La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2021

•Off 2021• Ah ! vous dirai-je mamans Sur le féminin chemin de la transmission

Mais quelle est donc cette mystérieuse valise qui se transmet de mère en fille au fil des générations et revêt un sens tout particulier au moment où la future maman va accoucher ? La maternité, point universel, originel et fondateur de l'espèce humaine, est abordée ici avec humour et poésie par Laura Elko, chevauchant avec impertinence la parabole générationnelle et féminine, pour effectuer un passage de la vie de petite fille à celle de femme… non dénué de saines interrogations !



© Alexandre Foulon.
© Alexandre Foulon.
La valise en question lui est transmise le jour des premières règles… Vide ! À remplir avec ? Laura l'ignore. Ce qui manque ? "Trouve et rapporte ce qui te manque fondamentalement, sans quoi tu ne pourras devenir mère à ton tour sans t'attirer un grand malheur." Injonction limite incantatoire, au contenu énigmatique, émise par la mère de la future mère.

Quelques années plus tard, Laura est enceinte, à quelques heures de l'accouchement, avec l'impossibilité récurrente - valable pour toutes les femmes depuis la nuit des temps - de ne jamais pouvoir en définir réellement le nombre… d'heures restant avant la résolution de l'heureux événement !

Dans cette urgence impossible donc à évaluer, reste la nécessité de préparer sa valise, avec ses affaires - les indispensables - plus celles du bébé. En main, la sacro-sainte liste qui conduit aux souvenirs de celles, scolaires et à la rythmique annuelle, qu'il fallait déjà appliquer. Mais c'est aussi se remémorer ces phrases transmises, parfois rituelles, à la petite fille par la maman, de celles qui seraient sans objet pour un garçon.

© Alexandre Foulon.
© Alexandre Foulon.
Dans cette mémoire réactivée, comme pour la valider une dernière fois avant de changer de vie, touchant la fois à l'intime et aux profondes mutations tant physiques que mentales (charge du même nom comprise !), Laura va sortir Adalbert de son coffre, son doudou, mais aussi son confident, son conseilleur !

Laura est ventriloque, et si la marionnette est son double, elle fait aussi office de miroir, de bonne conscience à la Jiminy Cricket. C'est le temps de revisiter ces étapes aux réflexions très féminines et d'aborder la relation avec sa mère. En faire un bilan au moment où on va le devenir.

Et concrétiser, accepter certaines interrogations à venir, spécifiques à la maman, du style : "Est-ce une fille ou un garçon ? Une fille. Un garçon aurait été plus simple, pas la même transmission. Et surtout, le père va adorer sa fille et ça va rendre la mère jalouse ; les enfants, quand ils rigolent, c'est toujours papa, quand ils pleurent, c'est toujours maman ; les bons côtés pour le père, les mauvais pour mère, etc." Questionner, se questionner pour trouver les bonnes raisons de devenir mère. Et ainsi, l'air de rien, la valise se remplit, avec les futures attentes d'une maman en devenir.

Laura Elko est une artiste étonnante aux multiples talents. Elle les a tous ou presque. Auteure, comédienne, chanteuse lyrique, ventriloque. Elle en use au cours de son "seule" en scène avec la mesure, l'élégante retenue des grandes artistes, sans jamais en faire trop… mais suffisamment pour imposer une belle présence sur scène, empreinte de sincérité et de générosité, et emporter le public dans les dédales interrogatifs de la maternité, sans s'y perdre… en concevant tout au long du spectacle son fil d'Ariane personnel.

Femme ou homme, chacun y trouvera le sien. Et si le propos est féministe, il reste ouvert, n'excluant à aucun moment la gent masculine… Surtout au moment (le 1er juillet) où la durée du congé paternité va être doublée !

In fine, s'éclaire pour Laura, sous les feux d'une approche subtilement humoristique et poétique - accompagnée avec intelligence par la metteure en scène Victoire Berger-Perrin -, le sens de la filiation, ce rapport si singulier de mère à fille sans cesse renouvelé, initiant ainsi le cheminement d'une future maman sur la longue route de la transmission… aux étapes parfois inattendues ou encore à inventer pour son propre enfant…

"Ah ! vous dirai-je mamans"

De Laura Elko.
Mis en scène : Victoire Berger-Perrin.
Avec : Laura Elko.
Concepteur lumières : Stéphane Baquet.
Créatrice sonore : Aude Baudassé.
Cie Lâche la proie pour l'ombre.
Durée : 1 h 15.
Spectacle tout public.

