La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2021

•Off 2021• Rachel, Danser avec nos morts Ouah ! Un concentré de tout ce qui fait théâtre

Mistral gagnant… Faire danser les mo(r)ts et les corps en multipliant les points de vue narratifs et scénographiques, convoquer la vidéo pour précéder ou prolonger la réalité-illusion vécue au plateau, insuffler une énergie de nature à pulvériser le quatrième mur rendu transparent par les adresses constantes d'un personnage-narrateur partie prenante du drame, autant de précieux ingrédients pour qu'un vertige euphorisant s'empare de chacun... Au sortir de "la cérémonie", on se retrouve perché haut tant les pétulances ont été fortes, voguant sur un nuage… Que c'est troublant, le théâtre ainsi pensé…



© Émile Zeizig Mascarille.
© Émile Zeizig Mascarille.
D'emblée, on est projetés dans l'histoire de cette famille décomposée se retrouvant, après une si longue absence, dans sa maison de bord de mer pour fêter Rachel qui - apparemment contre toute attente - a trouvé à se "ma-ri-er" ! Il y a là le père de la mariée obnubilé par lui-même et la santé mentale de son autre fille (l'électron libre Hannah, extraite pour la circonstance de l'HP où elle séjourne), la mère esseulée au parler franc, la promise (oui Rachel est lesbienne, enceinte et sa future est noire, ce qui ne pose aucun problème dans cette famille affichant des idées modernes), le frère de la promise, adepte entre autres de la mise en abyme des vies minuscules par l'histoire cosmogonique, et de ce fait narrateur infatigable des minutes d'ici-bas…

… Sans oublier la présence parmi eux de l'ex future compagne (consolable cependant) du frère jumeau d'Hannah, en mort cérébrale depuis que, par une nuit de mer agitée, une nuit où Hannah avait failli se noyer… Omniprésent dans les pensées de chacun, il traversera régulièrement le plateau pour converser (planche de surf sous le bras) avec les vivants. Une famille donc des plus "ordinaires" avec, en sous-texte, des torrents de non-dits, de "mal vécus", de frustrations… mais aussi des flots de tendresse contenue et de désirs à fleur de peau.

Si on ajoute à ce tableau une autre invitée, la culpabilité latente (et/ou manifeste, c'est selon) au sujet de la mort annoncée du frère, on obtient le menu de cette journée particulière où tous vont faire l'effort de se sourire… La vie quoi… à l'image de l'univers qui, même s'il court à sa perte, c'est pour mieux renaître d'un nouveau Big Bang (dixit le narrateur).

© Émile Zeizig Mascarille.
© Émile Zeizig Mascarille.
L'entrée en matière est à elle seule, dans sa forme comme dans son fond, le précipité chimique de la suite… Dans une vidéo tournée "intérieur voiture", projetée "extérieur plateau" (dixit le même narrateur), l'on découvre Hannah sur la banquette arrière de la voiture conduite par son père. Dans un instant, on les verra entrer "pour de vrai" (même s'il s'agit là encore d'une illusion créée par la magie théâtrale) dans la maison où les autres membres de la "familia grande" les attendent. Hannah a obtenu de l'institution psychiatrique une ordonnance de médocs avec son bon de sortie ; le père, lui, est tendu… Au-delà de l'infinie tendresse qu'il porte à sa fille, n'est-elle pas celle par qui le scandale de la mort est arrivé…

Le narrateur ajoutera une touche (empruntée à Emmanuel Carrère, "Yoga") pour documenter superbement "le cas Hannah", perturbateur systémique de l'équilibre des névroses familiales : "en réponse à ses doutes d'envies suicidaires, le psy lui a répondu… Vous avez raison. Le suicide n'a pas très bonne presse mais, quelquefois c'est la bonne solution. Ajoutant, après un silence… Sinon, vous pouvez vivre". Quant aux autres répliques, prises sur le vif d'une écriture au plateau, réécrites ensuite avec soin, elles sont à l'unisson de cette saillie "éclairante".

Ainsi, de tableau en tableau, sur fond de vidéos récurrentes représentant la jetée crépusculaire et le ressac incessant de l'océan, le décor évolue en assemblant dans d'autres dispositions le mobilier présent au plateau, comme si le passé à recomposer trouvait là sa traduction tangible. Déferlent en vagues continues ces retours sur "scènes de la vie familiale", venant se briser sur le rivage des mémoires en peine… Lorsque l'impensable de la mort hante les esprits, à chacun de trouver son viatique pour ne pas être à son tour submergé, noyé.

© Émile Zeizig Mascarille.
© Émile Zeizig Mascarille.
Le père, lui, son recours pour tenter d'endiguer l'angoisse, c'est danser frénétiquement sur la plage de cette nuit-là. La mère, elle, c'est convoquer son fils disparu pour lui tirer les cartes. Quant à Hannah, la sœur en proie à une désolation ravageuse, et l'amante éplorée du beau surfeur, elles trouveront l'une et l'autre dans la libération de leur libido, pulsion de vie à l'état pur, l'exutoire parfait pour faire la nique à la camarde.

Ainsi, les règlements de comptes, inévitables, seront-ils solubles dans le banquet final où chacun et chacune aura cheminé sur les rives de son propre chagrin en le chevauchant avec celui des autres. De cette traversée en eaux théâtrales, agitées et tendres (l'existence est somme de paradoxes), la communauté au plateau s'en sort visiblement soulagée, délivrée du poids mort de la culpabilité sans nom. Rachel s'est mariée, elle n'aura plus à se consoler toute seule et nous, spectateurs conviés à ces noces barbares, notre immense besoin de consolation aura aussi été comblé…

Vu au Théâtre Le 11 à Avignon le jeudi 22 juillet 2021.

"Rachel Danser avec nos morts"

Création 2021.
Texte : By COLLECTIF, écriture collective dirigée par Delphine Bentolila.
Mise en scène : Delphine Bentolila.
Avec : Lucile Barbier, Delphine Bentolila, Stéphane Brel, Nicolas Dandine, Julie Kpéré, Amandine du Rivau, Laurence Roy, Julien Sabatié-Ancora.
Régie lumière : Michaël Harel.
Musique : Georges Baux, Nestor Kéa.
À partir de 13 ans.
Durée : 1 h 30.

•Avignon Off 2021•
Du 7 au 29 juillet 2021.
Tous les jours à 13 h 10, relâche les 12, 19 et 26 juillet.
Théâtre Le 11, Salle 2, 11, boulevard Raspail, Avignon.
Réservations : 04 84 51 20 10 .
>> 11avignon.com

Tournée
5 avril 2022 : Le Piano'cktail, Bouguenais (44).
10 et 11 avril 2022 : Théâtre dans les vignes, Couffoulens (11).
2022 (dates à préciser) : MJC des Demoiselles, Toulouse (31).

Yves Kafka
Dimanche 25 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021