La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Un "Cosi fan tutte" irradiant de jeunesse au Saarländisches Staatstheater

Le théâtre national sis à Sarrebruck met à l'affiche "Cosi fan tutte", un des trois derniers opéras de Mozart et "Dramma giocoso" au livret écrit par Lorenzo da Ponte. La comédie cruelle, joliment mise en scène par Jean Renshaw, brille grâce à une troupe de jeunes chanteurs de très bonne tenue et à la direction raffinée du chef Stefan Neubert, à la tête du Saarländische Staatsorchester.



"Cosi fan tutte" © Kaufhold.
"Cosi fan tutte" © Kaufhold.
Créé à Vienne en janvier 1790 pour le compte de Joseph II, l'opera buffa du divin Mozart est une irrésistible comédie de mœurs qui pose un regard lucide sur la vanité des sentiments. Accréditant la thèse - non sans insolence - que l'amour s'invente, cette École des Amants (son sous-titre) s'avère être une des plus belles partitions jamais écrites. Ce ballet ambigu des sentiments court la poste entre rires et déconvenues (sur soi et les autres), entre élans jubilatoires, serments trop confiants, confidence du cœur et vrai drame de l'inconstance. Les sœurs Fiordiligi et Dorabella, mises à l'épreuve par l'entremise du cynique Don Alfonso, seront-elles fidèles à leurs fiancés Guglielmo et Ferrando ? Évidemment, non.

Jean Renshaw fait le choix des couleurs acidulées d'une bande dessinée dont l'histoire se déroulerait dans les années soixante. Et qui se souviendrait du XVIIIe siècle. S'attachant donc à brouiller les repères temporels, elle veille à rendre à la comédie son lustre en multipliant les clins d'œil complices et en redessinant nettement les procédés du comique de geste et de situation.

"Cosi fan tutte" © Kaufhold.
"Cosi fan tutte" © Kaufhold.
Don Alfonso est ici un nouveau Tartuffe (que Despina assommera à la fin), Despina est une soubrette hilarante que rien n'effraie, les sœurs Fiordiligi et Dorabella finissent par adopter les tenues saugrenues de leurs soupirants déguisés en notables écossais à fausse barbe rousse (en lieu et place d'Albanais). On s'amuse beaucoup : chutes, gags, troussages sur scène se succèdent à un rythme effréné. La conclusion, amère, de cette valse des sentiments n'en sera que plus cruelle.

Sur le plateau, la troupe ravit les spectateurs, avec des artistes se montrant tout autant bons acteurs que bons chanteurs. Si Don Alfonso brille par son inconsistance pratiquement jusqu'à la fin, les amoureux se révèlent piquants. Le Guglielmo de Salomon Zulic del Canto manque parfois un peu de projection mais offre un chant de bonne tenue. Son acolyte, le Ferrando du ténor Sungmin Song, possède une très jolie voix (mais le phrasé et la technique sont encore à travailler dans "Ah, lo veggio, quell'anima …".

Leur abattage leur assure, ainsi qu'à Despina (Herdis Anna Jonasdottir à la voix trop légère pour ce rôle) un beau succès. Carmen Seibel se révèle une Dorabella des plus charmantes, mais un peu irrégulière dans ses interventions - semblant parfois un peu mal à l'aise dans ce rôle. Quant à la magnifique Fiordiligi de Valda Wilson, elle emporte tous les suffrages.

"Salomé" © Kaufhold.
"Salomé" © Kaufhold.
Dès son premier air ("Come scoglio"), la soprano australienne se joue des intervalles immenses de cette protestation de la fidélité. Dotée d'un beau médium, la voix s ‘épanouit sans mal dans un registre étendu. Son grand morceau de bravoure ("Per pieta, ben mio, perdona …") à l'acte II confirme ses dons. La chanteuse se joue de vocalises éprouvantes avec une belle gestion du souffle. Elle mérite amplement les acclamations qu'elle récoltera.

L'orchestre, dirigé par Stefan Neubert (né en 1982), procure lui aussi de grandes jouissances. Quel beau Mozart, articulé, nuancé, aux phrases orfévrées nous offre-t-il ! Les vents et les cordes dessinent de subtiles harmonies, de superbes coloris et une riche variété de climats délectables. Avec ce jeune chef, l'auditeur a l'impression de découvrir la partition.

Décidément l'excellent niveau de ces troupes germaniques n'est plus à démontrer. Dans une "Salomé" de Richard Strauss, donnée en alternance au théâtre, cela se vérifie encore. Sous la direction inspirée de Nicholas Milton, Paulinina Linnosaari (Salomé), Peter Schöne (Jochanaan) et le Narraboth de Angelos Samartzis se sont aussi montrés des artistes qu'on n'oubliera pas de sitôt.

"Salomé" © Kaufhold.
"Salomé" © Kaufhold.
Théâtre national de la Sarre.
Saarlaändisches Staatstheater.
1 Schiller Platz, Sarrebruck, Allemagne.
Tél. : +49 (0)681 3092 486.
>> staatstheater.saarland

"Cosi fan tutte" de W. A. Mozart.
Jusqu'au 19 juin 2018.
"Salomé" de R. Strauss.
Jusqu'au 21 juin 2018.

Christine Ducq
Mercredi 30 Mai 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019