La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

"Teh Dar"… Voyage coloré, acrobatique et poétique dans le monde des K'ho

Quinze acrobates nous font voyager dans le pays des K'ho, ethnie minoritaire des hauts plateaux du centre du Vietnam. Prédicateurs et divinités se rencontrent autour de cannes en bambou, tambours et gongs qui dressent avec majesté une scénographie où l'acrobatie est reine.



© Nguyen Phuc Hai.
© Nguyen Phuc Hai.
Le cirque abat les murs et traverse les frontières comme pour faire un pied-de-nez à l'actualité. Avec l'équipe du Nouveau Cirque du Vietnam, il revêt son plus bel apparat. Après une tournée internationale de cinq ans, ils reviennent avec leur dernière création à la Villette.

La troupe rend hommage à l'un des peuples des Tây Nguyen (montagnes centrales, en Vietnamien) et "Teh dar", le nom du spectacle, signifie "danser en rond autour d'un feu". Ils font beaucoup plus que cela. Ils nous emmènent dans un ailleurs en présentant leur culture et leurs rites. Nous sommes au milieu d'un peuple qui nous fait découvrir des scènes de chasse collective, de travaux dans les champs au travers de la musique et de l'univers circassien.

La scénographie est déjà un ailleurs avec ses longues tiges de bambou qui se rejoignent en hauteur pour porter comme symboliquement un totem. De grands cercles de bois joliment taillés sont aussi utilisés sur lesquels des sauts périlleux et des acrobaties sont effectués, le tout au travers de courses. C'est vif et rapide.

© Nguyen Phuc Hai.
© Nguyen Phuc Hai.
Tout est mouvement dans une synchronisation où les artistes se rejoignent sans se toucher selon des trajets en arrondi ou rectiligne sans qu'aucune géométrie ne vienne étouffer la poésie des déplacements. Des balles rebondissent de toute part et sont recueillies avec élégance par des interprètes avec leurs bacs de bois sur le dos, habillées de leurs plus beaux costumes, face à la scène.

C'est un ensemble, un groupe où tout est lien. Nul solo, nul artiste qui attire à lui tout seul la lumière. Les chorégraphies circassiennes s'enchaînent dans une scénographie qui se transforme continuellement. Cela saute dans les airs ou sur des éléments de bois. Les corps se marient sans contact, en s'effleurant, se rencontrent sans se percuter. C'est une symphonie de gestes où les artistes se frôlent, s'évitent sans s'ignorer avec pour chacun un parcours en lien avec le groupe.

La gestique et les attitudes des personnages, au travers de masques parfois, s'accoquinent avec le théâtre et la danse accompagnés par des tambours et des gongs. La musique avant toute chose. C'est beau, coloré et poétique à souhait.

"Teh Dar"

© Nguyen Phuc Hai.
© Nguyen Phuc Hai.
Par le nouveau Cirque du Vietnam.
Conception : Tuan Le, Nguyen Nhat Ly, Nguyen Lan Maurice, Ngo Thanh Phuong.
Mise en scène : Tuan Le.
Direction musicale : Nguyen Nhat Ly.
Direction artistique : Nguyen Lan Maurice.
Chorégraphie : Ngo Thanh Phuong.
Chef de troupe/Coach technique cirque : Nguyen Anh Minh.
Acrobates : Bui Khanh Du, Nguyen Hoang Mai Maya, Nguyen Hoang Phi Yen, Nguyen Huyen My, Nguyen Huyen Ly, Vu Thi Trang, Dinh Quoc Bien, Dinh Tien Hoang, Ho Le Anh Nguyen, Hoang Minh Tuan, Nguyen The Trung, Sam Anh Tuan, Tran Huy Ngoc, Trinh Buu Quy, Vu Dinh Doan.
Musiciens : Krajan H'Nruil, Krajan Dion, La Y San, Nie Y Sac, Nay Dau.
Création lumières : Nguyen Phuc Hai.
Régisseur général et lumières : Jean-Frédéric Béal.
Régisseur plateau : Nguyen Duy Chan.
Régisseur son : Nguyen Duy Tai.
Costumes : Tran Hong Lam, Nguyen Anh Minh.
Durée : 1 h 05.

© Nguyen Phuc Hai.
© Nguyen Phuc Hai.
Du 6 novembre au 1er décembre 2019.
Du mercredi au vendredi à 20 h, samedi à 19 h, dimanche à 16 h.
Espace Chapiteaux, Parc de La Villette, Paris 19e, 01 40 03 75 75.
>> lavillette.com

© Nguyen Phuc Hai.
© Nguyen Phuc Hai.

Safidin Alouache
Lundi 18 Novembre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À Découvrir

•Off 2024• "Mon Petit Grand Frère" Récit salvateur d'un enfant traumatisé au bénéfice du devenir apaisé de l'adulte qu'il est devenu

Comment dire l'indicible, comment formuler les vagues souvenirs, les incertaines sensations qui furent captés, partiellement mémorisés à la petite enfance. Accoucher de cette résurgence voilée, diffuse, d'un drame familial ayant eu lieu à l'âge de deux ans est le parcours théâtral, étonnamment réussie, que nous offre Miguel-Ange Sarmiento avec "Mon petit grand frère". Ce qui aurait pu paraître une psychanalyse impudique devient alors une parole salvatrice porteuse d'un écho libératoire pour nos propres histoires douloureuses.

© Ève Pinel.
9 mars 1971, un petit bonhomme, dans les premiers pas de sa vie, goûte aux derniers instants du ravissement juvénile de voir sa maman souriante, heureuse. Mais, dans peu de temps, la fenêtre du bonheur va se refermer. Le drame n'est pas loin et le bonheur fait ses valises. À ce moment-là, personne ne le sait encore, mais les affres du destin se sont mis en marche, et plus rien ne sera comme avant.

En préambule du malheur à venir, le texte, traversant en permanence le pont entre narration réaliste et phrasé poétique, nous conduit à la découverte du quotidien plein de joie et de tendresse du pitchoun qu'est Miguel-Ange. Jeux d'enfants faits de marelle, de dinette, de billes, et de couchers sur la musique de Nounours et de "bonne nuit les petits". L'enfant est affectueux. "Je suis un garçon raisonnable. Je fais attention à ma maman. Je suis un bon garçon." Le bonheur est simple, mais joyeux et empli de tendresse.

Puis, entre dans la narration la disparition du grand frère de trois ans son aîné. La mort n'ayant, on le sait, aucune morale et aucun scrupule à commettre ses actes, antinaturelles lorsqu'il s'agit d'ôter la vie à un bambin. L'accident est acté et deux gamins dans le bassin sont décédés, ceux-ci n'ayant pu être ramenés à la vie. Là, se révèle l'avant et l'après. Le bonheur s'est enfui et rien ne sera plus comme avant.

Gil Chauveau
14/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024