La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Opéra "Les Caprices de Marianne" : trois entretiens avec des artistes lyriques en devenir

Pour la deuxième fois en France, à l'initiative du Centre Français de Promotion Lyrique, quinze maisons d'opéra coproduisent une œuvre rare du répertoire français et permettent ainsi la découverte de jeunes et talentueux chanteurs auprès d'un vaste public. Nous avons rencontré trois des artistes qui nous promettent des lendemains qui chantent (très bien) : la soprano Aurélie Fargues, le ténor François Rougier et le baryton Marc Scoffoni.



Marc Scoffoni © Alain Julien.
Marc Scoffoni © Alain Julien.
Des deux distributions choisies sur audition parmi plus de 230 chanteurs en 2013, nous avons eu le plaisir de découvrir celle qui se produisait le 18 octobre 2014 à l'Opéra de Reims, point de départ de la tournée (qui se déroulera en France jusqu’en 2016). Cette recréation d'un opéra de Henri Sauguet, "Les Caprices de Marianne" (voir notre article du 9 octobre 2014), a permis de refaire connaissance avec une œuvre charmante du répertoire français et d'admirer la fine fleur du chant lyrique réunie à cette occasion.

Citons la Hermia de Julie Robard-Gendre, le Claudio de Norman D. Patzke, le Tibia burlesque de Carl Ghazarossian, le Chanteur de sérénade de Guillaume Andrieux, l'Aubergiste de Xin Wang et la Duègne irrésistible de Jean-Vincent Blot. Pour les trois rôles-titres, écoutons-les nous parler de leur expérience (pour des raisons techniques seule l'interview d'Aurélie Fargues est livrée telle quelle).

Première rencontre : François Rougier, rôle de Coelio

Julie Robard-Gendre et François Rougier © Alain Julien.
Julie Robard-Gendre et François Rougier © Alain Julien.
Christine Ducq pour La Revue du Spectacle - Pour cet opéra, dont le livret suit d'assez près la pièce d'Alfred de Musset, comment percevez-vous votre rôle ?

François Rougier - C'est un personnage qui a du mal à trouver sa place dans la vie. Il fait chanter quelqu'un à sa place (la sérénade à Marianne pour déclarer son amour NDLR) en envoyant son ami Octave. Il est un peu dépressif. Ce n'est jamais lui qui agit, il faut toujours qu'il fasse agir quelqu'un à sa place parce qu'il n'ose pas y aller. On a l'impression qu'il abandonne assez facilement. Et en même temps, on se dit qu'avec un ami comme Octave, il a dû connaître un temps - avant de tomber amoureux de Marianne - où il aimait mener avec lui une vie de fête perpétuelle. C'est un garçon introverti, timide, qui voudrait mais qui ne peut pas tout seul. Il a du mal à prendre sa vie en main et il a un rapport un peu compliqué à sa mère (Hermia NDLR). Cela vient peut-être de là.

Vous avez magnifié ce personnage avec votre voix au timbre riche. Pour autant, Raymond Duffaut nous confiait tout à l'heure que les rôles des "Caprices de Marianne" étaient difficiles à chanter.

François Rougier - Je dirais que la partition est un peu compliquée parfois. Pas pour ceux qui l'écoutent mais pour ceux qui ont à la faire. Vocalement, il n'y a pas de grandes difficultés. Ce sont des personnages complexes. Il faut réussir à intégrer suffisamment les difficultés de la partition pour qu'elles n'apparaissent pas, pour que les dialogues restent fluides et les situations naturelles. C'est un peu cela la difficulté de cette musique qui est très écrite avec des mesures 5/8 ou 7/8 sur lesquelles on a tendance à marquer les temps forts. Or il faut réussir à gommer tout cela pour que la langue soit fluide. Quand on arrive à cela, on s'aperçoit que c'est très bien écrit pour être chanté comme si nous étions en train de discuter. C'est tout le challenge.

Cette tournée de deux ans des "Caprices" à l'instigation du CFPL vous semble-t-elle importante pour votre carrière ? Arrive-t-elle à point nommé pour vous ?

François Rougier - Oui, elle arrive à un bon moment. Il est toujours intéressant à un moment dans la vie d'un chanteur d'expérimenter un rôle tel que celui de Coelio, de le chanter plusieurs fois et dans plusieurs maisons et de le laisser mûrir pendant les deux ans que va durer la tournée. Pour le nourrir à chaque fois de quelque chose de plus.

