La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Siegfried et l’anneau maudit" : les Jeunes préfèrent Wagner !

À l’Opéra de Paris, une nouvelle production propose cette semaine une version miniature de la tétralogie de Richard Wagner, "L’Anneau du Nibelung", à destination d’un large public jeune ou non initié. Une occasion unique de faire connaissance avec son univers riche et poétique en moins de deux heures !



Répétition de "Siegfried" © Opéra National de Paris.
Répétition de "Siegfried" © Opéra National de Paris.
Un héros, une quête, un dragon, un anneau magique, l’éternel combat des forces du Bien et du Mal : voilà qui relève d’un monde familier grâce aux films et aux jeux préférés des jeunes. Il paraît donc évident que l’univers du Ring, comme l’appellent les inconditionnels du compositeur allemand, ne peut que les intéresser. Mais on ne pénètre pas facilement dans une œuvre si imposante qu’elle fait peur, y compris à un public d’amateurs qui ne serait pas prêt à passer une vingtaine d‘heures à l’opéra - sans une initiation préalable.

C’est justement ce qui nous est présenté à l’Amphithéâtre de l’Opéra Bastille, "Siegfried et l’anneau maudit". Un spectacle tous publics pour une nouvelle adaptation respectueuse de la dramaturgie wagnérienne : pas un mot, pas une note qui ne soient issus de l’œuvre de référence. Il s’agit d’un arrangement orchestral pour seize instruments, aux couleurs variées, de la partition initiale sur un nouveau livret composé à partir des originales. Un authentique opéra en langue allemande surtitré en français pour une durée et un prix abordables, dont l’histoire a été recentrée autour du héros Siegfried - comme elle avait été d’abord conçue par Richard Wagner.

Décor de "Siegfried" © Opéra National de Paris.
Décor de "Siegfried" © Opéra National de Paris.
Quand l’histoire commence, nous sommes invités à plonger dans un univers légendaire fascinant : alors que Siegfried dort sur une plage non loin des eaux habitées par les Filles du Rhin, gardiennes d’un anneau aux pouvoirs magiques, le nain Alberich fomente un mauvais coup. S’ensuivront des aventures incroyables pleines de péripéties drôles ou tragiques où se croisent géants, nains, dragon et autres créatures fabuleuses. De la jeunesse de Siegfried au complot final où il succombe, c’est un monde plein de fantaisie et de magie qui se rappelle à notre mémoire commune, dans un opéra qui ne sacrifie en rien l’exigence artistique de son créateur.

Une musique sublime de surcroît servie par une équipe artistique de très grande qualité : le chef Marius Stieghorst, assistant de Philippe Jordan, directeur musical de l’Opéra de Paris, comme les autres interprètes, chanteurs venus d’horizons divers ou musiciens de l’Ensemble Initium et du Cercle de l’Harmonie. La mise en scène est confiée à une habituée des lieux, Charlotte Nessi, de l’Ensemble Justiniana, dont l’action en faveur d’une démocratisation du répertoire opératique est bien connue. Une mise en scène qui utilisera de nombreuses ressources dont la vidéo, puisant aux sources de l’esthétique expressionniste d’un Murnau ou d’un Fritz Lang. Après cinq représentations parisiennes, le spectacle fera le tour des opéras et des scènes en France pour 25 dates prévues en 2013 et 2014. C’est le moment d’inviter ses neveux et leurs parents !

Première le mardi 26 mars 2013 à 20 h.
Mercredi 27 mars 2013 à 15 h.
Samedi 30 mars 2013, mardi 2 avril, vendredi 5 avril et samedi 6 avril 2013 à 20 h.


"Siegfried et l’anneau maudit".
À partir de 7 ans.
Musique : Richard Wagner.
Livret d’après "L’Anneau du Nibelung" de Richard Wagner.
En allemand surtitré.
Durée : 1 h 45.

Marius Stieghorst, direction musicale.
Charlotte Nessi, mise en scène.
Gérard Champlon, scénographie et lumières.
Mike Guermyet, images.
Jérôme Kaplan, costumes.
Victorien Vanoosten, assistant direction musicale et chef de chant.

Jan Rusko, Siegfried.
Michel Fockenoy, Mime.
Florian Westphal, Fasolt, Wotan.
Jacques Calatayud, Alberich.
Jérémie Brocard, Fafner, Hagen.
Marie-Adeline Henry, Wellgunde, Brünnhilde.
Valérie Condoluci, Woglinde, Waldvogel, Gutrune.
Sylvie Althaparro, Flosshilde.

Orchestre : Les Solistes du Cercle de l’Harmonie, l’Ensemble Initium.

Amphithéâtre de l’Opéra Bastille, 08 92 89 90 90.
120, rue de Lyon, Paris 12e.
>> operadeparis.fr

Christine Ducq
Samedi 23 Mars 2013

Concerts | Lyrique








À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019