La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Orphée et Eurydice" à l'Opéra national de Lorraine

La belle maison de Nancy met à l'affiche une production d'Ivan Alexandre, créée en 2014 à la Mozartwoche de Salzbourg, de l'opéra célébrissime de Gluck, "Orphée et Eurydice", jusqu'au 7 avril 2016. L'une des plus belles réussites de l'histoire de l'art lyrique, donnée ici dans sa version quasi originale, séduit grâce à la direction inspirée du chef Rani Calderon et à une distribution de grande qualité.



© Opéra national de Lorraine.
© Opéra national de Lorraine.
Pour son trentième opéra, Christoph Willibald Gluck renoue avec les origines mêmes du genre en choisissant pour sujet le mythe d'Orphée, dont le douloureux voyage aux Enfers était rappelé (et avec quel lyrisme) dans les "Géorgiques" de Virgile. Mais, à la différence de Monteverdi, il met en lumière le drame d'un couple - et (un siècle avant Richard Wagner) toute l'importance de la copule "et" dans un titre (1).

Grâce à un mécène français et à un librettiste doué, le compositeur autrichien compose en 1762, pour le Burgtheater de Vienne, une œuvre qui anticipe la réforme de l'opéra qu'il appellera de ses vœux dans la fameuse Epître dédicatoire de "Alceste" (créé en 1767) : la recherche de "la beauté simple" et de l'expression des sentiments vrais soutenant une action dramatique efficace. Cela est très loin alors des excès de l'opera seria de l'époque avec ses morceaux de bravoures virtuoses (et interminables) destinés à faire briller castrats et prime donne au détriment de la vérité des caractères et de l'intrigue.

© Opéra national de Lorraine.
© Opéra national de Lorraine.
Tout pour la musique et l'émotion du chant donc (avec notamment l'abandon du "recitativo secco" accompagné au clavecin) pour une œuvre brève (2) entièrement au service de la confidence des âmes au carrefour d'un classicisme visant aux plus grands effets (par l'économie des moyens) et de cette esthétique des larmes très en vogue au Siècle des Lumières. Le succès fut prodigieux et l'opéra, joué partout en Europe, ne connut que peu d'éclipse à la scène.

C'est que la partition est une des plus belles qu'on puisse entendre. Quand le prélude de l'acte un en mode majeur s'élève de la fosse, le spectateur est immédiatement emporté dans le passé immémorial de la légende, près du bûcher funéraire d'Eurydice pleurée par Orphée. Le directeur musical de l'Opéra de Nancy depuis 2015, Rani Calderon, emmène avec autorité et sensibilité un orchestre à la sonorité idéale, brodant un riche velours dont la grâce le dispute au lyrisme le plus cantabile. Un vrai bonheur de la première à la dernière note.

Si l'Orphée du contreténor sud-africain Christopher Ainslie livre un chant impeccable (avec sa voix soyeuse et des possibilités semble-t-il presque illimitées) mais trop peu incarné, l'Eurydice de Lenka Macikovà s'affirme avec un talent si évident (3) qu'elle irradie sans peine le pouvoir de faire se parjurer le poète à la lyre - et il ne peut que se retourner pour l'embrasser. L'Amour interprété par la jeune soprano Norma Nahoun est irrésistible de séduction et de malice. Son timbre délicieux et la tenue de son chant emportent comme il se doit tous les cœurs.

© Opéra national de Lorraine.
© Opéra national de Lorraine.
Quant à la mise en scène d'Ivan Alexandre, elle plaît et irrite à la fois. Reprenant le concept de la mise en abîme (utilisé à peu près partout) qui veut annuler la séparation de la salle et de la scène - les spectateurs sont aux Enfers -, il a imaginé une perspective assez étouffante soulignée par des cadres emboîtés dorés clinquants gâchant une vision par ailleurs souvent poétique. De très beaux moments, comme cette ombre d'Eurydice dansant avec la Mort derrière un rideau, le disputent à certaines facilités comme la harpe de l'orchestre omniprésente à l'arrière-plan - figurant le pouvoir d'Orphée et donc de la musique sur les cœurs.

