La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Sébastien Guèze… Amant idéal de "Manon" à l'Opéra de Marseille

Du 29 septembre au 7 octobre, l'Opéra de Marseille programme "Manon" de Jules Massenet et offre une prise de rôle de choix au jeune ténor Sébastien Guèze. C'est avec le personnage du Chevalier des Grieux que l'un des meilleurs chanteurs de sa génération partagera la scène avec la soprano Patrizia Ciofi dans le rôle titre. Il a bien voulu nous livrer ses impressions sur les répétitions et nous parler de ses projets.



© Christian Dresse 2015.
© Christian Dresse 2015.
La maison d'opéra de Maurice Xiberras programme en cette fin de mois deux œuvres de Jules Massenet. Ce sera "Manon", son grand œuvre, pour quatre représentations et sa suite moins connue (dont l'intrigue se situe trente ans après) avec "Le portrait de Manon", le 3 octobre, mettant en scène un Chevalier Des Grieux âgé de cinquante ans. Pour interpréter le jeune Des Grieux dans "Manon" - œuvre la plus appréciée avec "Werther" du compositeur français - pouvait-on rêver mieux que le ténor Sébastien Guèze ? Assurément non.

Christine Ducq : Comment les répétitions se passent-elles ?

Sébastien Guèze - Très bien ! Je suis arrivé il y a une semaine (début septembre NDLR) et j'ai répété toutes les scènes intimes entre Des Grieux et Manon en tête à tête avec Patrizia Ciofi. L'équipe des solistes est arrivée hier (le 7 septembre NDLR). C'est magique de jouer avec Patrizia !

© Christian Dresse 2015.
© Christian Dresse 2015.
L'alchimie prend-elle entre vous deux ?

Sébastien Guèze - (Il rit). Si cela se passait toujours comme cela avec mes partenaires… Cela ne s'explique pas. Avec certaines chanteuses, il est inutile de discuter car nous nous comprenons immédiatement. Et, avec Patrizia, c'est le cas et c'est un vrai bonheur. Sur scène, je sens avant elle où elle va aller. Elle est tout de suite dans le personnage, dans ses intentions, dans ses regards. Et je suis très réceptif à cela. On peut vraiment parler d'alchimie, oui !

Comment appréhendez-vous le personnage de Des Grieux ? C'est une prise de rôle de surcroît.

Sébastien Guèze - C'est mon premier Massenet. C'est une étape importante dans ma carrière. Chaque année, je choisis un nouveau rôle assez dense. L'an dernier, c'était Hoffmann (dans "Les Contes d'Hoffmann" à Bonn et Wiesbaden NDLR).

Cette année, c'est donc Des Grieux. J'avance encore à tâtons. Bien entendu, je m'étais préparé quelques repères mais il faut maintenant le construire pas à pas et assurer la continuité du caractère sur scène. C'est la difficulté d'une prise de rôle. Je suis dans une phase de travail, je vois ce que je peux proposer vocalement et physiquement. En tout cas, ce rôle est très bien écrit. En ce qui concerne Des Grieux, comme pour tous ces personnages passionnants du grand répertoire, il faut rendre crédible son évolution sur cinq actes - qui est bien réelle. C'est d'abord un jeune homme sans histoires presque naïf qui rencontre le grand Amour - c'est aussi son premier amour. Il connaît ensuite une grande déception quand Manon le trahit pour suivre le financier Brétigny. Il rejette alors complètement la vie et montre la facette plus sombre de sa personnalité avant de renaître à la fin avec son adorée tel un phénix.

Il est passionnant d'interpréter ces différents états, de la légèreté du début à la passion. Puis survient la rage de l'abandon puis la colère dans l'acte des jeux - on pense à Don José à ce moment - jusqu'à la rédemption finale.

© Christian Dresse 2015.
© Christian Dresse 2015.
Est-il difficile de passer par tous ces sentiments ?

Sébastien Guèze - Oui, mais c'est aussi ce que j'adore chanter. Entre l'enlèvement de Manon à la fin de l'acte II et l'entrevue du séminaire de Saint-Sulpice à l'acte III, il se passe théoriquement deux ans. Il faut savoir amener les changements de registres du personnage de façon très discrète et qu'ils paraissent naturels. Je dois varier les couleurs et l'énergie selon les scènes. Tout est de toute façon déjà présent dès le début de l'opéra et une tension est au cœur de la vibration romantique du personnage. Massenet écrit remarquablement.

Allez-vous prochainement chanter "Werther".

Sébastien Guèze - Oui, c'est prévu en 2017.

Les critiques ont longtemps été condescendants avec Massenet et son opéra "Manon" a même été qualifié de "petit chef-d'œuvre" écrit par "un petit maître". Qu'en pensez-vous ?

