigu Prince Chtchelkalov du baryton Boris Pinkhasovich, le subtil (puis effrayant) Dimitri/Grigori du ténor Dmitry Golovnin et le Pimène habité de la basse Ain Anger.

© Agathe Poupeney/Opéra national de Paris.
© Agathe Poupeney/Opéra national de Paris.
Mais dans le rôle d'un Boris Godounov, ici jeune et charismatique (un des sommets du répertoire des basses), Alexander Tsymbalyuk (remplaçant Ildar Abdrazakov en ce 13 juin) est formidable. Doté de moyens illimités avec une voix aux couleurs impériales, le chanteur ukrainien se révèle toujours fascinant dans les monologues qui ponctuent sa lente déchéance ; du premier acte ("Mon âme souffre") au fabuleux "J'ai atteint le pouvoir suprême" du deuxième acte, il porte finalement l'estocade dans son ultime scène, rendu fou par les visions de son crime. Du très grand art.

Du 4 juin au 12 juillet 2018.
Retransmission le 1er juillet 2018 sur France Musique.
Diffusion sur Culturebox et France Télévisions ultérieurement.

Opéra national de Paris.
Place de la Bastille 75012.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

"Boris Godounov" (Version de 1869).
Opéra en trois actes et sept tableaux.
Livret et musique de Modeste Petrovitch Moussorgski (1839-1881).
En russe surtitré en français et en anglais.
Durée : 2 h sans entracte.

© Agathe Poupeney/Opéra national de Paris.
© Agathe Poupeney/Opéra national de Paris.

Christine Ducq
Mardi 26 Juin 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique








À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019