La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Tempête dans un verre d’eau à la MC93 … ou presque !

Ce n’est pas un jeu de mots facile… c’est effectivement ce que j’ai vu dans le nouveau spectacle musical de la compagnie Teatro Praga, "The Tempest", à l’affiche le week-end dernier à la MC 93 de Bobigny. Avis aux professionnels, cette véritable performance mérite d’être invitée dans vos théâtres (1) !



"The Tempest" © Alípio Padilha.
"The Tempest" © Alípio Padilha.
Tout commence dans la grande salle Oleg Efremov quand le public entre enfin, un peu étonné d’avoir piétiné devant les portes jusqu’au dernier moment (20 h 30 pour être précise). Si on l’a fait patienter, c’est pour avoir la surprise de se découvrir filmé et projeté sur grand écran sur la scène. Devant ce grand mur d’images, une cage plongée dans une lumière bleutée très belle d’où nous observent tous les membres de la troupe. Dispositif habile : les regardants sont regardés par ceux qu’ils viennent regarder. Un couple donc que les metteurs en scène Pedro Penim, André E. Teodosio, José Maria Vieira Mendes - également auteurs du texte - ont voulu fraternel. Les spectateurs n’ont pas fini de s’installer que tout s’emballe : une soprano chante - trop fort : elle a un micro - et Miranda en perruque verte et short à paillettes noie de paroles son amoureux Ferdinand dans la salle, suivie par une équipe de tournage. Nous voilà embarqués dans un bateau à la dérive, ou prisonniers d’une île que tout le monde veut fuir, surtout Prospero, devenu metteur en scène.

Car il s’agit bien d’un spectacle tiré du "semi-opéra" (2) de Henry Purcell, "The Tempest or the Enchanted Island", et de la pièce de William Shakespeare dont il s’inspire. Mais ceux qui croit venir écouter Purcell ou Shakespeare seront perplexes : la compagnie lisboète Teatro Praga est spécialiste du "fake", comprenez de la contrefaçon ou simulation. On se souvient de l’argument de "La Tempête" de Shakespeare : le duc de Milan, Prospero, a été exilé par son frère Antonio sur une île, avec sa fille Miranda. Devenu magicien, Prospero provoque une tempête avec les esprits Ariel et Caliban pour se venger d’Antonio. Ce frère félon subira une série d’épreuves sur l’île en compagnie du roi de Naples et de son fils, Ferdinand. Tout finit par une réconciliation générale et le mariage de Miranda avec ce dernier.

"The Tempest" © Alípio Padilha.
"The Tempest" © Alípio Padilha.
Dans cette "expérience cognitive" voulue par les maîtres d’œuvre du Teatro Praga, Prospero est le metteur en scène d’un spectacle qui n’a pas vraiment commencé, mais qui lui échappe et auquel il s’acharne à trouver une fin. En une série dynamique et chaotique de happenings souvent hilarants, Prospero refuse toutes les propositions de sa troupe, et au milieu d’une déferlante d’images vidéo, de musique, de chants, de performances, il retrouvera son frère Antonio. Ne me demandez pas de résumer le reste du spectacle, c’est mission impossible !

Ce n’est pas un orchestre baroque qui accompagne les cinq chanteurs - plutôt biens - et ces happenings (inégaux, certains hilarants d’autres plus attendus) comme dans leur précédent spectacle "The Fairy Queen" (des mêmes Shakespeare et Purcell) joué en 2012 à la MC93. Cette fois il a été décidé que la musique serait électronique, composée à partir de "l'Orphée anglais" (Henry Purcell donc) par les DJ remixer et producteurs Xinobi et Moullinex. J’ai craint le pire, mais finalement c’est un pari gagné (même si le son était décidément trop fort pour mes tympans délicats).

À condition de bien vouloir renoncer à ses petites habitudes confortables de mélomane compassé, le public a plutôt bien accueilli ce spectacle en devenir, incroyablement inventif, énergique, parfois beau, toujours ironique. On rit beaucoup, ce qui tombait bien en cette fin de semaine cataclysmique. On sort éberlué, soulagé quoique content de s’être embarqué dans cette tempête ! Reste qu’on pourrait enlever facilement un quart d’heure aux 1 h 50 que dure la soirée, y retranchant les performances les plus faibles pour éviter ces courts moments où la lassitude nous saisit. Mais attention ! je tiens absolument à ce que l’on conserve la tempête que provoque une aspirine dans un verre d’eau : filmée au plus près et projetée sur grand écran, l’effet papillon est garanti !

(1) Les producteurs du spectacle aimeraient bien qu’il puisse être repris ailleurs.
(2) Un "semi-opéra" est un genre créé par Henry Purcell pour plaire au public londonien du XVIIIe siècle, il consiste en une alternance d’épisodes chantés et de dialogues accompagnés de musique.

"The Tempest" © Alípio Padilha.
"The Tempest" © Alípio Padilha.
A été joué du 5 au 7 avril 2013 à la MC93 de Bobigny.
Spectacle musical vu le vendredi 5 avril 2013.

"The Tempest".
Par le Teatro Praga.
Texte et direction : Pedro Penim, André E. Teodosio, José Maria Vieira Mendes.
D’après "The Tempest or the Enchanted Island" (1695) de Henry Purcell et "The Tempest" (1611) de William Shakespeare.
Musique composée et jouée par Xinobi et Moullinex.
Spectacle en anglais, français et portugais, surtitré en français.

Avec Joana Barrios, Diogo Bento, André Godinho, Claudia Jardim, Diogo Lopes, Patricia Da Silva, André E. Teodosio, Vicente Trindade, Daniel Worm d’Assumpçao.
Direction vocale : Rui Baeta.
Rui Baeta, baryton.
Sandra Medeiros, soprano.
Chœur : Ana Margarida Encarnaçao, Cristina repas, Joao Francisco.

Vidéo : André Godinho.
Scénographie : Barbara Falçao Fernandes.
Lumières : Daniel Worm d’Assumpçao.
Chorégraphie : Vicente Trindade.
Costumes : Joana Barrios, Antonio de Oliveira Pinto.
Artistes invités : Vasco Araujo, Catarina Campino, Javier Nunez Gasco, Joao Pedro Vale.
Équipe vidéo : Joana Frazao, Salomé Lamas.
Perchiste : Nuno Morao.

Christine Ducq
Lundi 8 Avril 2013

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020