La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Oiseau de feu et piano incandescent : La fougueuse rentrée de l'Orchestre de Paris à Pleyel

C’est en très bonne compagnie que les fidèles de l’Orchestre de Paris ont été conviés pour les deux premiers concerts de la saison : avec les 119 musiciens, les 130 chanteurs du Chœur de Lionel Sow, la soprano Mireille Delunsch et le pianiste chinois Lang Lang ! Sans parler du programme à se pâmer : Francis Poulenc, Serge Prokofiev, Igor Stravinski.



L'Orchestre de Paris dirigé par Paavo Järvi © Gérard Uféras.
L'Orchestre de Paris dirigé par Paavo Järvi © Gérard Uféras.
Quoi de commun entre cette délicieuse musique française et cette roborative musique russe ? L’énergie. Une énergie rythmique en crescendo se communiquant peu à peu aux auditeurs, qu’on a rarement vus aussi enthousiastes en fin de concert - tout comme votre exaltée reporter. Il faut dire que Paavo Järvi a bien fait les choses, faisant de ces deux premières soirées un manifeste de l’identité musicale de l’Orchestre comme de sa direction.

"Les Litanies à la Vierge noire" de Francis Poulenc sont donc entrées mercredi au répertoire de l’Orchestre avec son impressionnant chœur exclusivement féminin et un orchestre réduit aux cordes, aux percussions. Une œuvre composée en 1936 quand Poulenc vient de subir le choc spirituel d’un retour à la foi de l’enfance, alors qu’il a visité la Vierge noire de Rocamadour.

Lang Lang © DR.
Lang Lang © DR.
C’est encore une prière, mais cette fois un "Stabat Mater", qu’il compose en 1950, conçue comme l’oraison funèbre du décorateur Christian Bérard mort depuis peu, vieux complice avec Jean Cocteau des créations de jeunesse. Avec un orchestre plus étendu, très coloré grâce au jeu des timbales, des trombones et des trompettes - sans oublier la harpe -, on se laisse donc happer par les passages déchirants par exemple du "Stabat Mater dolorosa", la ferveur ardente de la sarabande, les coulées élégiaques et les voix émouvantes du Chœur tout entier présent cette fois. La soprano Mireille Delunsch - remplaçant au pied levé Patricia Petibon souffrante - a gagné les cœurs avec cette voix colorature aux aigus sans défaut, ce phrasé élégant et cette sûreté de la mélodie.

Déjà charmé, le public a vécu l’emballement de la double virtuosité du 3e concerto opus 26 de Serge Prokofiev et du pianiste justement acclamé Lang Lang. Un concerto aussi redoutable techniquement qu’il est remarquable à l’écoute. Difficulté folle que le pianiste chinois a superbement dominée : jeu rubato, toucher d’acier trempé mais aussi passages legato ont eu raison d’une pièce où la brutalité escorte la subtilité. Pour l’orchestre, et ses pupitres gagnés par l’incendie, les amples moments lyriques le disputent à la mélodie folklorique russe, immédiatement transposée en violentes rafales staccato des cordes. En écho aux vagues d’octaves et d’arpèges arrachées au piano par un artiste ahurissant. Jusqu’au "Finale", que Prokofiev appelait une "controverse" entre les belligérants, mettant un terme au dialogue orageux du soliste et de l’orchestre. Je ne vous dis pas l‘entente et la parfaite compréhension qui doivent régner entre eux : elles éclatent ici pour le pianiste, fidèle à la formation depuis 2004.

Et c’est encore une énergie diabolique que communique la magistrale suite "L’Oiseau de feu" d’Igor Stravinski ! Cette légende faisant s’affronter un méchant sorcier, Kachtcheï, et un jeune prince aidé d’un oiseau merveilleux est l’argument d’un ballet chorégraphié par Fokine, donné lors de la seconde tournée parisienne des Ballets russes en 1910. C’est dans l’urgence que Serge de Diaghilev en commande l’illustration musicale à Stravinski, qui se transcende littéralement ici : nouveauté de l’écriture rythmique, composition profondément personnelle - avec des souvenirs de Rimski-Korsakov - génie de l’orchestration. On entend déjà les accents de l’incroyable orgie tribale du "Sacre" à venir, dans la "Danse infernale" du méchant roi. Les acclamations ont justement salué cette fureur géniale et la direction musicale du chef estonien (à qui on ne la fait pas, question "âme slave") : un Directeur sobre, précis, et qui s’enflamme quand il le faut. Le feu sous la glace. Je ne vous encourage que trop à suivre la saison musicale de l’Orchestre de Paris : elle promet encore de riches heures !

Mireille Delunsch Studio © Cui Cui - Aude Boissaye.
Mireille Delunsch Studio © Cui Cui - Aude Boissaye.
Le concert est accessible jusqu’au 13 mars 2013 sur :
>> orchestredeparis.com
>> citedelamusiquelive.tv
Il sera diffusé sur Arte ("Maestro") et Mezzo Live HD ultérieurement.

Avec :
Lang Lang, piano ;
Mireille Delunsch, soprano.
Orchestre de Paris, direction : Paavo Järvi ;
Chœur de l’Orchestre de Paris : Lionel Sow, chef de chœur.

