La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Pelléas et Mélisande", beau songe d'un désastre obscur

Au Théâtre des Champs-Élysées, "Pelléas et Mélisande", dans une mise en scène signée par Éric Ruf, entre dans l'histoire des grandes productions du chef-d'œuvre. Avec la divine Mélisande de Patricia Petibon, le superbe Arkel de Jean Teitgen et l'art du chef Louis Langrée à la tête d'un admirable Orchestre National de France, le drame de Claude Debussy ensorcelle avec la force des premières fois.



© DR.
© DR.
Dans ses conversations avec son professeur de composition Guiraud (telles qu'elles sont rapportées par Maurice Emmanuel), le jeune Claude Debussy prophétisait sa rencontre essentielle à venir (en 1893) avec le drame symboliste de Maurice Maeterlinck, "Pelléas et Mélisande". Il cherchait déjà ce théâtre "disant les choses à moitié qui (lui) permettr(ait) de greffer (son) rêve sur le sien" et ainsi de "parachever son ouvrage". Et qui lui permettrait surtout d'inventer l'opéra du l'avenir, "après Wagner" (1), "une forme dramatique autre", dans laquelle "la musique y commence là où la parole est impuissante à exprimer (…) écrite pour l'inexprimable."

Il ajoutait : "Je voudrais qu'elle eût l'air de sortir de l'ombre et que, par instant, elle y entrât." Bouleversé par la pièce du dramaturge belge (par ailleurs adoubée par Mallarmé : "une variation superbe sur l'admirable vieux mélodrame"), Claude Debussy a trente ans et la matière de son seul opéra achevé.

Ce théâtre de l'invisible et de l'espace intérieur, du mouvement raréfié (selon le metteur en scène Henri Ronse), forme méditative du drame plutôt que drame lui-même, ne pouvait qu'infuser l'imaginaire du compositeur. Il devra cependant attendre huit ans pour voir monter à l'Opéra Comique son propre "Tristan". Dans le royaume médiéval d'Allemonde, deux frères, Golaud et Pelléas, aiment une mystérieuse étrangère à la longue chevelure, Mélisande, que l'un a épousée et que l'autre attire irrésistiblement - malgré eux - sous les yeux compatissants du roi Arkel, leur grand-père.

© DR.
© DR.
Dans leur vieux château, cerné par une épaisse forêt où le soleil ne perce jamais, un père malade (qui restera invisible) semble être la dernière victime d'une obscure malédiction frappant les lieux - quand le rideau se lève. La fatalité, exsudée par chaque mur, fontaine, rocher, grotte et arbre d'Allemonde se jouera de ces rêveurs absents à eux-mêmes et à la vie. À l'impuissance de Golaud avouant à Mélisande ("Où allez-vous ?" lui demande-t-elle) dès la première scène : "Je ne sais pas … Je suis perdu aussi", répond la tardive prise de conscience de Pelléas à l'acte IV ("J'ai joué en rêve autour des pièges de la destinée") comme l'inutile sagesse d'Arkel : "Nous ne voyons que l'envers des destinées".

Or, pour Debussy, seule la musique libérée des anciennes formules pourrait évoquer ces "correspondances mystérieuses de la nature et de l'imagination" (2) ; de même que sa conception révolutionnaire de la déclamation vocale (le récitatif mélodique, l'émission parfois chuchotée ou pas, le chant conçu telle une parole plus haute (3)) sera seule capable de créer un art français en refusant "une langue arbitraire, faite de traditions surannées" (2) - cette langue fausse de l'opéra avant "Pelléas".

© DR.
© DR.
Mettant l'intelligibilité du texte au centre de son art, il s'agira donc pour le compositeur de respecter le phrasé et la prosodie particulière de la langue française dans un riche tissu musical à l'orchestration raffinée, d'une rare force expressive. L'orchestre entrera ou sortira "de l'ombre", révélant le cheminement ténébreux des psychés et des forces obscures du monde en déployant un perpétuel et savant trouble tonal.

Dès les premiers accords, l'Orchestre National de France va se révéler magistral sous la baguette de Louis Langrée, offrant l'impression rare qu'on découvre l'opéra. Embarqués que nous sommes dans le rêve d'un langage harmonique aux couleurs précieuses et au subtil développement rythmique, l'orchestre nous emprisonne sensuellement dans les rets d'une partition lumineuse qui va s'assombrissant jusqu'au drame final.

Lumineuse aussi et fragile, telle est Patricia Petibon qui se révèle une Mélisande idéale pour cette prise de rôle. Elle cultive artistement le don de s'approprier la prosodie debussyste en vraie ondine et son air de la chevelure au troisième acte est un rare bonheur. Diction, phrasé, tout est parfaitement posé. Si le Pelléas de Jean-Sébastien Bou nous demeure opaque, plus Hamlet que jamais, Kyle Ketelsen est un jeune Golaud humain, plutôt bête traquée par la fatalité que chasseur.

Révélation aussi que le noble Arkel de Jean Teitgen dont la voix de bronze ciselée des accents les plus émouvants se révèle à chaque intervention un onguent pour l'âme. Inoubliable et bouleversant, comment ne pas le croire : "Si j'étais Dieu, j'aurais pitié du cœur des hommes" ? Tous hantent le paysage étouffant voulu par Éric Ruf. Il imagine une sorte de souterrain suintant l'humidité avec ses filets de pêche et son étang d'eau morte (éclairé superbement par Bertrand Couderc).

Il choisit donc un trop univoque désastre ("Oh Toutes les étoiles tombent" acte IV). Si la nature et ses sortilèges inquiétants manque singulièrement dans sa proposition pour un opéra qui la convie sans cesse, sa scène de la Tour à l'acte III convoque avec bonheur les fantômes Art Nouveau de Klimt et de Mary Garden, la créatrice du rôle en 1902 - grâce en soit aussi rendue aux robes de Christian Lacroix.

© DR.
© DR.
(1) Debussy affirmait qu'il fallait "chercher après Wagner et non d'après Wagner".
(2) Conversations avec Guiraud d'après M. Emmanuel.
(3) La formule est de José van Dam, inoubliable Golaud.


Prochaines dates : 15 et 17 mai 2017 à 19 h 30.
Diffusion sur France Musique le 4 juin 2017 à 20 h.

Théâtre des Champs-Élysées,
15, avenue Montaigne, Paris 8e.
Tél. : 01 49 52 50 50.
[>> theatrechampselysees.fr]urlblank :http://www.theatrechampselysees.fr/

"Pelléas et Mélisande" (1902).
Drame lyrique en cinq actes et douze tableaux.
Musique de Claude Debussy (1862-1918).

© DR.
© DR.
Texte de Maurice Maeterlinck.
Livret en français surtitré en français.
Durée : 4 h 10 avec un entracte.

Louis Langrée, direction musicale.
Éric Ruf, mise en scène et scénographie.
Christian Lacroix, costumes.
Bertrand Couderc, lumières.

Patricia Petibon, Mélisande.
Jean-Sébastien Bou, Pelléas.
Kyle Ketelsen, Golaud.
Jean Teitgen, Arkel.
Sylvie Brunet-Grupposo, Geneviève.
Jennifer Courcier, Yniold.
Arnaud Richard, Le médecin, Le berger.

Orchestre National de France.
Chœurs de Radio-France.
Marc Korovitch, Chef de chœur.

Christine Ducq
Mardi 16 Mai 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022