La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Non, le monde de "Tristan" n'est pas Stone

Au Festival d'Aix, où son directeur général Pierre Audi a eu l'idée géniale d'inscrire "Tristan et Isolde" au répertoire de la manifestation provençale, la toute première production du drame wagnérien confiée à Simon Stone, et dirigée par Sir Simon Rattle, souffle le froid et le chaud. La troisième représentation sera diffusée sur Arte Concert et France Musique le 8 juillet.



© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Vouloir mettre en scène et renouveler notre compréhension de "Tristan et Isolde" est - on le sait - particulièrement ardu (pensons en particulier à l'acte deux). Pour un jeune metteur en scène comme Simon Stone, la volonté de faire entrer l'œuvre dans son univers est compréhensible et légitime. Nous avons souvent aimé de surcroît sa volonté de montrer sur scène les invisibles, ceux que nous croisons dans la vie quotidienne et que nous ne voyons pas toujours. Nous avons souvent apprécié aussi son désir de faire entrer les œuvres du répertoire dans notre modernité - afin de nous les rendre plus proches.

Ce qui avait si bien réussi à Garnier avec "La Traviata" se révèle ici un échec pour le "Tristan" d'Aix. Qu'est-ce que "Tristan et Isolde" ? Le plus beau des drames romantiques et métaphysiques, un diamant noir au registre sublime. C'est à saisir cette dimension sacrée dans la cohérence d'une vision de l'opéra qu'échoue le metteur en scène australien.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
L'agacement commence immédiatement dès le prélude, gâché par des bruits de vaisselle dans l'évier d'une cuisine lors d'un dîner bourgeois où tous les personnages trinquent à qui mieux mieux. Isolde, une épouse âgée, surprend Tristan, son amant (ou son mari, ce n'est pas clair) en train de faire la cour à une jeunette. Avant d'aller se coucher seule dans cet appartement qui pourrait être celui des époux des "Scènes de la vie conjugale" de Bergman et sans doute rêver les épisodes qui nous seront donnés à voir ensuite. Ce rapetissement petit-bourgeois est le principal écueil où se rate la production de Simon Stone.

Des vidéos (dues à Luke Halls) d'orages, d'océan ou de campagne anglaise derrière les vitres de l'appartement au I, de l'open space où règne le Roi Marke au II (un PDG donc) puis de la rame de métro parisien (pourquoi Paris d'ailleurs ?) à l'acte III signaleront les moments de décrochages fantasmagoriques d'Isolde - qui finit par donner congé au pauvre Tristan, blessé dans le cauchemar de son aimée puis ressuscité dans le "réel" d'un retour de soirée après le "Liebestod". Soyons bien clair : autant il est très intéressant le plus souvent chez S. Stone de voir sur scène les quidams que nous croisons usuellement dans le métro (Africains encombrés de leurs sacs Tati, demoiselles voilées rejoignant leurs pauvres CDD, Bobos en train de pianoter sur leur portable), autant ici l'idée semble maladroitement plaquée sans aucune nécessité interne. Le drame wagnérien n'est pas réductible à cette facilité et on peut se demander si le metteur en scène aime vraiment cette œuvre et l'a comprise. Que dire de cette idée ridicule de confier un cutteur à Melot pour blesser Tristan ?

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Et ce n'est pas la démultiplication des couples à l'acte II censée rappeler tous les âges d'une vie de couple ordinaire qui sauve l'affaire, en dépit de la belle lumière en clair-obscur de James Farncombe. L'agacement se poursuivra jusqu'à la fin du spectacle (la beauté des préludes étant systématiquement compromise par une agitation pénible sur scène, sauf pour le début du troisième).

Rendons grâce cependant à une distribution vocale de très haut niveau, capable de chanter avec un engagement sans faille malgré la médiocrité assumée de la vision proposée ici. Si la Brangäne punkette de Jamie Barton semble parfois un peu gagnée par la vulgarité générale à l'acte I (avec quelques accents peu stylés), ses deux appels lors de la fameuse nuit d'amour du deuxième acte sont superbes. Josef Wagner compose un jeune Kurwenal de haut lignage, un compagnon loyal prêt à tout pour sauver son héros. Dominic Sedgwick et Linard Vrielink complètent avec grand talent cette équipe de wagnériens de haut vol.

Le trio formé par Nina Stemme (Isolde), Stuart Skelton (Tristan) et Franz-Josef Selig (König Marke ) est tout simplement magnifique ; à eux trois ils sauvent avec leurs moyens vocaux colossaux (et subtils) cette proposition ratée. Chez eux, vrais liedersänger, phrasé, articulation, musicalité et intelligence profonde des rôles (que ces chanteurs maîtrisent superlativement) nous enchantent. Ils nous embarquent et nous font frissonner à leur suite au cœur de la vague océanique fascinante de cette musique.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Le London Symphony Orchestra, qui interprète pour la première fois l'opéra dans son intégralité, présente dans les solos du premier acte quelques approximations (et quelques sonorités peu délectables, par exemple aux bois, menaçant parfois l'homogénéité et la densité de la texture) malgré l'expertise de leur chef, Sir Simon Rattle - qui propose en outre un tempo un peu trop agitato au I. Ainsi il nous manque, avant le premier entracte, le poison narcotique attendu. Dans les deux actes suivants, tous prennent de la hauteur et l'orchestre se hisse alors le plus souvent au niveau des plus grands dans ce répertoire. Nul doute que l'expérience aura du bon et que les progrès s'entendront dans les représentations à venir.

Prochaines représentations les 8, 11 et 15 juillet 2021 à 18 h.

Sur Arte Concert et France Musique le 8 juillet 2021. En différé sur Arte.

"Tristan et Isolde"
De Richard Wagner.
Durée : 4 h 40 avec deux entractes.

Grand Théâtre de Provence.
380, Avenue Max Juvénal, Aix-en-Provence.
Programme complet et réservations jusqu'au 25 juillet 2021 :
>> festival-aix.com/f

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.

Christine Ducq
Jeudi 8 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022