La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Rapprocher "Cavalleria Rusticana" et "Sancta Susanna", le défi réussi de Mario Martone à Bastille

Rapprocher en une soirée des opéras en un acte tels que ceux de Pietro Mascagni et Paul Hindemith constitue un beau défi qu'a réussi le réalisateur Mario Martone, à l'invitation de l'Opéra national de Paris. Deux œuvres, deux esthétiques, deux univers défendus par un admirable duo de chanteuses, Elina Garanca et Anna Caterina Antonacci.



"Sancta Susanna" © Elisa Haberer/OnP.
"Sancta Susanna" © Elisa Haberer/OnP.
Comment éclairer de façon originale une œuvre populaire (mais traitée par les musicologues avec condescendance), renouveler sa réception en lui redonnant un peu d'actualité quant à nos préoccupations ? Voilà le défi qu'a relevé le réalisateur Mario Martone (1), invité à reprendre une de ses anciennes mises en scène de la Scala (en 2011), "Cavalleria Rusticana", en la faisant suivre (en première mondiale) par une nouvelle production d'un autre opéra en un acte, quasi inconnu du grand public, "Sancta Susanna" de Paul Hindemith. Exit le "Pagliacci" de Leoncavallo, auquel on a droit à chaque fois (et c'est tant mieux).

On conçoit le piège possible pour le metteur en scène italien : peut-on trouver un dénominateur commun à deux œuvres que tout semble opposer ? Le début du vérisme du plus célèbre opéra de Mascagni, composé à vingt-six ans sur les conseils de son compagnon de chambrée au conservatoire, Puccini (2), peut-il être marié scéniquement et musicalement à un des opéras de jeunesse de Paul Hindemith, chef-d'œuvre d'un certain expressionnisme musical - au sujet qui sent encore (un peu) le soufre (3) ?

"Il quarto stato" de Giuseppe Pellizzada da Volpedo © DR.
"Il quarto stato" de Giuseppe Pellizzada da Volpedo © DR.
L'italien versus l'allemand, le folklore un peu frelaté d'une vengeance amoureuse dans une Sicile fantasmée à la fin du XIXe siècle versus le blasphème de la fornication rêvée avec le Christ d'une nonne dans un couvent. L'opéra à numéros et à la partition consensuelle versus la déflagration musicale d'un jeune compositeur de vingt-trois ans, héritier ici de Zemlinsky, de Richard Strauss et parent de Schönberg. Le rapprochement est-il soutenable ? Oui, ici, mille fois oui.

C'est avec une rare intelligence que Mario Martone livre sa proposition, et, disons-le, avec un rare bonheur scénique. Inspiré peut-être par la peinture italienne au carrefour des XIXe et XXe siècles pour "Cavalleria Rusticana" (on pense irrésistiblement au tableau de Giuseppe Pellizzada da Volpedo "Il quarto stato", voir ci-contre), et revendiquant fort justement Giotto, il donne à voir dans une épure l'esprit même du vérisme de l'œuvre originale de Giovanni Verga, source du livret.

"Cavalleria Rusticana" © Elisa Haberer/OnP.
"Cavalleria Rusticana" © Elisa Haberer/OnP.
Chaque scène est un superbe tableau, magnifiant l'ancrage local et paysan dans le dénuement du sud (la Sicile), le mélodrame vécu par de petites gens aux amours contrariées, leurs mœurs chevaleresques mais rustiques (c'est le titre). Éclairé sublimement par Pasquale Mari, vieux complice de Martone, la scène se passe essentiellement dans et devant une église où la communauté des croyants a exclu la pauvre Santuzza, personnage défendu par la divine Elina Garanca, voix et jeu parfaits. La paysanne toute simple a été séduite et abandonnée (avant le lever de rideau) par Turiddu - interprété par le coréen Yonghoon Lee, un ténor convenable mais aux poses totalement grotesques, seul bémol dans cette production.

Conflit des âmes et des corps, des pulsions et des élans mystiques, voilà aussi le sujet de "Sancta Susanna", sœur lointaine de la Thérèse d'Avila du Bernin. Martone atteint alors un sommet herméneutique, faisant surgir le Christ en croix de la procession pascale de "Cavalleria" à une échelle plus cent : un Christ géant et grünewaldien qui viole le plateau et l'esprit de la nonne Susanna, génialement incarnée par la mezzo Anna Caterina Antonacci - dont la performance éblouit.

"Sancta Susanna" © Elisa Haberer/OnP.
"Sancta Susanna" © Elisa Haberer/OnP.
L'araignée du livret, qui tombe de la tête du Christ sur Susanna, devient une vision d'angoisse et d'horreur sur la scène de Bastille. Freud au couvent ? Une évidence en 1922 comme en 2016. De ce théâtre mental, on ressort médusé et pensif. Dommage que le chef Carlo Rizzi, faisant briller l'orchestre avec l'ardeur et la prodigalité idoines, bref impérial dans Mascagni, soit plus contraint et terne dans Hindemith.

(1) Il a réalisé, entre autres, le très remarqué "Leopardi, il giovane favoloso".
(2) On se souvient que Mascagni a composé en deux semaines l'opéra pour participer au concours de l'éditeur Sonzogno, qu'il a gagné sans peine.
(3) Des manifestations catholiques en 2009 à Montpellier, pour une des rares productions de l'opéra, venaient s'ajouter aux interdictions qui le frappèrent dès la création du triptyque, dont il est issu (avec "Mörder, Hoffnung der Frauen" et "Das Nusch-Nuschi"). Mais pas de manif devant Bastille en ce soir de première (30/11/2016).

"Cavalleria Rusticana" © Julien Benhamou/OnP.
"Cavalleria Rusticana" © Julien Benhamou/OnP.
Du 28 novembre au 23 décembre 2016.
À 19 h 30, voir calendrier sur le site de l'Opéra.
Diffusion en différé sur France Musique le 25 décembre 2016 à 20 h.

Opéra national de Paris.
Place de la Bastille, Paris 12e.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

"Cavalleria Rusticana"/"Sancta Susanna".
Pietro Mascagni/Paul Hindemith.
En langues italienne et allemande surtitrées en français et en anglais.
Durée : 2 h avec un entracte.

"Cavalleria Rusticana" © Julien Benhamou/OnP.
"Cavalleria Rusticana" © Julien Benhamou/OnP.
Carlo Rizzi, direction musicale.
Mario Martone, mise en scène.
Sergio Tramonti, décors.
Ursula Patzak, costumes.
Pasquale Mari, lumières.
Raffaella Giordano, chorégraphie.

Orchestre et Chœur de l'Opéra national de Paris.
José Luis Basso, chef des chœurs.

"Cavalleria Rusticana" (1890).
Elina Garanca, Santuzza.
Yonghoon Lee, Turiddu.
Elena Zaremba, Lucia.
Vitaliy Bilyy, Alfio.
Antoinette Dennenfeld, Lola.

"Sancta Susanna" (1922).
Anna Caterina Antonacci, Susanna.
Renée Morloc, Klementia.
Sylvie Brunet-Grupposo, Alte Nonne.
Katharina Crespo, Die Magd.
Jeff Esperanza, Ein Knecht.

Christine Ducq
Lundi 5 Décembre 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019