La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Le cirque aux mille mirages… fascinant !

Rythme frénétique, énergie quasi démoniaque, on regarde, écoute, admire le duo Yanowski-Parker. Le geste fascine, la voix séduit, la musique captive. Ces diables d’illusionnistes nous embarquent littéralement dans l’antre de leur "Cirque des Mirages". En tournée dans toute la France jusqu’au mois de juillet, leur dernière escale se fera au Festival d’Avignon.



Fred Parker et Yanowski © D.R.
Fred Parker et Yanowski © D.R.
Pour les définir, on fait appel au théâtre expressionniste. Oui, il y a bien un peu de cela. Des récits de vie montrés dans le reflet d’un miroir déformant. L’usage suggestif de l’ombre et de la lumière exagère les formes, saccade le rythme, découpe les gestes. Les « r » sont roulés et les mots distordus. Un accent de vieux Paris populaire aussi, un vent de nostalgie souffle sur le jeu de Fred Parker (au piano) et de Yanowski (au chant, au jeu et à la voix). Mais ce serait bien vite résumer leur talent. Bien malheureux ceux qui aiment mettre les artistes dans des cases. À mi-chemin entre cabaret et théâtre, impossible d’enfermer ces deux génies… pourtant résolument modernes et absolument déroutants. Leur spectacle ? Un cri fantasmagorique. Des chimères racontées en chanson.

Ici, un pianiste au regard torve nous entraîne avec une dextérité impressionnante dans les méandres d’un univers tout en trompe-l’œil. Là, un homme aux allures indéfinissables : le mélange d’un Klaus Nomi et d’un Maximilian Schreck (Nosferatu). Presque inquiétantes, ces figures allégoriques plantent le décor et installent le spectateur dans un univers fascinant. La gestuelle de Yanowski est aussi précise et habile que celle d’un magicien : le corps est étiré. Souple et léger, il captive. Surtout les mains, qui sont longues et effilées. Cette gestuelle est un vrai défi à elle toute seule. Elle est réglée avec une "précision de métronome" entre deux complices au duo impeccable. Bluffant !

Mais encore, s’il n’y avait que cela. Un peu de poudre de perlimpinpin sur un travail bien huilé… Les textes, cyniques et corrosifs, sentent le stupre et l’alcool de Baudelaire, respirent le Faust de Goethe et attirent comme Gautier devant son Omphale. On flotte dans une sorte d’irréalité poétique, à l’amour à la mort. Entre cruauté et gouaille, le rire nous chatouille aussi. Ce "cirque" aux mille "mirages" est une foire aux monstres. Une respiration tout en "men-songe" dans laquelle on est littéralement happé.

Ce cabaret est un leurre intense, une belle lumière stellaire qui porte et nous transporte dans un univers artistique qui repousse un peu plus les frontières du dicible. Mais comme ils disent : "C’est bon de croire aux mirages".

Le Cirque des Mirages

Fred Parker © D.R.
Fred Parker © D.R.
(vu le 7 mars 2011, au Théâtre du Petit Saint-Martin)

Avec : Yanowski et Fred Parker.
Lumière : Fred Brémond.
Costumes : LM Tailors.

Du 8 juillet au 31 juillet 2011 : Festival d’Avignon.
22 h 30, Théâtre Le Chien Qui Fume,
75, rue des Teinturiers, Avignon.
Tél. : 04 90 85 25 87.

Le 29 avril 2011 : Cachan.
Du 5 au 8 mai 2011 : Lutry (Suisse).
Le 18 juin 2011 : La Puce à l'Oreille / Riom.
Le 1er juillet 2011 : Festival de Carqueiranne.
www.cirquedesmirages.com/

Sheila Louinet
Lundi 25 Avril 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


Publicité



À découvrir

"Une chambre en Inde"… contre tous les intégrismes !

"Une chambre en Inde", Théâtre du Soleil, Paris

Ariane Mnouchkine traite de la place du théâtre dans un monde marqué par les guerres, le terrorisme et un populisme d'exclusion qui rend service à celui-ci. Et elle y répond avec humour et passion.

Cornélia (Hélène Cinque) fait partie d'une troupe dont le directeur, M. Lear, a été appréhendé par la police indienne après être monté, nu, sur la statue du Mahatma Gandhi et avoir crié "Artaud". Il avait "pété les plombs" suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Du personnage, de son nom et de son acte, tout est passé à travers le prisme du théâtre ainsi que ses coulisses et ses questionnements.

Cela se passe dans une chambre en Inde où se trouve Cornélia, souvent allongée. Difficile de démêler ce qui est en dehors, de ce qui est en dedans, de ce qui est de l'imagination ou de la réalité. Tout est imbriqué. Monde et événements s'y logent faisant de ce lieu une incarnation de l'esprit du personnage.

La pièce est une œuvre collective construite autour d'improvisations. Mnouchkine se demandait "comment aujourd'hui raconter le chaos d'un monde devenu incompréhensible ? Comment raconter ce chaos sans y prendre part, c'est-à-dire sans rajouter du chaos au chaos, de la tristesse à la tristesse, du chagrin au chagrin, du mal au mal ?".

Safidin Alouache
03/01/2017
Spectacle à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre Essaïon, Paris

Prolongations Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016
Sortie à la Une

"Monsieur de Pourceaugnac", un travail d'archéologie expérimentale ne sombrant pas dans la reconstitution académique

"Monsieur de Pourceaugnac", Théâtre de l'Épée de Bois, Paris

Sbriganti, brillant filou napolitain a, de son jeune maître Eraste, reçu mission de faire déguerpir un provincial nouvellement arrivé, un ridicule venu pour épouser la toute belle Julie, et qui contrarie sans le savoir les sentiments amoureux. Tous les recours sont mis en œuvre pour faire échec au projet de mariage de ce Pourceau… gnac.

Farces, mensonges partent en rafales. Vrais médecins, fausses épouses, juges et policiers. Tout est bon, dans une succession de tableaux, pour faire basculer et éjecter le personnage central.

Créée à partir de trames italiennes, encadrée par la musique de Lully et entrecoupée d'intermèdes de danse, cette comédie de Molière a une telle tenue que le public ne peut que rire aux dépens du bonhomme.

La mise en scène de Raphaël de Angelis se montre attentive aux indications d'origine. En s'appuyant sur des passionnés de l'univers baroque et carnavalesque, elle met en valeur dans une forme épurée de tréteau la richesse des jeux.

Minutieux, les effets sont gradués et précis. La musique, la pantomime, la danse, les masques italiens et de carnaval présentent même un côté un peu ritualisé qui n'est pas sans évoquer quelques brins de No et de Kyogen discrètement injectés.

C'est un travail authentique d'archéologie expérimentale qui ne sombre pas dans une reconstitution académique. Mais qui propose une restitution en manière contemporaine. Sa progressivité atteint la justesse par la beauté.

Jean Grapin
14/06/2017