La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Owen Wingrave" à Bastille, l'adieu aux armes

Les artistes en résidence à l'Académie de l'Opéra de Paris ont choisi, pour cinq représentations, un opéra trop rare de Benjamin Britten, le superbe "Owen Wingrave", jusqu'au 28 novembre 2016. Une nouvelle production chambriste et percutante qui exalte le génie du compositeur britannique et, grâce à l'orchestre, ses mystères ambigus.



© j'aime beaucoup ce que vous faites.
© j'aime beaucoup ce que vous faites.
Avant-dernier opéra du plus grand compositeur anglais du XXe siècle, "Owen Wingrave" est une commande de la BBC, un opéra (le premier du genre) conçu pour la télévision et qui sera diffusé en eurovision à partir du 16 mai 1971 en Europe. Sur un livret de Myfanwy Piper, tiré d'une nouvelle d'Henry James parue à la fin du XIXe siècle - qu'il a lue dans les années cinquante - Britten (qui mourra cinq ans plus tard) règle ses comptes avec son passé et tresse les motifs de ses obsessions de toujours.

Avec Henry James, dont l'œuvre est aussi à l'origine de "The Turn of Screw", Britten partage le goût des relations ambiguës, des non-dits et des interstices des psychés et des demeures propices aux événements les plus troublants, basculant dans le fantastique. Il met souvent en scène dans ses opéras l'innocence bafouée par les hommes ("Billy Budd" d'après Melville, 1951) et la confrontation tragique d'individus face à la société, celle des traditions absurdes, des intolérances et de la violence toujours prête à blesser, derrière les mirages de la sociabilité ("Peter Grimes", 1945). Le fils révolté qu'est Owen Wingrave est de ceux-là.

© j'aime beaucoup ce que vous faites.
© j'aime beaucoup ce que vous faites.
Owen, "le dernier des Wingrave", refuse de perpétuer la tradition militaire familiale en annonçant, dès l'ouverture, sa volonté de ne pas devenir un de ces officiers qui emmènent ses hommes à la boucherie. Véritable "soldat" du pacifisme, il brisera le cercle fatal d'un destin tout tracé, au prix de la haine de sa famille, de sa fiancée Kate et de l'incompréhension de tous, par un sacrifice final énigmatique dans la chambre hantée de la demeure paternelle – où, par le passé, un de ses ancêtres avait tué son fils qui refusait de se battre.

Une histoire de rébellion actualisée dans une mise en scène, qui nous fait signe, par Tom Creed, un artiste irlandais*, avec un mur barrant la scène faisant référence à tous les murs construits ou à construire de notre époque, pour faire frontière. Si le choix de recentrer le propos sur l'éloge du pacifisme, à l'époque des faucons néo-conservateurs de tous poils, est pertinent (Britten partit d'ailleurs aux USA en 1939 comme objecteur de conscience), la relation peut-être trouble qu'entretient le directeur de l'école militaire, Spencer Coyle, avec le jeune, beau et brillant Owen Wingrave est écartée dans cette proposition.

© j'aime beaucoup ce que vous faites.
© j'aime beaucoup ce que vous faites.
Tom Creed résout brillamment la difficulté que pose l'œuvre conçue pour l'écran - que Britten voulait telle une succession de monologues ou de dialogues, montrant les réactions de chacun des membres de la communauté. Il utilise tout l'espace de l'amphithéâtre de Bastille (escaliers, accès, galerie y compris) et choisit d'isoler chacun des protagonistes par un trait de lumière aux moments idoines. Le père d'Owen est mort à Kandahar. Soit. Le jeune homme, quant à lui, abandonne l'académie militaire et sera déshérité par son grand-père, un de ces oiseaux de proie impitoyables qui ont envahi la scène. Une histoire de fantômes aussi, que soulignent les ombres inquiétantes de la vidéo.

