La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Parsifal" ou la généalogie de l'immoral à l'Opéra de Zurich

Reprise de l'intéressante et polémique production de Claus Guth à l'Opéra de Zurich avec une nouvelle distribution quasi idéale où brillent les excellents Nina Stemme, Lauri Vasar, Christof Fischesser et Pavel Daniluk.



© Danielle Liniger.
© Danielle Liniger.
L'histoire de la conception de "Parsifal" est peut-être celle de l'entreprise la plus significative du grand Œuvre wagnérien dans le temps d'une vie. Si Richard Wagner lit dès 1845 à Marienbad le "Parzifal" de Wolfram von Eschenbach (reprenant en l'enrichissant le roman inachevé de Chrétien de Troyes), il annonce la création pour 1872 d'un opéra qui s'en inspire à Louis II de Bavière (en 1865) mais ne met un point final à l'œuvre qu'en janvier 1882. L'élaboration réelle de l'œuvre n'ayant commencé qu'en 1877 après le premier Festival de Bayreuth.

C'est que le dernier opéra du compositeur allemand subsumera sa conception du drame comme avènement d'un art proprement métaphysique, à même d'exprimer sa foi dans une nouvelle alliance entre l'homme et le monde au prix de la compassion et du renoncement (un renoncement à la chair comme à l'hubris faussement héroïque). Parsifal devra donc compatir et renoncer en combattant le Mal, ce mélange d'instinct destructeur et de pulsions qui fondent la nature humaine, la rendant prisonnière de l'illusion universelle - car soumise à "la volonté" qu'a décrite Schopenhauer. C'est l'exacte prophétie du premier acte, où la confrérie des Chevaliers du Graal en danger d'extinction (du fait de la blessure inguérissable de son roi Amfortas) attend son rédempteur, "Durch Mitleid wisend, der reine Tor" (L'Innocent rendu sage par la pitié).

© Danielle Liniger.
© Danielle Liniger.
Cette "dernière et la plus sacrée" (lettre à Louis II, 1880) de ses œuvres sera donc un "Festival scénique sacré" (un genre nouveau) conçu par Wagner pour Bayreuth, où elle sera comprise des seuls initiés qui feront le pèlerinage sur "la Colline sacrée" : convergence unique dans l'histoire de la musique d'une œuvre musicale sublime, d'un lieu et du grand projet du Chef-d'œuvre d'art total.

Parsifal, le chaste innocent, y fait donc l'apprentissage en sept tableaux du renoncement aux passions et de la compassion pour restaurer l'ordre d'un monde pur, celui du Graal. Les symboliques chrétienne, chevaleresque et des sciences occultes servant de sources à la nouvelle religion wagnérienne dont la spiritualité retrouve le haut sens de la tragédie antique comme du mystère médiéval.

À Zurich, la proposition du metteur en scène hambourgeois provoque chez l'admirateur de "Parsifal", il faut le dire, des sentiments contradictoires tant son propos est à la fois intelligent et discutable, intéressant et polémique. Transposant le drame médiéval dans les années folles - entre la fin de la première guerre mondiale et l'arrivée au pouvoir de Hitler en 1933 - et du château magique de Montsalvat à une clinique allemande de la République de Weimar pour soldats souffrant de syndromes post-traumatiques, Claus Guth prétend expliciter une histoire de l'avènement du Mal, une nouvelle généalogie de l'Immoral (la prise de pouvoir de la pensée nazie en Allemagne). Problème : le spectacle propose l'exacte antithèse de la philosophie wagnérienne en interrogeant la force de fascination des rites.

© Danielle Liniger.
© Danielle Liniger.
Respectant au mot près les didascalies du livret pour le jeu des chanteurs, il imagine un plateau tournant où un décor unique de manoir-clinique dévoile successivement des espaces où sont isolés les Olympiens et le magicien (Amfortas, Titurel, Klingsor), les chevaliers-soldats traumatisés au retour des combats, La Lance et le Graal (emblèmes de pouvoir). Kundry, femme fatale puis Marie-Madeleine repentante, est la marionnette du magicien dans une des salles recouverte d'un faux gazon - au milieu de Filles-Fleurs façon garçonnes. Les personnages principaux passant d'une salle à une autre, leurs déplacements animent un opéra dénué quasiment de péripéties dramatiques.