Deuxième rencontre : Marc Scoffoni, rôle d'Octave

François Rougier et Marc Scoffoni © Alain Julien.
François Rougier et Marc Scoffoni © Alain Julien.
Vous avez récolté des acclamations ce soir amplement méritées. Comment avez-vous appréhendé le rôle d'Octave ?

Marc Scoffoni -
C'est un rôle plutôt long, un des rôles les plus longs que j'ai eu à faire et qui demande beaucoup de travail, tant au point de vue musical qu'au point de vue théâtral. On a essayé avec le metteur en scène Oriol Thomas de s'attacher aux vraies relations entre les personnages, mais il ne fallait pas perdre de vue la musique de Sauguet. Musique qui n'est pas évidente de prime abord mais qu'on a essayé de rendre la plus naturelle possible pour intéresser le public et nous-mêmes aussi.

Les rôles des "Caprices de Marianne" sont-ils difficiles à chanter ?

Marc Scoffoni - La partition est assez tendue pour la soprano (Aurélie Fargues NDLR). Pour le baryton, elle va jusqu'à un la aigu - pour les connaisseurs. Il y a quelques sol et des fa dièse. Ce n'est pas ce qu'il y a de plus simple dirons-nous. Mais l'énergie du personnage permet de s'en sortir sans trop de difficultés.

Aurélie Fargues et Norman D. Patzke © Alain Julien.
Aurélie Fargues et Norman D. Patzke © Alain Julien.
Vous avez interprété Octave en le tirant vers le burlesque à l'acte I, puis vous avez ensuite exploré son versant mélancolique.

Marc Scoffoni - Oui, c'est l'avantage du personnage. Il permet de présenter toute une palette de sentiments. Au début, on est dans le carnaval et c'est un jouisseur. Il boit et il profite de la vie. Lorsque son ami Coelio lui demande son aide, il est très content de le faire. Il est très fidèle en amitié. Il est séduit par Marianne jusqu'à un certain point mais il refuse de succomber, et préfère se sacrifier plutôt que d'en profiter lui-même.

Est-ce que cette coproduction des "Caprices de Marianne" est une étape intéressante dans votre carrière ?

Marc Scoffoni - Je crois que le succès des auditions a été tel que nous étions plus de deux cents chanteurs à vouloir participer à cette aventure. C'est une réussite. La mise en scène est merveilleuse et toute la troupe s'entend très bien. Tous mes collègues sont sympathiques et tous très talentueux. C'est un plaisir de travailler avec eux. "Les Caprices" sont un vrai tremplin. Nous avons la chance de voyager et de visiter quinze maisons d'opéra différentes. Pour nous, c'est vraiment une belle vitrine. Participer à un tel spectacle c'est un honneur ! Cette tournée permettra peut-être de fidéliser un nouveau public. Cet opéra de Henri Sauguet est une œuvre plutôt destinée à un large public contrairement à ce qu'on pourrait penser. Je crois que c'est une bonne décision de programmer "Les Caprices de Marianne".

Troisième rencontre : écoutez l'interview d'Aurélie Fargues (rôle de Marianne)

141018_001.mp3 141018_001.MP3  (4.17 Mo)

Interviews réalisées le 18 octobre 2014.

Calendrier de la tournée :

Opéra-Théâtre de Metz Métropole : 21 & 23 novembre 2014.
Opéra de Massy : 5 & 7 décembre 2014.
Opéra de Marseille : 29, 30, 31 janvier & 1er février 2015.
Opéra de Tours : 13, 15, 17 février 2015.
Opéra de Rennes : 23, 25 & 27 mars 2015.
Opéra Grand Avignon : 12 & 14 avril 2015.
Opéra-Théâtre de Saint-Étienne : 14, 16 & 18 octobre 2015.
Opéra de Nice : 4 représentations en novembre 2015.
Opéra de Rouen Haute-Normandie : 11, 13 & 15 décembre 2015.
Théâtre du Capitole de Toulouse : 22, 24, 26, 29 & 31 janvier 2016.
Opéra national de Bordeaux : 19, 21, 22 & 23 février 2016.
Opéra-Théâtre de Limoges : 10 & 12 mai 2016.
Avant-Scène opéra/ Neuchâtel (Suisse) : une représentation (date à définir).

La production fera aussi l'objet d'une captation par France 3.

Christine Ducq
Vendredi 31 Octobre 2014

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022