La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Roméo et Juliette, West Side Story", un mix-opéra déjanté au Festival Midsummer d'Hardelot

L'Ensemble Contraste et la Compagnie Deracinemoa ont offert un spectacle savoureux et désopilant dans le cadre charmant du Théâtre élisabéthain du Château d'Hardelot avec leur vison déjantée du chef-d'œuvre de William Shakespeare associé aux chansons de la célèbre comédie musicale de Leonard Bernstein. Une conclusion pleine de panache pour cette édition 2017 du Festival Midsummer, un des moments forts de la programmation culturelle de la Côte d'Opale.



© Martin Agyroglo.
© Martin Agyroglo.
Après un "Fairy Queen" (semi opéra d'après H. Purcell) qui a laissé un souvenir inoubliable de gaieté et d'invention jaillissante l'an dernier, l'Ensemble Contraste a renoué avec la Compagnie Deracinemoa pour nous offrir un "Roméo et Juliette" original et hilarant.

Contraste et ses quatre musiciens virtuoses, promoteurs d'allègres franchissements de frontières musicales - puisque leurs programmations inventives mêlent tous les répertoires - ne pouvait que partager l'utopie de la compagnie théâtrale venue des Arts de la rue. L'utopie d'un spectacle théâtral et musical destiné à tous : mélomanes comme amateurs, spectateurs du dimanche comme fins connaisseurs. Antienne connue et idée pas mal revendiquée, direz-vous. Sauf qu'ici, ça marche !

La recette n'est pas simple et il fallait y penser : mélangez le "Roméo" quelque peu réécrit du grand William par Laurent-Guillaume Dehlinger (vibrionnant metteur en scène et acteur) avec le célèbre musical de Arthur Laurents, Stephen Sondheim et Leonard Bernstein, ajoutez-y dérision, gags en tous genres et sollicitations du public invité à jouer certains personnages (muets ou pas, selon l'alacrité des impétrants).

© Martin Agyroglo.
© Martin Agyroglo.
Avec deux chanteurs lyriques (les Maria et Tony de la comédie musicale), cinq acteurs échangeant constamment leurs rôles (de préférence travestis) et des musiciens acteurs à part entière du spectacle, la danse et le mime n'étant pas oubliés, les artistes nous proposent un spectacle riche d'un comique de l'absurde typiquement british retrempé à l'énergie de l'improvisation.

La musique, personnage à part entière n'ayant pas peur d'exploser les cadres pour vagabonder de territoires en territoires (du classique avec Prokofiev ou Bach au klezmer, du jazz avec la version revisitée d'une chanson des Cure "Boys don't cry", aux chansons connues par tous de "West Side Story" ou des musicals de Baz Luhrmann), rythme les péripéties tour à tour burlesques ou tragiques des amants de Vérone ; des morceaux tous arrangés avec brio par Johan Farjot de Contraste.

Si le spectacle (créé et vu le 14 juillet) était encore en rodage et mériterait de gagner en rythme et en efficacité par la suppression d'une quinzaine de minutes de scènes un tantinet trop longues (il dure près de trois heures tel quel), il offre constamment fous rires et émotion. Tous se dépensent sans compter.

© Martin Agyroglo.
© Martin Agyroglo.
La mise en scène exploite avec talent la vidéo comme les espaces dévolus au public et sur scène tous les procédés du comique : on n'oubliera pas la nourrice de Juliette, bretonne bigoudène bavarde et folâtre, la mère de l'héroïne très "Priscilla, folle du désert", ou encore le Frère Laurent prêcheur à l'américaine plutôt gaffeur, entre nombreuses trouvailles délirantes. Irina de Baghy est une soprano au talent fou, qui se rit avec aisance des embûches d'un rôle exigeant. Sa Maria, très engagée scéniquement, est irrésistible.

Les musiciens de l'Ensemble Contraste créent un univers musical inédit aux tours et détours jouissifs avec leur maîtrise habituelle non dénuée d'humour. Tous prouvent que la volonté de toucher le public le plus large n'exclut pas la possibilité d'une folle ambition artistique et culturelle la plus digne d'estime et ce, dans le cadre enchanteur du théâtre élisabéthain imaginé par l'architecte Andrew Todd sur le modèle du Globe londonien.

Le Festival Midsummer d'Hardelot s'est déroulé du 24 juin au 15 juillet 2017.

© Martin Agyroglo.
© Martin Agyroglo.
Prochaine date :
Festival Les Antiques de Glanum de Saint-Rémy de Provence le 21 juillet 2017 à 20 h 45.

"Roméo et Juliette, West Side Story"
Semi opéra pour violon, violoncelle, clarinette, claviers, 2 chanteurs et 4 comédiens.
Contraste Productions, direction artistique d'Arnaud Thorette.
The Company Deracinemoa.
Adaptation, mise en scène et scénographie de Laurent-Guillaume Dehlinger, assisté d'Amélie Patard.
Cédric Bachorz, images.
Johan Farjot, direction musicale et arrangements.
Irina de Baghy, soprano.
Constantin Goubet, ténor.
Comédiens : Mathilde Labé, Amélie Patard, Jean-Luc Prévost, Olivier Piechaczyk, Laurent-Guillaume Dehlinger.
Ensemble Contraste.
Arnaud Thorette, violon.
Antoine Pierlot, violoncelle.
Jean-Luc Votano, clarinette.
Johan Farjot, claviers.

Christine Ducq
Lundi 17 Juillet 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019