La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Orphée et Eurydice" à l'Opéra national de Lorraine

La belle maison de Nancy met à l'affiche une production d'Ivan Alexandre, créée en 2014 à la Mozartwoche de Salzbourg, de l'opéra célébrissime de Gluck, "Orphée et Eurydice", jusqu'au 7 avril 2016. L'une des plus belles réussites de l'histoire de l'art lyrique, donnée ici dans sa version quasi originale, séduit grâce à la direction inspirée du chef Rani Calderon et à une distribution de grande qualité.



© Opéra national de Lorraine.
© Opéra national de Lorraine.
Pour son trentième opéra, Christoph Willibald Gluck renoue avec les origines mêmes du genre en choisissant pour sujet le mythe d'Orphée, dont le douloureux voyage aux Enfers était rappelé (et avec quel lyrisme) dans les "Géorgiques" de Virgile. Mais, à la différence de Monteverdi, il met en lumière le drame d'un couple - et (un siècle avant Richard Wagner) toute l'importance de la copule "et" dans un titre (1).

Grâce à un mécène français et à un librettiste doué, le compositeur autrichien compose en 1762, pour le Burgtheater de Vienne, une œuvre qui anticipe la réforme de l'opéra qu'il appellera de ses vœux dans la fameuse Epître dédicatoire de "Alceste" (créé en 1767) : la recherche de "la beauté simple" et de l'expression des sentiments vrais soutenant une action dramatique efficace. Cela est très loin alors des excès de l'opera seria de l'époque avec ses morceaux de bravoures virtuoses (et interminables) destinés à faire briller castrats et prime donne au détriment de la vérité des caractères et de l'intrigue.

© Opéra national de Lorraine.
© Opéra national de Lorraine.
Tout pour la musique et l'émotion du chant donc (avec notamment l'abandon du "recitativo secco" accompagné au clavecin) pour une œuvre brève (2) entièrement au service de la confidence des âmes au carrefour d'un classicisme visant aux plus grands effets (par l'économie des moyens) et de cette esthétique des larmes très en vogue au Siècle des Lumières. Le succès fut prodigieux et l'opéra, joué partout en Europe, ne connut que peu d'éclipse à la scène.

C'est que la partition est une des plus belles qu'on puisse entendre. Quand le prélude de l'acte un en mode majeur s'élève de la fosse, le spectateur est immédiatement emporté dans le passé immémorial de la légende, près du bûcher funéraire d'Eurydice pleurée par Orphée. Le directeur musical de l'Opéra de Nancy depuis 2015, Rani Calderon, emmène avec autorité et sensibilité un orchestre à la sonorité idéale, brodant un riche velours dont la grâce le dispute au lyrisme le plus cantabile. Un vrai bonheur de la première à la dernière note.

Si l'Orphée du contreténor sud-africain Christopher Ainslie livre un chant impeccable (avec sa voix soyeuse et des possibilités semble-t-il presque illimitées) mais trop peu incarné, l'Eurydice de Lenka Macikovà s'affirme avec un talent si évident (3) qu'elle irradie sans peine le pouvoir de faire se parjurer le poète à la lyre - et il ne peut que se retourner pour l'embrasser. L'Amour interprété par la jeune soprano Norma Nahoun est irrésistible de séduction et de malice. Son timbre délicieux et la tenue de son chant emportent comme il se doit tous les cœurs.

© Opéra national de Lorraine.
© Opéra national de Lorraine.
Quant à la mise en scène d'Ivan Alexandre, elle plaît et irrite à la fois. Reprenant le concept de la mise en abîme (utilisé à peu près partout) qui veut annuler la séparation de la salle et de la scène - les spectateurs sont aux Enfers -, il a imaginé une perspective assez étouffante soulignée par des cadres emboîtés dorés clinquants gâchant une vision par ailleurs souvent poétique. De très beaux moments, comme cette ombre d'Eurydice dansant avec la Mort derrière un rideau, le disputent à certaines facilités comme la harpe de l'orchestre omniprésente à l'arrière-plan - figurant le pouvoir d'Orphée et donc de la musique sur les cœurs.

Quant au discours reprenant la théorie platonicienne de l'amour (4) - au début de l'opéra, Orphée et Eurydice ne forment qu'un hermaphrodite divisé à cause de la mort, tous deux réduits aux bons offices de l'Amour pour retrouver leur moitié -, il semble aussi plaqué que dispensateur parfois de beaux tableaux (5). D'autant plus qu'on nous assure ici qu'Eurydice n'est qu'une mégère pressée de faire croquer la pomme au pauvre Orphée lors du ballet final - mythes chrétien et grec réunis deviennent un tantinet indigestes, très loin quand même de cette utopie enchantée de l'amour fou voulue par ses auteurs.

(1) "Tristan und Isolde" (voir l'acte deux).
(2) La version de Paris est augmentée de vingt bonnes minutes par rapport à celle de Vienne heureusement choisie ici.
(3) En cette première, une annonce nous apprenait que la cantatrice, souffrante, avait tenu à chanter quand même. Une précaution due au trac ?
(4) C'est le discours d'Aristophane dans "Le Banquet".
(5) Comme ce tableau final où le chœur connaît enfin la différence des sexes et la réunion du féminin et du masculin.

© Opéra national de Lorraine.
© Opéra national de Lorraine.
Dimanche 3 avril 2016 à 15 h,
mardi 5 et jeudi 7 avril 2016 à 20 h.


