La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Respirez le bon "ayre" près de votre oreille !

L'Ensemble Près de votre oreille dirigé par Robin Pharo propose fin mars un nouveau disque, "Come Sorrow", consacré aux ayres et songs de quatre compositeurs du siècle d'or anglais. Un répertoire élisabéthain que les trois artistes du consort défendront aussi sur la scène du Théâtre de l'Athénée.



Enregistrement au Château d'Hardelot © Rita Cuggia.
Enregistrement au Château d'Hardelot © Rita Cuggia.
Jeune talent désormais bien identifié et complice de nombreux consorts en vue (les Ensembles Desmaret, La Rêveuse et Stravaganza), le gambiste Robin Pharo a fondé en 2017 l'Ensemble "Près de votre oreille" qui défend (comme son nom l'indique) un répertoire intimiste baroque et contemporain. C'est justement le petit théâtre intime des songs et ayres de la Renaissance anglaise que défend son CD "Come Sorrow", fruit d'un long processus de création. Avec des artistes et amis comme la mezzo Anaïs Bertrand, la basse Nicolas Brooymans et le luthiste Thibaut Roussel, Robin Pharo a souhaité faire découvrir au grand public un répertoire plus rare.

Au programme, Robert Jones (1577-1617), composteur et luthiste très connu de son temps et attaché à la cour d'Elisabeth 1ère (aujourd'hui oublié) ainsi qu'Alfonso Ferrabosco II (une gloire au tournant des XVIe et XVIIe siècles dans cette même cour anglaise) aux côtés de musiciens aux noms plus familiers tels John Dowland et Tobias Hume. Écrit par l'auteur de quatre recueils de songs publiés, c'est justement le "Come Sorrow" de Robert Jones, un des meilleurs luthistes de son temps, qui ouvre l'enregistrement et lui donne son nom.

Un "ayre" - cette composition brève pour voix accompagnée par un ou plusieurs instruments créant une atmosphère ou une situation dramatique - qui donne le ton d'un très beau disque en installant un climat d'une fine mélancolie. Ce seront tour à tour la joie ou l'élan mystique comme les blessures de l'amour - délices habituels de cette musique profane de cour - que parcourt en plus d'une heure le CD "Come sorrow".

Ensemble Près de votre oreille © Rita Cuggia.
Ensemble Près de votre oreille © Rita Cuggia.
La pureté de la voix et l'intelligence de l'interprétation d'Anaïs Bertrand (membre du chœur Aedes depuis 2010) offre ici comme dans les chansons suivantes un beau contraste avec celle de la basse N. Brooymans. Les entrelacs, ornementations et variations des voix sont toujours parfaitement magnifiés par les riches sonorités et harmonies de la viole de gambe de Robin Pharo (également à la direction) et du luth de Thibaut Roussel. Les parties instrumentales ("Dowland's a dew for Master Cromwell" par exemple) alternent avec les chansons d'amour ou de plaintes, voire même la fantaisie militaire des compositions de Tobias Hume (1569-1645).

Un programme à découvrir comme on fait un voyage dans le temps, les textes atteignant souvent à la beauté du style poétique shakespearien. Comme dans ce "Love wing'd my hopes" de Robert Jones (et son premier vers : L'Amour donna des ailes à mon Espoir et m'apprit à voler) - même si la prononciation moderne de l'anglais a été préférée par les artistes.

Avec une remarquable prise de son, ce geste artistique bénéficie de surcroît de la belle acoustique du théâtre de bois élisabéthain du Château d'Hardelot. Signalons encore que les instruments des deux musiciens ont été spécialement fabriqués pour ce projet : la viole à six cordes de Robin Pharo par la luthière Judith Kraft (l‘archet par Claire Berget) et le luth à sept choeurs de T. Roussel par Maurice Ottiger.

Robin Pharo et son consort envisage de donner une suite à cette réalisation des plus réussie avec huit musiciens (quatre chanteurs et quatre instrumentistes) dont le titre est déjà trouvé, "Blessed Echoes". Il a initié par ailleurs un compagnonnage étroit avec le jeune compositeur Fabien Touchard intéressé par la viole de gambe - un instrument qui a aussi inspiré un George Benjamin ou un Philippe Hersant.

Robin Pharo à Hardelot © Rita Cuggia.
Robin Pharo à Hardelot © Rita Cuggia.
● "Come Sorrow" (2019)
Ensemble Près de votre oreille, direction Robin Pharo.
Label : Paraty.
Sortie : 29 mars 2019.

Concert le 1er avril 2019 à 20 h,
au Théâtre de l'Athénée Louis Jouvet, Paris 9e.
Tél. : 01 53 05 19 19.
>> athenee-theatre.com

Christine Ducq
Samedi 23 Mars 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022