La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Non, le monde de "Tristan" n'est pas Stone

Au Festival d'Aix, où son directeur général Pierre Audi a eu l'idée géniale d'inscrire "Tristan et Isolde" au répertoire de la manifestation provençale, la toute première production du drame wagnérien confiée à Simon Stone, et dirigée par Sir Simon Rattle, souffle le froid et le chaud. La troisième représentation sera diffusée sur Arte Concert et France Musique le 8 juillet.



© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Vouloir mettre en scène et renouveler notre compréhension de "Tristan et Isolde" est - on le sait - particulièrement ardu (pensons en particulier à l'acte deux). Pour un jeune metteur en scène comme Simon Stone, la volonté de faire entrer l'œuvre dans son univers est compréhensible et légitime. Nous avons souvent aimé de surcroît sa volonté de montrer sur scène les invisibles, ceux que nous croisons dans la vie quotidienne et que nous ne voyons pas toujours. Nous avons souvent apprécié aussi son désir de faire entrer les œuvres du répertoire dans notre modernité - afin de nous les rendre plus proches.

Ce qui avait si bien réussi à Garnier avec "La Traviata" se révèle ici un échec pour le "Tristan" d'Aix. Qu'est-ce que "Tristan et Isolde" ? Le plus beau des drames romantiques et métaphysiques, un diamant noir au registre sublime. C'est à saisir cette dimension sacrée dans la cohérence d'une vision de l'opéra qu'échoue le metteur en scène australien.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
L'agacement commence immédiatement dès le prélude, gâché par des bruits de vaisselle dans l'évier d'une cuisine lors d'un dîner bourgeois où tous les personnages trinquent à qui mieux mieux. Isolde, une épouse âgée, surprend Tristan, son amant (ou son mari, ce n'est pas clair) en train de faire la cour à une jeunette. Avant d'aller se coucher seule dans cet appartement qui pourrait être celui des époux des "Scènes de la vie conjugale" de Bergman et sans doute rêver les épisodes qui nous seront donnés à voir ensuite. Ce rapetissement petit-bourgeois est le principal écueil où se rate la production de Simon Stone.

Des vidéos (dues à Luke Halls) d'orages, d'océan ou de campagne anglaise derrière les vitres de l'appartement au I, de l'open space où règne le Roi Marke au II (un PDG donc) puis de la rame de métro parisien (pourquoi Paris d'ailleurs ?) à l'acte III signaleront les moments de décrochages fantasmagoriques d'Isolde - qui finit par donner congé au pauvre Tristan, blessé dans le cauchemar de son aimée puis ressuscité dans le "réel" d'un retour de soirée après le "Liebestod". Soyons bien clair : autant il est très intéressant le plus souvent chez S. Stone de voir sur scène les quidams que nous croisons usuellement dans le métro (Africains encombrés de leurs sacs Tati, demoiselles voilées rejoignant leurs pauvres CDD, Bobos en train de pianoter sur leur portable), autant ici l'idée semble maladroitement plaquée sans aucune nécessité interne. Le drame wagnérien n'est pas réductible à cette facilité et on peut se demander si le metteur en scène aime vraiment cette œuvre et l'a comprise. Que dire de cette idée ridicule de confier un cutteur à Melot pour blesser Tristan ?

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Et ce n'est pas la démultiplication des couples à l'acte II censée rappeler tous les âges d'une vie de couple ordinaire qui sauve l'affaire, en dépit de la belle lumière en clair-obscur de James Farncombe. L'agacement se poursuivra jusqu'à la fin du spectacle (la beauté des préludes étant systématiquement compromise par une agitation pénible sur scène, sauf pour le début du troisième).

Rendons grâce cependant à une distribution vocale de très haut niveau, capable de chanter avec un engagement sans faille malgré la médiocrité assumée de la vision proposée ici. Si la Brangäne punkette de Jamie Barton semble parfois un peu gagnée par la vulgarité générale à l'acte I (avec quelques accents peu stylés), ses deux appels lors de la fameuse nuit d'amour du deuxième acte sont superbes. Josef Wagner compose un jeune Kurwenal de haut lignage, un compagnon loyal prêt à tout pour sauver son héros. Dominic Sedgwick et Linard Vrielink complètent avec grand talent cette équipe de wagnériens de haut vol.

Le trio formé par Nina Stemme (Isolde), Stuart Skelton (Tristan) et Franz-Josef Selig (König Marke ) est tout simplement magnifique ; à eux trois ils sauvent avec leurs moyens vocaux colossaux (et subtils) cette proposition ratée. Chez eux, vrais liedersänger, phrasé, articulation, musicalité et intelligence profonde des rôles (que ces chanteurs maîtrisent superlativement) nous enchantent. Ils nous embarquent et nous font frissonner à leur suite au cœur de la vague océanique fascinante de cette musique.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Le London Symphony Orchestra, qui interprète pour la première fois l'opéra dans son intégralité, présente dans les solos du premier acte quelques approximations (et quelques sonorités peu délectables, par exemple aux bois, menaçant parfois l'homogénéité et la densité de la texture) malgré l'expertise de leur chef, Sir Simon Rattle - qui propose en outre un tempo un peu trop agitato au I. Ainsi il nous manque, avant le premier entracte, le poison narcotique attendu. Dans les deux actes suivants, tous prennent de la hauteur et l'orchestre se hisse alors le plus souvent au niveau des plus grands dans ce répertoire. Nul doute que l'expérience aura du bon et que les progrès s'entendront dans les représentations à venir.

Prochaines représentations les 8, 11 et 15 juillet 2021 à 18 h.

Sur Arte Concert et France Musique le 8 juillet 2021. En différé sur Arte.

"Tristan et Isolde"
De Richard Wagner.
Durée : 4 h 40 avec deux entractes.

Grand Théâtre de Provence.
380, Avenue Max Juvénal, Aix-en-Provence.
Programme complet et réservations jusqu'au 25 juillet 2021 :
>> festival-aix.com/f

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.

Christine Ducq
Jeudi 8 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022