Sébastien Guèze - (Il rit). Je veux bien avoir le dixième de son talent ! Ses opéras ont de surcroît longtemps fait peur aux maisons lyriques - même si "Manon" a toujours été un succès. Cela dit, ce sont des opéras difficiles à produire car ce sont des œuvres grandioses au contraire - qui nécessitent beaucoup de moyens en termes d'équipes, de décors et de costumes. Le "Manon" de Massenet, c'est trois heures de musique très belle - avec des passages sublimes même. Ce "petit chef-d'œuvre" va être joué ici à Marseille à guichets fermés !

J'en suis heureux car cette maison est la première à m'avoir fait confiance. J'ai chanté ici Gastone (de Létorières NDLR) dans "La Traviata" alors que j'étais encore étudiant au conservatoire à Paris. Je suis retourné ensuite à l'Opéra de Marseille à la fin de mes études pour chanter le rôle d'Arturo dans "Lucia di Lammermoor" de Donizetti. J'avais seulement une petite scène avec Patrizia Ciofi qui chantait Lucia et c'était ma première rencontre avec elle. Je me suis dit déjà à cette époque qu'elle était ébouriffante ! Elle arrivait et en un regard me saisissait. C'était terrible ! Je me disais alors que ce serait un vrai bonheur de partager plus de scènes avec elle. C'était il y a dix ans. Je mesure avec tendresse le chemin parcouru. Je suis vraiment très heureux de vivre cette aventure scénique avec elle aujourd'hui.

© Christian Dresse 2015.
© Christian Dresse 2015.
Qu'allez-vous chanter cette saison ?

Sébastien Guèze - Après "Manon" est prévu "Rigoletto" au Mexique - quasiment une prise de rôle puisque je l'ai chanté, il y a très longtemps, en remplacement d'un ténor souffrant. Après la reprise des "Mousquetaires au couvent" à Toulon, je chanterai Gaston de Béarn dans "Jérusalem" de Verdi à Bonn en janvier-février 2016. En avril, "Le Roi d'Ys" à Saint-Étienne, puis en mai "Roméo et Juliette" à Hong-Kong.

J'essaie de chanter au moins la moitié de l'année en France et de promouvoir une œuvre atypique ou nouvelle. L'an dernier, c'était "Un amour en guerre" à Metz, cette année, ce sera cet opéra mal connu de Verdi "Jérusalem".

Interview réalisée le 8 septembre 2015.

© Christian Dresse 2015.
© Christian Dresse 2015.
Mardi 29 septembre, vendredi 2, mercredi 7 octobre 2015 à 20 h.
Dimanche 4 octobre 2015 à 14 h 30.


Opéra de Marseille,
2, rue Molière, Marseille 1er.
Tél. : 04 91 55 11 10 ou 04 91 55 20 43.
>> opera.marseille.fr

"Manon" (1884)
Opéra en cinq actes.
Musique de Jules Massenet.
Livret de H. Meilhac et P. Gilles d'après le roman de l'abbé Prévost.
Alexander Joël, direction musicale.
Renée Auphan et Yves Coudray, mise en scène.

Patrizia Ciofi, Manon.
Sébastien Guèze, le Chevalier des Grieux.
Jennifer Michel, Pousette.
Jeanne-Marie Lévy, Rosette.
Antoinette Dennenfeld, Javotte.
Etienne Dupuis, Lescaut.
Nicolas Cavallier, le Comte Des Grieux.
Christophe Gay, De Brétigny.
Rodolphe Briand, Guillot de Morfontaine.
Patrick Delcour, L'hôtelier.

Orchestre et Chœur de l'Opéra de Marseille.
Compagnie Julien Lestel.

Retransmission en direct le 2 octobre 2015 sur Radio Classique.

Christine Ducq
Mardi 29 Septembre 2015

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




    Aucun événement à cette date.
Partenariat



À découvrir

Succès mérité pour CIRCa, le cirque dans tous ses états !

Premier week-end à chapiteaux pleins à Auch sous le soleil occitan pour la 34e édition du festival du cirque actuel. Dans une ambiance éminemment festive, le public avait investi les différents espaces du festival, tant le Dôme de Gascogne et la salle Bernard Turin que les toiles édifiées à proximité ou sur d'autres lieux de la commune gersoise, pour découvrir des propositions artistiques riches et variées, d'une grande diversité de formes et de styles.

On pouvait ainsi apprécier, lors de ces deux premières journées, l'espiègle énergie et la bonne humeur des jeunes acrobates australiens de la Cie Gravity and Others Myths, "PANDAX", le cirque narratif de Cirque La Compagnie, la Cie H.M.G. avec son onirique et carrément magique "080" ou encore "Les hauts plateaux", la création 2019 de Mathurin Bolze/Cie MPTA (Compagnie les Mains les Pieds et la Tête Aussi).

