La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Un "Cosi fan tutte" irradiant de jeunesse au Saarländisches Staatstheater

Le théâtre national sis à Sarrebruck met à l'affiche "Cosi fan tutte", un des trois derniers opéras de Mozart et "Dramma giocoso" au livret écrit par Lorenzo da Ponte. La comédie cruelle, joliment mise en scène par Jean Renshaw, brille grâce à une troupe de jeunes chanteurs de très bonne tenue et à la direction raffinée du chef Stefan Neubert, à la tête du Saarländische Staatsorchester.



"Cosi fan tutte" © Kaufhold.
"Cosi fan tutte" © Kaufhold.
Créé à Vienne en janvier 1790 pour le compte de Joseph II, l'opera buffa du divin Mozart est une irrésistible comédie de mœurs qui pose un regard lucide sur la vanité des sentiments. Accréditant la thèse - non sans insolence - que l'amour s'invente, cette École des Amants (son sous-titre) s'avère être une des plus belles partitions jamais écrites. Ce ballet ambigu des sentiments court la poste entre rires et déconvenues (sur soi et les autres), entre élans jubilatoires, serments trop confiants, confidence du cœur et vrai drame de l'inconstance. Les sœurs Fiordiligi et Dorabella, mises à l'épreuve par l'entremise du cynique Don Alfonso, seront-elles fidèles à leurs fiancés Guglielmo et Ferrando ? Évidemment, non.

Jean Renshaw fait le choix des couleurs acidulées d'une bande dessinée dont l'histoire se déroulerait dans les années soixante. Et qui se souviendrait du XVIIIe siècle. S'attachant donc à brouiller les repères temporels, elle veille à rendre à la comédie son lustre en multipliant les clins d'œil complices et en redessinant nettement les procédés du comique de geste et de situation.

"Cosi fan tutte" © Kaufhold.
"Cosi fan tutte" © Kaufhold.
Don Alfonso est ici un nouveau Tartuffe (que Despina assommera à la fin), Despina est une soubrette hilarante que rien n'effraie, les sœurs Fiordiligi et Dorabella finissent par adopter les tenues saugrenues de leurs soupirants déguisés en notables écossais à fausse barbe rousse (en lieu et place d'Albanais). On s'amuse beaucoup : chutes, gags, troussages sur scène se succèdent à un rythme effréné. La conclusion, amère, de cette valse des sentiments n'en sera que plus cruelle.

Sur le plateau, la troupe ravit les spectateurs, avec des artistes se montrant tout autant bons acteurs que bons chanteurs. Si Don Alfonso brille par son inconsistance pratiquement jusqu'à la fin, les amoureux se révèlent piquants. Le Guglielmo de Salomon Zulic del Canto manque parfois un peu de projection mais offre un chant de bonne tenue. Son acolyte, le Ferrando du ténor Sungmin Song, possède une très jolie voix (mais le phrasé et la technique sont encore à travailler dans "Ah, lo veggio, quell'anima …".

Leur abattage leur assure, ainsi qu'à Despina (Herdis Anna Jonasdottir à la voix trop légère pour ce rôle) un beau succès. Carmen Seibel se révèle une Dorabella des plus charmantes, mais un peu irrégulière dans ses interventions - semblant parfois un peu mal à l'aise dans ce rôle. Quant à la magnifique Fiordiligi de Valda Wilson, elle emporte tous les suffrages.

"Salomé" © Kaufhold.
"Salomé" © Kaufhold.
Dès son premier air ("Come scoglio"), la soprano australienne se joue des intervalles immenses de cette protestation de la fidélité. Dotée d'un beau médium, la voix s ‘épanouit sans mal dans un registre étendu. Son grand morceau de bravoure ("Per pieta, ben mio, perdona …") à l'acte II confirme ses dons. La chanteuse se joue de vocalises éprouvantes avec une belle gestion du souffle. Elle mérite amplement les acclamations qu'elle récoltera.

L'orchestre, dirigé par Stefan Neubert (né en 1982), procure lui aussi de grandes jouissances. Quel beau Mozart, articulé, nuancé, aux phrases orfévrées nous offre-t-il ! Les vents et les cordes dessinent de subtiles harmonies, de superbes coloris et une riche variété de climats délectables. Avec ce jeune chef, l'auditeur a l'impression de découvrir la partition.

Décidément l'excellent niveau de ces troupes germaniques n'est plus à démontrer. Dans une "Salomé" de Richard Strauss, donnée en alternance au théâtre, cela se vérifie encore. Sous la direction inspirée de Nicholas Milton, Paulinina Linnosaari (Salomé), Peter Schöne (Jochanaan) et le Narraboth de Angelos Samartzis se sont aussi montrés des artistes qu'on n'oubliera pas de sitôt.

"Salomé" © Kaufhold.
"Salomé" © Kaufhold.
Théâtre national de la Sarre.
Saarlaändisches Staatstheater.
1 Schiller Platz, Sarrebruck, Allemagne.
Tél. : +49 (0)681 3092 486.
>> staatstheater.saarland

"Cosi fan tutte" de W. A. Mozart.
Jusqu'au 19 juin 2018.
"Salomé" de R. Strauss.
Jusqu'au 21 juin 2018.

Christine Ducq
Mercredi 30 Mai 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique








À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019