La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Un "Parsifal" retrouvé au Capitole de Toulouse

Pépite au sein d'une saison riche, le "Parsifal" d'Aurélien Bory fera date dans la belle histoire wagnériste du Capitole. Avec une distribution de haut vol qu'ont dominée Matthias Goerne et Nikolaï Schukoff, le chef Frank Beermann a porté l'orchestre maison et les chœurs au sommet de l'élévation spirituelle attendue.



© Cosimo Mirco Magliocca.
© Cosimo Mirco Magliocca.
Dans son "Richard Wagner à Bayreuth" (1) pourtant si ambivalent vis-à-vis du Maître qu'il est en train de quitter à regret, Friedrich Nietzsche remarquait que "pour qu'un événement ait un caractère de grandeur, deux conditions doivent se trouver réunies : l'élévation du sentiment chez ceux qui l'accomplissent et l'élévation du sentiment chez ceux qui en sont témoins." Comme il le regrettait déjà à son époque, pour la nôtre ces "événements" sont toujours rarissimes, et ce, d'autant plus quand il s'agit de monter un opéra de Wagner en général et "Parsifal" en particulier (il n'est pas jusqu'au chef de l'Opéra de Paris, Philippe Jordan, qui ne l'ait regretté récemment au micro d'une radio). Au Capitole, nous avons assisté à un tel événement, ressentant profondément "l'élévation du sentiment" des équipes artistique et technique et celle des wagnériens émérites dans la salle (à entendre les acclamations finales, quasiment tout le public malgré la difficulté de l'œuvre).

Mesure-t-on vraiment le bonheur total de n'avoir pas subi un énième Parsifal rhabillé en messie nazi, un Gurnemanz éducateur de boy-scouts dans un pensionnat de l'ex-RDA ou un Château du Graal de plus situé sur les terres dévastées de l' "Allemagne année zéro" (2) ?

© Cosimo Mirco Magliocca.
© Cosimo Mirco Magliocca.
Le prix de l'élévation naturellement, c'est la lecture bien intentionnée, humble mais pertinente d'une œuvre qu'on ne prétend pas déconstruire ou relire inlassablement à l'aune d'une histoire catastrophique. Nous avons l'intuition que c'est ce qu'a voulu le directeur artistique du Capitole, Christophe Ghristi, en invitant Aurélien Bory, un artiste venu du cirque et de la danse. Ce dernier a ainsi été mis au défi de se plonger pour son (seulement) quatrième opéra dans le testament wagnérien si redoutable qu'est "Parsifal" - avec son premier acte de presque deux heures (une heure environ pour les deux suivants), aucune action réelle autre qu'intérieure pour les protagonistes, comme dans le "Tristan". Bref, le cauchemar pour un metteur en scène se posant la question de servir honnêtement cet ouvrage d'une folle ambition (renouer avec la cérémonie antique théâtrale grecque à vocation citoyenne et spirituelle). Un ouvrage redoutable qui impose à tout artiste entrant en intelligence avec lui d'emmener le spectateur dans une zone inconnue où "le temps devient espace" - comme l'annonce Gurnemanz à Parsifal lors de la première cérémonie du dévoilement du Graal au Château de Titurel. Un vrai défi scénique.

Aurélien Bory y parvient en faisant le choix d'un beau théâtre symboliste et contemporain, fait de nuit et d'éblouissements, mariant subtilement des influences d'occident et d'orient. Il offre avec une économie de moyens à rapprocher du modèle de la litote (3) une scénographie toute de signes (telle l'énigme du rite en cours) à déchiffrer en multipliant les (bonnes) idées pour donner forme au parcours initiatique du héros, et livrer un accès à la dimension métaphysique de ce "festival scénique sacré" (le nouveau genre du Bühnenweihfestspiel). Il lui faut inviter aussi le néophyte venu en curieux à pénétrer dans un univers lisible : de quoi animer avec danseurs et figurants sur la scène sans détourner l'attention de la "grande déclamation" (selon le mot de Nietzsche) des principaux personnages. Un procédé auquel Aurélien Bory sacrifie cependant le moins possible. Beaucoup de très beaux tableaux donc (toujours mouvants d'une façon ou d'une autre à la façon du fleuve musical wagnérien) comme cette fin du premier acte dessinant une cathédrale de lumière pour la première cérémonie du Graal (agrandissant vraiment notre temps en espace) ou encore la superbe apparition du mage Klingsor dans les ténèbres avant la confrontation de Parsifal et Kundry, sans omettre les baptêmes et renaissance du Vendredi Saint au troisième acte s'inscrivant dans l'espace élargi d'un cosmos originalement recréé.

