La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Tristan und Isolde" (retrouvés) à Bordeaux

L'Opéra national de Bordeaux programme, après vingt-quatre ans d'absence dans la capitale aquitaine, "Tristan und Isolde", le drame musical le plus révéré de Richard Wagner, jusqu'au 7 avril 2015. Une production réussie à tous égards et à tous les postes que ce deuxième opéra dirigé par Paul Daniel depuis sa nomination en tant que directeur musical de la maison de Thierry Fouquet.



© F. Desmesure.
© F. Desmesure.
Ce "monument" élevé au "rêve de l'amour", comme l'appelait Wagner lui-même dans une lettre à Franz Liszt, nécessitant un orchestre abondant, c'est à l'Auditorium (et sa grande fosse) que ce "Tristan" est donné. Ce qui complique éminemment la tâche du metteur en scène. C'est à Giuseppe Frigeni, l'ancien chorégraphe et collaborateur de Bob Wilson, que revient le mérite de nous proposer une mise en scène stylisée, poétique et intelligente, exploitant toutes les ressources d'un espace à priori peu propice à ce drame nocturne et enivrant. Les personnages parfois (sauf Tristan et Isolde prisonniers de leur passion et de la scène) et le chœur de marins chanteront ainsi des premier et deuxième étages.

Sculptant l'espace avec ses très belles lumières changeantes et instables (comme la partition et son continuum orchestral), plongeant souvent la scène dans ces "rafraichissantes ténèbres" qu'appelait aussi Baudelaire de ses vœux, Frigeni nous rappelle heureusement que cet opéra est avant tout un théâtre mental avec ses climats extatiques et son esprit océanique. Un plan incliné passant du bleu au mauve au rose et ainsi de suite surplombe une scène sobre avec son plancher et ses sept hublots disposés en U autour d'un couloir-sas. D'un acte à l'autre seront glissés divers éléments : une sorte d'autel pour la scène du philtre, une forêt symbolique au II, un lit-tombeau au III. Intérêt puissant de ces choix : nous nous concentrons sur les chanteurs et la musique - ce qui devrait toujours s'imposer pour le "Tristan".

© F. Desmesure.
© F. Desmesure.
Mise en scène atemporelle donc et dans laquelle Giuseppe Frigeni ne renonce pas à s'emparer du mythe avec les poses des personnages venues des temps de la féodalité, certains détails des costumes, les robes d'Isolde et de Brangäne et ce curieux et beau manteau du Roi Marc tout droit sorti d'un Klimt.

Sur le plateau, la distribution est somptueuse. On retrouve la soprano vraiment wagnérienne Alwyn Mellor et sa voix d'airain (trop diront certains). Son incarnation vocale du rôle toute de métal sombre fait d'Isolde une sœur de Brünnhilde - rôle dans laquelle nous l'avons entendue à Paris en 2013. La puissance de ses moyens oblitère quelque peu, c'est vrai, la sensibilité du personnage. Mais elle demeure une Isolde de haut vol. La mezzo Janina Baechle est une Brangäne de luxe à la vocalité là encore solide et éclatante qui sait nous émouvoir "Solitaire je reste, dans la nuit où je veille…".

Le baryton canadien Brett Polegato est un Kurwenal raffiné. La très belle basse Nicolas Courjal impressionne en chantant un König Marke subtil et nuancé dont la déploration à la fin de l'acte II nous restera longtemps en mémoire. La révélation, c'est le ténor américain Erin Caves - remplaçant presque au pied levé Christian Voigt souffrant. Il fait magnifiquement ses débuts à Bordeaux en créant un Tristan déchiré et déchirant. Sa voix suave, son sens élégant du phrasé et de la nuance nous transportent aux confins du bonheur, tant dans le duo d'amour du II que dans le redoutable acte III. Emportements, accablements, élans lyriques et souffrances de la blessure, tout est très beau, tout semble bien issu du "Royaume de l'universelle Nuit" wagnérienne.

© F. Desmesure.
© F. Desmesure.
Enfin, Paul Daniel et l'Orchestre national Bordeaux-Aquitaine servent magistralement le chef-d'œuvre en lui rendant sa noirceur, son caractère vénéneux, sa tension érotique et spirituelle. Une interprétation parfaitement réussie où tous les pupitres et solos excellent. Ils permettent de nous laisser aller à "ce sentiment étrange de planer" dont parlait Adorno à propos du drame wagnérien. Quatre heures trop courtes - si ce n'était un public un peu trop agité (du moins autour de moi) qui n'avait pas l'air de comprendre ce soir de première qu'on se trouvait dans un lieu de culte !

Spectacle vu le 26 mars 2015.

Prochaines dates : dimanche 29 mars à 15 h, mercredi 1er, samedi 4, mardi 7 avril à 19 h.

Auditorium de Bordeaux, 05 56 00 85 95.
9-13, cours Clémenceau, Bordeaux (33).
>> opera-bordeaux.com

© F. Desmesure.
© F. Desmesure.
"Tristan und Isolde" (1865).
Drame musical en trois actes.
Livret et musique de Richard Wagner (1813-1883).
En langue allemande surtitrée français.
Durée : 4 h 50 (avec entractes).

Paul Daniel, direction musicale.
Giuseppe Frigeni, mise en scène, scénographie, lumières.
Lili Kendaka, costumes.
Clovis Bonnaud, assistant à la mise en scène.

Erin Caves, Tristan.
Nicolas Courjal, König Marke.
Alwyn Mellor, Isolde.
Brett Polegato, Kurwenal.

© F. Desmesure.
© F. Desmesure.
Guillaume Antoine, Melot.
Janina Baechle, Brangäne.
Simon Bode, Ein Hirt, Eines Jungen Seemans.
Jean-Marc Bonicel, Ein Steuermann.

Orchestre national Bordeaux-Aquitaine.
Chœur d'Hommes de l'Opéra national de Bordeaux.
Salvatore Caputo, Chef de chœur.

Christine Ducq
Mardi 31 Mars 2015


1.Posté par Dominique MINJOT le 31/03/2015 10:57
je souscris totalement à la critique ci-dessus : j'ai adoré les voix masculines avec une mention très spéciale à Nicolas COURJAL magnifique Roi Marke, mais Erin Caves et Brett Polegato sont également superbes
je fais partie de ceux qui n'aiment pas la voix d'airain de Alwynn Mellor car manque singulièrement de nuances j'ai très largement préféré Janina Baechle plus "musicale" et subtile
et par dessus tout suis restée envoutée par l'exécution de Paul Daniel : les couleurs, la finesse , la puissance et la douceur de l'orchestre tout y est
nous avons réellement une chance inouïe à Bordeaux avec ce chef exceptionnel

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022