La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Respirez le bon "ayre" près de votre oreille !

L'Ensemble Près de votre oreille dirigé par Robin Pharo propose fin mars un nouveau disque, "Come Sorrow", consacré aux ayres et songs de quatre compositeurs du siècle d'or anglais. Un répertoire élisabéthain que les trois artistes du consort défendront aussi sur la scène du Théâtre de l'Athénée.



Enregistrement au Château d'Hardelot © Rita Cuggia.
Enregistrement au Château d'Hardelot © Rita Cuggia.
Jeune talent désormais bien identifié et complice de nombreux consorts en vue (les Ensembles Desmaret, La Rêveuse et Stravaganza), le gambiste Robin Pharo a fondé en 2017 l'Ensemble "Près de votre oreille" qui défend (comme son nom l'indique) un répertoire intimiste baroque et contemporain. C'est justement le petit théâtre intime des songs et ayres de la Renaissance anglaise que défend son CD "Come Sorrow", fruit d'un long processus de création. Avec des artistes et amis comme la mezzo Anaïs Bertrand, la basse Nicolas Brooymans et le luthiste Thibaut Roussel, Robin Pharo a souhaité faire découvrir au grand public un répertoire plus rare.

Au programme, Robert Jones (1577-1617), composteur et luthiste très connu de son temps et attaché à la cour d'Elisabeth 1ère (aujourd'hui oublié) ainsi qu'Alfonso Ferrabosco II (une gloire au tournant des XVIe et XVIIe siècles dans cette même cour anglaise) aux côtés de musiciens aux noms plus familiers tels John Dowland et Tobias Hume. Écrit par l'auteur de quatre recueils de songs publiés, c'est justement le "Come Sorrow" de Robert Jones, un des meilleurs luthistes de son temps, qui ouvre l'enregistrement et lui donne son nom.

Un "ayre" - cette composition brève pour voix accompagnée par un ou plusieurs instruments créant une atmosphère ou une situation dramatique - qui donne le ton d'un très beau disque en installant un climat d'une fine mélancolie. Ce seront tour à tour la joie ou l'élan mystique comme les blessures de l'amour - délices habituels de cette musique profane de cour - que parcourt en plus d'une heure le CD "Come sorrow".

Ensemble Près de votre oreille © Rita Cuggia.
Ensemble Près de votre oreille © Rita Cuggia.
La pureté de la voix et l'intelligence de l'interprétation d'Anaïs Bertrand (membre du chœur Aedes depuis 2010) offre ici comme dans les chansons suivantes un beau contraste avec celle de la basse N. Brooymans. Les entrelacs, ornementations et variations des voix sont toujours parfaitement magnifiés par les riches sonorités et harmonies de la viole de gambe de Robin Pharo (également à la direction) et du luth de Thibaut Roussel. Les parties instrumentales ("Dowland's a dew for Master Cromwell" par exemple) alternent avec les chansons d'amour ou de plaintes, voire même la fantaisie militaire des compositions de Tobias Hume (1569-1645).

Un programme à découvrir comme on fait un voyage dans le temps, les textes atteignant souvent à la beauté du style poétique shakespearien. Comme dans ce "Love wing'd my hopes" de Robert Jones (et son premier vers : L'Amour donna des ailes à mon Espoir et m'apprit à voler) - même si la prononciation moderne de l'anglais a été préférée par les artistes.

Avec une remarquable prise de son, ce geste artistique bénéficie de surcroît de la belle acoustique du théâtre de bois élisabéthain du Château d'Hardelot. Signalons encore que les instruments des deux musiciens ont été spécialement fabriqués pour ce projet : la viole à six cordes de Robin Pharo par la luthière Judith Kraft (l‘archet par Claire Berget) et le luth à sept choeurs de T. Roussel par Maurice Ottiger.

Robin Pharo et son consort envisage de donner une suite à cette réalisation des plus réussie avec huit musiciens (quatre chanteurs et quatre instrumentistes) dont le titre est déjà trouvé, "Blessed Echoes". Il a initié par ailleurs un compagnonnage étroit avec le jeune compositeur Fabien Touchard intéressé par la viole de gambe - un instrument qui a aussi inspiré un George Benjamin ou un Philippe Hersant.

Robin Pharo à Hardelot © Rita Cuggia.
Robin Pharo à Hardelot © Rita Cuggia.
● "Come Sorrow" (2019)
Ensemble Près de votre oreille, direction Robin Pharo.
Label : Paraty.
Sortie : 29 mars 2019.

Concert le 1er avril 2019 à 20 h,
au Théâtre de l'Athénée Louis Jouvet, Paris 9e.
Tél. : 01 53 05 19 19.
>> athenee-theatre.com

Christine Ducq
Samedi 23 Mars 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020