La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

N°3 : Les bons conseils de Mickaël Duplessis

Suite des billets de notre correspondant depuis Avignon. À vous, chers internautes, de commenter ce que vous avez vu parmi la sélection de Mickaël... Vos appréciations seront les bienvenues !



Dans la jungle du Off… : les a priori positifs.

Un spectacle de rue pendant le Festival Off, Avignon 2011 © Jean Grapin
Un spectacle de rue pendant le Festival Off, Avignon 2011 © Jean Grapin
Le festival est déjà bien entamé et le 14 juillet est souvent une étape déterminante dans le succès ou non d’un spectacle : si ce dernier arrive à être plein jusqu’au 14, en général cela continuera jusqu’à la fin ; à l’inverse, si sa fréquentation n’a toujours pas décollé après le 14 juillet, la compagnie a du souci à se faire. À Avignon, il en est ainsi des réputations, et du fameux bouche à oreille. Car pendant ce mois si particulier, en effet, se met spontanément en place une "bourse aux conseils" où chacun y va de son petit commentaire. Les files d’attentes devant les théâtres sont sans doute les meilleurs endroits pour assister à ce phénomène réjouissant. La communication entre festivaliers semble facilitée par l’ambiance si festive dans la ville : "J’ai vu ça hier, j’ai adoré, je vous le conseille vraiment ! Je vais devoir annuler un autre spectacle pour y aller alors… Celui-là, c’était le coup de cœur d’une de mes amies l’année dernière, il faut réserver, c’est toujours plein. Ma femme ne voulait pas y aller, mais elle a adoré, maintenant elle le recommande à tout le monde ! Vous avez un coup de cœur cette année vous ? J’en ai entendu que du bien de ce spectacle. C’est untel qui me l’a recommandé !", etc.

Participez donc à cette grisante expérience de se fier à des inconnus avec qui vous vous trouverez des atomes crochus le temps d’une file d’attente ! Sinon pour s’y retrouver, après l’indication donnée par les lieux, puis les succès des années passées qui reviennent, voici maintenant comment se forger un a priori positif à partir des noms et du "pedigree" d’une création !

Petite sélection arbitraire de spectacles "pas encore vus, mais qui font envie" :

Spectacle de rue, rue Peyrollerie, Avignon 2011 © Gil Chauveau
Spectacle de rue, rue Peyrollerie, Avignon 2011 © Gil Chauveau
À 10 h 45 à la Luna, c’est L’échange de Claudel, mis en scène par Xavier Lemaire et qui fait Avignon après avoir déjà été programmé au Théâtre Mouffetard à Paris l’an passé. Avec Grégori Baquet, notamment.

À 12 h 20 et à 17 h 45 à l’Espace Saint-Martial, l’excellent Gilbert Ponté s’attaque à un inédit de Dario Fo : Francesco. Joué des mois durant au Théâtre La Bruyère à Paris, le spectacle bénéficie d’une presse unanime.

Au Théâtre de l’Oulle à 13 h 55, nous pourrons effectuer une plongée dans Zweig avec La pitié dangereuse, mis en scène par Stéphane Olivié Bisson, avec notamment Gilles Janeyrand.

À 18 h 20 aux Trois Soleils, Pierre Note présente sa dernière pièce Sortir de sa mère.]b Chaque création de cet auteur-metteur en scène est très remarquée. Celle-ci ne devrait pas déroger à la règle.

À 20 h au Théâtre Buffon, la dernière mise en scène de Thomas Le Douarec qui, certes, n’a pas fait que des chefs d’œuvres, mais après les très réussis Andromaque et Le Cid, il s’attaque aujourd’hui au mythique Dorian Gray.

À 20 h au Girasole Théâtre, nous pourrons entrer dans La Ronde, mise en scène par Marion Bierry (prix SACD 2010) qui avait déjà triomphé pendant un an au Théâtre de Poche Montparnasse à Paris. Avec, notamment, l’excellent Éric Verdin.

Au Théâtre des Carmes à 20 h, rendez-vous immanquable avec l’un des comédiens les plus extraordinaires de notre époque : Philippe Caubère, cette fois au service des textes d’André Benedetto, poète et directeur de troupe si important à Avignon, mort il y a deux ans pendant le festival. C’est Urgent ! Courez !

À 21 h 45 au Théâtre Buffon, Julien Cottereau, l’ancien clown du Cirque du Soleil, présente à nouveau son spectacle de mime Imagine-toi, mis en scène par Erwan Daouphars. Triomphe au Off en 2006, tournée internationale, Molière 2007, tout cela ne présage que du bon…

Au Théâtre du Balcon à 22 h 15, un spectacle de danse contemporaine sur les chansons de Serge Gainsbourg, créé par Octavio de la Roza, l’ancien soliste de Maurice Béjart :Voulez-vous danser Gainsbourg ?

À 22 h 30 au Théâtre du Chien qui Fume, Le cirque des Mirages revient à Avignon pour son cabaret-théâtre expressionniste après un succès l’an dernier et une programmation au Petit Saint-Martin à Paris entre-temps.
>> Lire l'article de Sheila Louinet.

Bon courage dans la lecture du programme, et bonne chasse aux pépites !

Festival d'Avignon, du 8 au 31 juillet.
www.avignonleoff.com

>> N°2 : Les bons conseils de Mickaël Duplessis
>> N°1 : Les bons conseils de Mickaël Duplessis

Et n'oubliez pas de déposer vos commentaires !

Mickaël Duplessis
Vendredi 15 Juillet 2011


1.Posté par Sheila Louinet le 16/07/2011 02:28
Et Thomas Le Douarec a reçu le molière du... "spectacle le plus affligeant".

- Ah? ça n'existe pas ?

- On devrait l'inventer alors !

Mickaël, tu vises juste pour le reste de ta sélection, mais celui-ci, oh non, je le déconseille vivement. Vas-y toujours... je suis sûre que tu en pleureras... de rire : un vrai spectacle, fabriqué sur mesure, pour touristes américains en visite dans la Capitale. Le pire c'est que ça peut marcher ! Oui, affligeant !


2.Posté par Hélène Chu le 16/07/2011 15:09
Vu en famille les Piments Givrés, ludique et joyeux. Un vrai régal, avec en plus des textes qui ont du sens. On le recommande pour les enfants comme pour les grands. En plus, cela donne envie de danser, surtout à la fin avec le reggae. A ne pas manquer... Hélène

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022