La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Nixon in China" au Châtelet : une rencontre Est-Ouest au sommet !

Une des plus excitantes productions de cette année est à découvrir impérativement au Théâtre du Châtelet jusqu’au 18 avril : "Nixon in China" un opéra de John Adams (créé en 1987).



Pat Nixon (June Anderson), Nixon (Franco Pomponi), Chou En Lai (Kyung Chun Kim) © Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
Pat Nixon (June Anderson), Nixon (Franco Pomponi), Chou En Lai (Kyung Chun Kim) © Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
Nous avons annoncé ici-même le spectacle et écrit tout le bien que nous pensons des œuvres du compositeur américain John Adams. Reste à féliciter l’ensemble de l’équipe artistique pour l’excellente première à laquelle nous avons assisté lundi dernier.

Les choix du théâtre semblaient pertinents, et cela se confirme sur le plateau. Quand le rideau s’ouvre sur des vidéos diffusant les reportages de l’époque, et sur un chœur des officiels chinois attendant l’arrivée des Nixon à l’aéroport, devant un mur gigantesque (signifiant la mise au ban du pays-continent depuis le début de La Longue Marche de Mao en 1949), le spectateur comprend que l’opéra a été compris et magistralement revisité par le metteur en scène sino-américain, Chen Shi-Zheng.

Les Nixon sur leur nacelle, au sortir de l’avion qui les emmène pour une visite diplomatique de trois jours en 1972, "sautent" le mur du pays, en pleine guerre froide. Les enjeux de cette visite furent diversement appréciés selon le côté du mur où l’on se trouvait. Si les Occidentaux n’ont guère encore aujourd’hui un bon souvenir du président Richard Nixon (et ses casseroles du Watergate et du Vietnam), Chen Shi Zheng propose ici le point de vue chinois de l’époque : la gratitude ressentie devant une politique de la main tendue.

Pat Nixon (June Anderson), Nixon (Franco Pomponi), Chou En Lai (Kyung Chun Kim), Henry Kissinger (Peter Sidhom) © Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
Pat Nixon (June Anderson), Nixon (Franco Pomponi), Chou En Lai (Kyung Chun Kim), Henry Kissinger (Peter Sidhom) © Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
Pendant une bonne partie du deuxième acte, des documents de l’époque, projetés sur un énorme lustre-satellite - travail remarquable de l’assistante du metteur en scène, la plasticienne Shilpa Gupta et du vidéaste Olivier Roset - viennent rappeler que cette rencontre entre deux maîtres du monde, sifflant le début de la "détente" entre blocs Est et Ouest, eut un retentissement inouï, et des conséquences incalculables.

Franco Pomponi interprète un Richard Nixon naïf, puéril, un peu mégalo, qui sait qu’il est en train de faire l’Histoire. Mais il est dominé par un Mao vieillissant, sorte de vieux bonze rusé - chanté par le parfait ténor coréen Alfred Kim. Celui-ci donne toute crédibilité au vieux dictateur qui sent la mort approcher, à l’heure du bilan ("Je vieillis, je ramollis" fait froid dans le dos…). Nous avons été nettement séduite cependant par le baryton Kyung Chun Kim qui compose un très grand Zhou Enlaï, premier ministre humain et qui sait qu’il faut assurer le spectacle devant les médias du monde entier.

La visite présidentielle américaine en Chine est l’occasion pour la librettiste Alice Goodman, brillante poétesse, de surprendre des personnages historiques - au delà du show médiatique (Chen Shi Zeng parle de "titanesque chorégraphie") - dans leur intimité, leurs rêveries, leurs doutes, leurs failles. Très bel acte trois où la statue géante d’un Mao de bronze semble écraser les couples "présidentiels" américains et chinois, et le premier ministre. Sur une scène désertée, tous sont plongés dans leur passé, leurs souvenirs bons ou mauvais, dans une relative ténèbre.

De gauche à droite : Alfred Kim (Mao), Franco Pomponi (Richard Nixon), Sophie Leleu, Alexandra Sherman, Rebecca de Pont Davies (les trois secrétaires de Mao) © Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
De gauche à droite : Alfred Kim (Mao), Franco Pomponi (Richard Nixon), Sophie Leleu, Alexandra Sherman, Rebecca de Pont Davies (les trois secrétaires de Mao) © Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
La musique alors, privilégiant le pupitre des cordes et le piano, atteint au sublime et serre le cœur alors que Zhou Enlaï médite sur la vanité de l’action humaine, dans une scène finale magistrale.

Mais il ne faudrait pas oublier l’acte deux et son stupéfiant ballet donné en l’honneur des Nixon à "la Maison du peuple" : "Le détachement rouge féminin" conçu par Jiang Qing (alias Mme Mao). Tout le talent du jeune metteur en scène éclate alors. Spectaculaire mise en abîme qui se veut aussi une réflexion sur l’art inféodé aux idéologies. Et vrai moment de plaisir du spectateur grâce aux danseurs : c’est bien le spectacle total dont Chen Shi-Zheng s’est fait une spécialité outre-Atlantique, entre cirque, opéra, théâtre et danse.

Le choix d’une esthétique très Pop-Art vient confirmer que "Nixon in China" est déjà un classique, comme la musique de John Adams (même si son langage musical s’affirmera totalement dans "The Death of Klinghoffer"). Musique tout simplement superbe, synthèse des influences d’un John Cage, d’un Steve Reich, mais aussi du jazz et des Big band (avec ses cuivres éclatants de l’acte deux). On savoure une orchestration savante, magnifique qui donne sa chance à tous les pupitres, faisant planer le spectateur dans des paysages musicaux et poétiques très divers, sous la direction du chef Alexander Briger.

N’oublions pas de saluer une June Anderson vocalement parfaite dans le rôle de Pat Nixon, et la soprano Sumi Jo, époustouflante Mme Mao.

"Nixon in China"

Nixon (Franco Pomponi), Pat Nixon (June Anderson) © Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
Nixon (Franco Pomponi), Pat Nixon (June Anderson) © Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
Opéra en 3 actes et 6 tableaux.
Créé à l'Opéra de Houston le 22 octobre 1987.
Musique : John Adams.
Livret en anglais d’Alice Goodman.
Direction musicale : Alexander Briger.
Mise en scène et chorégraphie : Chen Shi-Zheng.
Décors : Shilpa Gupta.
Costumes : Petra Reinhardt.
Lumières : Alexander Koppelmann.
Vidéaste : Olivier Roset.
Collaboratrice à la chorégraphie : Yin Mei
Orchestre de Chambre de Paris.
Chœur du Châtelet.

© Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
© Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
Avec : Franco Pomponi (Richard Nixon), June Anderson (Pat Nixon), Peter Sidhom (Henry Kissinger), Alfred Kim (Mao Zedong), Sumi Jo (Madame Mao : Jiang Qing), Kyung Chun Kim (Chou En-Lai), Sophie Leleu (1ère secrétaire de Mao), Alexandra Sherman (2e secrétaire de Mao), Rebecca de Pont Davies (3e secrétaire de Mao).

Du 10 au 18 avril 2012.
En anglais, surtitré.
Mardi, jeudi, samedi, lundi et mercredi à 20 h.
Théâtre du Châtelet, Paris 1er, 01 40 28 28 40.
>> chatelet-theatre.com

© Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
© Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.

Christine Ducq
Vendredi 13 Avril 2012

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020