La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Un "Cosi fan tutte" irradiant de jeunesse au Saarländisches Staatstheater

Le théâtre national sis à Sarrebruck met à l'affiche "Cosi fan tutte", un des trois derniers opéras de Mozart et "Dramma giocoso" au livret écrit par Lorenzo da Ponte. La comédie cruelle, joliment mise en scène par Jean Renshaw, brille grâce à une troupe de jeunes chanteurs de très bonne tenue et à la direction raffinée du chef Stefan Neubert, à la tête du Saarländische Staatsorchester.



"Cosi fan tutte" © Kaufhold.
"Cosi fan tutte" © Kaufhold.
Créé à Vienne en janvier 1790 pour le compte de Joseph II, l'opera buffa du divin Mozart est une irrésistible comédie de mœurs qui pose un regard lucide sur la vanité des sentiments. Accréditant la thèse - non sans insolence - que l'amour s'invente, cette École des Amants (son sous-titre) s'avère être une des plus belles partitions jamais écrites. Ce ballet ambigu des sentiments court la poste entre rires et déconvenues (sur soi et les autres), entre élans jubilatoires, serments trop confiants, confidence du cœur et vrai drame de l'inconstance. Les sœurs Fiordiligi et Dorabella, mises à l'épreuve par l'entremise du cynique Don Alfonso, seront-elles fidèles à leurs fiancés Guglielmo et Ferrando ? Évidemment, non.

Jean Renshaw fait le choix des couleurs acidulées d'une bande dessinée dont l'histoire se déroulerait dans les années soixante. Et qui se souviendrait du XVIIIe siècle. S'attachant donc à brouiller les repères temporels, elle veille à rendre à la comédie son lustre en multipliant les clins d'œil complices et en redessinant nettement les procédés du comique de geste et de situation.

"Cosi fan tutte" © Kaufhold.
"Cosi fan tutte" © Kaufhold.
Don Alfonso est ici un nouveau Tartuffe (que Despina assommera à la fin), Despina est une soubrette hilarante que rien n'effraie, les sœurs Fiordiligi et Dorabella finissent par adopter les tenues saugrenues de leurs soupirants déguisés en notables écossais à fausse barbe rousse (en lieu et place d'Albanais). On s'amuse beaucoup : chutes, gags, troussages sur scène se succèdent à un rythme effréné. La conclusion, amère, de cette valse des sentiments n'en sera que plus cruelle.

Sur le plateau, la troupe ravit les spectateurs, avec des artistes se montrant tout autant bons acteurs que bons chanteurs. Si Don Alfonso brille par son inconsistance pratiquement jusqu'à la fin, les amoureux se révèlent piquants. Le Guglielmo de Salomon Zulic del Canto manque parfois un peu de projection mais offre un chant de bonne tenue. Son acolyte, le Ferrando du ténor Sungmin Song, possède une très jolie voix (mais le phrasé et la technique sont encore à travailler dans "Ah, lo veggio, quell'anima …".

Leur abattage leur assure, ainsi qu'à Despina (Herdis Anna Jonasdottir à la voix trop légère pour ce rôle) un beau succès. Carmen Seibel se révèle une Dorabella des plus charmantes, mais un peu irrégulière dans ses interventions - semblant parfois un peu mal à l'aise dans ce rôle. Quant à la magnifique Fiordiligi de Valda Wilson, elle emporte tous les suffrages.

"Salomé" © Kaufhold.
"Salomé" © Kaufhold.
Dès son premier air ("Come scoglio"), la soprano australienne se joue des intervalles immenses de cette protestation de la fidélité. Dotée d'un beau médium, la voix s ‘épanouit sans mal dans un registre étendu. Son grand morceau de bravoure ("Per pieta, ben mio, perdona …") à l'acte II confirme ses dons. La chanteuse se joue de vocalises éprouvantes avec une belle gestion du souffle. Elle mérite amplement les acclamations qu'elle récoltera.

L'orchestre, dirigé par Stefan Neubert (né en 1982), procure lui aussi de grandes jouissances. Quel beau Mozart, articulé, nuancé, aux phrases orfévrées nous offre-t-il ! Les vents et les cordes dessinent de subtiles harmonies, de superbes coloris et une riche variété de climats délectables. Avec ce jeune chef, l'auditeur a l'impression de découvrir la partition.

Décidément l'excellent niveau de ces troupes germaniques n'est plus à démontrer. Dans une "Salomé" de Richard Strauss, donnée en alternance au théâtre, cela se vérifie encore. Sous la direction inspirée de Nicholas Milton, Paulinina Linnosaari (Salomé), Peter Schöne (Jochanaan) et le Narraboth de Angelos Samartzis se sont aussi montrés des artistes qu'on n'oubliera pas de sitôt.

"Salomé" © Kaufhold.
"Salomé" © Kaufhold.
Théâtre national de la Sarre.
Saarlaändisches Staatstheater.
1 Schiller Platz, Sarrebruck, Allemagne.
Tél. : +49 (0)681 3092 486.
>> staatstheater.saarland

"Cosi fan tutte" de W. A. Mozart.
Jusqu'au 19 juin 2018.
"Salomé" de R. Strauss.
Jusqu'au 21 juin 2018.

Christine Ducq
Mercredi 30 Mai 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Entendre le théâtre… Un voyage sonore dans le théâtre français au XXe siècle

Le théâtre, au-delà de la scène, du plateau, de l'expression et des mouvements de ses protagonistes, de la représentation imagée, symbolique, imaginée des décors, c'est le texte, les sons, la musique et la voix, les voix… Le théâtre peut donc être écouté… et a été écouté ! Dans l'exercice de son rôle patrimonial, la BnF (associée au CNRS) crée un site et une série de podcasts dédiés à la dimension acoustique de cet art.

