La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Torsten Kerl, fabuleux Tristan au Théâtre des Champs-Elysées

Nouvelle production de "Tristan und Isolde" avec Pierre Audi à la mise en scène et l'Orchestre national de France sous la baguette de Daniele Gatti, son directeur musical. Avec une distribution de haut niveau dominée par le fabuleux ténor Torsten Kerl, l'opéra de Richard Wagner distille son philtre puissant et hypnotique. Interview de Torsten Kerl.



© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Fortes impressions à la sortie du "Tristan und Isolde" pour cette deuxième représentation : l'impression évidemment toujours produite par cet opéra hors-norme, sans action réelle hormis "l'action intérieure" dont parlait le compositeur, et pourtant aux effets très puissants avec son écriture musicale inédite, son sujet mythique : la plus belle (et longue) nuit d'amour de l'histoire de l'opéra. Mais s'ajoute l'impression délectable d'avoir entendu cette fois le plus beau Tristan dont on puisse rêver - nous qui n'avons pas connu les Melchior, les Vickers, les Windgassen sur scène.

Si la mise en scène de Pierre Audi propose un théâtre de spectres, une épure dessinée dans un clair-obscur radical (les lumières de Jean Kalman sont très belles), elle n'est pas toujours d'une lisibilité absolue. Qu'en est-il de cette laide actualisation au troisième acte ?

L'Orchestre national de France est splendide - même si certains choix de leur chef du point de vue des dynamiques étonnent. Des moments de pure beauté, des fulgurances sublimes succèdent à un véritable fracas de la fosse quelque peu perturbant (par exemple dans la première partie du duo du deuxième acte, appelée "La jubilation de l'amour" au moment des retrouvailles des amants, où le spectateur ne jubile pas du tout). Daniele Gatti aurait-il oublié le sacro-saint "art de la transition" dont s'est enorgueilli R. Wagner ?

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
La distribution est excellente, même si on peut regretter que certains (Brangäne et Isolde en particulier) aient quelquefois à s'époumoner pour passer la fosse - trop insoucieuse d'eux. La jeune soprano Rachel Nicholls impressionne de toute façon et livre une belle Isolde. Vivons-nous l'époque du retour des grands chanteurs wagnériens ? Torsten Kerl en serait aussi la preuve. Sa puissante voix, capable de géniales nuances, lyrique avec éclat ou déchirante dans la morbidezza, et son aura sur scène en font un immense Tristan. La revue a souhaité en savoir plus.

Christine Ducq - Dans quelles circonstances avez-vous choisi de devenir chanteur alors que vous étiez musicien d'orchestre ?

Torsten Kerl - Le chant m'a toujours intéressé mais ce n'était qu'un hobby au départ. Alors que j'étais hautboïste au conservatoire (d'où je suis sorti diplômé), je prenais à l'extérieur des cours de chant avec un professeur particulier. Plus tard, j'ai décidé que je serai chanteur et que je deviendrai moi-même l'instrument.

Vous avez chanté le rôle de Paul dans la création à Paris de l'opéra de Korngold "La Ville morte", ainsi que Siegfried. Aimez-vous particulièrement chanter à Paris ?

Torsten Kerl - J'aime beaucoup chanter ici. C'est à Paris que j'ai commencé ma carrière : Paul est mon premier rôle. J'ai également choisi d'y chanter pour la première fois Siegfried, avec le chef Philippe Jordan. Sans compter les nombreux concerts donnés car le public ici est friand de mon répertoire. Wagner y a vécu d'ailleurs.

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Quand avez-vous chanté Tristan pour la première fois ?

Torsten Kerl - C'était en 2009 au Festival de Glyndebourne, en Angleterre.

Dans quel état d'esprit abordiez-vous ce rôle épuisant alors ?

Torsten Kerl - D'abord, c'est un rôle extrêmement long, et puissamment émotionnel. Mon premier sentiment fut la conviction que je ne devais pas me laisser submerger par les sentiments forts qu'il pouvait provoquer et que je devais être très prudent, ne pas perdre de vue la technique. Ensuite, j'ai ressenti la fierté d'avoir à relever un tel défi artistique. Je pense au troisième acte où Tristan, seul, chante plus de cinquante minutes car Kurwenal intervient peu.

Et aujourd'hui, votre approche est-elle différente ?

Torsten Kerl - Chanter cet opéra, vraiment unique, est toujours un défi. Peu importe que vous le chantiez pour la première fois ou la trentième. C'est la même chose avec Siegfried ou Rienzi (un rôle encore plus long). Avec l'expérience, ce sont toujours des rôles très difficiles où je dois être endurant. Pour Tristan, je dois pouvoir proposer vocalement une évolution de mon personnage, du premier au troisième acte.