Dans le cadre du Phénix Festival
Du 10 juin au 19 juin 2021.
Lundi, Jeudi, Samedi à 19 h.
La Nouvelle Seine, Paris 5e, 01 43 54 08 08.

•Avignon Off 2021•
Du 7 au 31 juillet 2021.
Tous les jours à 16 h 35, relâche les 15 et 22 juillet.
L'Arto Théâtre, 3, rue du Râteau, Avignon.
Réservations : 04 90 82 45 61.
>> theatre-arto.fr

Gil Chauveau
Dimanche 20 Juin 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.








Vidéos les plus récentes



À découvrir

•Off 2021• Le Souffleur Dans l'ombre de la création du Cyrano d'Edmond Rostand

Le 28 décembre 1897, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, a lieu la première représentation du "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand avec, dans le rôle-titre, le grand comédien de l'époque : Benoît Constant Coquelin. Depuis, cette pièce est l'une des plus célèbres du répertoire du théâtre français. Cyrano, Roxane sont devenus des personnages de légende, des héros, des joyeux fantômes de l'inconscient collectif. C'est l'apport qu'a eu ce texte dans la symbolique de la bravoure, de la passion, de l'abnégation. Un amour impossible de plus.

© Compagnia dell'Edulis.
Pourtant, il manque un héros à cette liste issue de cette première représentation. Il y manque un fantôme, un tout petit fantôme, mais un fantôme protecteur qui était, lui aussi, au plateau ce 28 décembre 1897. Oublié. C'est un peu normal puisque Edmond Rostand n'a pas écrit un vers pour lui. Et pourtant, lui seul dans toute la distribution avait lu, mis en bouche, voire appris, les répliques de tous les personnages de la pièce et, en particulier, celle de l'Auguste Coquelin. Il s'appelait Ildebrando Biribo'. Il était ce soir-là dans le trou en avant-scène, invisible des spectateurs, le manuscrit devant lui, le trou du souffleur.

Et c'était sa dernière performance. Coquelin, avant le début de la représentation, lui annonce qu'il n'aurait plus besoin de lui pour les suivantes. La représentation se déroule. Ildebrando Biribo' fait son office. La pièce se termine. Les acteurs quittent la scène sous les ovations. C'est un triomphe. Ils sortent de scène. Le public quitte la salle. Et l'on retrouve le souffleur mort dans son trou.

Bruno Fougniès
20/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2021 ● Acquittez-la ! par Pierrette Dupoyet

Alexandra L., femme battue depuis des années par son mari, finit par l'assassiner. Elle est passible de 20 ans de prison… Toutefois, le réquisitoire de l'Avocat Général va surprendre tout le monde…

Pierrette Dupoyet dans un précédent spectacle
Ce récit nous plonge dans la spirale que vivent des milliers de femmes violentées qui, bâillonnées par la peur, se murent dans le silence… Quand le drame éclate au grand jour, les questions pleuvent : "pourquoi n'as-tu pas quitté ton bourreau avant ? Pourquoi n'en as-tu parlé à personne ?". Questions faciles à poser, mais les réponses sont difficiles à trouver…
Et si tout commençait à la première gifle ?

Depuis 37 ans, Pierrette Dupoyet crée tous ses spectacles au Festival d'Avignon, avant d'aller les interpréter dans le monde entier (70 pays à son actif).
"Hallucinante" Nouvel Obs.
"Saisissante !" Télérama.
"Une présence" Le Monde.
"Exceptionnelle !" France-Soir.
"Une défricheuse qui ne sait vivre que dans le risque"

Création de Pierrette Dupoyet.
Auteur, interprète, metteur en scène : Pierrette Dupoyet.
Durée : 1 h 15.

● Avignon Off 2021 ●
Du 7 au 31 Juillet 2021.
Tous les jours à 11 h 50 .
Théâtre Buffon, 18, rue Buffon, Avignon.
Réservations: 04 90 27 36 89.

>> pierrette-dupoyet.com
>> theatre-buffon.fr

Annonce
31/05/2021