Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Tristan und Isolde" (retrouvés) à Bordeaux

L'Opéra national de Bordeaux programme, après vingt-quatre ans d'absence dans la capitale aquitaine, "Tristan und Isolde", le drame musical le plus révéré de Richard Wagner, jusqu'au 7 avril 2015. Une production réussie à tous égards et à tous les postes que ce deuxième opéra dirigé par Paul Daniel depuis sa nomination en tant que directeur musical de la maison de Thierry Fouquet.



© F. Desmesure.
© F. Desmesure.
Ce "monument" élevé au "rêve de l'amour", comme l'appelait Wagner lui-même dans une lettre à Franz Liszt, nécessitant un orchestre abondant, c'est à l'Auditorium (et sa grande fosse) que ce "Tristan" est donné. Ce qui complique éminemment la tâche du metteur en scène. C'est à Giuseppe Frigeni, l'ancien chorégraphe et collaborateur de Bob Wilson, que revient le mérite de nous proposer une mise en scène stylisée, poétique et intelligente, exploitant toutes les ressources d'un espace à priori peu propice à ce drame nocturne et enivrant. Les personnages parfois (sauf Tristan et Isolde prisonniers de leur passion et de la scène) et le chœur de marins chanteront ainsi des premier et deuxième étages.

Sculptant l'espace avec ses très belles lumières changeantes et instables (comme la partition et son continuum orchestral), plongeant souvent la scène dans ces "rafraichissantes ténèbres" qu'appelait aussi Baudelaire de ses vœux, Frigeni nous rappelle heureusement que cet opéra est avant tout un théâtre mental avec ses climats extatiques et son esprit océanique. Un plan incliné passant du bleu au mauve au rose et ainsi de suite surplombe une scène sobre avec son plancher et ses sept hublots disposés en U autour d'un couloir-sas. D'un acte à l'autre seront glissés divers éléments : une sorte d'autel pour la scène du philtre, une forêt symbolique au II, un lit-tombeau au III. Intérêt puissant de ces choix : nous nous concentrons sur les chanteurs et la musique - ce qui devrait toujours s'imposer pour le "Tristan".

© F. Desmesure.
© F. Desmesure.
Mise en scène atemporelle donc et dans laquelle Giuseppe Frigeni ne renonce pas à s'emparer du mythe avec les poses des personnages venues des temps de la féodalité, certains détails des costumes, les robes d'Isolde et de Brangäne et ce curieux et beau manteau du Roi Marc tout droit sorti d'un Klimt.

Sur le plateau, la distribution est somptueuse. On retrouve la soprano vraiment wagnérienne Alwyn Mellor et sa voix d'airain (trop diront certains). Son incarnation vocale du rôle toute de métal sombre fait d'Isolde une sœur de Brünnhilde - rôle dans laquelle nous l'avons entendue à Paris en 2013. La puissance de ses moyens oblitère quelque peu, c'est vrai, la sensibilité du personnage. Mais elle demeure une Isolde de haut vol. La mezzo Janina Baechle est une Brangäne de luxe à la vocalité là encore solide et éclatante qui sait nous émouvoir "Solitaire je reste, dans la nuit où je veille…".

Le baryton canadien Brett Polegato est un Kurwenal raffiné. La très belle basse Nicolas Courjal impressionne en chantant un König Marke subtil et nuancé dont la déploration à la fin de l'acte II nous restera longtemps en mémoire. La révélation, c'est le ténor américain Erin Caves - remplaçant presque au pied levé Christian Voigt souffrant. Il fait magnifiquement ses débuts à Bordeaux en créant un Tristan déchiré et déchirant. Sa voix suave, son sens élégant du phrasé et de la nuance nous transportent aux confins du bonheur, tant dans le duo d'amour du II que dans le redoutable acte III. Emportements, accablements, élans lyriques et souffrances de la blessure, tout est très beau, tout semble bien issu du "Royaume de l'universelle Nuit" wagnérienne.

© F. Desmesure.
© F. Desmesure.
Enfin, Paul Daniel et l'Orchestre national Bordeaux-Aquitaine servent magistralement le chef-d'œuvre en lui rendant sa noirceur, son caractère vénéneux, sa tension érotique et spirituelle. Une interprétation parfaitement réussie où tous les pupitres et solos excellent. Ils permettent de nous laisser aller à "ce sentiment étrange de planer" dont parlait Adorno à propos du drame wagnérien. Quatre heures trop courtes - si ce n'était un public un peu trop agité (du moins autour de moi) qui n'avait pas l'air de comprendre ce soir de première qu'on se trouvait dans un lieu de culte !

Spectacle vu le 26 mars 2015.

Prochaines dates : dimanche 29 mars à 15 h, mercredi 1er, samedi 4, mardi 7 avril à 19 h.

Auditorium de Bordeaux, 05 56 00 85 95.
9-13, cours Clémenceau, Bordeaux (33).
>> opera-bordeaux.com

© F. Desmesure.
© F. Desmesure.
"Tristan und Isolde" (1865).
Drame musical en trois actes.
Livret et musique de Richard Wagner (1813-1883).
En langue allemande surtitrée français.
Durée : 4 h 50 (avec entractes).

Paul Daniel, direction musicale.
Giuseppe Frigeni, mise en scène, scénographie, lumières.
Lili Kendaka, costumes.
Clovis Bonnaud, assistant à la mise en scène.

Erin Caves, Tristan.
Nicolas Courjal, König Marke.
Alwyn Mellor, Isolde.
Brett Polegato, Kurwenal.

© F. Desmesure.
© F. Desmesure.
Guillaume Antoine, Melot.
Janina Baechle, Brangäne.
Simon Bode, Ein Hirt, Eines Jungen Seemans.
Jean-Marc Bonicel, Ein Steuermann.

Orchestre national Bordeaux-Aquitaine.
Chœur d'Hommes de l'Opéra national de Bordeaux.
Salvatore Caputo, Chef de chœur.

Christine Ducq
Mardi 31 Mars 2015


1.Posté par Dominique MINJOT le 31/03/2015 10:57
je souscris totalement à la critique ci-dessus : j'ai adoré les voix masculines avec une mention très spéciale à Nicolas COURJAL magnifique Roi Marke, mais Erin Caves et Brett Polegato sont également superbes
je fais partie de ceux qui n'aiment pas la voix d'airain de Alwynn Mellor car manque singulièrement de nuances j'ai très largement préféré Janina Baechle plus "musicale" et subtile
et par dessus tout suis restée envoutée par l'exécution de Paul Daniel : les couleurs, la finesse , la puissance et la douceur de l'orchestre tout y est
nous avons réellement une chance inouïe à Bordeaux avec ce chef exceptionnel

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021