La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Un "Enlèvement au sérail" aux pieds de plomb et aux ailes d'or

Depuis le 22 juin 2016, l'Opéra de Lyon propose "L'Enlèvement au sérail", le premier opéra en allemand de Wolfgang Amadeus Mozart, créé à Vienne en 1782. Première grande réussite dans le genre du singspiel par un compositeur de vingt-six ans, l'opéra est plombé dans cette nouvelle production par la relecture qu'en fait Wajdi Mouawad. Une distribution jeune, éblouissante et la direction du chef Stefano Montanari la sauve heureusement du naufrage.



© Stofleth.
© Stofleth.
Qu'est-ce que cet "Enlèvement au sérail", un singspiel (1) composé pour le Burgtheater de Vienne par un jeune prodige fou amoureux, libéré depuis peu de l'horrible sujétion du "mufti" (2) Colleredo et de Salzbourg (une ville détestée) ? Voulant plaire à l'empereur Joseph II, Mozart choisit de se saisir de la forme du singspiel (ou comédie en musique) (3) et un sujet dans l'air du temps : une fantaisie turque sans conséquence. Sur un livret mettant en scène une histoire d'amour contrariée et un sauvetage dans un Orient de convention, le compositeur écrira une de ses meilleures partitions, d'une gaieté et d'un raffinement délectables.

Konstanze et sa servante Blonde sont les esclaves du pacha Selim sous la garde jalouse du sévère Osmin. Dans le sérail du pacha, les sentiments s'exaspèrent et les amoureux des deux belles, respectivement Belmonte et son valet Pedrillo, useront de toutes leurs énergie et malice pour les en libérer. Quiproquos, jalousie, duos d'amour, complots et évasion sont au menu de cette œuvre comique et tendre où les personnages, non dénués eux-mêmes des conventions de l'époque (avec un quatuor distribué en une opposition seria et buffa), comptent moins que l'admirable chant qui les caractérise - sentiments et actions.

© Stofleth.
© Stofleth.
Serge Dorny a fait le pari de confier au metteur en scène d'origine libanaise Wajdi Mouawad cette nouvelle production lyonnaise du chef-d'œuvre. Le moins qu'on puisse dire, c'est que c'est totalement raté. Pressé d'en faire une relecture frappée au coin des valeurs des Lumières et de ses préoccupations, Wajdi Mouawad a choisi de réécrire totalement les dialogues parlés. Il crée un récit cadre afin de donner aux épisodes de l'opéra (racontés rétrospectivement) une nouvelle perspective.

De retour au pays, les personnages se livrent au cours d'une fête à une longue argutie aussi naïve que grotesque : qui des musulmans ou des occidentaux (qui se méprisent avec ardeur) sont les plus à blâmer dans leur conduite avec les femmes ? Pourquoi (se demandent les héroïnes avec force) ne peut-on se respecter et être ouvert à l'autre, le soi-disant sauvage ?

Louables questions, certes mais aux antipodes des intentions du compositeur. Outre la platitude du texte de M. Mouawad (même traduit en allemand par Uli Menke), les personnages ainsi redessinés cumulent contresens (un Osmin subtil, un Selim troublant, des héroïnes en plein syndrome amoureux de Stockolm) et lourdeur dramaturgique - dans un livret qu'on a coutume de trouver parfois un tantinet longuet (en certains passages), même quand il n'est pas aussi risiblement transposé. So what ? Même les trublions habituels qu'on apprécie beaucoup (au hasard K. Warlikowski et M. Haneke) n'osent pas tant. Wajdi Mouawad fera ce qu'il voudra au Théâtre de la Colline mais se croire en position de réécrire Mozart ? Quelle fatuité ! Quel désastre !

© Stofleth.
© Stofleth.
Sur le plateau et dans la fosse heureusement, interprètes et musiciens de l'orchestre dirigés par l'excellent Stefano Montanari sauvent la soirée. Le couple d'amoureux sublimes Konstanze et Belmonte, défendus magnifiquement par Jane Archibald et Cyrille Dubois, force le respect et nous distille un ravissement sans fin.

Ils se livrent à leurs périlleuses acrobaties vocales avec une musicalité transcendante et un sens de l'expressivité rare. Leurs valets sont également à la hauteur. On retiendra particulièrement la Blonde (pas blonde) de Joanna Wydorska aussi mutine que désirée, et l'Osmin irrésistible de David Steffens. Ce sont eux et la splendide interprétation orchestrale - soigneusement dosée entre émotion élégiaque et parodie "turque" - qui valent le détour.

(1) Le singspiel est un genre populaire d'opéra (parlé-chanté) en allemand que Mozart transcende dès cet "Enlèvement au sérail".
(2) C'est ainsi que Wolfgang Amadeus désigne l'archevêque Colloredo dans ses lettres à son père. Il épouse Constance Weber quelques semaines après la première de l'opéra.
(3) L'empereur Joseph II soutenait le développement de ce théâtre lyrique d'expression allemande.

© Stofleth.
© Stofleth.
Spectacle vu le 24 juin 2016.

Du 22 juin au 15 juillet 2016.
Opéra de Lyon.
Place de la Comédie (69).
Tél. : 04 69 85 54 54.
>> opera-lyon.com

"Die Entführung aus dem serail" (1782).
Singspiel en trois actes.
Musique : Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791).
Livret de Johann Gottlieb Stephanie.
Dialogues réécrits par Wajdi Mouawad.
En allemand surtitré en français.
Durée : 2 h 45 avec entracte.

Stefano Montanari, direction musicale.
Wajdi Mouawad, mise en scène et réécriture des dialogues.
Emmanuel Clolus, décors.
Emmanuelle Thomas, costumes.
Éric Champoux, lumières.
Charlotte Farcet, dramaturgie.

Jane Archibald, Konstanze.
Joanna Wydorska, Blonde.
Cyrille Dubois, Belmonte.
Michael Laurenz, Pedrillo.
David Steffens, Osmin.
Peter Lohmeyer, Selim.

Orchestre et Chœur de l'Opéra de Lyon.
Stephan Zilias, Chef des chœurs.

Christine Ducq
Mercredi 29 Juin 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019