La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Nixon in China" au Châtelet : une rencontre Est-Ouest au sommet !

Une des plus excitantes productions de cette année est à découvrir impérativement au Théâtre du Châtelet jusqu’au 18 avril : "Nixon in China" un opéra de John Adams (créé en 1987).



Pat Nixon (June Anderson), Nixon (Franco Pomponi), Chou En Lai (Kyung Chun Kim) © Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
Pat Nixon (June Anderson), Nixon (Franco Pomponi), Chou En Lai (Kyung Chun Kim) © Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
Nous avons annoncé ici-même le spectacle et écrit tout le bien que nous pensons des œuvres du compositeur américain John Adams. Reste à féliciter l’ensemble de l’équipe artistique pour l’excellente première à laquelle nous avons assisté lundi dernier.

Les choix du théâtre semblaient pertinents, et cela se confirme sur le plateau. Quand le rideau s’ouvre sur des vidéos diffusant les reportages de l’époque, et sur un chœur des officiels chinois attendant l’arrivée des Nixon à l’aéroport, devant un mur gigantesque (signifiant la mise au ban du pays-continent depuis le début de La Longue Marche de Mao en 1949), le spectateur comprend que l’opéra a été compris et magistralement revisité par le metteur en scène sino-américain, Chen Shi-Zheng.

Les Nixon sur leur nacelle, au sortir de l’avion qui les emmène pour une visite diplomatique de trois jours en 1972, "sautent" le mur du pays, en pleine guerre froide. Les enjeux de cette visite furent diversement appréciés selon le côté du mur où l’on se trouvait. Si les Occidentaux n’ont guère encore aujourd’hui un bon souvenir du président Richard Nixon (et ses casseroles du Watergate et du Vietnam), Chen Shi Zheng propose ici le point de vue chinois de l’époque : la gratitude ressentie devant une politique de la main tendue.

Pat Nixon (June Anderson), Nixon (Franco Pomponi), Chou En Lai (Kyung Chun Kim), Henry Kissinger (Peter Sidhom) © Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
Pat Nixon (June Anderson), Nixon (Franco Pomponi), Chou En Lai (Kyung Chun Kim), Henry Kissinger (Peter Sidhom) © Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
Pendant une bonne partie du deuxième acte, des documents de l’époque, projetés sur un énorme lustre-satellite - travail remarquable de l’assistante du metteur en scène, la plasticienne Shilpa Gupta et du vidéaste Olivier Roset - viennent rappeler que cette rencontre entre deux maîtres du monde, sifflant le début de la "détente" entre blocs Est et Ouest, eut un retentissement inouï, et des conséquences incalculables.

Franco Pomponi interprète un Richard Nixon naïf, puéril, un peu mégalo, qui sait qu’il est en train de faire l’Histoire. Mais il est dominé par un Mao vieillissant, sorte de vieux bonze rusé - chanté par le parfait ténor coréen Alfred Kim. Celui-ci donne toute crédibilité au vieux dictateur qui sent la mort approcher, à l’heure du bilan ("Je vieillis, je ramollis" fait froid dans le dos…). Nous avons été nettement séduite cependant par le baryton Kyung Chun Kim qui compose un très grand Zhou Enlaï, premier ministre humain et qui sait qu’il faut assurer le spectacle devant les médias du monde entier.

La visite présidentielle américaine en Chine est l’occasion pour la librettiste Alice Goodman, brillante poétesse, de surprendre des personnages historiques - au delà du show médiatique (Chen Shi Zeng parle de "titanesque chorégraphie") - dans leur intimité, leurs rêveries, leurs doutes, leurs failles. Très bel acte trois où la statue géante d’un Mao de bronze semble écraser les couples "présidentiels" américains et chinois, et le premier ministre. Sur une scène désertée, tous sont plongés dans leur passé, leurs souvenirs bons ou mauvais, dans une relative ténèbre.

De gauche à droite : Alfred Kim (Mao), Franco Pomponi (Richard Nixon), Sophie Leleu, Alexandra Sherman, Rebecca de Pont Davies (les trois secrétaires de Mao) © Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
De gauche à droite : Alfred Kim (Mao), Franco Pomponi (Richard Nixon), Sophie Leleu, Alexandra Sherman, Rebecca de Pont Davies (les trois secrétaires de Mao) © Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
La musique alors, privilégiant le pupitre des cordes et le piano, atteint au sublime et serre le cœur alors que Zhou Enlaï médite sur la vanité de l’action humaine, dans une scène finale magistrale.

Mais il ne faudrait pas oublier l’acte deux et son stupéfiant ballet donné en l’honneur des Nixon à "la Maison du peuple" : "Le détachement rouge féminin" conçu par Jiang Qing (alias Mme Mao). Tout le talent du jeune metteur en scène éclate alors. Spectaculaire mise en abîme qui se veut aussi une réflexion sur l’art inféodé aux idéologies. Et vrai moment de plaisir du spectateur grâce aux danseurs : c’est bien le spectacle total dont Chen Shi-Zheng s’est fait une spécialité outre-Atlantique, entre cirque, opéra, théâtre et danse.

Le choix d’une esthétique très Pop-Art vient confirmer que "Nixon in China" est déjà un classique, comme la musique de John Adams (même si son langage musical s’affirmera totalement dans "The Death of Klinghoffer"). Musique tout simplement superbe, synthèse des influences d’un John Cage, d’un Steve Reich, mais aussi du jazz et des Big band (avec ses cuivres éclatants de l’acte deux). On savoure une orchestration savante, magnifique qui donne sa chance à tous les pupitres, faisant planer le spectateur dans des paysages musicaux et poétiques très divers, sous la direction du chef Alexander Briger.

N’oublions pas de saluer une June Anderson vocalement parfaite dans le rôle de Pat Nixon, et la soprano Sumi Jo, époustouflante Mme Mao.

"Nixon in China"

Nixon (Franco Pomponi), Pat Nixon (June Anderson) © Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
Nixon (Franco Pomponi), Pat Nixon (June Anderson) © Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
Opéra en 3 actes et 6 tableaux.
Créé à l'Opéra de Houston le 22 octobre 1987.
Musique : John Adams.
Livret en anglais d’Alice Goodman.
Direction musicale : Alexander Briger.
Mise en scène et chorégraphie : Chen Shi-Zheng.
Décors : Shilpa Gupta.
Costumes : Petra Reinhardt.
Lumières : Alexander Koppelmann.
Vidéaste : Olivier Roset.
Collaboratrice à la chorégraphie : Yin Mei
Orchestre de Chambre de Paris.
Chœur du Châtelet.

© Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
© Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
Avec : Franco Pomponi (Richard Nixon), June Anderson (Pat Nixon), Peter Sidhom (Henry Kissinger), Alfred Kim (Mao Zedong), Sumi Jo (Madame Mao : Jiang Qing), Kyung Chun Kim (Chou En-Lai), Sophie Leleu (1ère secrétaire de Mao), Alexandra Sherman (2e secrétaire de Mao), Rebecca de Pont Davies (3e secrétaire de Mao).

Du 10 au 18 avril 2012.
En anglais, surtitré.
Mardi, jeudi, samedi, lundi et mercredi à 20 h.
Théâtre du Châtelet, Paris 1er, 01 40 28 28 40.
>> chatelet-theatre.com

© Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.
© Marie-Noëlle Robert/Théâtre du Châtelet.

Christine Ducq
Vendredi 13 Avril 2012

Concerts | Lyrique





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019