Entendre le théâtre… Un voyage sonore dans le théâtre français au XXe siècle
Le théâtre est bien évidemment un art évolutif, en perpétuelle mutation. La manière dont on le perçoit a changé quand lui-même bouleverse en permanence ses manières de représentation, ses codes, ses modes internes d'expression. Mais quel était-il au XXe siècle ? Comment l'a-t-on écouté ? Comment l'entendait-on ? Comment y parlait-on ?

La Bibliothèque nationale de France et le CNRS s'associent donc pour explorer, grâce à des archives exceptionnelles et souvent inédites, la diversité des voix et des sons du théâtre, ainsi que leurs évolutions dans la seconde moitié du XXe siècle. De Jean Vilar à Rosy Varte, en passant par Habib Benglia, Antoine Vitez ou encore Maria Casarès, on y découvre ou redécouvre les voix puissantes, profondes et singulières de celles et ceux qui ont marqué les différentes scènes françaises.

Sous l'influence de la radio, du cinéma, ou encore du cabaret, les scènes françaises se sont mises, dans les années cinquante-soixante, à exposer de nouvelles façons, plus accessibles, de dire les textes dramatiques, tandis qu'étaient explorés de nouveaux territoires de l'oralité. Ce sont ces différents aspects, novateurs à l'époque, que permet de découvrir le site "Entendre le théâtre".

Gil Chauveau
25/02/2020
Spectacle à la Une

"Où sont passés vos rêves ?" d'Alexandre Prévert, en public au Bataclan

Captation intégrale "Où sont passés vos rêves ?" est le nouveau stand-up classique écrit et interprété par Alexandre Prévert, jeune pianiste de 23 ans, accompagné par le groupe Believe et le label Naïve. Ce jeune Savoyard talentueux, diplômé du Conservatoire de Paris, associe à une originalité créative le piano et les grands compositeurs, l'humour, la poésie, les échanges avec le public et les anecdotes historiques. Joyeux et virtuose, son spectacle est une pause rafraîchissante qui sied bien au contexte actuel un chouia anxiogène !

Ce spectacle est une invitation à rire ensemble de nos petites histoires personnelles et de notre grande Histoire commune, en les partageant sans complexe à travers les codes du stand-up, de la musique classique et de la poésie.

Pour cette nouvelle saison, Alexandre Prévert vous propose un voyage dans le temps et dans l'Histoire à travers les rêves d'amour de Verlaine et de Liszt, les rêves de révolution de Beaumarchais et de Mélenchon, le rêve d'égalité de Martin Luther King ou encore le rêve d'un nouveau Monde partagé par Gérard et Christophe Colomb !

Sur votre route, vous pourrez également croiser Mozart, Apollinaire, Leonardo DiCaprio, Renaud, Schubert, Montaigne, Booba et Kaaris, Chopin, et même Napoléon III dans un Airbnb...

Alors, où sont passés vos rêves ?

Gil Chauveau
27/03/2020
Sortie à la Une

"Comment va le monde ?" de Marc Favreau, mise en scène de Michel Bruzat, avec Marie Thomas

Captation intégrale Proposée par RBD Productions, le Théâtre de la Passerelle (Limoges) et le Théâtre Les Déchargeurs (Paris), "Comment va le monde ?" a été filmé en 2017 dans ce théâtre parisien. Il s'agit d'une création de Marie Thomas permettant de découvrir les textes et de rendre hommage à Sol, le clown clochard imaginé et interprété pendant plus de quarante ans par le québécois Marc Favreau (1929-2005).

Parce qu'il a toujours eu envie de protéger la terre, Sol, pétrisseur, jongleur de mots, à la diatribe philosophique et humoristique, s'évade. Lui, il n'a rien, ce clown naïf nous fait partager sa vision du monde, il joue avec les maux/mots de la terre. La grande force de Sol, c'est de n'être rien, ça lui permet de jouer à être tout. Simplicité, liberté, folie, note bleue mélancolique dans les yeux.

"On est tous Sol seul au fond de soi et qu'il est le pôvre petit moi de chacun. Il se décarcasse pour que la vérité éclate. Il n'a pas d'amis, rien que des mots, il débouche sur la poésie pure. Liberté.

"Il est le plus petit commun dénominateur, c'est-à-dire qu'il a en lui, quelque chose de chacun de nous. Tout le monde finit par se reconnaître en lui. Pourquoi ? Un exemple de qualité, sans emphase, sans ostentation, avec humilité. Il insuffle au langage une énergie. Poète philosophe, médecin de l'esprit, menuisier, jardinier, autodidacte. Dans une époque secouée par toutes sortes de crises, cultivé, il transcende avec un grand éclat de rire. As du cœur, poète, rêveur, il rejoint le clown et l'Auguste. On s'enrichit à son contact. Enfant, il va jusqu'à l'absurde et dissèque ce petit peuple de tous les jours. Ce n'est pas une mise en accusation mais un constat témoin, malin. Il pose les questions, soulève des interrogations. Il est plus que jamais nécessaire de faire entendre les mots de ce clown/clochard, humaniste, qui nous parle de l'état de la planète, de la consommation.

"Et Marie Thomas lève la tête comme si le ciel lui parlait. Elle ne ressemble à personne, c'est fou comme j'aime. J'aime sa gaieté et sa mélancolie, ce vide et ce plein en elle. Un clochard aux traits d'un clown triste s'en va faire son "parcours" au milieu des mots. Il recrée tout un langage qui distrait le quotidien de sa banalité. Il dissèque la société et ses multiples aveuglements. Un marginal qui découvre le monde et le recompose avec humour. Tout est tourné en dérision avec délicatesse." Michel Bruzat, metteur en scène.

Gil Chauveau
26/03/2020