Si l'idée fonctionne très bien jusqu'à la quasi fin de l’œuvre avec son ironie régénératrice (on regrettera cependant le négligé de la tenue de Parsifal dans les deux premiers actes évoquant irrésistiblement un client de PMU surpris en pleine ivresse), la transformation du héros en dictateur dans la dernière scène a le don d'agacer le spectateur habitué pourtant aux pires délires interprétatifs.

© Danielle Liniger.
© Danielle Liniger.
Est-il encore temps de privilégier la compréhension de l’œuvre qu'Hitler lui-même revendiquait (paraît-il) ? À vouloir faire résonner à tout prix l'Histoire tragique dans une œuvre testamentaire imprégnée de haute spiritualité et conçue comme un art de l'avenir, on frôle la facilité.

La direction de Simone Young est à l'avenant, sculptant une coulée noire qui interdit toute transcendance, qui obscurcit à dessein la limpidité d'un fleuve musical dont les fameux motifs enflent de vague en vague et se recréent comme à l'infini. Si toute lumière s'absente et que l'Enchantement du Vendredi Saint comme les autres motifs extatiques se révèlent de dangereux hypnotiques, la cheffe australienne recrée avec les forces du Philharmonia Zurich une architecture solide faite de symétries, de contrastes, de puissance plutôt que de couleurs, brillance et raffinement orchestral.

L'acte I se révèle sidérant grâce aux chanteurs et aux personnages qu'il expose. Tout au long de l'œuvre, ils nous transportent : le noble pathétique de la basse Christof Fischesser domine la distribution, offrant un Gurnemanz d'une éloquence raffinée, subtile, magnifique. Son long et exigeant récit de l'acte un est une merveille d'expression, d'affects variés et d'intelligence du texte.

© Danielle Liniger.
© Danielle Liniger.
Les apparitions de l'Amfortas du baryton-basse estonien Lauri Vasar sont bouleversantes de justesse et d'émotion douloureuse. Il est ce roi blessé qui attend le salut que son père (ici) et le Graal lui refusent. Le Titurel de la basse russe Pavel Daniluk est tout aussi parfait dans cet art de l'articulation et de la projection que l'idéale acoustique du théâtre et le décor favorisent. Inoubliables, ces trois chanteurs portent très haut l'excellence du chant allemand.

Nina Stemme est une superbe Kundry, épousant vocalement toute la complexité du personnage en de périlleux sauts de tessiture. Les chanteurs de la troupe sont tous dignes d'éloge également, de même que les chœurs. Seul le Parsifal de Stefan Vinke laisse une impression mitigée. Laissant percevoir une certaine fatigue à plusieurs moments, son chant conjugue finalement beauté et imperfection.

Prochains spectacles :
Mercredi 7 mars 2018 à 18 h. Dimanche 11 mars 2018 à 17 h 30.

© Danielle Liniger.
© Danielle Liniger.
Opéra de Zurich.
Sechseläutenplatz 1, 8008 Zurich.
Tel : + 41 44 268 66 66.
>> opernhaus.ch

"Parsifal" (1882).
Festival scénique sacré en trois actes.
Livret et musique de Richard Wagner (1813-1883).
En allemand surtitré en allemand et en anglais.
Durée : 5 h 20 avec deux entractes.

Christine Ducq
Mercredi 7 Mars 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Kanata" : conjuguer la réalité et l'illusion, et faire apparaître, sous l'apparence et la fiction, le réel et son intimité

"Kanata", Théâtre du Soleil, Paris

Mais que sont devenus les Hurons, la Grande Forêt, les canoës ? Tous ces rêves de Canada des petits garçons et petites filles ? Quand Ariane Mnouchkine et Robert Lepage, avec les comédiens du Soleil, envisagent de monter un spectacle sur le Canada et son Histoire, personne n'imaginait l'hostilité, la violence des réactions qu'engendrerait là-bas ce projet*.

