La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Nixon in China" au Châtelet : une rencontre Est-Ouest au sommet !

Une des plus excitantes productions de cette année est à découvrir impérativement au Théâtre du Châtelet jusqu’au 18 avril : "Nixon in China" un opéra de John Adams (créé en 1987).



Pat Nixon (June Anderson), Nixon (Franco Pomponi), Chou En Lai (Kyung Chun Kim) © Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
Pat Nixon (June Anderson), Nixon (Franco Pomponi), Chou En Lai (Kyung Chun Kim) © Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
Nous avons annoncé ici-même le spectacle et écrit tout le bien que nous pensons des œuvres du compositeur américain John Adams. Reste à féliciter l’ensemble de l’équipe artistique pour l’excellente première à laquelle nous avons assisté lundi dernier.

Les choix du théâtre semblaient pertinents, et cela se confirme sur le plateau. Quand le rideau s’ouvre sur des vidéos diffusant les reportages de l’époque, et sur un chœur des officiels chinois attendant l’arrivée des Nixon à l’aéroport, devant un mur gigantesque (signifiant la mise au ban du pays-continent depuis le début de La Longue Marche de Mao en 1949), le spectateur comprend que l’opéra a été compris et magistralement revisité par le metteur en scène sino-américain, Chen Shi-Zheng.

Les Nixon sur leur nacelle, au sortir de l’avion qui les emmène pour une visite diplomatique de trois jours en 1972, "sautent" le mur du pays, en pleine guerre froide. Les enjeux de cette visite furent diversement appréciés selon le côté du mur où l’on se trouvait. Si les Occidentaux n’ont guère encore aujourd’hui un bon souvenir du président Richard Nixon (et ses casseroles du Watergate et du Vietnam), Chen Shi Zheng propose ici le point de vue chinois de l’époque : la gratitude ressentie devant une politique de la main tendue.

Pat Nixon (June Anderson), Nixon (Franco Pomponi), Chou En Lai (Kyung Chun Kim), Henry Kissinger (Peter Sidhom) © Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
Pat Nixon (June Anderson), Nixon (Franco Pomponi), Chou En Lai (Kyung Chun Kim), Henry Kissinger (Peter Sidhom) © Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
Pendant une bonne partie du deuxième acte, des documents de l’époque, projetés sur un énorme lustre-satellite - travail remarquable de l’assistante du metteur en scène, la plasticienne Shilpa Gupta et du vidéaste Olivier Roset - viennent rappeler que cette rencontre entre deux maîtres du monde, sifflant le début de la "détente" entre blocs Est et Ouest, eut un retentissement inouï, et des conséquences incalculables.

Franco Pomponi interprète un Richard Nixon naïf, puéril, un peu mégalo, qui sait qu’il est en train de faire l’Histoire. Mais il est dominé par un Mao vieillissant, sorte de vieux bonze rusé - chanté par le parfait ténor coréen Alfred Kim. Celui-ci donne toute crédibilité au vieux dictateur qui sent la mort approcher, à l’heure du bilan ("Je vieillis, je ramollis" fait froid dans le dos…). Nous avons été nettement séduite cependant par le baryton Kyung Chun Kim qui compose un très grand Zhou Enlaï, premier ministre humain et qui sait qu’il faut assurer le spectacle devant les médias du monde entier.

La visite présidentielle américaine en Chine est l’occasion pour la librettiste Alice Goodman, brillante poétesse, de surprendre des personnages historiques - au delà du show médiatique (Chen Shi Zeng parle de "titanesque chorégraphie") - dans leur intimité, leurs rêveries, leurs doutes, leurs failles. Très bel acte trois où la statue géante d’un Mao de bronze semble écraser les couples "présidentiels" américains et chinois, et le premier ministre. Sur une scène désertée, tous sont plongés dans leur passé, leurs souvenirs bons ou mauvais, dans une relative ténèbre.

De gauche à droite : Alfred Kim (Mao), Franco Pomponi (Richard Nixon), Sophie Leleu, Alexandra Sherman, Rebecca de Pont Davies (les trois secrétaires de Mao) © Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
De gauche à droite : Alfred Kim (Mao), Franco Pomponi (Richard Nixon), Sophie Leleu, Alexandra Sherman, Rebecca de Pont Davies (les trois secrétaires de Mao) © Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
La musique alors, privilégiant le pupitre des cordes et le piano, atteint au sublime et serre le cœur alors que Zhou Enlaï médite sur la vanité de l’action humaine, dans une scène finale magistrale.

