Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Roméo et Juliette, West Side Story", un mix-opéra déjanté au Festival Midsummer d'Hardelot

L'Ensemble Contraste et la Compagnie Deracinemoa ont offert un spectacle savoureux et désopilant dans le cadre charmant du Théâtre élisabéthain du Château d'Hardelot avec leur vison déjantée du chef-d'œuvre de William Shakespeare associé aux chansons de la célèbre comédie musicale de Leonard Bernstein. Une conclusion pleine de panache pour cette édition 2017 du Festival Midsummer, un des moments forts de la programmation culturelle de la Côte d'Opale.



© Martin Agyroglo.
© Martin Agyroglo.
Après un "Fairy Queen" (semi opéra d'après H. Purcell) qui a laissé un souvenir inoubliable de gaieté et d'invention jaillissante l'an dernier, l'Ensemble Contraste a renoué avec la Compagnie Deracinemoa pour nous offrir un "Roméo et Juliette" original et hilarant.

Contraste et ses quatre musiciens virtuoses, promoteurs d'allègres franchissements de frontières musicales - puisque leurs programmations inventives mêlent tous les répertoires - ne pouvait que partager l'utopie de la compagnie théâtrale venue des Arts de la rue. L'utopie d'un spectacle théâtral et musical destiné à tous : mélomanes comme amateurs, spectateurs du dimanche comme fins connaisseurs. Antienne connue et idée pas mal revendiquée, direz-vous. Sauf qu'ici, ça marche !

La recette n'est pas simple et il fallait y penser : mélangez le "Roméo" quelque peu réécrit du grand William par Laurent-Guillaume Dehlinger (vibrionnant metteur en scène et acteur) avec le célèbre musical de Arthur Laurents, Stephen Sondheim et Leonard Bernstein, ajoutez-y dérision, gags en tous genres et sollicitations du public invité à jouer certains personnages (muets ou pas, selon l'alacrité des impétrants).

© Martin Agyroglo.
© Martin Agyroglo.
Avec deux chanteurs lyriques (les Maria et Tony de la comédie musicale), cinq acteurs échangeant constamment leurs rôles (de préférence travestis) et des musiciens acteurs à part entière du spectacle, la danse et le mime n'étant pas oubliés, les artistes nous proposent un spectacle riche d'un comique de l'absurde typiquement british retrempé à l'énergie de l'improvisation.

La musique, personnage à part entière n'ayant pas peur d'exploser les cadres pour vagabonder de territoires en territoires (du classique avec Prokofiev ou Bach au klezmer, du jazz avec la version revisitée d'une chanson des Cure "Boys don't cry", aux chansons connues par tous de "West Side Story" ou des musicals de Baz Luhrmann), rythme les péripéties tour à tour burlesques ou tragiques des amants de Vérone ; des morceaux tous arrangés avec brio par Johan Farjot de Contraste.

Si le spectacle (créé et vu le 14 juillet) était encore en rodage et mériterait de gagner en rythme et en efficacité par la suppression d'une quinzaine de minutes de scènes un tantinet trop longues (il dure près de trois heures tel quel), il offre constamment fous rires et émotion. Tous se dépensent sans compter.

© Martin Agyroglo.
© Martin Agyroglo.
La mise en scène exploite avec talent la vidéo comme les espaces dévolus au public et sur scène tous les procédés du comique : on n'oubliera pas la nourrice de Juliette, bretonne bigoudène bavarde et folâtre, la mère de l'héroïne très "Priscilla, folle du désert", ou encore le Frère Laurent prêcheur à l'américaine plutôt gaffeur, entre nombreuses trouvailles délirantes. Irina de Baghy est une soprano au talent fou, qui se rit avec aisance des embûches d'un rôle exigeant. Sa Maria, très engagée scéniquement, est irrésistible.

Les musiciens de l'Ensemble Contraste créent un univers musical inédit aux tours et détours jouissifs avec leur maîtrise habituelle non dénuée d'humour. Tous prouvent que la volonté de toucher le public le plus large n'exclut pas la possibilité d'une folle ambition artistique et culturelle la plus digne d'estime et ce, dans le cadre enchanteur du théâtre élisabéthain imaginé par l'architecte Andrew Todd sur le modèle du Globe londonien.

Le Festival Midsummer d'Hardelot s'est déroulé du 24 juin au 15 juillet 2017.

© Martin Agyroglo.
© Martin Agyroglo.
Prochaine date :
Festival Les Antiques de Glanum de Saint-Rémy de Provence le 21 juillet 2017 à 20 h 45.

"Roméo et Juliette, West Side Story"
Semi opéra pour violon, violoncelle, clarinette, claviers, 2 chanteurs et 4 comédiens.
Contraste Productions, direction artistique d'Arnaud Thorette.
The Company Deracinemoa.
Adaptation, mise en scène et scénographie de Laurent-Guillaume Dehlinger, assisté d'Amélie Patard.
Cédric Bachorz, images.
Johan Farjot, direction musicale et arrangements.
Irina de Baghy, soprano.
Constantin Goubet, ténor.
Comédiens : Mathilde Labé, Amélie Patard, Jean-Luc Prévost, Olivier Piechaczyk, Laurent-Guillaume Dehlinger.
Ensemble Contraste.
Arnaud Thorette, violon.
Antoine Pierlot, violoncelle.
Jean-Luc Votano, clarinette.
Johan Farjot, claviers.

Christine Ducq
Lundi 17 Juillet 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021