La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Coin de l’œil

Rock’n’Love : Coup de foudre à Rockin’ Hill

Imaginez un croisement entre "Woodstock" et "Coup de foudre à Notting Hill". L’hybridation peut faire reculer, mais vous auriez tort. Car David McKenzie donne un véritable coup de fouet au genre huilé de la comédie romantique, dans un film vraiment rock’n’roll filmé quasiment en temps réel.



© Wild Side Video.
© Wild Side Video.
Enchaînés l’un à l’autre par une paire de menottes… On peut difficilement faire plus simple point de départ pour lancer cette comédie romantique, au cours de laquelle Adam, un chanteur pop américain, et Morello, une rockeuse indé anglaise, se voient contraints de cohabiter intimement, pour, d’engueulades en vannes acides, en arriver à devenir complices et, fatalement, à ne plus pouvoir se passer l’un de l’autre.

Aucune surprise à attendre du côté du scénario donc, qui suit son chemin logique jusqu’à la fougueuse embrassade finale dans la liesse générale. L’originalité et la dynamique de ce "Rock’n’Love" tient à la nature des deux tourtereaux - musiciens de rock - et, surtout, à l’endroit où leur idylle va se nouer : le festival "T in the Park", l’un des plus grands festivals de Grande-Bretagne - rien moins que sept lieux de concerts différents, dont l’inévitable scène géante, plantés sur un gigantesque aérodrome -, qui a lieu le deuxième week-end de juillet en Écosse, et qui voit défiler, pendant trois jours, stars mondiales et groupes en devenir.

© Wild Side Video.
© Wild Side Video.
À cadre exceptionnel, conditions de tournage exceptionnelles : l’équipe s’est installée in situ du jeudi, veille de l’ouverture des festivités, au dimanche, clôture de l’événement. Quatre jours, pas un de plus, durant lesquels il a fallu, au beau milieu d’un chaos certes réjouissant mais imprévisible et d’une foule incontrôlable, filmer en moyenne vingt minutes utiles par jour - pour info, sur un tournage traditionnel, même à petit budget, quand on en filme cinq, c’est Byzance… Avec, pour corser le jeu, l’assurance quotidienne d’un planning chamboulé par la météo et les aléas de la figuration locale.

Car le luxe d’avoir 500 000 figurants gratuits implique aussi que ceux-ci n’en font qu’à leur tête - laquelle étant de surcroît souvent bien chargée en substances diverses… -, sans forcément se rendre compte qu’ils constituent le décor principal d'une fiction. D’où nombre de scènes dans lesquelles les acteurs sont forcés d’improviser, parfois totalement à contre-pied de ce qui était prévu, en fonction des réactions des spectateurs du festival. Un véritable travail d’atelier théâtral punk, auquel Natalia Tena, qui interprète ici Morello mais qu’on a surtout vue dans la peau de la sorcière Nymphadora Tonks dans les derniers volets de la saga "Harry Potter", n’était sans doute pas habituée…

© Wild Side Video.
© Wild Side Video.
Ce tournage à l’arrachée et pratiquement non-stop, qui explose les normes au fond bien délimitées du docu-fiction et démontre de façon éclatante que le cinéma est bien du spectacle "vivant", donne à cette romance classique une authenticité inhabituelle et un ton naturaliste à l’opposé de l’ambiance "conte de fée moderne" qui imprègne en général ce type de productions. Ce qui fait qu’au bout du compte on ne sait plus si l’enthousiasme électrique qui se dégage des images est dû au talent multiformes des comédiens, à la bande-son déchaînée, aux 500 000 exaltés hirsutes qui sautent en hurlant dans chaque coin de l’écran, ou à la folie improvisatrice qui a, par la force des choses, dû gagner toute l’équipe.

Un peu tout cela à la fois, vraisemblablement, d’où l’impression d’avoir assisté, durant 77 courtes minutes, à une expérimentation cinématographique aux limites du raisonnable.

© Wild Side Video.
© Wild Side Video.
● You Instead (Titre français : Rock’n’Love)
Réalisation : David McKenzie.
Scénario : Thomas Leveritt.
Avec : Luke Treadaway, Natalia Tena, Rebecca Benson, Mathew Baynton, Kari Corbett, Cora Bisset, Clare Kelly.
Édité en DVD par Wild Side Video.
Disponible depuis le 29 août 2012.

© Wild Side Video.
© Wild Side Video.

Gérard Biard
Mardi 9 Octobre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019