Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Tristan und Isolde", bourgeois de Cornouailles ?

Jusqu'au 2 avril 2015 l'Opéra national du Rhin propose une nouvelle production de "Tristan und Isolde" de Richard Wagner, l'opéra de tous les superlatifs. Une distribution vocale de grande qualité emporte l'adhésion malgré les choix esthétiques plus que problématiques du metteur en scène Antony McDonald et du chef Axel Kober.



© Alain Kaiser.
© Alain Kaiser.
"Tristan und Isolde", l'opéra créé à Munich en 1865 (mais terminé depuis 1859), fait l'objet d'un culte bien connu et, bonheur insigne, pas moins de trois maisons françaises le programment cette saison. Après le Théâtre du Capitole à Toulouse en janvier et avant l'Opéra de Bordeaux la semaine prochaine, c'est l'Opéra national du Rhin qui attire tous les adeptes de cette secte très spéciale - celle des adorateurs de la Nuit, exaltée par ce "drame musical" en trois actes.

Poème d'amour et de mort d'une richesse symphonique inouïe, vrai philtre sonore aux propriétés stupéfiantes (distillé par la mélodie continue et entre autres par le tissage des leitmotive du Désir, de la Mort, du Philtre - le fameux "grundthema" wagnérien) : on s'y rend comme à la messe - mieux comme dans une fumerie d'opium.

Plus long duo d'amour de l'histoire de l'opéra, sans action ou presque, le chanter, le diriger et le mettre en scène se révèlent une dangereuse épreuve où beaucoup n'osent se risquer. Nous saluerons donc la vaillance des impétrants qui affrontent cette redoutable gageure.

© Alain Kaiser.
© Alain Kaiser.
À commencer par ce qui a déplu dans cette nouvelle production, signalons le parti pris du directeur musical Axel Kober dont les tempi exagérément alanguis ôtent presque toute tension dramatique et vénéneuse à cette sublime partition et nous retiennent plus de quatre heures - sans compter les entractes (à comparer avec la célèbre version de référence de 1966 avec Karl Böhm à la baguette qui courait la poste en trois heures quarante !). Oublions le flou qui brouille parfois l'homogénéité des différents plans sonores et des pupitres inégaux. Même le célèbre accord final en si majeur, accord parfait toujours retardé toujours désiré, se noie ultimement. Ô déception.

La mise en scène d'Anthony McDonald (décorateur et costumier aussi) déçoit également. Un affreux paquebot décati au premier acte, une chambre bourgeoise défraîchie au second, une chambre de sanatorium hideuse au troisième - sans parler des lumières affreuses -, tout rappelle les pires heures du Regie Theater (une sorte de sous Marthaler), tout contribue à faire de la Princesse irlandaise, du Preux Tristan et du Roi Marke des personnages bourgeois, triviaux, sans charisme. Affirmant s'être inspiré d'un film de Neil Jordan ("La Fin d'une liaison" d'après Graham Greene) et d'Ibsen, McDonald rate son "Tristan" en voulant le "rendre accessible" et le désacraliser (oublions aussi cette bataille grotesque de choux entre marins à l'acte I…).

© Alain Kaiser.
© Alain Kaiser.
Reste une distribution vocale de grande qualité. La soprano allemande Melanie Diener dotée d'une vraie belle voix (aux sonorités puissantes dans le registre central mais avec des aigus parfois peu assurés) est une Isolde convaincante. Le ténor Ian Storey ne parvient qu'à la fin de l'acte I à habiter en heldentenor son personnage - une fois le philtre bu ! - mais ensuite son jeu et son chant nous touchent infiniment : modelé de la phrase, expression, plasticité, morbidezza, il est Tristan. Outre le Roi Marke d'Attila Jun impressionnant, le coup de foudre de la soirée est réservé au baryton-basse Raimund Nolte - de retour à l'Opéra du Rhin comme Melanie Diener. Un magnifique et robuste chanteur au timbre clair qui donne âme et noblesse au fidèle Kurwenal. Remercions-les : ils nous ont emmenés bien loin aux confins de la Nuit.

Du 18 mars au 2 avril 2015.
Mercredi 18 mars, samedi 21 mars, mardi 24 mars, lundi 30 mars et jeudi 2 avril à 18 h 30.
Opéra national du Rhin, 0 825 84 14 84.
19, Place du Petit Broglie, Strasbourg (67).

© Alain Kaiser.
© Alain Kaiser.
>> operanationaldurhin.eu

Production reprise à La Filature de Mulhouse :
Vendredi 17 avril 2015 à 18 h 30.
Dimanche 19 avril 2015 à 15 h.

"Tristan und Isolde" (1865).
Musique et livret : Richard Wagner.
En allemand surtitré français.
Durée : 5 h (avec entractes).

Axel Kober, direction musicale.
Antony McDonald, mise en scène, décors et costumes.
Mimi Jordan Sherin, lumières.
Helen Cooper, dramaturgie.

© Alain Kaiser.
© Alain Kaiser.
Ian Storey, Tristan.
Melanie Diener, Isolde.
Attila Jun, Le Roi Marke.
Raimund Nolte, Kurwenal.
Michelle Breedt, Brangäne.
Gijs van der Linden, Melot.
Sunggo Lee, Un Berger, Un Marin.
Fabien gaschy, Un Timonier.

Chœurs de l'Opéra national du Rhin.
Sandrine Abello, direction.
Orchestre philharmonique de Strasbourg.

Christine Ducq
Lundi 23 Mars 2015

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021