La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Coin de l’œil

L’Étrange Festival : Les tout nouveaux monstres

Le chaos en travaux du Forum des Halles est l’endroit idéal pour goûter aux merveilles venimeuses que nous propose cette année l’Étrange Festival. Une sélection de pépites qui nous emmènent explorer les recoins les plus sombres du monde contemporain. Plongez dans les entrailles de l’enfer sur terre…



"Un Jour de Chance" © DR.
"Un Jour de Chance" © DR.
Depuis dix-huit ans, l’Étrange Festival est une manifestation incontournable. Non seulement parce qu’il offre un très large panorama - plus de quatre-vingts longs métrages et une cinquantaine de courts - de ce qui se produit à travers le monde dans le domaine du fantastique, de l’horreur et de l’extrême, mais aussi parce qu’il démontre que le cinéma de genre, du fait qu’il peut pratiquement tout se permettre en termes d’imagination et de création, est, paradoxalement, le plus à même de saisir et de restituer les angoisses bien réelles des spectateurs. Comme on peut le constater dans cette édition 2012, les terreurs contemporaines sont bien éloignées des cauchemars traditionnels, et prennent leur racine dans la vie sociale, politique et économique. Petit panorama, bien sur non exhaustif, en guise d’échauffement pour le marathon d’images qui vous attend.

Redd Inc.

"Redd Inc." © DR.
"Redd Inc." © DR.
À l’heure où le spectre le plus effrayant est celui du chômage et où les employés brisés par des techniques de "management" inhumaines se suicident en rafale au bureau, il était inévitable que le cinéma d’horreur investisse le monde du travail et transforme un petit chef d’une grande multinationale en tueur en série, enchaînant ses victimes devant leur ordinateur, avant de leur distribuer des tâches abrutissantes qu’ils se doivent d’exécuter sous peine de licenciement on ne peut plus définitif.

Horaires draconiens, cadences infernales, pauses-pipi chronométrées, harcèlement permanent… Le psychopathe qui sévit dans Redd Inc., très parodique série B australienne de Daniel Krige, utilise toutes les techniques managériales modernes. À quelques détails près, mis en images explicites par le vétéran du maquillage gore Tom Savini, on se croirait vraiment chez France Telecom ou à la Poste.

Un jour de chance

"Un Jour de Chance" © DR.
"Un Jour de Chance" © DR.
Le travail est également au cœur de la nouvelle tragi-comédie d’Alex de la Iglesia, Un jour de chance, où un ex-publicitaire flambeur devenu chômeur se retrouve, après une chute dans un théâtre antique en travaux, cloué au sol par une tige de métal qui lui pénètre dans le crâne. Passant sans transition du statut d’anonyme invisible à celui d’attraction nationale, il y voit l’occasion inespérée de tirer profit de sa situation pourtant peu enviable. Dans ce petit chef d’œuvre acide qui renvoie aux meilleurs films à sketches italiens des années soixante-dix, les démons ne sont plus tapis dans l’ombre, mais nous dévorent en pleine lumière, avec notre assentiment : médias cannibales, voyeurisme, cynisme, com’ érigée en mode de pensée…

Citadel

"Citadel" de Ciaran Foy © DR.
"Citadel" de Ciaran Foy © DR.
Autre lieu fantasmatique des temps modernes, la cité et ses tours à l’abandon social fournissent aux scénaristes un décor anxiogène à souhait et un réservoir à créatures diverses. Celles qui hantent la banlieue irlandaise sordide dépeinte dans Citadel ont la forme de gnomes encapuchonnés dont on n’aperçoit que les silhouettes. Après avoir agressé et contaminé d’une infection inconnue la jeune femme enceinte du héros, les teignes s’entêtent à persécuter le malheureux père célibataire, devenu entretemps gravement agoraphobe. Installant une ambiance au-delà du déprimant, Ciaran Foy signe une œuvre placée sous le signe de la désolation, à proscrire formellement en cas de coup de cafard, même léger, sous peine d’être saisi d’une envie irrépressible de se pendre avec le tuyau du gaz en sautant du balcon.

Tower Block

"Tower Block" de James Nunn & Ronnie Thompson © DR.
"Tower Block" de James Nunn & Ronnie Thompson © DR.
En revanche, le monstre qui éradique un à un les derniers habitants de la tour qui constitue le décor unique du britannique Tower Block n’a, lui, rien de surnaturel. Sorte de justicier aberrant qui entreprend de dégommer au fusil à lunette des banlieusards terrifiés et lâches - le film s’ouvre sur le lynchage, par deux zonards cagoulés, d’un jeune homme qui cherche en vain refuge dans l’un ou l’autre des appartements, dont les occupants appliquent la règle d’or : ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire -, il sort tout droit d’une réalité bien tangible. Sec comme les coups de feu qui ponctuent l’hécatombe, sans esbroufe ni fioritures, peuplé de personnages loin d’être tous sympathiques, le film de James Nunn et Ronnie Thompson cueille au foie à la manière des meilleurs thrillers d’angoisse et transforme une tour promise à la démolition en piège à rats affolés.

