La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Humour

Retour en forme de comédie sur l’histoire sociale de la femme en France depuis 1945

"Et pendant ce temps Simone veille !", Comédie Bastille, Paris

Simone Veil peut veiller tranquille. Sur scène, de façon comique, trois femmes retracent l’évolution sociale et politique de la femme en France de 1945 à aujourd’hui. Ici nul drapeau, seul comme étendard le rire pour dénoncer certains traits d’époques, pas si lointaines, où les femmes étaient bien peu considérées.



© Fabienne Rappeneau.
© Fabienne Rappeneau.
Dès le début du spectacle, une femme (Bonbon) habillée d’une veste jaune et flanquée d’une perruque de serpillière se porte caution culturelle et historique de ce qui va se dérouler sur scène. Le ton humoristique de la pièce est très rapidement donné. Pourtant, au premier abord, le sujet ne prête pas à rire. Il concerne l’évolution sociale de la femme au sortir de la guerre jusqu’à nos jours.

Des histoires se jouent entre trois femmes (Karina Marimon, Hélène Serres, Vanina Sicurani) situées à trois époques différentes et retracent les évolutions sociales et politiques des femmes en France, juste après la guerre, dans les années soixante-dix, quatre-vingt-dix puis en 2014. De la considération sociale et politique des femmes à certaines de ces périodes, un Moyen-âge de l’esprit ne reste pas très loin.

L’écriture de la pièce est ponctuée de jeux de mots et est portée par le jeu très marqué des comédiennes qui, sans jamais frôler la caricature, donne, avec talent, toute l’envergure à la pièce. Le jeu de Bonbon est incarné de mimiques, d’une gestuelle et d’une élocution très marquées. Karina Marimon, Hélène Serres, Vanina Sicurani plantent chacune un personnage différent pour chaque période, truculente d’humour et de vérité historique.

© Fabienne Rappeneau.
© Fabienne Rappeneau.
Chaque scène laisse place à trois points de vue croisés d’une même époque. C’est celui de Bonbon, "caution culturelle et historique" de la pièce et d’une cohabitation idéologique entre deux femmes qui ont les mêmes idéaux et une troisième qui a un point de vue différent, celui d’être en retrait ou en contestation. La pièce pour autant est très claire dans son déroulé avec une scénographie simple où les trois femmes sont assises sur un canapé et où Bonbon est située à une table côté cour.

Les rappels historiques comiques de Bonbon, toujours à bon escient, entrecoupent, sans bousculer l’histoire, la pièce. C’est frais et léger. Les jeux de mots, les situations décalées, autant du côté de l’histoire proprement dite que du côté historique, sont saupoudrés d’humour. Un humour qui se nourrit de finesse et de jeux de mots où les comédiennes jouent d’imitations et de personnages très marqués. À l’exception de Bonbon, elles incarnent des modes de pensées qui s’habillent d’un état d’esprit d’époque pas aussi lointain. Ce qui donne lieu à réfléchir sur notre société qui, encore aujourd’hui, est conservatrice dans le regard social et politique qu’elle a, entre autres, de la femme.

Ce sont des histoires qui cohabitent avec l’Histoire qui cohabitent avec l’humour qui cohabitent avec finesse !

"Et pendant ce temps Simone veille !"

© Fabienne Rappeneau.
© Fabienne Rappeneau.
Une pièce de Corinne Berron, Bonbon, Hélène Serres, Vanina Sicurani et Trinidad.
Sur une idée folle de Trinidad.
Avec : Bonbon, Karina Marimon, Hélène Serres et Vanina Sicurani.
Collaboration artistique : Corinne Berron.
Texte des chansons : Trinidad.
Arrangements musicaux : Michaël Lapie.
Costumes : Marc Clément.
Création Lumière : Rosemay Lejay.
Durée : 1 h 20.

