La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2021

•Off 2021• Ah ! vous dirai-je mamans Sur le féminin chemin de la transmission

Mais quelle est donc cette mystérieuse valise qui se transmet de mère en fille au fil des générations et revêt un sens tout particulier au moment où la future maman va accoucher ? La maternité, point universel, originel et fondateur de l'espèce humaine, est abordée ici avec humour et poésie par Laura Elko, chevauchant avec impertinence la parabole générationnelle et féminine, pour effectuer un passage de la vie de petite fille à celle de femme… non dénué de saines interrogations !



© Alexandre Foulon.
© Alexandre Foulon.
La valise en question lui est transmise le jour des premières règles… Vide ! À remplir avec ? Laura l'ignore. Ce qui manque ? "Trouve et rapporte ce qui te manque fondamentalement, sans quoi tu ne pourras devenir mère à ton tour sans t'attirer un grand malheur." Injonction limite incantatoire, au contenu énigmatique, émise par la mère de la future mère.

Quelques années plus tard, Laura est enceinte, à quelques heures de l'accouchement, avec l'impossibilité récurrente - valable pour toutes les femmes depuis la nuit des temps - de ne jamais pouvoir en définir réellement le nombre… d'heures restant avant la résolution de l'heureux événement !

Dans cette urgence impossible donc à évaluer, reste la nécessité de préparer sa valise, avec ses affaires - les indispensables - plus celles du bébé. En main, la sacro-sainte liste qui conduit aux souvenirs de celles, scolaires et à la rythmique annuelle, qu'il fallait déjà appliquer. Mais c'est aussi se remémorer ces phrases transmises, parfois rituelles, à la petite fille par la maman, de celles qui seraient sans objet pour un garçon.

© Alexandre Foulon.
© Alexandre Foulon.
Dans cette mémoire réactivée, comme pour la valider une dernière fois avant de changer de vie, touchant la fois à l'intime et aux profondes mutations tant physiques que mentales (charge du même nom comprise !), Laura va sortir Adalbert de son coffre, son doudou, mais aussi son confident, son conseilleur !

Laura est ventriloque, et si la marionnette est son double, elle fait aussi office de miroir, de bonne conscience à la Jiminy Cricket. C'est le temps de revisiter ces étapes aux réflexions très féminines et d'aborder la relation avec sa mère. En faire un bilan au moment où on va le devenir.

Et concrétiser, accepter certaines interrogations à venir, spécifiques à la maman, du style : "Est-ce une fille ou un garçon ? Une fille. Un garçon aurait été plus simple, pas la même transmission. Et surtout, le père va adorer sa fille et ça va rendre la mère jalouse ; les enfants, quand ils rigolent, c'est toujours papa, quand ils pleurent, c'est toujours maman ; les bons côtés pour le père, les mauvais pour mère, etc." Questionner, se questionner pour trouver les bonnes raisons de devenir mère. Et ainsi, l'air de rien, la valise se remplit, avec les futures attentes d'une maman en devenir.

Laura Elko est une artiste étonnante aux multiples talents. Elle les a tous ou presque. Auteure, comédienne, chanteuse lyrique, ventriloque. Elle en use au cours de son "seule" en scène avec la mesure, l'élégante retenue des grandes artistes, sans jamais en faire trop… mais suffisamment pour imposer une belle présence sur scène, empreinte de sincérité et de générosité, et emporter le public dans les dédales interrogatifs de la maternité, sans s'y perdre… en concevant tout au long du spectacle son fil d'Ariane personnel.

Femme ou homme, chacun y trouvera le sien. Et si le propos est féministe, il reste ouvert, n'excluant à aucun moment la gent masculine… Surtout au moment (le 1er juillet) où la durée du congé paternité va être doublée !

In fine, s'éclaire pour Laura, sous les feux d'une approche subtilement humoristique et poétique - accompagnée avec intelligence par la metteure en scène Victoire Berger-Perrin -, le sens de la filiation, ce rapport si singulier de mère à fille sans cesse renouvelé, initiant ainsi le cheminement d'une future maman sur la longue route de la transmission… aux étapes parfois inattendues ou encore à inventer pour son propre enfant…

"Ah ! vous dirai-je mamans"

De Laura Elko.
Mis en scène : Victoire Berger-Perrin.
Avec : Laura Elko.
Concepteur lumières : Stéphane Baquet.
Créatrice sonore : Aude Baudassé.
Cie Lâche la proie pour l'ombre.
Durée : 1 h 15.
Spectacle tout public.

Dans le cadre du Phénix Festival
Du 10 juin au 19 juin 2021.
Lundi, Jeudi, Samedi à 19 h.
La Nouvelle Seine, Paris 5e, 01 43 54 08 08.

•Avignon Off 2021•
Du 7 au 31 juillet 2021.
Tous les jours à 16 h 35, relâche les 15 et 22 juillet.
L'Arto Théâtre, 3, rue du Râteau, Avignon.
Réservations : 04 90 82 45 61.
>> theatre-arto.fr

Gil Chauveau
Dimanche 20 Juin 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024