La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Un "Chevalier à la rose" bouleversant à l'Opéra de Paris

L'Opéra de Paris met à l'affiche pour huit représentations "Le Chevalier à la rose" de Richard Strauss, un opéra créé à Dresde en 1911 sur un livret de Hugo von Hofmannsthal. Avec la reprise d'une production de Herbert Wernicke qui a fait date depuis sa création, la maison lyrique offre un des plateaux les plus homogènes qui soient, et une soirée de pure émotion.



Répétition générale © Émilie Brouchon/Opéra national de Paris.
Répétition générale © Émilie Brouchon/Opéra national de Paris.
Fruit de la deuxième collaboration du compositeur avec l'écrivain autrichien Hugo von Hofmannsthal, après ce diamant noir qu'était "Elektra" - véritable bombe jetée sur la scène musicale en 1909 -, "Le Chevalier à la rose" pouvait sur le papier sembler bien inoffensif, avec son intrigue située dans la Vienne de l'impératrice Marie-Thérèse et ses personnages dignes de figurer dans une vieille opérette : une Maréchale, deux chevaliers - un jeune plein de grâce, un vieux barbon - et un parvenu cherchant à marier sa fille à un noble.

Que penser d'un livret mettant en scène les amours d'Octavian, un jeune chevalier de dix-sept ans surnommé Quinquin (chanté par une femme donc un personnage travesti), et de la Princesse von Werdenberg, alias la Maréchale, alias Bibiche, aux accents d'une valse viennoise bien dans la manière des Strauss père et fils (1) ? Était-ce une sorte de vaudeville musical anachronique ? Cet Octavian, ce fameux "Chevalier à la rose" envoyé en émissaire pour le compte d'un rustre (2) faire sa demande en mariage d'une belle débutante, n'était-il que le nouveau Chérubin d'un brillant pastiche des "Noces" au service d'un nouveau Falstaff ?

Évidemment, non. Parce que Richard Strauss se voyait en héraut de la nouvelle école allemande de l'expression (un "Ausdrucksmusiker"), un maître de l'orchestration et d'une écriture orfévrée toute en munificence harmonique et mélodique. Une musique épousant les mouvements de l'âme, toujours originale car retrempée aux procédés de la polytonalité (3), écrite pour un effectif de cent douze instruments !

Répétition générale © Émilie Brouchon/Opéra national de Paris.
Répétition générale © Émilie Brouchon/Opéra national de Paris.
Parce que Hugo von Hofmannsthal était cet écrivain majeur dont les œuvres (comme celle-ci) étaient hantées par les motifs du temps, de son écoulement implacable et de son action sur les êtres. Un maître qui écrirait en 1922 qu'"il faut dissimuler la profondeur. Où donc ? À la surface." (4) Ce serait donc l'avènement d'un genre nouveau : la "comédie pour musique", brillante synthèse de la conversation musicale et de l'opéra.

Thèmes éminemment baroques que la mise en scène du scénographe et metteur en scène Herbert Wernicke (mort en 2002) avait su idéalement traduire dans un dispositif élégant avec ses immenses miroirs, propices aux miroitements des illusions et de la fugacité des reflets - ceux des personnages et du public. Le spectacle créé en 1995 au Festival de Salzbourg - sous le mandat de Gerard Mortier - n'oubliait pas d'être moderne, et même universel, tout en choisissant de transposer l'intrigue à la Belle-époque (de sa conception).

Qu'en est-il en 2016 ? Reconnaissons-lui une direction d'acteurs d'une rare subtilité, mais le chef-d'œuvre ne méritait-il pas une vision neuve ? La production a perdu de son acuité avec les années - jusque dans son inspiration revendiquée de la comédie musicale hollywoodienne au deuxième acte.

Répétition générale © Émilie Brouchon/Opéra national de Paris.
Répétition générale © Émilie Brouchon/Opéra national de Paris.
Côté distribution, le plateau a tout pour enchanter. Entre rires et larmes, on ne peut être que subjugué par des chanteurs au service de l'émotion pure distillée par ce "Chevalier à la rose" capiteux et léger. Si Michaela Kaune n'est pas toujours à l'aise dans la tessiture du rôle, sa Maréchale est pourtant bouleversante, comme suspendue entre rêve mélancolique et tendresse.

Erin Morley est une Sophie von Fanninal non moins réussie (son duo à l'acte II avec Octavian, "Wo war ich schon einmal …", émeut au plus profond du cœur). Si le cousin Ochs von Lerchenau est un grotesque irrésistible grâce à la basse Peter Rose (un vieux routier du rôle), tous les seconds rôles sont au diapason : Eve-Maud Hubeaux, Francesco Demuro, entre autres.

L'orchestre de l'Opéra de Paris offre un feu d'artifice joyeux et une palette sonore d'une rare transparence, ne sacrifiant rien ni à l'allégresse ni à la poésie précieuse de la partition. Tour à tour ironique ou entêtant comme la valse de Lerchenau, il chante parfois littéralement sous la direction de Philippe Jordan. Nec plus ultra de la soirée, le chevalier de la mezzo Daniela Sindram crée un trouble plus que fascinant. Dotée d'une voix remarquable, soyeuse, mordorée, d'une jolie ampleur et capable d'un jeu raffiné, la chanteuse est tout simplement inoubliable.

Répétition générale © Émilie Brouchon/Opéra national de Paris.
Répétition générale © Émilie Brouchon/Opéra national de Paris.
(1) Quand Johann Strauss fils meurt en 1899, Richard Strauss (sans aucun lien de parenté) a trente ans.
(2) C'est le cousin de la Maréchale, Ochs von Lerchenau, qui fait office d'opposant d'un point de vue dramaturgique aux amours des uns et des autres.
(3) Une dame dans le public regrettait encore, à l'entracte de cette soirée de première, une musique "difficile". Comment dire…
(4) La "surface", ce sera donc le sacrifice de la Maréchale par amour pour son amant Octavian (qui a la moitié de son âge).


Du 9 au 31 mai 2016.
Opéra national de Paris.
Place de la Bastille 75012.
Tel : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

Répétition générale © Émilie Brouchon/Opéra national de Paris.
Répétition générale © Émilie Brouchon/Opéra national de Paris.
"Der Rosenkavalier" (1911).
Comédie pour musique en trois actes.
Musique de Richard Strauss (1864-1949).
Livret de H. von Hofmannsthal.
En allemand surtitré en français et en anglais.
Durée : 4 h 10 avec deux entractes.

Philippe Jordan, direction musicale.
Herbert Wernicke, décors, costumes et mise en scène (réalisée par Alejandro Stadler).
Werner Breitenfelder, lumières.

Michaela Kaune, die Feldmarschallin.
Peter Rose, Der Baron Ochs.
Daniela Sindram, Octavian.
Stéphanie Houyzeel, Octavian (31 mai).
Martin Gantner, Herr von Fanninal.
Erin Morley, Sophie.
Dietmar Kerschbaum, Valzacchi.
Eve-Maud Hubeaux, Annina.
Francesco Demuro, Ein Sänger.

Orchestre et Chœurs de l'Opéra de Paris.
Maîtrise des Hauts-de-Seine, Chœur d'enfants de l'Opéra de Paris.
José Luis Basso, chef des chœurs.

Christine Ducq
Samedi 14 Mai 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021