Que l'ambition affichée de montrer le sort des Amérindiens dans le monde moderne aboutirait à une contestation brutale du droit à les représenter. Face aux insultes anonymes, forcément sur Internet, venant de tous les bords, la troupe du Soleil (dont les comédiens appartiennent au monde entier) a réagi de la meilleure façon. En montant le premier épisode de "Kanata" sur la controverse. La troupe intègre, intériorise tous les tenants de la querelle.

La pièce prend pour fil conducteur un couple de jeunes Français primo immigrants naïfs qui s'installant à Vancouver, découvrent les réalités cachées sous les cartes postales. Les rues sordides, la misère, la drogue, la prostitution, les Amérindiens déchus, le crime, l'impuissance d'une police, la déforestation, la disparition des traces du passé. Un melting-pot qui n'est qu'un agrégat de souffrances travaillées pourtant par l'instinct de survie et l'espoir de s'en sortir.

Jean Grapin
07/02/2019
Spectacle à la Une

"Botéro en Orient"… tout en rondeur !

C'est un voyage où le physique et l'esthétisme ont une place prépondérante et dans laquelle les rondeurs sont revendiquées et montrées. Autour d'une création picturale qui l'a guidé, Taoufiq Izeddiou place l'identité au centre de sa création.

Le titre du spectacle est dû au fait que Taoufiq Izeddiou a été inspiré par l'œuvre autour d'Abou Ghraïb (Irak) de Fernando Botero, peintre et sculpteur colombien, où l'artiste s'était insurgé. Il avait en effet dessiné de superbes planches où la torture, l'humiliation et la violence s'étalaient. Les personnages des œuvres de Botero sont toujours des êtres ronds et épais. C'est dans ce rapport aux volumes que le chorégraphe a bâti son spectacle.

À l'entame de la représentation, le silence habille le plateau puis des ombres se détachent d'une demi-obscurité. Les déplacements sont séparés, la gestuelle des trois danseurs est propre à chacun, ceux-ci perchés sur un bloc de bois. La scénographie est déplacée tout au long du spectacle, les blocs changeant de lieu, bousculés et balancés sur scène. C'est une œuvre de construction et de reconstruction où les chorégraphies se suivent dans des thématiques où l'identité de chaque interprète est posée par rapport à son corps, rond, "volumétrique" selon les propos de Taoufiq Izeddiou.

Safidin Alouache
28/02/2019
Sortie à la Une

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown

"Je demande la route", Théâtre de l'Œuvre, Paris

Roukiata Ouedraogo présente son spectacle "Je demande la route". Difficile de ne pas lui répondre que la route est droite et belle en saluant tout le talent dont elle fait preuve sur scène.

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown
Roukiata Ouedraogo est pour ainsi dire une princesse qui, ayant découvert le secret des griots et leur art de raconter, donne corps et parole à tous les personnages qui ont marqué sa vie. Elle fait ainsi cadeau de l'humour africain et le fait savoir dans la joie de jouer.

Allant bien au-delà d'un soliloque moqueur ou sarcastique, Roukiata fait œuvre picaresque. En faisant vivre toutes ses ombres, en partant du village, quittant son enfance, sa famille : partant à la conquête du monde. Le public l'accompagne dans le rire.

Les récitations ânonnées à l'école communale, les conseils du grand frère, son arrivée en France, son grand-père ancien de la guerre, sa hantise du froid, son premier appart au dernier étage avec vue sur les chéneaux. De la bureaucrate de l'état civil aux femmes du salon de coiffure à Château-rouge, des métiers de gardienne d'enfants à celui de comédienne, tout fait conte, conte moderne, conte initiatique.

Jean Grapin
08/02/2019