© Cosimo Mirco Magliocca.
© Cosimo Mirco Magliocca.
L'élévation du sentiment s'est manifestée de même, nous le disions plus haut, chez les chanteurs et les musiciens. Frank Beermann est un chef wagnérien si doué qu'il emporte l'orchestre au sommet, basculant son assise vers des graves qui font frissonner. Dès le prélude l'ampleur, la texture dense d'un son coruscant met en valeur en un sublime développement le conflit dramatique avec d'admirables pupitres. Frappent d'emblée un fondu et des ciselés exceptionnels. Et l'orchestre approfondira pendant toute la représentation son récit, tout en ayant garde d'accompagner le chant avec subtilité jusque dans ses arrière-plans méditatifs. Le fracas de la fin du second acte ("Anéantis les splendeurs mensongères" clame Parsifal dressant la Lance d'Amfortas) n'en terrasse que plus. Grandeur héroïque et mélancolie méditative, douceur poignante et forces obscures se seront combattues – avec une émotion constante venue de la fosse, mystique comme espérée.

© Cosimo Mirco Magliocca.
© Cosimo Mirco Magliocca.
Avec les chœurs excellents du Capitole et de l'Opéra de Montpellier (spatialisés avec bonheur), la distribution a ébloui. Le Parsifal du ténor Nikolaï Schukoff, incertain comme son personnage au premier acte, se révèle puissamment incarné face à l'envoûtante Sophie Koch en robe bustier noire (telle la Gilda de King Vidor) au second. Si on a connu Kundry plus démoniaque, on en a assurément pas connu de plus belle ni de plus captivante grâce à un mezzo raffiné, au phrasé sensuel, à l'ambitus large. Elle est la merveilleuse tentatrice à laquelle doit renoncer (vraiment péniblement ici, le couple étant des plus incandescents) l'Innocent au cœur pur auquel Schukoff prête son long souffle et son timbre brillant. Le Klingsor du baryton-basse Pierre-Yves Pruvot s'impose avec un magnétisme rare doublé d'une voix aux sonorités caverneuses magiques (un nom à retenir dans l'avenir) ; et le Gurnemanz de Peter Rose, véritablement noble, se hisse à la hauteur des meilleurs au troisième acte (après avoir accusé une petite fatigue à la fin du premier, si éprouvant pour les basses).

© Cosimo Mirco Magliocca.
© Cosimo Mirco Magliocca.
Les mots manquent pour décrire le miracle de la présence d'un immense chanteur. Il faut pourtant rendre hommage à l'Amfortas de Matthias Goerne, tellement habité, capable des nuances les plus artistes du liedersänger comme des accents les plus déchirants arrachés à une douleur insondable. Dans ce rôle, longtemps conçu par le compositeur comme premier dans l'œuvre, le baryton se montre tout simplement phénoménal.

Les petits rôles ne le sont guère ici. Tous jouent leur partition à la hauteur de l'ensemble. Citons le Titurel de JulienVéronèse, les Filles-Fleurs (Andreea Soare, Marion Tassou, Adèle Charvet, Elena Poesina, Céline Laborie) mais aussi Juliette Mars (vraie "Voix céleste"), Kristofer Lundin ou Enguerrand de Hys, entre autres. Laissons le dernier mot à Nietzsche (1) qui semble décrire l'expérience vécue ce 2 février. Le sentiment du tragique nous a fait "désapprendre (de) l'épouvante qu'inspire à chacun la mort et le temps (…) (grâce à ce) quelque chose de sacré qui l'emporte surabondamment sur toutes les luttes et toutes les misères". Et le reste est silence.

(1) "Richard Wagner à Bayreuth" in "Considérations inactuelles", 1874. Nietzsche détestera d'ailleurs ce "Parsifal" créé pour Bayreuth en 1882, dans lequel il ne verra à tort qu'un retour à la religion chrétienne (une trahison).
(2) On reconnaîtra quelques productions de Zürich à Paris.
(3) La litote ou l'art d'exprimer le moins pour suggérer le plus.


Diffusion sur France Musique le 29 février 2020 à 20 h.

Cette production a été représentée du 26 janvier au 4 février 2020.
Au Théâtre du Capitole de Toulouse.
>> theatreducapitole.fr

"Parsifal" (1882).
Festival scénique sacré en trois actes.
Livret et musique de Richard Wagner (1813-1883).
Durée : 5 h 30 avec deux entractes.

© Cosimo Mirco Magliocca.
© Cosimo Mirco Magliocca.

Christine Ducq
Jeudi 6 Février 2020

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024