La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Rostam et Sohrâb… un conte pour le plaisir des yeux et le régal des oreilles

"Rostam et Sohrâb", Théâtre de l’Épée de Bois, Paris

Dans une mise en scène alliant simplicité et efficacité, Farid Paya a réussi le tour de force de marier Poésie et Action, Conte et Histoire, Geste et Parole, appuyé par un jeu d’acteurs de qualité. La poésie est autant corporelle que gestuelle avec des comédiens comme sortis tout droit d’un conte.



© Agathe Poupeney.
© Agathe Poupeney.
Le plateau est nu avec en arrière fond une tenture de bois appuyée sur un escalier de bois, symbolisant l’Intérieur, en dichotomie avec la scène représentant l’Extérieur. Le narrateur arrive, la Parole en bouche. La gestuelle est toutefois omniprésente tout au long du spectacle car nous sommes au carrefour de plusieurs voix artistiques.

"Rostam et Sohrâb" est un conte iranien d’après "Le livre des Rois" écrit par le poète Ferdowsi au Xe siècle. Farid Paya a adapté le conte dans une ossature dramaturgique bien construite et nourrit de tempos rapides et lents. C’est un duel entre un père et son fils qui ne connaissent rien de leur lien de parenté avec… la mort au rendez-vous.

© Agathe Poupeney.
© Agathe Poupeney.
La mise en scène de Farid Paya est efficace et arrive à concilier concision et action, dans une trame scénique oscillant entre poésie gestuelle, naïveté des personnages et cruauté du conte. Les tirades sont appuyées par des sons, des voix, un tempo, une gestuelle et des danses. Le Mot tend la main au Geste, la Parole à l’Action, la Poésie au Conte.

Tout est illusoire. Un cheval qui court est symbolisé par un comédien qui joue du galop. Une main lue devient une lettre. Une tristesse est symbolisée par une main qui recouvre un visage. Tout est appuyé par une poésie du geste et du mot. Le jeu des comédiens, très caractérisé pour chaque personnage, est rondement mené. Le comédien n’habite pas son rôle, il prend appui sur son personnage, le débusque pour en faire un compagnon de jeu.

© Agathe Poupeney.
© Agathe Poupeney.
La voix du narrateur, avec un accompagnement vocal soutenu par des bruits mélodiques, donne à la pièce une densité sonore de très bel acabit. La mise en scène est audacieuse et réussit le tour de force de nous faire croire que rien n’est réel mais que tout existe par le prisme de l’imagination. On est dans un conte où l’imagination du spectateur est à chaque fois interpellée. Chants, combats chorégraphiés, gestuelle poétique, tous les ingrédients pour le plaisir de l’œil et le régal des oreilles sont réunis.

À l’inverse des mythes grec, c’est ici le fils qui tue son père. Il y a aussi ces moments forts, ces figures telle que la mère, après la mort de son fils, qui devient "sœur de tristesse" ; et puis ce narrateur qui nous convie autour "de ces guerres fratricides, parricides, infanticides, de partir le cœur tranquille". Derrière ce conte iranien, entre un père qui tue son fils, on peut y voir l’actualité du monde avec cette vague, cette jeunesse réformiste bâillonnée par l’extrémisme religieux en Iran ou encore ce printemps arabe fratricide et parricide qui devient liberticide.

Un conte est ce qu’on en fait. Rien n’est réel car tout est vu sous le prisme de l’imagination. La mise en scène a gardé ce parfum, cette trace féérique du conte qui fait d’une histoire, un mythe, de ce personnage, une galerie de personnages, d’un rêve, une douce réalité. C’est audacieux et agréable.

"Rostam et Sohrâb"

Rostam et Sohrâb… un conte pour le plaisir des yeux et le régal des oreilles
Adaptation de Farid Paya du "Le livre des Rois" de Ferdowsi (poète iranien).
Mise en scène : Farid Paya - La Compagnie du Lierre.
Assistant à la mise en scène : Joseph Di Mora.
Avec : David Weiss, Vincent Bernard, Cédric Burgle, Marion Denys, Guillaume Caubel, Martin Delavenne, Thibault Pinson, Jean-Matthieu Hulin.
Musique : Bill Mahder.
Scénographie : Farid Paya, Évelyne Guillin.
Costumes : Évelyne Guillin.
Réalisation des costumes : José Gomez.
Maquillages : Michelle Bernet.
Lumières : Jean Grison.

Spectacle du 26 septembre au 28 octobre 2012.
Du mercredi au samedi à 21 h, dimanche 18 h.
Théâtre de l’Épée de Bois, Cartoucherie de Vincennes, Paris 12e, 01 48 08 39 74.
>> epeedebois.com

Rostam et Sohrâb… un conte pour le plaisir des yeux et le régal des oreilles

Safidine Alouache
Mercredi 3 Octobre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019