La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Sébastien Guèze… Amant idéal de "Manon" à l'Opéra de Marseille

Du 29 septembre au 7 octobre, l'Opéra de Marseille programme "Manon" de Jules Massenet et offre une prise de rôle de choix au jeune ténor Sébastien Guèze. C'est avec le personnage du Chevalier des Grieux que l'un des meilleurs chanteurs de sa génération partagera la scène avec la soprano Patrizia Ciofi dans le rôle titre. Il a bien voulu nous livrer ses impressions sur les répétitions et nous parler de ses projets.



© Christian Dresse 2015.
© Christian Dresse 2015.
La maison d'opéra de Maurice Xiberras programme en cette fin de mois deux œuvres de Jules Massenet. Ce sera "Manon", son grand œuvre, pour quatre représentations et sa suite moins connue (dont l'intrigue se situe trente ans après) avec "Le portrait de Manon", le 3 octobre, mettant en scène un Chevalier Des Grieux âgé de cinquante ans. Pour interpréter le jeune Des Grieux dans "Manon" - œuvre la plus appréciée avec "Werther" du compositeur français - pouvait-on rêver mieux que le ténor Sébastien Guèze ? Assurément non.

Christine Ducq : Comment les répétitions se passent-elles ?

Sébastien Guèze - Très bien ! Je suis arrivé il y a une semaine (début septembre NDLR) et j'ai répété toutes les scènes intimes entre Des Grieux et Manon en tête à tête avec Patrizia Ciofi. L'équipe des solistes est arrivée hier (le 7 septembre NDLR). C'est magique de jouer avec Patrizia !

© Christian Dresse 2015.
© Christian Dresse 2015.
L'alchimie prend-elle entre vous deux ?

Sébastien Guèze - (Il rit). Si cela se passait toujours comme cela avec mes partenaires… Cela ne s'explique pas. Avec certaines chanteuses, il est inutile de discuter car nous nous comprenons immédiatement. Et, avec Patrizia, c'est le cas et c'est un vrai bonheur. Sur scène, je sens avant elle où elle va aller. Elle est tout de suite dans le personnage, dans ses intentions, dans ses regards. Et je suis très réceptif à cela. On peut vraiment parler d'alchimie, oui !

Comment appréhendez-vous le personnage de Des Grieux ? C'est une prise de rôle de surcroît.

Sébastien Guèze - C'est mon premier Massenet. C'est une étape importante dans ma carrière. Chaque année, je choisis un nouveau rôle assez dense. L'an dernier, c'était Hoffmann (dans "Les Contes d'Hoffmann" à Bonn et Wiesbaden NDLR).

Cette année, c'est donc Des Grieux. J'avance encore à tâtons. Bien entendu, je m'étais préparé quelques repères mais il faut maintenant le construire pas à pas et assurer la continuité du caractère sur scène. C'est la difficulté d'une prise de rôle. Je suis dans une phase de travail, je vois ce que je peux proposer vocalement et physiquement. En tout cas, ce rôle est très bien écrit. En ce qui concerne Des Grieux, comme pour tous ces personnages passionnants du grand répertoire, il faut rendre crédible son évolution sur cinq actes - qui est bien réelle. C'est d'abord un jeune homme sans histoires presque naïf qui rencontre le grand Amour - c'est aussi son premier amour. Il connaît ensuite une grande déception quand Manon le trahit pour suivre le financier Brétigny. Il rejette alors complètement la vie et montre la facette plus sombre de sa personnalité avant de renaître à la fin avec son adorée tel un phénix.

Il est passionnant d'interpréter ces différents états, de la légèreté du début à la passion. Puis survient la rage de l'abandon puis la colère dans l'acte des jeux - on pense à Don José à ce moment - jusqu'à la rédemption finale.

© Christian Dresse 2015.
© Christian Dresse 2015.
Est-il difficile de passer par tous ces sentiments ?

Sébastien Guèze - Oui, mais c'est aussi ce que j'adore chanter. Entre l'enlèvement de Manon à la fin de l'acte II et l'entrevue du séminaire de Saint-Sulpice à l'acte III, il se passe théoriquement deux ans. Il faut savoir amener les changements de registres du personnage de façon très discrète et qu'ils paraissent naturels. Je dois varier les couleurs et l'énergie selon les scènes. Tout est de toute façon déjà présent dès le début de l'opéra et une tension est au cœur de la vibration romantique du personnage. Massenet écrit remarquablement.

