La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Oiseau de feu et piano incandescent : La fougueuse rentrée de l'Orchestre de Paris à Pleyel

C’est en très bonne compagnie que les fidèles de l’Orchestre de Paris ont été conviés pour les deux premiers concerts de la saison : avec les 119 musiciens, les 130 chanteurs du Chœur de Lionel Sow, la soprano Mireille Delunsch et le pianiste chinois Lang Lang ! Sans parler du programme à se pâmer : Francis Poulenc, Serge Prokofiev, Igor Stravinski.



L'Orchestre de Paris dirigé par Paavo Järvi © Gérard Uféras.
L'Orchestre de Paris dirigé par Paavo Järvi © Gérard Uféras.
Quoi de commun entre cette délicieuse musique française et cette roborative musique russe ? L’énergie. Une énergie rythmique en crescendo se communiquant peu à peu aux auditeurs, qu’on a rarement vus aussi enthousiastes en fin de concert - tout comme votre exaltée reporter. Il faut dire que Paavo Järvi a bien fait les choses, faisant de ces deux premières soirées un manifeste de l’identité musicale de l’Orchestre comme de sa direction.

"Les Litanies à la Vierge noire" de Francis Poulenc sont donc entrées mercredi au répertoire de l’Orchestre avec son impressionnant chœur exclusivement féminin et un orchestre réduit aux cordes, aux percussions. Une œuvre composée en 1936 quand Poulenc vient de subir le choc spirituel d’un retour à la foi de l’enfance, alors qu’il a visité la Vierge noire de Rocamadour.

Lang Lang © DR.
Lang Lang © DR.
C’est encore une prière, mais cette fois un "Stabat Mater", qu’il compose en 1950, conçue comme l’oraison funèbre du décorateur Christian Bérard mort depuis peu, vieux complice avec Jean Cocteau des créations de jeunesse. Avec un orchestre plus étendu, très coloré grâce au jeu des timbales, des trombones et des trompettes - sans oublier la harpe -, on se laisse donc happer par les passages déchirants par exemple du "Stabat Mater dolorosa", la ferveur ardente de la sarabande, les coulées élégiaques et les voix émouvantes du Chœur tout entier présent cette fois. La soprano Mireille Delunsch - remplaçant au pied levé Patricia Petibon souffrante - a gagné les cœurs avec cette voix colorature aux aigus sans défaut, ce phrasé élégant et cette sûreté de la mélodie.

Déjà charmé, le public a vécu l’emballement de la double virtuosité du 3e concerto opus 26 de Serge Prokofiev et du pianiste justement acclamé Lang Lang. Un concerto aussi redoutable techniquement qu’il est remarquable à l’écoute. Difficulté folle que le pianiste chinois a superbement dominée : jeu rubato, toucher d’acier trempé mais aussi passages legato ont eu raison d’une pièce où la brutalité escorte la subtilité. Pour l’orchestre, et ses pupitres gagnés par l’incendie, les amples moments lyriques le disputent à la mélodie folklorique russe, immédiatement transposée en violentes rafales staccato des cordes. En écho aux vagues d’octaves et d’arpèges arrachées au piano par un artiste ahurissant. Jusqu’au "Finale", que Prokofiev appelait une "controverse" entre les belligérants, mettant un terme au dialogue orageux du soliste et de l’orchestre. Je ne vous dis pas l‘entente et la parfaite compréhension qui doivent régner entre eux : elles éclatent ici pour le pianiste, fidèle à la formation depuis 2004.

Et c’est encore une énergie diabolique que communique la magistrale suite "L’Oiseau de feu" d’Igor Stravinski ! Cette légende faisant s’affronter un méchant sorcier, Kachtcheï, et un jeune prince aidé d’un oiseau merveilleux est l’argument d’un ballet chorégraphié par Fokine, donné lors de la seconde tournée parisienne des Ballets russes en 1910. C’est dans l’urgence que Serge de Diaghilev en commande l’illustration musicale à Stravinski, qui se transcende littéralement ici : nouveauté de l’écriture rythmique, composition profondément personnelle - avec des souvenirs de Rimski-Korsakov - génie de l’orchestration. On entend déjà les accents de l’incroyable orgie tribale du "Sacre" à venir, dans la "Danse infernale" du méchant roi. Les acclamations ont justement salué cette fureur géniale et la direction musicale du chef estonien (à qui on ne la fait pas, question "âme slave") : un Directeur sobre, précis, et qui s’enflamme quand il le faut. Le feu sous la glace. Je ne vous encourage que trop à suivre la saison musicale de l’Orchestre de Paris : elle promet encore de riches heures !

Mireille Delunsch Studio © Cui Cui - Aude Boissaye.
Mireille Delunsch Studio © Cui Cui - Aude Boissaye.
Le concert est accessible jusqu’au 13 mars 2013 sur :
>> orchestredeparis.com
>> citedelamusiquelive.tv
Il sera diffusé sur Arte ("Maestro") et Mezzo Live HD ultérieurement.

Avec :
Lang Lang, piano ;
Mireille Delunsch, soprano.
Orchestre de Paris, direction : Paavo Järvi ;
Chœur de l’Orchestre de Paris : Lionel Sow, chef de chœur.

Programme :
(Concert entendu le jeudi 13 septembre 2012.)
Francis Poulenc, "Litanies à la Vierge noire, pour chœur de femmes et orchestre".
Francis Poulenc, "Stabat Mater".
Serge Prokofiev, "Concerto pour piano n°3 en ut majeur, opus 26".
Igor Stravinski, "L’Oiseau de Feu, suite pour orchestre (version 1919)".

Christine Ducq
Dimanche 16 Septembre 2012

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021