La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2019

•Off 2019• Hercule à la Plage Entre mythe et mythomanie, la vie est un songe

Convoquer la figure d'un super héros de la mythologie - et ce dans le droit fil d'Ariane tissé par sa chère maman disparue qui racontait à sa petite fille émerveillée l'histoire héroïque du fils de Jupiter et d'Alcmène - pour s'inventer ensuite une existence idéalisée, la divine "créature" de Fabrice Melquiot s'en donne à cœur joie… quitte à briser celui de ses trois camarades, amoureux fous de la fille la plus belle, la plus intelligente, la plus tout… Mais comme les histoires d'amour (seraient-elles enfantines) finissent mal en général, un jour sur une plage ensoleillée, l'amour échoua avec l'annonce du déménagement prochain de la belle.



© Ariane Catton Balabeau.
© Ariane Catton Balabeau.
Bien des années plus tard, les Trois mousquetaires (qui étaient quatre comme chacun sait) se retrouvent dans un labyrinthe mnésique érigé de colonnes herculéennes où, des peupliers de la cour de récréation des prémices, à la plage où se brisèrent leurs amours platoniques, ils vont rejouer leurs émois passés (?) comme si le temps s'était arrêté en eux. Un conte initiatique qui, en "bousculant" les limites spatiotemporelles, questionne la permanence du sentiment et l'influence des histoires que l'on (se) raconte sur l'existence vécue. La vie est un roman dont on essaye d'être les héros…

Un roman qui alterne dialogues et narration décalée pour mieux mettre en abyme cette histoire où de super-héros, créés de toutes pièces par le désir brûlant de plaire et/ou d'être plu, entraînent à un jeu de rôles… mis en jeu à son tour sur un vrai plateau de théâtre, lieu de l'illusion. Dédoublement du réel et de l'illusion, jeux de miroirs qui se font échos jusqu'à troubler notre rapport à nous-même. Qui sommes-nous ? Des êtres libres et autonomes ou des constructions de récits empilés, les nôtres, et ceux des autres sur nous ?

© Ariane Catton Balabeau.
© Ariane Catton Balabeau.
Hercule et ses douze travaux ont "impressionné" durablement la petite fille. Lorsque sa maman, morte à ses neuf ans, lui racontait les serpents envoyés par Junon dans son berceau afin de se débarrasser de cet être né des amours coupables de Jupiter, elle en frissonnait de peur… avant de se réjouir de son invulnérabilité. L'épreuve des douze travaux accomplis par la suite par le colosse a été pour elle le symbole de la puissance mise au service du défi d'exister. Depuis, elle attend le héros grand et fort qui viendrait, pour elle, réitérer les mêmes exploits.

"Tout est bizarre et normal à la fois", toutes les époques confondues comme pour dire que ce qui nous constitue résulte d'expériences sans date fusionnant entre elles pour créer notre matière en mouvement. Alors Melvil, Charles, Angelo et India traversent les âges, ils ont dix ans, quinze ans, quarante ans, traversent les lieux de leur enfance et adolescence, mais si leurs traits se sont modifiés avec le temps, leur structure psychique perdure sous leur apparence changeante.

© Ariane Catton Balabeau.
© Ariane Catton Balabeau.
Ils s'élancent, d'un même élan, cartables au dos, pour ramener le lion de Némée, terrassé. Les copains, rivalisant à mort, déposent aux pieds de la belle, qui une peluche léonine à la tête décapitée, qui une tête de lion découpée dans l'emballage d'une tablette de chocolat. Suivront les autres travaux… L'hydre de Lerne (vraie-fausse vipère aux viscères à l'air), la chasse de la biche de Cérynie, la capture du sanglier d'Érymanthe, le nettoyage au kärcher des écuries d'Augias, donnent lieu à des tableaux à haute valeur humoristique.

De même que les chansons de Cabrel dans lesquelles "il y a toujours quelque chose qui tombe", citées par un protagoniste pour évoquer sa dépression prépubère liée au départ de la belle. "De toi jamais je ne guérirai", déclarent-ils tour à tour avec emphase réjouissante. Et même s'ils iront, à sa demande jusqu'à se battre pour elle, la bagarre se terminera par des éclats de rire tant leur amitié à tous les trois est inaliénable.

Quand viendra la chute - celle qu'implique le temps théâtral - le dévoilement de "l'héroïne" dans la lettre qu'elle adresse à sa chère maman, résonne d'une humanité à fleur de peau : la vie est pleine de super héros qui ont de sacrés problèmes…

Ce conte initiatique qui convoque avec un humour irrésistible l'une des figures de la mythologie la plus colossale pour dire ce que vivre suppose d'humilité, est à déguster toutes générations confondues. La poésie est affaire trop précieuse pour la laisser au soin des seuls enfants…

"Hercule à la Plage"

© Ariane Catton Balabeau.
© Ariane Catton Balabeau.
Création Avignon 2019.
Texte : Fabrice Melquiot (à partir du mythe d'Hercule).
Mise en scène : Mariama Sylla, assistée de Tamara Fischer.
Avec : Raphaël Archinard (Melvil), Julien George (Charles), Hélène Hudovernik (India et mère d'India), Miami Themo (Angelo).
Scénographie : Khaled Khouri.
Création lumière : Rémi Furrer.
Création univers sonore : Renaud Millet-Lacombe.
Costumes : Irène Schlatter.
Régie son : Benjamin Tixhon.
Régie lumière : Théo Serez.
Régie plateau : Gabriel Sklenar en alternance avec François-Xavier Thien.
Maquillages : Katrine Zingg.
Peinture des décors : Valérie Margot.
Durée : 1 h.
Tout public à partir de 9 ans.
Théâtre Am Stram Gram - Genève.
"Hercule à la plage" sera publié aux éditions La Joie de lire, coll. La Joie d'Agir en septembre 2019.

•Avignon Off 2019•
Du 5 au 26 juillet 2019.
Tous les jours à 10 h 10, relâche le mercredi.
11 • Gilgamesh Belleville, Salle 2
11, boulevard Raspail.
Réservations : 04 90 89 82 63.
>> 11avignon.com

Yves Kafka
Lundi 15 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019