Allez-vous prochainement chanter "Werther".

Sébastien Guèze - Oui, c'est prévu en 2017.

Les critiques ont longtemps été condescendants avec Massenet et son opéra "Manon" a même été qualifié de "petit chef-d'œuvre" écrit par "un petit maître". Qu'en pensez-vous ?

Sébastien Guèze - (Il rit). Je veux bien avoir le dixième de son talent ! Ses opéras ont de surcroît longtemps fait peur aux maisons lyriques - même si "Manon" a toujours été un succès. Cela dit, ce sont des opéras difficiles à produire car ce sont des œuvres grandioses au contraire - qui nécessitent beaucoup de moyens en termes d'équipes, de décors et de costumes. Le "Manon" de Massenet, c'est trois heures de musique très belle - avec des passages sublimes même. Ce "petit chef-d'œuvre" va être joué ici à Marseille à guichets fermés !

J'en suis heureux car cette maison est la première à m'avoir fait confiance. J'ai chanté ici Gastone (de Létorières NDLR) dans "La Traviata" alors que j'étais encore étudiant au conservatoire à Paris. Je suis retourné ensuite à l'Opéra de Marseille à la fin de mes études pour chanter le rôle d'Arturo dans "Lucia di Lammermoor" de Donizetti. J'avais seulement une petite scène avec Patrizia Ciofi qui chantait Lucia et c'était ma première rencontre avec elle. Je me suis dit déjà à cette époque qu'elle était ébouriffante ! Elle arrivait et en un regard me saisissait. C'était terrible ! Je me disais alors que ce serait un vrai bonheur de partager plus de scènes avec elle. C'était il y a dix ans. Je mesure avec tendresse le chemin parcouru. Je suis vraiment très heureux de vivre cette aventure scénique avec elle aujourd'hui.

© Christian Dresse 2015.
© Christian Dresse 2015.
Qu'allez-vous chanter cette saison ?

Sébastien Guèze - Après "Manon" est prévu "Rigoletto" au Mexique - quasiment une prise de rôle puisque je l'ai chanté, il y a très longtemps, en remplacement d'un ténor souffrant. Après la reprise des "Mousquetaires au couvent" à Toulon, je chanterai Gaston de Béarn dans "Jérusalem" de Verdi à Bonn en janvier-février 2016. En avril, "Le Roi d'Ys" à Saint-Étienne, puis en mai "Roméo et Juliette" à Hong-Kong.

J'essaie de chanter au moins la moitié de l'année en France et de promouvoir une œuvre atypique ou nouvelle. L'an dernier, c'était "Un amour en guerre" à Metz, cette année, ce sera cet opéra mal connu de Verdi "Jérusalem".

Interview réalisée le 8 septembre 2015.

© Christian Dresse 2015.
© Christian Dresse 2015.
Mardi 29 septembre, vendredi 2, mercredi 7 octobre 2015 à 20 h.
Dimanche 4 octobre 2015 à 14 h 30.


Opéra de Marseille,
2, rue Molière, Marseille 1er.
Tél. : 04 91 55 11 10 ou 04 91 55 20 43.
>> opera.marseille.fr

"Manon" (1884)
Opéra en cinq actes.
Musique de Jules Massenet.
Livret de H. Meilhac et P. Gilles d'après le roman de l'abbé Prévost.
Alexander Joël, direction musicale.
Renée Auphan et Yves Coudray, mise en scène.

Patrizia Ciofi, Manon.
Sébastien Guèze, le Chevalier des Grieux.
Jennifer Michel, Pousette.
Jeanne-Marie Lévy, Rosette.
Antoinette Dennenfeld, Javotte.
Etienne Dupuis, Lescaut.
Nicolas Cavallier, le Comte Des Grieux.
Christophe Gay, De Brétigny.
Rodolphe Briand, Guillot de Morfontaine.
Patrick Delcour, L'hôtelier.

Orchestre et Chœur de l'Opéra de Marseille.
Compagnie Julien Lestel.

Retransmission en direct le 2 octobre 2015 sur Radio Classique.

Christine Ducq
Mardi 29 Septembre 2015

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019