Du 18 septembre au 3 janvier 2015.
Mardi au samedi à 21 h, séance supplémentaire le samedi à 17 h, dimanche à 17 h.
Comédie Bastille, Paris 11e, 01 48 07 52 07.
>> comedie-bastille.com

Safidin Alouache
Mercredi 17 Septembre 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Kanata" : conjuguer la réalité et l'illusion, et faire apparaître, sous l'apparence et la fiction, le réel et son intimité

"Kanata", Théâtre du Soleil, Paris

Mais que sont devenus les Hurons, la Grande Forêt, les canoës ? Tous ces rêves de Canada des petits garçons et petites filles ? Quand Ariane Mnouchkine et Robert Lepage, avec les comédiens du Soleil, envisagent de monter un spectacle sur le Canada et son Histoire, personne n'imaginait l'hostilité, la violence des réactions qu'engendrerait là-bas ce projet*.

Que l'ambition affichée de montrer le sort des Amérindiens dans le monde moderne aboutirait à une contestation brutale du droit à les représenter. Face aux insultes anonymes, forcément sur Internet, venant de tous les bords, la troupe du Soleil (dont les comédiens appartiennent au monde entier) a réagi de la meilleure façon. En montant le premier épisode de "Kanata" sur la controverse. La troupe intègre, intériorise tous les tenants de la querelle.

La pièce prend pour fil conducteur un couple de jeunes Français primo immigrants naïfs qui s'installant à Vancouver, découvrent les réalités cachées sous les cartes postales. Les rues sordides, la misère, la drogue, la prostitution, les Amérindiens déchus, le crime, l'impuissance d'une police, la déforestation, la disparition des traces du passé. Un melting-pot qui n'est qu'un agrégat de souffrances travaillées pourtant par l'instinct de survie et l'espoir de s'en sortir.

Jean Grapin
07/02/2019
Spectacle à la Une

"Botéro en Orient"… tout en rondeur !

C'est un voyage où le physique et l'esthétisme ont une place prépondérante et dans laquelle les rondeurs sont revendiquées et montrées. Autour d'une création picturale qui l'a guidé, Taoufiq Izeddiou place l'identité au centre de sa création.

Le titre du spectacle est dû au fait que Taoufiq Izeddiou a été inspiré par l'œuvre autour d'Abou Ghraïb (Irak) de Fernando Botero, peintre et sculpteur colombien, où l'artiste s'était insurgé. Il avait en effet dessiné de superbes planches où la torture, l'humiliation et la violence s'étalaient. Les personnages des œuvres de Botero sont toujours des êtres ronds et épais. C'est dans ce rapport aux volumes que le chorégraphe a bâti son spectacle.

À l'entame de la représentation, le silence habille le plateau puis des ombres se détachent d'une demi-obscurité. Les déplacements sont séparés, la gestuelle des trois danseurs est propre à chacun, ceux-ci perchés sur un bloc de bois. La scénographie est déplacée tout au long du spectacle, les blocs changeant de lieu, bousculés et balancés sur scène. C'est une œuvre de construction et de reconstruction où les chorégraphies se suivent dans des thématiques où l'identité de chaque interprète est posée par rapport à son corps, rond, "volumétrique" selon les propos de Taoufiq Izeddiou.

Safidin Alouache
28/02/2019
Sortie à la Une

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown

"Je demande la route", Théâtre de l'Œuvre, Paris

Roukiata Ouedraogo présente son spectacle "Je demande la route". Difficile de ne pas lui répondre que la route est droite et belle en saluant tout le talent dont elle fait preuve sur scène.

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown
Roukiata Ouedraogo est pour ainsi dire une princesse qui, ayant découvert le secret des griots et leur art de raconter, donne corps et parole à tous les personnages qui ont marqué sa vie. Elle fait ainsi cadeau de l'humour africain et le fait savoir dans la joie de jouer.

Allant bien au-delà d'un soliloque moqueur ou sarcastique, Roukiata fait œuvre picaresque. En faisant vivre toutes ses ombres, en partant du village, quittant son enfance, sa famille : partant à la conquête du monde. Le public l'accompagne dans le rire.

Les récitations ânonnées à l'école communale, les conseils du grand frère, son arrivée en France, son grand-père ancien de la guerre, sa hantise du froid, son premier appart au dernier étage avec vue sur les chéneaux. De la bureaucrate de l'état civil aux femmes du salon de coiffure à Château-rouge, des métiers de gardienne d'enfants à celui de comédienne, tout fait conte, conte moderne, conte initiatique.

Jean Grapin
08/02/2019