Opéra national de Lorraine.
Place Stanislas, Nancy.
Tél. : 03 83 85 30 60.
opera-national-lorraine.fr

"Orfeo e Euridice" (1762).
Drame héroïque en trois actes.
Musique de C. W. Gluck.
Livret de Ranieri de'Calzabigi.
En italien surtitré en français.
Durée : 1 h 25 sans entracte.

© Opéra national de Lorraine.
© Opéra national de Lorraine.
Rani Calderon, direction musicale.
Ivan Alexandre, mise en scène.
Pierre-André Weitz, décors et costumes.
Bertrand Killy, lumières.

Christopher Ainslie, Orphée.
Lenka Macikovà, Eurydice.
Norma Nahoun, L'Amour.
Uli Kirsch, La Mort.
Julien Marcou, harpe.

Orchestre symphonique et lyrique de Nancy.
Chœur de l'Opéra national de Lorraine.
Solange Fober, Vincent Royer, chefs de chant.

Christine Ducq
Vendredi 1 Avril 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.









À découvrir

"La petite fille de monsieur Linh" Tenter de donner une raison à la vie… à l'exil

Après déjà plusieurs années d'exploitation et de succès, Sylvie Dorliat reprend le très touchant conte de Philippe Claudel, "La petite fille de monsieur Linh", qu'elle a adapté pour la scène et qu'elle interprète. Une bonne occasion de découvrir ou de revoir ce spectacle lumineux et délicat parlant avec humanité tant de l'exil, de la mort, de la folie que de l'amitié et de l'espoir d'une nouvelle vie.

De la guerre, de la fuite, de l'exil peut naître la folie. Lorsque l'on a vu sa famille, tous ceux que l'on aime se faire tuer, quand on a tout perdu, perdre la raison peut devenir un refuge, un acte de survie, une tentative désespérée de renaissance en s'inventant une nouvelle histoire…

Guerre, mort, fuite inéluctable pour un espoir de survie, triviale association caractérisant chaque jour toujours plus notre monde… Bateau, exil, nouvelle contrée inconnue, centre d'hébergement, accueil pour vieil homme et petite fille. Pays nouveau, pays sans odeur, sans les odeurs colorées et épicées de son Asie natale, peut-être le Vietnam ou le Cambodge.

Tout commença un matin où son fils, sa belle-fille et sa petite fille s'étaient rendus dans les rizières. Cette année-là, la guerre faisait rage. Ils sont tués durant leur travail. Tao Linh récupère sa petite fille, Sang diû (Matin doux) 10 mois - elle a les yeux de son père (son fils), dit-il - et entreprend une épuisante traversée, à l'horizon une terre occidentale. Apprivoiser ce nouveau pays, ces gens inconnus, cette promiscuité dans ce centre d'accueil pour émigrés. Puis, au bout d'un moment, se résoudre, se décider à sortir pour découvrir cette ville qui l'accueille.

Dans un parc, assis sur un banc, et l'arrivée de monsieur Bark. Premier contact, et les prémices d'une nouvelle amitié. Ils parlent de leur femme (mortes). Parle de la guerre, celle à laquelle a participé Bark dans le pays de Linh. Bark l'invite au restaurant, lui offre un cadeau, une robe pour la petite. Tao Linh va être déplacé mais dans la même ville. Se retrouve dans une chambre… Enfermement…

Gil Chauveau
09/09/2020
Spectacle à la Une

"Les Dodos" Virtuoses aux agrès comme aux guitares… pour des envolées poétiques et musicales, sensibles et rebelles !

Quel point commun peut-il y avoir entre un dodo, gros oiseau incapable de voler - et plutôt maladroit - et un acrobate ? L'inconscience naïve pour le premier, qui le conduisit à sa disparition, l'inconscience maîtrisée - avec une peur raisonnée pour la sécurité - qui le mène vers le spectaculaire et la performance virtuose pour le second... C'est en résumé l'étonnante création de la compagnie Le P'tit Cirk qui s'articule autour de la musique et de l'envol avec la guitare comme partenaire privilégié, instrument musical ou agrès des plus surprenants !

Fondé en mars 2004 sur les projets de Danielle Le Pierrès (Archaos, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, Cirque Plume, etc.) et de Christophe Lelarge (Cirque du Soleil, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, etc.)*, le P'tit Cirk est basé dès sa création à Lannion en Bretagne. Cette implantation correspond à une démarche artistique volontaire de long terme afin d'être acteur de la vie culturelle du Trégor, de partager et de transmettre leur passion, et d'aller à la rencontre d'un public qui n'a pas forcément l'occasion ou la demande de découvrir cette forme d'approche de travail envers le cirque. Le spectacle "Les Dodos" est la sixième proposition de la compagnie.

Cette dernière création (en tournée depuis trois ans) confirme, si besoin était, leur statut de compagnie majeure dans le paysage du cirque de création à l'échelle européenne… et leur ouverture permanente à différentes pistes… de cirque. Chez les membres du P'tit Cirk, le sens du collectif, le côté pur, brut et extra-ordinaire de l'exploit sont aussi importants et incontournables que le jeu d'acteur, la mise en piste, la lumière et la scénographie. La performance est là mais n'occulte en rien la trame poétique présente à chaque instant.

Gil Chauveau
17/09/2020
Sortie à la Une

"Cabaret Louise" Cabaret foutraque et jouissif pour s'indigner encore et toujours !

Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et l'une de ses figures majeures, Louise Michel, sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur des fondations soixante-huitardes bienfaisantes, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
31/08/2020