La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Rapprocher "Cavalleria Rusticana" et "Sancta Susanna", le défi réussi de Mario Martone à Bastille

Rapprocher en une soirée des opéras en un acte tels que ceux de Pietro Mascagni et Paul Hindemith constitue un beau défi qu'a réussi le réalisateur Mario Martone, à l'invitation de l'Opéra national de Paris. Deux œuvres, deux esthétiques, deux univers défendus par un admirable duo de chanteuses, Elina Garanca et Anna Caterina Antonacci.



"Sancta Susanna" © Elisa Haberer/OnP.
"Sancta Susanna" © Elisa Haberer/OnP.
Comment éclairer de façon originale une œuvre populaire (mais traitée par les musicologues avec condescendance), renouveler sa réception en lui redonnant un peu d'actualité quant à nos préoccupations ? Voilà le défi qu'a relevé le réalisateur Mario Martone (1), invité à reprendre une de ses anciennes mises en scène de la Scala (en 2011), "Cavalleria Rusticana", en la faisant suivre (en première mondiale) par une nouvelle production d'un autre opéra en un acte, quasi inconnu du grand public, "Sancta Susanna" de Paul Hindemith. Exit le "Pagliacci" de Leoncavallo, auquel on a droit à chaque fois (et c'est tant mieux).

On conçoit le piège possible pour le metteur en scène italien : peut-on trouver un dénominateur commun à deux œuvres que tout semble opposer ? Le début du vérisme du plus célèbre opéra de Mascagni, composé à vingt-six ans sur les conseils de son compagnon de chambrée au conservatoire, Puccini (2), peut-il être marié scéniquement et musicalement à un des opéras de jeunesse de Paul Hindemith, chef-d'œuvre d'un certain expressionnisme musical - au sujet qui sent encore (un peu) le soufre (3) ?

"Il quarto stato" de Giuseppe Pellizzada da Volpedo © DR.
"Il quarto stato" de Giuseppe Pellizzada da Volpedo © DR.
L'italien versus l'allemand, le folklore un peu frelaté d'une vengeance amoureuse dans une Sicile fantasmée à la fin du XIXe siècle versus le blasphème de la fornication rêvée avec le Christ d'une nonne dans un couvent. L'opéra à numéros et à la partition consensuelle versus la déflagration musicale d'un jeune compositeur de vingt-trois ans, héritier ici de Zemlinsky, de Richard Strauss et parent de Schönberg. Le rapprochement est-il soutenable ? Oui, ici, mille fois oui.

C'est avec une rare intelligence que Mario Martone livre sa proposition, et, disons-le, avec un rare bonheur scénique. Inspiré peut-être par la peinture italienne au carrefour des XIXe et XXe siècles pour "Cavalleria Rusticana" (on pense irrésistiblement au tableau de Giuseppe Pellizzada da Volpedo "Il quarto stato", voir ci-contre), et revendiquant fort justement Giotto, il donne à voir dans une épure l'esprit même du vérisme de l'œuvre originale de Giovanni Verga, source du livret.

"Cavalleria Rusticana" © Elisa Haberer/OnP.
"Cavalleria Rusticana" © Elisa Haberer/OnP.
Chaque scène est un superbe tableau, magnifiant l'ancrage local et paysan dans le dénuement du sud (la Sicile), le mélodrame vécu par de petites gens aux amours contrariées, leurs mœurs chevaleresques mais rustiques (c'est le titre). Éclairé sublimement par Pasquale Mari, vieux complice de Martone, la scène se passe essentiellement dans et devant une église où la communauté des croyants a exclu la pauvre Santuzza, personnage défendu par la divine Elina Garanca, voix et jeu parfaits. La paysanne toute simple a été séduite et abandonnée (avant le lever de rideau) par Turiddu - interprété par le coréen Yonghoon Lee, un ténor convenable mais aux poses totalement grotesques, seul bémol dans cette production.

Conflit des âmes et des corps, des pulsions et des élans mystiques, voilà aussi le sujet de "Sancta Susanna", sœur lointaine de la Thérèse d'Avila du Bernin. Martone atteint alors un sommet herméneutique, faisant surgir le Christ en croix de la procession pascale de "Cavalleria" à une échelle plus cent : un Christ géant et grünewaldien qui viole le plateau et l'esprit de la nonne Susanna, génialement incarnée par la mezzo Anna Caterina Antonacci - dont la performance éblouit.

"Sancta Susanna" © Elisa Haberer/OnP.
"Sancta Susanna" © Elisa Haberer/OnP.
L'araignée du livret, qui tombe de la tête du Christ sur Susanna, devient une vision d'angoisse et d'horreur sur la scène de Bastille. Freud au couvent ? Une évidence en 1922 comme en 2016. De ce théâtre mental, on ressort médusé et pensif. Dommage que le chef Carlo Rizzi, faisant briller l'orchestre avec l'ardeur et la prodigalité idoines, bref impérial dans Mascagni, soit plus contraint et terne dans Hindemith.

(1) Il a réalisé, entre autres, le très remarqué "Leopardi, il giovane favoloso".
(2) On se souvient que Mascagni a composé en deux semaines l'opéra pour participer au concours de l'éditeur Sonzogno, qu'il a gagné sans peine.
(3) Des manifestations catholiques en 2009 à Montpellier, pour une des rares productions de l'opéra, venaient s'ajouter aux interdictions qui le frappèrent dès la création du triptyque, dont il est issu (avec "Mörder, Hoffnung der Frauen" et "Das Nusch-Nuschi"). Mais pas de manif devant Bastille en ce soir de première (30/11/2016).

"Cavalleria Rusticana" © Julien Benhamou/OnP.
"Cavalleria Rusticana" © Julien Benhamou/OnP.
Du 28 novembre au 23 décembre 2016.
À 19 h 30, voir calendrier sur le site de l'Opéra.
Diffusion en différé sur France Musique le 25 décembre 2016 à 20 h.

Opéra national de Paris.
Place de la Bastille, Paris 12e.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

"Cavalleria Rusticana"/"Sancta Susanna".
Pietro Mascagni/Paul Hindemith.
En langues italienne et allemande surtitrées en français et en anglais.
Durée : 2 h avec un entracte.

"Cavalleria Rusticana" © Julien Benhamou/OnP.
"Cavalleria Rusticana" © Julien Benhamou/OnP.
Carlo Rizzi, direction musicale.
Mario Martone, mise en scène.
Sergio Tramonti, décors.
Ursula Patzak, costumes.
Pasquale Mari, lumières.
Raffaella Giordano, chorégraphie.

Orchestre et Chœur de l'Opéra national de Paris.
José Luis Basso, chef des chœurs.

"Cavalleria Rusticana" (1890).
Elina Garanca, Santuzza.
Yonghoon Lee, Turiddu.
Elena Zaremba, Lucia.
Vitaliy Bilyy, Alfio.
Antoinette Dennenfeld, Lola.

"Sancta Susanna" (1922).
Anna Caterina Antonacci, Susanna.
Renée Morloc, Klementia.
Sylvie Brunet-Grupposo, Alte Nonne.
Katharina Crespo, Die Magd.
Jeff Esperanza, Ein Knecht.

Christine Ducq
Lundi 5 Décembre 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com



















À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024