La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Roméo et Juliette, West Side Story", un mix-opéra déjanté au Festival Midsummer d'Hardelot

L'Ensemble Contraste et la Compagnie Deracinemoa ont offert un spectacle savoureux et désopilant dans le cadre charmant du Théâtre élisabéthain du Château d'Hardelot avec leur vison déjantée du chef-d'œuvre de William Shakespeare associé aux chansons de la célèbre comédie musicale de Leonard Bernstein. Une conclusion pleine de panache pour cette édition 2017 du Festival Midsummer, un des moments forts de la programmation culturelle de la Côte d'Opale.



© Martin Agyroglo.
© Martin Agyroglo.
Après un "Fairy Queen" (semi opéra d'après H. Purcell) qui a laissé un souvenir inoubliable de gaieté et d'invention jaillissante l'an dernier, l'Ensemble Contraste a renoué avec la Compagnie Deracinemoa pour nous offrir un "Roméo et Juliette" original et hilarant.

Contraste et ses quatre musiciens virtuoses, promoteurs d'allègres franchissements de frontières musicales - puisque leurs programmations inventives mêlent tous les répertoires - ne pouvait que partager l'utopie de la compagnie théâtrale venue des Arts de la rue. L'utopie d'un spectacle théâtral et musical destiné à tous : mélomanes comme amateurs, spectateurs du dimanche comme fins connaisseurs. Antienne connue et idée pas mal revendiquée, direz-vous. Sauf qu'ici, ça marche !

La recette n'est pas simple et il fallait y penser : mélangez le "Roméo" quelque peu réécrit du grand William par Laurent-Guillaume Dehlinger (vibrionnant metteur en scène et acteur) avec le célèbre musical de Arthur Laurents, Stephen Sondheim et Leonard Bernstein, ajoutez-y dérision, gags en tous genres et sollicitations du public invité à jouer certains personnages (muets ou pas, selon l'alacrité des impétrants).

© Martin Agyroglo.
© Martin Agyroglo.
Avec deux chanteurs lyriques (les Maria et Tony de la comédie musicale), cinq acteurs échangeant constamment leurs rôles (de préférence travestis) et des musiciens acteurs à part entière du spectacle, la danse et le mime n'étant pas oubliés, les artistes nous proposent un spectacle riche d'un comique de l'absurde typiquement british retrempé à l'énergie de l'improvisation.

La musique, personnage à part entière n'ayant pas peur d'exploser les cadres pour vagabonder de territoires en territoires (du classique avec Prokofiev ou Bach au klezmer, du jazz avec la version revisitée d'une chanson des Cure "Boys don't cry", aux chansons connues par tous de "West Side Story" ou des musicals de Baz Luhrmann), rythme les péripéties tour à tour burlesques ou tragiques des amants de Vérone ; des morceaux tous arrangés avec brio par Johan Farjot de Contraste.

Si le spectacle (créé et vu le 14 juillet) était encore en rodage et mériterait de gagner en rythme et en efficacité par la suppression d'une quinzaine de minutes de scènes un tantinet trop longues (il dure près de trois heures tel quel), il offre constamment fous rires et émotion. Tous se dépensent sans compter.

© Martin Agyroglo.
© Martin Agyroglo.
La mise en scène exploite avec talent la vidéo comme les espaces dévolus au public et sur scène tous les procédés du comique : on n'oubliera pas la nourrice de Juliette, bretonne bigoudène bavarde et folâtre, la mère de l'héroïne très "Priscilla, folle du désert", ou encore le Frère Laurent prêcheur à l'américaine plutôt gaffeur, entre nombreuses trouvailles délirantes. Irina de Baghy est une soprano au talent fou, qui se rit avec aisance des embûches d'un rôle exigeant. Sa Maria, très engagée scéniquement, est irrésistible.

Les musiciens de l'Ensemble Contraste créent un univers musical inédit aux tours et détours jouissifs avec leur maîtrise habituelle non dénuée d'humour. Tous prouvent que la volonté de toucher le public le plus large n'exclut pas la possibilité d'une folle ambition artistique et culturelle la plus digne d'estime et ce, dans le cadre enchanteur du théâtre élisabéthain imaginé par l'architecte Andrew Todd sur le modèle du Globe londonien.

Le Festival Midsummer d'Hardelot s'est déroulé du 24 juin au 15 juillet 2017.

© Martin Agyroglo.
© Martin Agyroglo.
Prochaine date :
Festival Les Antiques de Glanum de Saint-Rémy de Provence le 21 juillet 2017 à 20 h 45.

"Roméo et Juliette, West Side Story"
Semi opéra pour violon, violoncelle, clarinette, claviers, 2 chanteurs et 4 comédiens.
Contraste Productions, direction artistique d'Arnaud Thorette.
The Company Deracinemoa.
Adaptation, mise en scène et scénographie de Laurent-Guillaume Dehlinger, assisté d'Amélie Patard.
Cédric Bachorz, images.
Johan Farjot, direction musicale et arrangements.
Irina de Baghy, soprano.
Constantin Goubet, ténor.
Comédiens : Mathilde Labé, Amélie Patard, Jean-Luc Prévost, Olivier Piechaczyk, Laurent-Guillaume Dehlinger.
Ensemble Contraste.
Arnaud Thorette, violon.
Antoine Pierlot, violoncelle.
Jean-Luc Votano, clarinette.
Johan Farjot, claviers.

Christine Ducq
Lundi 17 Juillet 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Publicité



À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

À écouter : Anémone mange ses frites, mais ce qu’elle "préfère le plus au monde, c’est rien foutre"

Difficile d’interviewer Anémone. Elle sortait de son spectacle "Grossesses nerveuses" qu’elle joue en ce moment au Théâtre Daunou (voir article) et nous l’avons rejoint à la brasserie du coin. Elle y mangeait ses frites et manifestement l’interview ne l’intéressait pas. Malgré les efforts de l’interviewer (moi !) dont les gouttes de sueur perlaient sur le visage en décomposition au fur et à mesure de l’entretien, Anémone nous a répondu de façon claire, nette et expéditive.


À écouter : Anémone mange ses frites, mais ce qu’elle
Au passage, voici la définition de "contre-emploi" au théâtre ou au cinéma : assumer des rôles différents de celui joué habituellement et non par rapport à ce qu’on est dans la "vraie" vie. Ce qu’on a, entre autres, essayé (je dis bien "essayer" !) de demander à Anémone était de savoir pour quelle raison elle ne s'est pas plus mise en danger pour jouer autre chose que le personnage qu'elle a toute sa vie incarnée, c’est-à-dire celui d'une bourgeoise ou une vieille fille un peu coincée. Un "contre-emploi" véritable qu’elle a tenu (et justement pour lequel elle a été récompensée par le César de la meilleure actrice) est celui du Grand chemin.

Possible que l'on s'y soit très mal pris. Peut-être aurait-il fallu parler d'autres choses que de "spectacle" ?

Cet entretien reste tout de même un moment (court mais...) mémorable. À écouter absolument !

Musique : Pierre-Yves Plat

À lire >> Une Anémone en fleur au Théâtre Daunou

À venir : Interview exclusive de Pierre Santini suite à son annonce de départ du Théâtre Mouffetard.
interview_d_anemone.mp3 Interview d'Anémone.mp3  (3.33 Mo)


Sheila Louinet
23/05/2011