Programme :
(Concert entendu le jeudi 13 septembre 2012.)
Francis Poulenc, "Litanies à la Vierge noire, pour chœur de femmes et orchestre".
Francis Poulenc, "Stabat Mater".
Serge Prokofiev, "Concerto pour piano n°3 en ut majeur, opus 26".
Igor Stravinski, "L’Oiseau de Feu, suite pour orchestre (version 1919)".

Christine Ducq
Dimanche 16 Septembre 2012

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.









À découvrir

"La petite fille de monsieur Linh" Tenter de donner une raison à la vie… à l'exil

Après déjà plusieurs années d'exploitation et de succès, Sylvie Dorliat reprend le très touchant conte de Philippe Claudel, "La petite fille de monsieur Linh", qu'elle a adapté pour la scène et qu'elle interprète. Une bonne occasion de découvrir ou de revoir ce spectacle lumineux et délicat parlant avec humanité tant de l'exil, de la mort, de la folie que de l'amitié et de l'espoir d'une nouvelle vie.

De la guerre, de la fuite, de l'exil peut naître la folie. Lorsque l'on a vu sa famille, tous ceux que l'on aime se faire tuer, quand on a tout perdu, perdre la raison peut devenir un refuge, un acte de survie, une tentative désespérée de renaissance en s'inventant une nouvelle histoire…

Guerre, mort, fuite inéluctable pour un espoir de survie, triviale association caractérisant chaque jour toujours plus notre monde… Bateau, exil, nouvelle contrée inconnue, centre d'hébergement, accueil pour vieil homme et petite fille. Pays nouveau, pays sans odeur, sans les odeurs colorées et épicées de son Asie natale, peut-être le Vietnam ou le Cambodge.

Tout commença un matin où son fils, sa belle-fille et sa petite fille s'étaient rendus dans les rizières. Cette année-là, la guerre faisait rage. Ils sont tués durant leur travail. Tao Linh récupère sa petite fille, Sang diû (Matin doux) 10 mois - elle a les yeux de son père (son fils), dit-il - et entreprend une épuisante traversée, à l'horizon une terre occidentale. Apprivoiser ce nouveau pays, ces gens inconnus, cette promiscuité dans ce centre d'accueil pour émigrés. Puis, au bout d'un moment, se résoudre, se décider à sortir pour découvrir cette ville qui l'accueille.

Dans un parc, assis sur un banc, et l'arrivée de monsieur Bark. Premier contact, et les prémices d'une nouvelle amitié. Ils parlent de leur femme (mortes). Parle de la guerre, celle à laquelle a participé Bark dans le pays de Linh. Bark l'invite au restaurant, lui offre un cadeau, une robe pour la petite. Tao Linh va être déplacé mais dans la même ville. Se retrouve dans une chambre… Enfermement…

Gil Chauveau
09/09/2020
Spectacle à la Une

"Les Dodos" Virtuoses aux agrès comme aux guitares… pour des envolées poétiques et musicales, sensibles et rebelles !

Quel point commun peut-il y avoir entre un dodo, gros oiseau incapable de voler - et plutôt maladroit - et un acrobate ? L'inconscience naïve pour le premier, qui le conduisit à sa disparition, l'inconscience maîtrisée - avec une peur raisonnée pour la sécurité - qui le mène vers le spectaculaire et la performance virtuose pour le second... C'est en résumé l'étonnante création de la compagnie Le P'tit Cirk qui s'articule autour de la musique et de l'envol avec la guitare comme partenaire privilégié, instrument musical ou agrès des plus surprenants !

Fondé en mars 2004 sur les projets de Danielle Le Pierrès (Archaos, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, Cirque Plume, etc.) et de Christophe Lelarge (Cirque du Soleil, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, etc.)*, le P'tit Cirk est basé dès sa création à Lannion en Bretagne. Cette implantation correspond à une démarche artistique volontaire de long terme afin d'être acteur de la vie culturelle du Trégor, de partager et de transmettre leur passion, et d'aller à la rencontre d'un public qui n'a pas forcément l'occasion ou la demande de découvrir cette forme d'approche de travail envers le cirque. Le spectacle "Les Dodos" est la sixième proposition de la compagnie.

Cette dernière création (en tournée depuis trois ans) confirme, si besoin était, leur statut de compagnie majeure dans le paysage du cirque de création à l'échelle européenne… et leur ouverture permanente à différentes pistes… de cirque. Chez les membres du P'tit Cirk, le sens du collectif, le côté pur, brut et extra-ordinaire de l'exploit sont aussi importants et incontournables que le jeu d'acteur, la mise en piste, la lumière et la scénographie. La performance est là mais n'occulte en rien la trame poétique présente à chaque instant.

Gil Chauveau
17/09/2020
Sortie à la Une

"Cabaret Louise" Cabaret foutraque et jouissif pour s'indigner encore et toujours !

Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et l'une de ses figures majeures, Louise Michel, sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur des fondations soixante-huitardes bienfaisantes, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
31/08/2020