Les cordes de l'Académie de l'Opéra de Paris, avec l'Orchestre-Atelier Ostinato, quinze musiciens dirigés par Stephen Higgins, déploient un beau tissu sonore riche des multiples et subtils climats qui se succèdent dans l'œuvre. Un tissu ici ramené à la trame, qui fait entendre quasi analytiquement une partition (ici) contemporaine, mais fidèle à son esprit. Une vraie plongée dans les mystères de l'inconscient (réduite dans la mise en scène à l’utilisation d’une scène "ténébriste") avec le rôle extraordinaire dévolu aux percussions (dont le gamelan balinais), le langage parfois dodécaphonique ou tonal, les références à l'écriture de Purcell. Ce refus du spectaculaire voulu par Britten n'empêche pas un lyrisme pathétique et introspectif, qui culmine avec les interventions du Chanteur de rue (ou Narrateur) et l'aria d'Owen à l'acte II : "Dans la paix, j'ai trouvé mon image, je me suis trouvé moi-même".

© j'aime beaucoup ce que vous faites.
© j'aime beaucoup ce que vous faites.
Le baryton polonais Piotr Kumon (qui faisait annoncer au début du spectacle une laryngite) est un Owen juvénile, déchirant mais déterminé. Les sept autres chanteurs choisis impressionnent aussi : citons la Miss Wingrave (à la voix parfois un peu stridente) d'Elisabeth Moussous, Le Coyle de Mikhail Timoshenko, le Lechmere de Jean-François Marras et l'irradiante Kate de Farrah El Dibany. On ne saurait rater cet opéra donné trop rarement, et défendu par une si belle équipe.

* Le spectacle est coproduit avec l'Irish Youth Opera.

Prochaines soirées : 22, 24, 26 et 28 novembre 2016 à 20 h.
Opéra Bastille, Amphithéâtre, place de la Bastille, Paris 12e.
>> operadeparis.fr

"Owen Wingrave" (1971).
Opéra en deux actes.
Musique de Benjamin Britten (1913 - 1976).
Livret de Myfanwy Piper.
En anglais, surtitré en français.
Durée : 2 h avec un entracte.

© j'aime beaucoup ce que vous faites.
© j'aime beaucoup ce que vous faites.
Stephen Higgins, direction musicale.
Tom Creed, mise en scène.
Aedin Cosgrove, scénographie et lumières.
Catherine Fay, costumes.
Eoghan Carrick, dramaturgie.
Jules van Hulst, Wieger Stennhuis, vidéo.

Piotr Kumon, Owen Wingrave.
Mikhail Timoshenko, Spencer Coyle.
Jean-François Marras, Lechmere.
Elisabeth Moussous, Miss Wingrave.
Sofija Petrovic, Mrs Coyle.
Laure Poissonnier, Mrs Julian.
Farrah El Dibany, Kate Julian.
Juan de Dios Mateos Segura, Général Sir Philip Wingrave, Le Narrateur.

Musiciens en résidence à l'Académie : Jeanne Bonnet, Marc Desjardins, Annabelle Gouache, Gerard McFadden, Marion Stienne, Hanna Zribi, Ben-San Lau, Yoann Héreau.
Orchestre-Atelier Ostinato.

Christine Ducq
Mardi 22 Novembre 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.









À découvrir

"La petite fille de monsieur Linh" Tenter de donner une raison à la vie… à l'exil

Après déjà plusieurs années d'exploitation et de succès, Sylvie Dorliat reprend le très touchant conte de Philippe Claudel, "La petite fille de monsieur Linh", qu'elle a adapté pour la scène et qu'elle interprète. Une bonne occasion de découvrir ou de revoir ce spectacle lumineux et délicat parlant avec humanité tant de l'exil, de la mort, de la folie que de l'amitié et de l'espoir d'une nouvelle vie.

