La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2021

•Off 2021• Comment Virginie D. a sauvé ma vie Un uppercut salvateur pour rappel d'une lutte toujours à poursuivre

Depuis plusieurs années, Corinne Merle, autrice, comédienne et performeuse, nous fait part, avec une énergique passion, de ses convictions féministes et de la légitimité du combat mené par des femmes célèbres ou pas… De leurs histoires, de leurs souffrances, des violences subies et du harcèlement, entre autres. Et dans "Comment Virginie D. a sauvé ma vie", pour nous parler aussi d'une rencontre littéraire avec Virginie Despentes, avec qui elle se retrouve en communauté d'esprit pour la concrétisation d'un nouveau féminisme… Âmes sensibles ou perchées sur un phallus s'abstenir !



© Camille Wodling.
© Camille Wodling.
Comme elle nous le déclare en préambule de son spectacle, elle va principalement nous parler de son ventre, de ses seins, de son vagin, très peu de sa tête. Le ton est clairement donné, Il est temps de poser sans ambiguïté les problèmes sur la table, de combattre les idées reçues, convenues… et dire les déconvenues des femmes au quotidien, les violences subies, les viols incestueux ou conjugaux, les soumissions journalières. La proposition est limpide, le public est invité à sortir de sa zone de confort pour un spectacle incisif et sans concessions…

Toute la force et la puissance de Corinne Merle résident notamment dans sa maîtrise à nous narrer des anecdotes douloureuses, à rappeler à la barre le violeur… même mort, à replacer dans la banalité des actes indicibles - à la fois du fait de leur extrême violence et de leur trivialité - pour les rendre plus réels, concrets afin de générer une prise de conscience immédiate de leur insoutenable gravité par la gent masculine… même si dans le public il est peu probable qu'il y ait des hommes concernés… Mais s'agissant d'un travail de longue haleine - les chiffres sur les féminicides* parlent d'eux-mêmes -, Corinne Merle ne mégote pas à asséner quelques uppercuts vocaux.

© Camille Wodling.
© Camille Wodling.
Mais la comédienne, pasionaria généreuse et enthousiaste, sait doser ses propos, en traduire des mélodies tragiques ou joyeuses, ces dernières s'appuyant sur un usage de l'humour expérimenté. Son texte, découpé en séquences, dont elle est l'autrice pour la majorité, les autres étant empruntées à "King Kong Théorie" de Virginie Despentes, inclut avec intelligence et espièglerie des références culturelles et/ou littéraires, souvent délicieuses, dont une lettre d'Antonin Artaud (que je vous laisse découvrir avec un plaisir non dissimulé) ou un souvenir radiophonique - "Radioscopie" - ayant mis en scène sur les ondes Jacques Chancel et Albert Cohen… où ce dernier se révèle être un fieffé goujat doublé d'un odieux phallocrate.

Autre moment fort du spectacle - parmi d'autres, plantés comme des aiguillons dans la carne machiste du mâle commun qui, comme toutes les espèces animales, est en cours d'évolution (espoir ! ?) - où est abordée la sphère littéraire qui encore aujourd'hui, même si cela a, pour le coup vraiment évolué, met en avant dans l'enseignement (au collège et au lycée) des modèles pas spécialement réjouissement où la condition de la femme est limitée à une misère crasse entre crime et prostitution.

© Camille Wodling.
© Camille Wodling.
Elle en profite donc pour faire une "remise à niveau" de l'image perçue des héroïnes de nos grands auteurs académiques. Que ce soit, par exemple, "Thérèse Raquin" d'Émile Zola qui la décrit comme une brute humaine ou "Nana" vouée à la prostitution pour sortir de la misère, ou encore "Emma Bovary" de Flaubert qui, pour faire court, est mise au couvent par le paternel veuf où elle apprend à lire, donc à se cultiver et à devenir plus libre, en amour notamment… Résultat ? Femme instruite donc dangereuse, libre en actes, en pensées et en amour… donc perverse ! Et hop ! Ève, la pomme, le serpent, le mal, le mâle trompé et tout le tralala !

La mise en scène de François Jenny apporte de l'ampleur au jeu de la comédienne, une occupation du plateau dynamique, avec des moments de retrait derrière la table aux œufs… en avenir d’omelette, où elle se procure une trêve ; et d’autres en running plateau et approche salle pour de percutantes et narratives adresses au public. Ici est privilégiée opportunément une séparation entre l’avant-scène dédiée à des expressions dynamiques et plus "sportives", et l'espace "arrière" du plateau, faisant alors office de zone de retrait, d’apaisement et de réflexion à voix haute. De cette mise en espace, Corinne Merle en joue avec l'élégante mobilité et la détermination d'une boxeuse sur un ring !

"Comment Virginie D. a sauvé ma vie" est une parole nécessaire, requinquante pour les femmes et salvatrice pour les hommes volontaires !

* Au 10 juin 2021, on comptait déjà 51 féminicides.

"Comment Virginie D. a sauvé ma vie"

© Camille Wodling.
© Camille Wodling.
D'après "King Kong Théorie" de Virginie Despentes.
Autrice : Corinne Merle.
Mise en scène : François Jenny.
Avec : Corinne Merle.
Lumières : Luc Jenny.
Production Come Prod.

•Avignon Off 2021•
Du 7 au 31 juillet 2021.
Tous les jours à 14 h 45.
Théâtre Arto, 3, rue du Râteau, Avignon.
Réservations : 04 90 82 45 61.
>> theatre-arto.fr

Gil Chauveau
Samedi 24 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022