Mais il ne faudrait pas oublier l’acte deux et son stupéfiant ballet donné en l’honneur des Nixon à "la Maison du peuple" : "Le détachement rouge féminin" conçu par Jiang Qing (alias Mme Mao). Tout le talent du jeune metteur en scène éclate alors. Spectaculaire mise en abîme qui se veut aussi une réflexion sur l’art inféodé aux idéologies. Et vrai moment de plaisir du spectateur grâce aux danseurs : c’est bien le spectacle total dont Chen Shi-Zheng s’est fait une spécialité outre-Atlantique, entre cirque, opéra, théâtre et danse.

Le choix d’une esthétique très Pop-Art vient confirmer que "Nixon in China" est déjà un classique, comme la musique de John Adams (même si son langage musical s’affirmera totalement dans "The Death of Klinghoffer"). Musique tout simplement superbe, synthèse des influences d’un John Cage, d’un Steve Reich, mais aussi du jazz et des Big band (avec ses cuivres éclatants de l’acte deux). On savoure une orchestration savante, magnifique qui donne sa chance à tous les pupitres, faisant planer le spectateur dans des paysages musicaux et poétiques très divers, sous la direction du chef Alexander Briger.

N’oublions pas de saluer une June Anderson vocalement parfaite dans le rôle de Pat Nixon, et la soprano Sumi Jo, époustouflante Mme Mao.

"Nixon in China"

Nixon (Franco Pomponi), Pat Nixon (June Anderson) © Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
Nixon (Franco Pomponi), Pat Nixon (June Anderson) © Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
Opéra en 3 actes et 6 tableaux.
Créé à l'Opéra de Houston le 22 octobre 1987.
Musique : John Adams.
Livret en anglais d’Alice Goodman.
Direction musicale : Alexander Briger.
Mise en scène et chorégraphie : Chen Shi-Zheng.
Décors : Shilpa Gupta.
Costumes : Petra Reinhardt.
Lumières : Alexander Koppelmann.
Vidéaste : Olivier Roset.
Collaboratrice à la chorégraphie : Yin Mei
Orchestre de Chambre de Paris.
Chœur du Châtelet.

© Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
© Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
Avec : Franco Pomponi (Richard Nixon), June Anderson (Pat Nixon), Peter Sidhom (Henry Kissinger), Alfred Kim (Mao Zedong), Sumi Jo (Madame Mao : Jiang Qing), Kyung Chun Kim (Chou En-Lai), Sophie Leleu (1ère secrétaire de Mao), Alexandra Sherman (2e secrétaire de Mao), Rebecca de Pont Davies (3e secrétaire de Mao).

Du 10 au 18 avril 2012.
En anglais, surtitré.
Mardi, jeudi, samedi, lundi et mercredi à 20 h.
Théâtre du Châtelet, Paris 1er, 01 40 28 28 40.
>> chatelet-theatre.com

© Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
© Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.

Christine Ducq
Vendredi 13 Avril 2012

Concerts | Lyrique








À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

"An Irish Story" Une histoire des Irlandais, ces derniers bardes

"An Irish Story", Théâtre de Belleville, Paris

Son grand-père Peter 0'Farrel a disparu sans laisser d'adresse. Dans "An irish story", Kelly Rivière, la petite fille, est partie en quête puisque sa mère Margaret n'a pas voulu révéler le secret de la famille. Volubile, Kelly raconte sur scène ce qui devient vite, par elle et pour elle, une épopée. Don ou atavisme familial ? Au spectateur de décider mais il est comblé devant le collier de perles théâtrales qui lui est présenté.

Trimballé de Lyon à Dublin via Londres. Au départ, Kelly s'y prend un peu, faussement, gauchement, par un timide stand up mais l'histoire accroche. Il y a la personnalité de cet aïeul "so Irish" rejoignant étonnamment Londres pour reconstruire la ville dévastée par la guerre, qui a eu une fille, et a disparu comme bien d'autres… Disparus dans une mer d'alcool ? Peut-être… Que peut-on attendre de ces diables d'hommes, seuls garçons de fratries de filles (nombreuses) et eux–mêmes géniteurs de légendes…

À mesure que l'histoire avance, le récit devient dialogue. Le personnage est de plus en plus échauffé, de plus en plus passionné. Comme ébrié. Des paroles prises sur le vif, des personnages incarnés. Les accents à couper au couteau, ces îles de par delà la Manche ou le channel, de la mer d'Irlande Muir Éireann ou Irish sea, les rituels de la "cup of Tea", de la Guinness, la mère, les cousines, les voisins, le pub, tout y passe.

Jean Grapin
14/05/2019