De la guerre, de la fuite, de l'exil peut naître la folie. Lorsque l'on a vu sa famille, tous ceux que l'on aime se faire tuer, quand on a tout perdu, perdre la raison peut devenir un refuge, un acte de survie, une tentative désespérée de renaissance en s'inventant une nouvelle histoire…

Guerre, mort, fuite inéluctable pour un espoir de survie, triviale association caractérisant chaque jour toujours plus notre monde… Bateau, exil, nouvelle contrée inconnue, centre d'hébergement, accueil pour vieil homme et petite fille. Pays nouveau, pays sans odeur, sans les odeurs colorées et épicées de son Asie natale, peut-être le Vietnam ou le Cambodge.

Tout commença un matin où son fils, sa belle-fille et sa petite fille s'étaient rendus dans les rizières. Cette année-là, la guerre faisait rage. Ils sont tués durant leur travail. Tao Linh récupère sa petite fille, Sang diû (Matin doux) 10 mois - elle a les yeux de son père (son fils), dit-il - et entreprend une épuisante traversée, à l'horizon une terre occidentale. Apprivoiser ce nouveau pays, ces gens inconnus, cette promiscuité dans ce centre d'accueil pour émigrés. Puis, au bout d'un moment, se résoudre, se décider à sortir pour découvrir cette ville qui l'accueille.

Dans un parc, assis sur un banc, et l'arrivée de monsieur Bark. Premier contact, et les prémices d'une nouvelle amitié. Ils parlent de leur femme (mortes). Parle de la guerre, celle à laquelle a participé Bark dans le pays de Linh. Bark l'invite au restaurant, lui offre un cadeau, une robe pour la petite. Tao Linh va être déplacé mais dans la même ville. Se retrouve dans une chambre… Enfermement…

Gil Chauveau
09/09/2020
Spectacle à la Une

"Les Dodos" Virtuoses aux agrès comme aux guitares… pour des envolées poétiques et musicales, sensibles et rebelles !

Quel point commun peut-il y avoir entre un dodo, gros oiseau incapable de voler - et plutôt maladroit - et un acrobate ? L'inconscience naïve pour le premier, qui le conduisit à sa disparition, l'inconscience maîtrisée - avec une peur raisonnée pour la sécurité - qui le mène vers le spectaculaire et la performance virtuose pour le second... C'est en résumé l'étonnante création de la compagnie Le P'tit Cirk qui s'articule autour de la musique et de l'envol avec la guitare comme partenaire privilégié, instrument musical ou agrès des plus surprenants !

Fondé en mars 2004 sur les projets de Danielle Le Pierrès (Archaos, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, Cirque Plume, etc.) et de Christophe Lelarge (Cirque du Soleil, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, etc.)*, le P'tit Cirk est basé dès sa création à Lannion en Bretagne. Cette implantation correspond à une démarche artistique volontaire de long terme afin d'être acteur de la vie culturelle du Trégor, de partager et de transmettre leur passion, et d'aller à la rencontre d'un public qui n'a pas forcément l'occasion ou la demande de découvrir cette forme d'approche de travail envers le cirque. Le spectacle "Les Dodos" est la sixième proposition de la compagnie.

Cette dernière création (en tournée depuis trois ans) confirme, si besoin était, leur statut de compagnie majeure dans le paysage du cirque de création à l'échelle européenne… et leur ouverture permanente à différentes pistes… de cirque. Chez les membres du P'tit Cirk, le sens du collectif, le côté pur, brut et extra-ordinaire de l'exploit sont aussi importants et incontournables que le jeu d'acteur, la mise en piste, la lumière et la scénographie. La performance est là mais n'occulte en rien la trame poétique présente à chaque instant.

Gil Chauveau
17/09/2020
Sortie à la Une

"Cabaret Louise" Cabaret foutraque et jouissif pour s'indigner encore et toujours !

Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et l'une de ses figures majeures, Louise Michel, sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur des fondations soixante-huitardes bienfaisantes, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
31/08/2020