Avec l'âge, la voix change - et la mienne est plus puissante depuis quelques années - et des difficultés peuvent surgir, même si beaucoup de choses sont aussi plus faciles. Je sais aujourd'hui ce que je peux faire de ma voix.

Peut-on oublier Tristan, sa morbidité, en quittant la scène le soir ?

Torsten Kerl - À la différence d'un acteur de cinéma, le chanteur ne peut être entièrement possédé par son personnage. La musique fait toute la différence et il doit être attentif en permanence aux autres, écouter le chef, l'orchestre et ses collègues. Donc, le chanteur garde toujours une distance - même si, naturellement la musique de Wagner m'affecte toujours sur scène. Mais quand je rentre chez moi, j'ai laissé Tristan au théâtre !

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Que pensez-vous de la vision de l'œuvre proposée par Pierre Audi ?

Torsten Kerl - Je pense qu'il s'agit d'une production très visuelle. Je la trouve d'esprit germanique - même si Pierre Audi n'est pas allemand - avec cette scénographie. En tant que chanteur, il m'est cependant difficile de la juger car je n'en ai pas la vision globale comme les spectateurs. J'aimerais en voir plus tard la vidéo.

Il met en scène un monde inquiétant, me semble-t-il ?

Torsten Kerl - C'est un monde détruit, quasi post-apocalyptique, où chacun vit seul, replié dans sa communauté. Une société unie n'existe plus.

Votre personnage ne rencontre et ne touche que très rarement celui d'Isolde. Pourquoi, à votre avis ?

Torsten Kerl - Pierre Audi s'est focalisé sur la dimension philosophique de l'opéra. Il ne s'intéresse qu'à la dimension désincarnée de l'amour, celui-ci étant lié à la mort.

Qu'en est-il de la direction du chef Daniele Gatti ?

Torsten Kerl - Ce que j'ai retenu de nos discussions pendant les répétitions, c'est qu'il veut livrer une version élégiaque de l'œuvre avec des moments aux tempi très lents. Et d'autres où les tempi sont très rapides. Il souhaite souligner les extrêmes de la partition, qui sont bien présents selon moi.

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Quel est votre rôle préféré dans l'œuvre de Wagner ?

Torsten Kerl - Difficile à dire ! (Il rit). J'aime beaucoup Tannhäuser que j'ai chanté à Bayreuth. Et, bien-sûr, Tristan qui remporte toujours beaucoup de succès, quel que soit le pays.

Et dans votre vaste répertoire ?

Torsten Kerl - Richard Wagner et Richard Strauss me plaisent plus que tout. De même que Korngold - j'ai chanté le rôle de Paul cent-six fois ! Mais j'aime beaucoup aussi les musiques italienne, française et russe. Cela dépend des saisons.

Quels sont vos prochains engagements ?

Torsten Kerl - Je chanterai en octobre "La Dame de Pique" de Tchaïkovski (rôle d'Herman, Ndlr) puis en 2017 le rôle d'Enée dans "Les Troyens" de Berlioz au Staatsoper d'Hambourg. Je vais aussi donner un grand concert à Londres en avril 2017 avec, au programme, la Symphonie n°8 de Gustav Mahler (avec le London Philharmonic Orchestra, NDLR). Et je reviens en juin en France au Festival de Saint-Denis (les 23 et 24 juin 2016, NDLR) pour la 9e symphonie de Beethoven avec l'Orchestre national de France.

Interview réalisée le 16 mai 2016 (Propos traduits de l'anglais par nos soins).

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Prochaines dates : 18, 21 et 24 mai 2016 à 18 h.
Diffusion sur France Musique le 25 juin 2016 à 19 h.

Théâtre des Champs-Élysées, 15, avenue Montaigne Paris 8e.
Tél. : 01 49 52 50 50.
>> theatrechampselysees.fr

"Tristan und Isolde" (1865).
Action musicale en trois actes.
Musique et livret de Richard Wagner (1813-1883).
En allemand surtitré en français.
Durée : 5 h 20 (avec deux entractes).

Daniele Gatti, direction musicale.
Pierre Audi, mise en scène.
Willem Bruls, dramaturgie.
Christof Hetzer, scénographie & costumes.
Jean Kalman, lumières.
Anna Bertsch, vidéo.

Torsten Kerl, Tristan.
Rachel Nicholls, Isolde.
Michelle Breedt, Brangäne.
Steven Humes, König Marke.
Brett Polegato, Kurwenal.
Andrew Rees, Melot.

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Marc Larcher, Ein Hirt, Ein junger Seemann.
Francis Dudziak, Ein Steuermann.

Orchestre national de France.
Chœur de Radio France.
Stéphane Petitjean, direction du chœur.

Christine Ducq
Mardi 17 Mai 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019