Swastika et turban

Et puis, politiquement, il y a les valeurs sûres. Dans Iron Sky, improbable coproduction austro-germano-finlandaise signée Timo Vuorensola, une armée de nazis, sournoisement planquée depuis des décennies derrière la face cachée de la Lune, attaque une mission d’astronautes américains et prend la direction de la Terre, pour réinstaurer l’inévitable Reich de mille ans. Dans Ozombie, comédie d’horreur américaine de John Lude, c’est Ben Laden qui revient d’entre les morts pour de nouveau menacer le monde à la tête d’une armée de kamikazes morts-vivants…

La Secunda muerte

"The Second Death" de Santiago Fernandez Calvete © DR.
"The Second Death" de Santiago Fernandez Calvete © DR.
Mais les grandes figures de l’islam intégristes ne sont pas les seuls fous de dieu à être mis à contribution pour nous flanquer la trouille, comme en témoigne l’envoutant thriller fantastique argentin La Secunda Muerte (la deuxième mort). Ici, c’est sous l’apparence de la Sainte vierge qu’un fantôme vengeur décime un à un tous les membres d’une même famille dans un trou de la pampa, tandis que la chef de la police locale, athée farouche, essaye de résoudre l’énigme avec l’aide d’un gamin plus ou moins devin victime d’un père abusif. Les monstres, dans le film de Santiago Fernandez Calvete, ce sont les gardiens des valeurs d’une société sud-américaine qui semble incapable de se dépêtrer d’un passé lourd de secrets : le clergé, la famille, la police…

Insensibles

"Insensibles" de Juan Carlos Medina © Distrib Films.
"Insensibles" de Juan Carlos Medina © Distrib Films.
Les fantômes du passé - ceux de la guerre civile espagnole et de la dictature franquiste - constituent aussi l’essence d’Insensibles. Ils prennent ici la forme d’enfants inexplicablement insensibles à la douleur, enfermés dans un asile-prison pour y être étudiés, mais que les événements transformeront en instrument de terreur politique dont les répercussions se font ressentir encore aujourd’hui. Avec toute la subtilité qui caractérise la nouvelle vague du cinéma fantastique espagnol, Juan Carlos Medina nous entraîne dans un perturbant voyage fait d’allers-retours entre le passé et le présent - en l’occurrence celui d’un neurochirurgien à la recherche de ses parents biologiques pour les besoins d’une greffe dont sa vie dépend -, dans une Espagne sombre et mélancolique bien loin des clichés touristiques aguichants.

The Thompsons

"The Thompsons" © DR.
"The Thompsons" © DR.
Bien sûr, les monstres classiques peuvent rester à l’affiche - on ne les déloge pas si facilement -, mais le plus souvent dans des relectures décalées. La famille de vampires américains qui, dans The Thompsons, des biens nommés Butcher Brothers (de leur vrai nom Mittchell Altieri et Phil Flores), replonge aux sources dans un très traditionnel village d’Angleterre, sont des suceurs de sang pervertis - dans tous les sens du terme puisque, hormis une belle paire de canines proéminentes, ils ne répondent à aucun "code" du vampirisme : ils se baladent en plein soleil, se foutent de l’ail et des crucifix et, blessés par balle, peuvent même mourir.

Grabbers

"Grabbers" de Jon Wright © DR.
"Grabbers" de Jon Wright © DR.
Même chose pour les extraterrestres aux allures de poulpes échappés de Tchernobyl qui, dans le réjouissant Grabbers de Jon Wright, viennent troubler la quiétude imbibée d’une petite île au large de l’Irlande : comme ils sont allergiques à l’alcool, ils fournissent un système de défense tout trouvé à des habitants qui, barricadés dans le pub local, joignent l’utile - survivre - à l’agréable - prendre une cuite carabinée…

Carte blanche à Jan Kounen

L’Étrange Festival : Les tout nouveaux monstres
L’Étrange festival ne perd pas non plus ses bonnes habitudes de manifestation propice aux débordements artistiques avec une carte blanche au grand déjanté qu’est Jan Kounen (le court Vibroboy, Dobermann, sans oublier le trip hallucinogène Blueberry : l’expérience secrète). Les films qu’il a choisi de présenter et projeter sont d’ailleurs représentatifs de sa personnalité pour le moins excessive : Les 3 supermen turcs aux Jeux olympiques, démarquage moustachu des Santo y Blue Demon mexicains - déjà passablement nanardesques - ; Blood Freaks, navet seventies d’anthologie, arborant un ravissant homme à tête de poulet dégénéré ; Mort sur le grill, la folie cartoonesque de Sam Raimi ; Koyaanisqatsi, de l’ex-moine Godfrey Reggio, inventeur - et seul utilisateur - du "cinéma non-verbal"…

On notera également deux nuits à ne manquer sous aucun prétexte. D’abord une "Nuit Zombie" où l’on pourra admirer, outre le déjà cité Ozombie, un Zombie Ass japonais dont le titre fait saliver d’avance, et une "Nuit New British Generation", consacrée à la nouvelle vague anglaise enragée.

Et, pour faire couler tout ça, on s’adonnera aux plaisirs multi-sensoriels du programme de la section "L’Étrange musique" où l’on reverra par exemple ce chef-d’œuvre glaçant qu’est le Dead of Night de Bob Clark - Le Mort-vivant chez nous -, au son post-grunge du groupe 7 Weeks.

Du 6 au 16 septembre 2012.
L’Étrange festival - 18e édition.
Forum des images, Forum des Halles, Paris 1er.
Programmation complète, horaires et soirées spéciales sur www.etrangefestival.com
Renseignements et réservations au 01 44 76 63 00.
Vente en ligne des billets sur www.forumdesimages.fr

Gérard Biard
Vendredi 31 Août 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022