Quant au discours reprenant la théorie platonicienne de l'amour (4) - au début de l'opéra, Orphée et Eurydice ne forment qu'un hermaphrodite divisé à cause de la mort, tous deux réduits aux bons offices de l'Amour pour retrouver leur moitié -, il semble aussi plaqué que dispensateur parfois de beaux tableaux (5). D'autant plus qu'on nous assure ici qu'Eurydice n'est qu'une mégère pressée de faire croquer la pomme au pauvre Orphée lors du ballet final - mythes chrétien et grec réunis deviennent un tantinet indigestes, très loin quand même de cette utopie enchantée de l'amour fou voulue par ses auteurs.

(1) "Tristan und Isolde" (voir l'acte deux).
(2) La version de Paris est augmentée de vingt bonnes minutes par rapport à celle de Vienne heureusement choisie ici.
(3) En cette première, une annonce nous apprenait que la cantatrice, souffrante, avait tenu à chanter quand même. Une précaution due au trac ?
(4) C'est le discours d'Aristophane dans "Le Banquet".
(5) Comme ce tableau final où le chœur connaît enfin la différence des sexes et la réunion du féminin et du masculin.

© Opéra national de Lorraine.
© Opéra national de Lorraine.
Dimanche 3 avril 2016 à 15 h,
mardi 5 et jeudi 7 avril 2016 à 20 h.


Opéra national de Lorraine.
Place Stanislas, Nancy.
Tél. : 03 83 85 30 60.
opera-national-lorraine.fr

"Orfeo e Euridice" (1762).
Drame héroïque en trois actes.
Musique de C. W. Gluck.
Livret de Ranieri de'Calzabigi.
En italien surtitré en français.
Durée : 1 h 25 sans entracte.

© Opéra national de Lorraine.
© Opéra national de Lorraine.
Rani Calderon, direction musicale.
Ivan Alexandre, mise en scène.
Pierre-André Weitz, décors et costumes.
Bertrand Killy, lumières.

Christopher Ainslie, Orphée.
Lenka Macikovà, Eurydice.
Norma Nahoun, L'Amour.
Uli Kirsch, La Mort.
Julien Marcou, harpe.

Orchestre symphonique et lyrique de Nancy.
Chœur de l'Opéra national de Lorraine.
Solange Fober, Vincent Royer, chefs de chant.

Christine Ducq
Vendredi 1 Avril 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

"Play/replay" The Rat Pack Compagnie fait son cirque… et son cinéma... Action !

Après le succès mondial de "Speakeasy", la compagnie circassienne The Rat Pack est de retour avec une création intitulée "Play/Replay". Explorant précédemment le genre "films de gangsters" au cœur d'un bar clandestin - que l'on appelait, au temps de la prohibition, un "speakeasy" -, nous les découvrons pour ce nouveau spectacle sur un plateau en plein tournage d'une scène caractéristique des "films d'action", le cambriolage d'un objet précieux. On retrouve donc avec plaisir ce qui fait aujourd'hui leur marque de fabrique… un cocktail explosif mêlant acrobatie, musique et cinéma… plus, cette fois-ci, l'humour décalé de Jos Houben !

© Zenzel.
Imaginez un joyau convoité, un œuf précieux - façon œuf de Fabergé - protégé par des faisceaux verts que l'on perçoit bien dans une nuit noire et volontairement enfumée. Quoi de mieux pour exercer ses talents d'acrobate que le franchissement subtilement chorégraphié de ceux-ci. Ainsi débute "Play/Replay" avec cette scène ô combien classique digne d'un "Mission Impossible", d'un Ocean's Twelve (référence directe à l'œuf) ou d'un James Bond... Et la magie opère. Les six artistes de The Rat Pack - usant souvent du jeu d'ombres chinoises et de ses effets de mystères en "noir et blanc" - déploient humour et créativité pour se jouer des codes de ce genre cinématographique et les détourner avec espièglerie et autodérision.

Au fil des séquences - certaines reproduisant des cascades ou des défis réputés impossibles, improbables ou nécessitants de judicieux trucages -, ils réalisent des numéros s'enchaînant avec fluidité, sans temps mort, où il est fait appel à la roue Cyr, aux nombreuses déclinaisons du main à main, aux multiples variations du corps à corps, aux périlleux exercices de voltige, etc. Ainsi, culbutes, chutes, bagarres, explosions, ralentis, flashbacks, courses-poursuites - tout autant haletantes que burlesques -, attitudes figées clownesques alimentent l'histoire qui nous est contée et les coulisses qui nous sont dévoilées.

Gil Chauveau
20/12/2022
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022