Proposition forte au programme de ce week-end introductif, "Les hauts plateaux" offraient une scénographie originale, mystérieuse et très technique faite de trampolines, de plateaux volants et d'agrès en suspension. Dans une vision aux couleurs d'apocalypse, sur fonds de ruines passées, présentes ou imaginaires, ces hauts plateaux se dessinent comme autant d'îles défiant les lois de la gravité… où des êtres, silhouettes parfois irréelles, artistes de l'aérien, de la légèreté, embrassent d'éphémères, mais sans cesse renouvelés, moments acrobatiques, entre deux équilibres, portés, guidés par les rebonds d'efficaces trampolines.

Gil Chauveau
26/10/2021
Spectacle à la Une

Un large déploiement de créations pour la 29e édition du Festival Marmaille

Pour la vingt-neuvième fois, l'association Lillico organise, dans Rennes, la métropole rennaise et l'Ille-et-Vilaine, le Festival Marmaille, événement consacré à la jeunesse, à l'enfance et à la prime-enfance, mais aussi aux spectacles "tout public" qui se déroulent durant deux semaines. Un festival pluridisciplinaire puisqu'il accueille théâtre, danse, chant, films, etc., dans différents lieux partenaires. Cette diversité permet aux enfants comme aux adultes de tous y trouver leur compte, d'autant que l'axe de programmation vise non seulement l'éclectisme, mais le sens, l'importance du propos autant que le plaisir de l'instant.

L'édition 2021 de Marmaille révèle vingt-deux propositions artistiques destinées à toutes les tranches d'âge puisque certains spectacles s'adressent à des bébés (comme le spectacle "Chuchoterie" pour un public accepté dès la naissance ou "Touche" à partir de 18 mois dont nous reparlerons plus bas). Elle rayonne dans une galaxie de lieux dans Rennes et dans les alentours. Et elle est riche de quatorze créations.

Des créations que Lillico connaît bien pour beaucoup d'entre elles puisqu'une des missions de l'association est d'accompagner tout au long de l'année des compagnies tournées vers le jeune public. Ceci depuis trente-deux. C'est certainement la raison pour laquelle ce festival révèle des propositions d'une très grande originalité et d'une grande valeur artistique. Accompagnés par l'association Lillico et révélés lors de cette quinzaine, ces spectacles continuent leur chemin sur tout le territoire pour des tournées importantes. Vous pourrez certainement en voir programmés près de chez vous.

Peut-être aurez-vous ainsi l'occasion de découvrir "Vendredi", une pièce inspirée de "Robinson Crusoé" de Daniel Defoe, qui s'attache à mettre en images l'évolution de la relation entre Robinson, l'homme civilisé et Vendredi, le sauvage. Dans un décor construit comme une île en miniature, les deux comédiennes qui interprètent les rôles racontent sans un mot le mimétisme dont Vendredi fait preuve face à Robinson, abandonnant ainsi une partie de sa personnalité. Toute cette histoire nous parvient ainsi par le mime, avec une lenteur voulue, comme un rituel moitié absurde, moitié ludique.

Bruno Fougniès
29/10/2021
Spectacle à la Une

"Olympe et moi" Redécouvrir les écrits d'Olympe de Gouges pour mieux envisager les combats restant à mener

Olympe de Gouges, courtisane, royaliste, puis républicaine, insoumise et revendicatrice, connut son heure de gloire avant de mourir sous la lame meurtrière de la Terreur en 1793 et de tomber dans l'oubli. Elle a réapparu à juste titre aux côtés des grandes féministes contemporaines, il y a quelques décennies. Véronique Ataly et Patrick Mons nous proposent une rencontre attachante, généreuse, avec celle-ci où est associée avec intelligence l'actualité de la Femme telle qu'elle est aujourd'hui.

© Philippe Delacroix.
En fond sonore, bruits confus d'une foule probablement en mouvement, séquence révolutionnaire suggérée. Et cette phrase jetée comme une réplique provocatrice aux événements que l'on imagine en cours : "Femmes, quels bénéfices avez-vous tirés de la révolution ?"… telle est l'adresse d'Olympe à la foule… Et le début du singulier spectacle imaginé par Véronique Ataly où une comédienne, Florence, doit interpréter l'Occitane émancipée et insoumise qui cultiva une révolte permanente contre l'injustice et surtout l'hypocrisie.

L'interprète ainsi désignée de la féministe révolutionnaire donne tout de suite la temporalité du récit envisagé : 1793, la montée vers la guillotine d'Olympe de Gouges. Mais si, ici, cette dernière y perdit la tête, pour Florence, c'est de perte de mémoire dont il s'agit, un énorme trou, l'oubli total de son texte sans souffleur pour la secourir, le métier n'existant plus depuis longtemps.

Perte de mémoire contre perte de tête, le procédé pourrait sembler "facile", cousu de fil blanc - j'avoue que telle fut ma première impression -, mais Véronique Ataly, usant avec subtilité et humour de la trame conçue par Patrick Mons à l'aide notamment des différents écrits d'Olympe, va découdre cette facilité avec beaucoup de talent.

Gil Chauveau
15/11/2021