La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Humour

Oui, l'avancée des femmes est "Irrésistible"… Non, la domination masculine n'était pas inéluctable

Dernier volet d'une trilogie commencé avec "Les Jeanne", premier spectacle féministe fantaisiste*, poursuivit avec "Crue et nue" (2013), "Irrésistible" d'Éva Darlan nous parle de l'histoire du patriarcat, de ses exceptions et de l'inéluctable évolution conduisant à une égalité future. Mêlant un sérieux documentaire et l'humour grinçant, mais toujours espiègle, elle part des origines de l'humanité pour traverser notre Histoire jusqu'à notre société actuelle (féminicides, #Metoo, etc.) pour mettre en exergue ce que furent les bases de l'inégalité et, avec intelligence et pertinence, définir ce qu'est "être une femme" dans le monde d'aujourd'hui.



© Olivier Clertant.
© Olivier Clertant.
Partant de la préhistoire en compagnie de l'incontournable mâle chasseur et de la perspicace femelle cueilleuse - il faut l'être pour ne pas ramasser n'importe quoi -, Éva Darlan va détailler, avec finesse et drôlerie, différentes étapes qui ont généré, conforté ou amplifié le pouvoir masculin. Rappelant le cheminement de la supériorité absolue de l'homme avec l'arrivée des religions, elle n'omettra pas non plus de se référer au "féminisme radical" qui considère la domination patriarcale comme un problème en soi qui doit être traité de façon autonome et non, comme le pensait Friedrich Engels, en tant que conséquence de la domination capitaliste. Dans cette exploration bien informée, passeront quelques courts exposés instructifs, parfois croustillants, allant de Cro-Magnon à Napoléon, en passant par les babouins et les Iroquois notamment.

Sans toutes les raconter, rapportons ici quelques délicieuses anecdotes caractéristiques ô combien pleines d'enseignements - choisies par la talentueuse et néanmoins investigatrice Éva - qui démontre que, non, la domination masculine n'est pas inéluctable… comme le prouvent les Iroquoises, les Moso ou les Na… ou la preuve par l'exemple !

© Olivier Clertant.
© Olivier Clertant.
Concernant les premières, elles sont supérieures aux hommes malgré leur puissance de ces derniers. Il s'agit d'une société matrilinéaire (filiation qui vient de la mère) et matriarcale. Les enfants appartiennent au clan de leur mère et vivent avec la famille maternelle dans la "maison longue". Celle-ci est d'ailleurs dirigée par la mère de clan qui est la femme la plus âgée. Les mères choisissent les chefs civils qui sont des hommes. Même chose chez les Moso qui forment également une société matrilinéaire (les enfants sont rattachés au groupe parental maternel, qui les élève, leur transmet le nom et l'héritage), matrilocale (les femmes sont au centre de leur famille et ne la quittent pas pour rejoindre leur conjoint après une union) et avunculaire (la paternité des enfants est exercée par leur oncle maternel).

Enfin, les Na de Chine sont une ethnie où il n'y a ni père ni mari. Agriculteurs sur les contreforts de l'Himalaya, ils ont toujours vécu jusqu'à maintenant sans l'institution du mariage. Durant toute leur vie, frères et sœurs partagent le même feu et le même pot et élèvent ensemble les enfants des femmes. Les femmes tiennent toute l'économie et transmettent tout à leur fille. Liberté sexuelle totale. Pas de jalousie. Comme dans nos sociétés, l'inceste est prohibé. Aussi les Na pratiquent-ils un système de visite nocturne, furtive ou ostensible, de l'homme chez la femme. Si une femme est enceinte, c'est son frère qui s'occupe de son enfant.

Pour construire son texte et les différentes séquences le composant, Éva Darlan s'est remarquablement bien documentée faisant de son spectacle une création riche d'informations puisées dans l'Histoire - la nôtre avec un grand H (mais écrite majoritairement par des hommes) - mais aussi dans les œuvres et essais de philosophes, d'écrivaines ainsi qu'en puisant dans le récit des heurs et malheurs actuels (viols, féminicides, disparités et inégalités de tous ordres, etc.) rendant sa dynamique seule scène fort instructive, voire carrément à haute portée pédagogique que les mâles encore vrombissants au machisme exacerbé - toutes générations confondues - devraient voir… mais pas que ! Toutes filles et femmes aussi, féministes ou pas, tant la dame talentueuse et passionnée sait raconter les histoires… et que ces dernières devraient fortifier l'irrésistible avancée des femmes en cours.

Ainsi, le mouvement amorcé ne s'arrêtera pas. Petit à petit l'égalité se fera. Portée par les combats actuels et par les générations à venir.

* "Les Jeanne" ou ("Les 3 Jeanne") est un trio regroupant Martine et Éliane Boëri et Chantal Pelletier. Celles-ci sont rejointes par Éva Darlan et, ensemble, elles créent leur premier spectacle ("Je te le dis Jeanne c'est pas une vie la vie qu'on vit") en 1976 dans la petite salle de la Pizza du Marais, connu aujourd'hui sous le nom de Théâtre des Blancs-Manteaux.

"Irrésistible"

© Olivier Clertant.
© Olivier Clertant.
Texte : Éva Darlan.
Mise en scène : Éva Darlan, assistée de Sébastien Durand.
Avec : Éva Darlan.

15 novembre 2022.
Mardi à 21 h.
Comédie Bastille, Paris 11e, 01 48 07 52 07.
>> comedie-bastille.com

Gil Chauveau
Lundi 14 Novembre 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022