La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Coin de l’œil

Briser "Le Quatrième mur"… Une performance photographiée mettant en scène un mythe biblique revisité à l'envi

Bernard Brisé poursuit un parcours hanté par la présence du mur, celui de son jardin particulièrement où il invite les acteurs et actrices anonymes de ses compositions à prendre place dans un dénuement… biblique. Ainsi, les jours nuageux garantissant l'absence d'ombres, à la même heure (11 h) précédant la sexte (sic) d'une petite heure, il a dénudé ses modèles s'exposant en toute ingénuité face à son mur. Mur qui, loin d'être celui des lamentations, est dÈvenu par la grâce de ses modèles celui de la vie offerte.



Lors du vernissage de l'expo © C. Vicens.
Lors du vernissage de l'expo © C. Vicens.
En choisissant "Le Quatrième mur" pour titre de cette installation grandeur nature XXL surplombant nos têtes (tirages monumentaux pendant des cintres ou accrochés aux murs d'un ancien entrepôt industriel de Bordeaux, dus pour nombre d'entre eux à l'expertise de Franck Munster, commissaire de l'exposition), Bernard Brisé entend faire s'écrouler le mur de verre séparant - comme au théâtre - la fiction de sa représentation.

Ici, c'est principalement au mythe académique d'Adam et Ève qu'il "consacre" son énergie librement païenne, faisant éclore devant son objectif le miracle de l'humanité (re)naissante face à nos yeux de mécréants, jouisseurs d'ici-bas. Ces Adam et Ève sortis de la vraie vie recomposent l'humanité contemporaine lavée de tout tabou. Ils posent dans des postures "naturelles" ces hommes et ces femmes de tout âge, de toutes couleurs et de tous genres, faisant voler en éclats, par leur simple présence lumineuse, l'héritage pesant des icônes religieuses et des messages subliminaux mortifères dont elles étaient porteuses.

"Adam et Ève" © Bernard Brisé.
"Adam et Ève" © Bernard Brisé.
Ainsi le péché originel soumettant le genre humain au diktat d'un Dieu tout-puissant auquel on devrait obéissance a perdu toute odeur de sainteté, la vie dans tous ses états l'ayant subverti pour le ranger dans les accessoires obsolètes des sacristies. Convoiter avec plaisir "le fruit défendu", sans ostentation aucune mais sereinement, devient le viatique élu par ces anonymes, ces doubles de nous-mêmes dont le regard plonge dans le nôtre pour titiller en chacun le désir débarrassé du fardeau écrasant de la culpabilité héritée du judéo-christianisme.

De ces couples - à la ville ou unis pour la circonstance - émane la promesse assumée d'une existence vécue sans fard. En les faisant poser ensemble dans le plus simple appareil devant un mur nu - qu'il habillera ensuite d'un décor en surimpression -, le photographe crée une alchimie propre à chacun d'eux, qu'il saisit comme on capte une lumière évanescente pour la "fixer" sur du papier d'art fabriqué à base de fibre naturelle ou sur toile vinylique. Les fonds ajoutés en surimpression détournent le mythe originel, des plus connotés, saturé qu'il est par les couches successives de représentations œcuméniques, pour le contextualiser en le décapant, fût-ce - et surtout - de manière iconoclaste.

Que ce soit, ces jeunes-gens dans la fleur de l'âge se détachant sur une vue du cimetière des oubliés de Cadillac, ceux à la peau métissée réunis par une pomme à croquer sur un fond de ville détruite, cet homme mûr agenouillé devant une jeune femme dont il tient respectueusement la main, cet autre homme blanc au pied d'une femme aux dreadlocks hiératiques s'appuyant sur son crâne, cet homme posant sa main sur le ventre arrondi de la femme enceinte se détachant sur un paysage strié par les éclairs orageux, ce couple d'hommes se tenant par la taille avec en fond un Christ en croix, cette jeune femme à la peau laiteuse serrée contre un jeune homme à la peau d'ébène sur fond de peinture pariétale, ou bien encore ce couple d'âge mûr rayonnant de vie, il y a là autant d'Adam et Ève libérés, réincarnant à leur façon le mythe daté pour le faire exister sans ses défroques "sacra-mentales".

Complétant la série "Adam et Ève", trois autres accrochages s'inscrivent dans la même veine : les murs sur lesquels se projette l'invisible de "l'impré-visible" propre à nous surprendre en nous délogeant de notre zone de confort. Ainsi "Le regard à quatre yeux" (découvert lors d'une précédente édition du festival international Trente-Trente) propose des couples d'hommes et de femmes de tous horizons, photographiés séparément sur le mur du jardin du photographe et réunis hasardeusement par ses soins dans le même cliché, l'un et l'autre entretenant avec le regardeur un dialogue muet à distance.

"Portraits d'architectes" et "Paris/Lomé" "font le mur" pour migrer vers d'autres espaces. D'abord le mur de la base sous-marine de Bordeaux où des architectes bordelais posent avec, en contrepoint, "leur" image fantôme héritée de la tradition spirite. Ensuite, le mur de Lomé, au Togo, où des Africains au premier plan se détachent sur un mur paré en surimpression de vues de la Tour Eiffel, symbole s'il en était de la gloire du colonialisme triomphant… mais reléguée ici au second plan, comme une illusion privée d'avenir.

Ce qui ajoute au trouble de ces séries fulgurantes constituant la performance de ce "Quatrième mur", c'est lorsque l'on réalise que le choix du mur, surface de projections et motif récurrent à ces quatre créations, n'est en rien dû à la loi du hasard. Ce "choix", surgi par effraction de la boîte noire du photographe et s'imposant là comme une évidence, relève de ses premiers émois argentiques… lorsque, dans les années quatre-vingt, le jeune Bernard Brisé avait découvert, sur les murs d'immeubles désaffectés et investis par un photographe bordelais de renom, les œuvres d'O. Wilson Link et de Diane Arbus, tous deux adeptes de prises décalées créant des univers "extra-ordinaires". Mais comment un artiste-photographe pourrait-il être autre qu'une "plaque sensible" ?

"Le quatrième mur"

Deux tirages de la série "Paris Lomé" © Bernard Brisé.
Deux tirages de la série "Paris Lomé" © Bernard Brisé.
Photographies de Bernard Brisé.
Commissaire d'exposition : Franck Munster.
L'inauguration de l'exposition a eu lieu le jeudi 27 mai à 18 h en présence de l'artiste et du commissaire d'exposition.

Exposition du 27 mai au 27 juillet 2021.
Du lundi au vendredi de 10 h à 18 h.
Les Glacières de la Banlieue, 121, avenue Alsace Lorraine, Bordeaux.
Tél. : 05 56 08 08 88.
g5@wanadoo.fr
>> Groupe des Cinq

Deux tirages de la série "Le regard à quatre yeux" © Bernard Brisé.
Deux tirages de la série "Le regard à quatre yeux" © Bernard Brisé.

Yves Kafka
Mercredi 2 Juin 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022