La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Tristan et Isolde" à Pleyel : "Désirer au sein de la mort et non mourir de désir"*

Donc ce fut un jeune chef finlandais de trente-trois ans, Mikko Franck, en remplacement du directeur de l’orchestre Myung-Whun Chung ce samedi 13 octobre, et on comprend pourquoi. Les relations entre le jeune chef finlandais et l’Orchestre de Radio France sont étroites : ils ont enregistré en 2009 un CD consacré à Claude Debussy et ont donné "Tosca" aux Chorégies d’Orange en 2010.



Orchestre Philharmonique de Radio France, saison 2010/11 © JR Leclercq.
Orchestre Philharmonique de Radio France, saison 2010/11 © JR Leclercq.
L’osmose est complète entre eux, on le sent très vite, dès le prélude du drame musical de Richard Wagner. Le choix d’une direction suave, plus romantique que vénéneuse en a surpris plus d’un. Mais pourquoi pas ? C’est à une dramaturgie inédite de la passion que nous sommes invités, épousant tous les élans de l’âme.

Les cordes ne sont pas exagérément nerveuses, ni le rythme trop alangui pour les fameux leitmotive du philtre et de la passion. L’acte deux est superbe de raffinement chromatique et de couleurs. L’acte trois, si impressionnant, épouse tous les mouvements du désir douloureux et de la soif d’anéantissement. Les bois, les percussions et les cuivres sont brillants, fougueux, puis se font l’écho des déchirements intérieurs des héros, jusqu’à la dissolution finale. Comme c’est le "Tristan" mythique, tous les amants - nombreux - de cet opéra sont là. Ils brûlent de faire des comparaisons avec la version concert donnée au théâtre des Champs-Élysées peu de mois auparavant. Certains même, de retour de Bayreuth, ose le parallèle avec un "Tristan" qui n’a pourtant pas laissé un souvenir grandiose aux impétrants.

Nina Stemme © Tanja Niemann 2012.
Nina Stemme © Tanja Niemann 2012.
L’envie de comparer disparaît très vite tant la distribution des voix ce soir-là à Pleyel est enchanteresse. Isolde, c’est la soprano dramatique Nina Stemme : force, sens de la nuance, tessiture large - quoiqu’on entend mal parfois les notes plus basses à l’acte un. Plus que convaincante cependant, la chanteuse suédoise nous fait l’offrande de sa voix lumineuse et incisive. Et puis il y a la révélation Christian Franz en Tristan. Une révélation pour les Français, mais déjà heldentenor (ou ténor héroïque wagnérien) adoubé à Bayreuth. On le comprend aussi : depuis la mort en 1974 de Wolfgang Windgassen, depuis quand n’avait-on eu la chance d’admirer une telle voix aux timbres éclatants, puissante et subtile quand il le faut ? Un niveau exceptionnel : c’est tout naturellement que l’on pense à Windgassen (qui n’avait pas été remplacé jusqu’alors). C’est dire ! Un génie technique si évident, un instinct si passionné de l’interprétation, un engagement du chanteur dans le rôle alors qu’il s’agit d’une version concert, ne courent pas les rues. Christian Franz nous a donné de suprêmes émotions.

Au bout de quatre heures d’enivrement et d’extase - eh oui ! -, le chœur de Radio France, Mikko Franck et l’Orchestre, les chanteurs bien-sûr ont eu droit à un quart d’heure de standing ovation. C’était plus que mérité.

*Tristan, acte III

Opéra en version concert entendu le 13 octobre 2012.
"Tristan und Isolde"
Drame musical en 3 actes de Richard Wagner.
Livret du compositeur. En version concert.
Salle Pleyel, Paris 8e, 01 42 56 13 13.
>> sallepleyel.fr

Distribution :
Nina Stemme, soprano : Isolde.
Christian Franz, ténor : Tristan.
Sarah Connolly, mezzo-soprano : Brangäne.
Richard Berkeley-Steel, ténor : Melot.
Detlef Roth, baryton : Kurwenal.
Peter Rose, basse : Le roi Marke.

Chœur de Radio France.
Matthias Brauer, chef de chœur.
Orchestre Philharmonique de Radio France.
Mikko Franck, direction.

Concert diffusé en direct sur France Musique le 13 octobre 2012 qu'il est possible de réécouter sur son site.

Christine Ducq
Jeudi 18 Octobre 2012

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020